Lieu historique national du Canal-de-Chambly

Info-travaux

Travaux en cours

Remise en état des gabions au lieu historique national du Canal-de-Chambly

Fermeture et déviation temporaire de sections de la piste du canal de Chambly

Gabions et canal de Chambly
Les gabions sont des ouvrages de soutènement utilisés pour contrôler l’érosion des berges
© Parcs Canada

Chambly (Québec), le 9 novembre 2016 – Des travaux seront réalisés sur les berges du canal de Chambly au cours des prochaines semaines, et ce jusqu’à la fin du mois de décembre 2016, afin de remettre en état les gabions qui protègent les berges de l’érosion et assurer ainsi la pérennité de ces structures.

Les gabions sont des paniers en treillis métallique remplis de pierres utilisés comme ouvrage de soutènement des berges du canal de Chambly. Ils sont des structures flexibles et perméables qui protègent la rive contre les affaissements de terrain causés par l’érosion. Les berges du canal de Chambly protégées par des gabions s’étendent sur environ 5 km de longueur.

Les travaux se dérouleront par phases entre les écluses n° 3 et n° 8 et nécessiteront la fermeture consécutive de tronçons de la piste du canal de Chambly. Tout au long des travaux, les usagers sont priés d’utiliser les voies de contournement clairement identifiées et de respecter la signalisation temporaire.

Parcs Canada investit plus de 50 millions de dollars sur cinq ans au lieu historique national du Canal-de-Chambly. Cet investissement important fait partie de l’investissement de trois milliards de dollars de Parcs Canada dans l’infrastructure des parcs nationaux, lieux historiques nationaux et aires marines nationales de conservation. Il permettra de mettre à niveau plusieurs éléments structuraux de la voie navigable, d’améliorer l’expérience vécue par les plus de 200 000 personnes qui fréquentent le site chaque année et de protéger ce lieu patrimonial exceptionnel pour permettre aux générations actuelles et futures d’en profiter.


Travaux aux déversoirs nos 4 et 5, lieu historique national du Canal-de-Chambly
Déversoir n° 4 au canal de Chambly
Déversoir n° 4 au canal de Chambly
© Parcs Canada

Chambly (Québec), le 11 octobre 2016 – Des travaux seront effectués au lieu historique national du Canal-de-Chambly sur le déversoir nº 4, situé entre le pont nº 7 et l’île Fryer à Carignan, et le déversoir nº 5, situé près du pont nº 10 à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Les travaux débuteront dès la mi-octobre 2016 et devraient être complétés d’ici la fin du mois de décembre 2016. Ils permettront, entre autres, la réparation du béton et le remplacement des mécanismes et des vannes. Une dizaine de lampadaires seront aussi ajoutés près du déversoir nº 4 afin de sécuriser l’accès pour son opération.

Témoins privilégiés de l’histoire du canal de Chambly, ces déversoirs sont aussi des exemples remarquables de la technologie utilisée dans les canaux historiques. Les mécanismes remplacés, qui ont conservé un caractère ancien, seront mis en valeur par Parcs Canada et des panneaux d’interprétation permettront à la population d’en apprendre davantage sur ces structures et le patrimoine culturel précieux du canal de Chambly.

Aucune fermeture de piste n’est prévue; les cyclistes et les piétons pourront circuler en tout temps. Les travaux n’occasionneront que des entraves mineures et ponctuelles. Les zones de travaux seront clairement identifiées et sécurisées. Parcs Canada demande à tous de faire preuve d’indulgence et de prudence, en plus de respecter la signalisation temporaire.


Travaux au barrage Fryer

Le barrage Fryer d’hier...

Le barrage de l’île Fryer est construit sur 30 piliers de béton Le barrage de l’île Fryer est construit sur 30 piliers de béton.
© Parcs Canada

Chambly (Québec), le 3 octobre 2016 - Le « barrage de l’île Fryer » marque le paysage de Carignan et de Richelieu depuis sa construction en 1938. Cette imposante structure de 347 mètres de long qui traverse la rivière Richelieu d’est en ouest a été conçue dans le cadre d’un ambitieux projet visant à faire de la rivière Richelieu la principale voie maritime reliant les États-Unis et le Canada. Plusieurs facteurs mettront un terme au projet, dont le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939 et la décision quelques années plus tard de canaliser le fleuve Saint-Laurent. Le barrage Fryer n’aura donc jamais pu remplir sa fonction.

...à aujourd’hui.

Modélisation photographique 3D de précision obtenue à l’aide d’images captées par un drone. Modélisation photographique 3D de précision obtenue à l’aide d’images captées par un drone.
© Parcs Canada

Le barrage Fryer n’en demeure pas moins aujourd’hui un témoin de l’évolution de la navigation et de l’ingénierie des canaux dans la première moitié du XXe siècle. Il est maintenant sous la responsabilité de Parcs Canada qui a mené, à l’été 2016, des inspections sur l’ensemble des composantes du barrage. Un drone a été employé pour capter des images aériennes servant à la conception d’une modélisation photographique 3D de la structure existante. En faisant ressortir les changements de forme, de couleur et de texture, la modélisation photographique 3D permet une analyse précise de l’état du barrage. Des plongeurs ont également procédé à une inspection visuelle des parties immergées des piles et culées du barrage et de leur environnement aquatique. Le débit de l’eau étant élevé à cet endroit, un bateau muni d’un sonar 3D réalisant des relevés sous-marins a été mis à contribution pour compléter le travail des plongeurs.

Les travaux réalisés cet automne

Le tablier de béton présente des signes importants de dégradation. Le tablier de béton présente des signes importants de dégradation.
© Parcs Canada

Des travaux seront menés cet automne sur le tablier de béton du barrage, qui présente des signes importants de détérioration. Parcs Canada procèdera à la démolition du tablier afin d’assurer la sécurité du public et la protection de l’environnement. Les travaux devraient s’étendre jusqu’au printemps 2017. Aucune fermeture de la piste du canal de Chambly n’est prévue pendant ces travaux, mais des entraves mineures pourraient être nécessaires. Les détails sur ces entraves seront communiqués prochainement.