Lieu historique national de la Bataille-de-la-Châteauguay

Chronologie des événements entourant la bataille

En guerre contre l'Angleterre, les Américains attaquent le Canada, possession britannique et territoire convoité par les États-Unis. Dès le départ, les opérations militaires ont surtout lieu dans le Haut-Canada (Ontario), autour des Grands Lacs. En 1813, la stratégie américaine vise d'abord le contrôle du fleuve Saint-Laurent. Les efforts américains se concentrent davantage sur Montréal, afin de couper les lignes de ravitaillement du Haut-Canada. Le plan d'une double invasion se dessine alors : les troupes du général Hampton empruntent la route longeant la rivière Châteauguay, tandis que celles du général Wilkinson doivent gagner Montréal par la haute vallée du Saint-Laurent.

Fin septembre 1813, le lieutenant-colonel de Salaberry, responsable de la défense de la Châteauguay, attaque les troupes américaines dirigées par le général Hampton à Chateaugay Four Corners, dans l'État de New York. En se repliant en territoire canadien, Salaberry multiplie les barrages, laissant derrière lui une route encombrée. Le parcours lui fait découvrir près de Allan's Corner, un terrain idéal pour établir des retranchements.

Les 21, 22 et 23 octobre 1813, près de 3000 soldats américains, dirigés par le général Hampton et le colonel Izard, franchissent la frontière et s'installent en aval de la ferme Spears, sur les terrains actuels de la Ormstown Fair.

Pendant ce temps, le lieutenant-colonel de Salaberry établit ses positions sur la rive nord de la rivière Châteauguay.

Plan de la bataille de la Fourche ou Châteauguay Copie de la carte de Bouchette (rivière Châteauguay et Fourche).
© Musée de la civilisation, dépôt du Séminaire de Québec / 83-52, par Jacques Viger

À cet endroit rempli de ravines profondes, la route est cernée d'un côté par la rivière et de l'autre par un terrain marécageux couvert d'épais taillis. Salaberry y fait construire des abattis. Puis, à l'arrière de l'abattis principal, Salaberry fait ériger quatre lignes de défense dont la dernière protège le gué Grant et préserve le flanc des positions canadiennes. Salaberry place également une compagnie de la milice, sous les ordres du capitaine Brugière, sur la rive sud.

Le 25 octobre au soir, le colonel Purdy et 1000 hommes sont envoyés par Hampton dans l'épais bois de la rive sud de la rivière Châteauguay. Leur objectif est de contourner les défenses canadiennes, afin de les prendre à revers. Leur marche est pénible. Au lever du jour, ils n'ont pas atteint leur but.

Le combat

Le 26 octobre 10 h

Positions sur le champ de bataille à 10 h 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 10 h
© Parcs Canada

Les troupes de Hampton et Izard confrontent l'avant-garde de Charles-Michel de Salaberry dirigée par les lieutenants Guy et Johnson. Ces derniers se retirent vers l'abattis et informent Salaberry de l'arrivée de l'ennemi.

combat

Le 26 octobre 10 h 30

Positions sur le champ de bataille à 10 h 30 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 10 h 30
© Parcs Canada

Hampton et Izard avancent vers les Canadiens. Salaberry se rend rapidement derrière l'abattis, prenant avec lui la compagnie légère des Canadian Fencibles du capitaine Ferguson, deux compagnies de Voltigeurs sous le commandement des capitaines Juchereau-Duchesnay, 22 Amérindiens sous le commandement du capitaine Lamothe et une compagnie du 2e bataillon des miliciens sédentaires de Beauharnois sous le commandement du capitaine Longuetin. Au total, 300 soldats affrontent les troupes américaines. À l'arrière de l'abattis, 1500 hommes constituent la réserve. La majorité d'entre eux sont regroupés derrière les 4 positions défensives canadiennes.

combat

Le 26 octobre 11 h

Positions sur le champ de bataille à 11 h 00 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 11 h 00
© Parcs Canada

Plus en aval sur la rive sud, l'avant-garde de Purdy attaque la compagnie de Brugière. Cette dernière reçoit en renfort deux compagnies de miliciens d'élite sous les ordres des capitaines Daly et de Tonnancour. Ces soldats repoussent les Américains et les poursuivent.

combat

Le 26 octobre 12h

Positions sur le champ de bataille à 12 h 00 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 12 h 00
© Parcs Canada

Pendant ce temps, à l'abattis de la rive nord, la brigade d'Izard poursuit sa marche vers les Canadiens retranchés derrière l'abattis. Le combat s'engage. La fusillade devient si intense que des Fencibles, placés au-devant de l'abattis, reculent derrière celui-ci. Les Américains croient à un début de débandade canadienne et crient victoire.

combat

Le 26 octobre 14 h

Positions sur le champ de bataille à 14 h 00 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 14 h 00
© Parcs Canada

Salaberry réagit vite. Il ordonne à ses troupes de crier et fait donner le signal d'avance par tous ses clairons, dans toutes les directions, faisant ainsi croire aux attaquants à un plus grand nombre de défenseurs. La stratégie réussit et les troupes d'Izard réduisent le tir, s'attendant même à être attaquées. Salaberry en profite pour prêter main-forte aux troupes de la rive sud.

combat

Le 26 octobre 14 h 30

Positions sur le champ de bataille à 14 h 30 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 14 h 30
© Parcs Canada

Les compagnies de Daly et Brugière combattent déjà depuis un bon moment les troupes de Purdy. Daly parvient à mener ses hommes à proximité des Américains et charge l'ennemi à la baïonnette. Pendant la charge, Daly et Brugière s'écroulent, blessés. Les miliciens canadiens battent en retraite.

Voyant les Canadiens se replier, des fantassins de Purdy se croient victorieux et poursuivent les miliciens. Dans le but de les encercler, ils sortent des bois marécageux et débouchent sur le rivage. Ils se retrouvent presque en face de la position canadienne sur la rive nord. Salaberry, qui les surveille, ordonne d'ouvrir le feu. Le tir d'enfilade est foudroyant. Les Américains se replient en désordre dans le bois.

combat

Le 26 octobre 15 h

Positions sur le champ de bataille à 15 h 00 26 octobre 1813, Positions sur le champ de bataille à 15 h 00
© Parcs Canada

Hampton constate la débandade de ses hommes sur la rive sud. Il annonce alors le retrait de ses troupes. La bataille est terminée.
Les troupes canadiennes s'attendent néanmoins à une seconde attaque. Elles passent le reste de la journée et toute la nuit sur le champ de bataille qu'elles viennent de défendre. Cette attaque n'aura jamais lieu.

combat

Les jours suivants:

Le 28 octobre, les troupes de Hampton retraitent vers le sud, en direction de Chateaugay Four Corners. Le 29, les Américains traversent la frontière.