Le plan directeur

Le canal de Lachine et son corridor industriel : contexte actuel

1.1 Un lieu historique national

D'une longueur de 14 kilomètres, le canal de Lachine traverse le sud-ouest de l'île de Montréal. Il s'agit d'une voie navigable artificielle, conçue à l'origine pour contourner l'obs-tacle des rapides de Lachine et faciliter ainsi la navigation le long du fleuve Saint-Laurent. Précédé par deux projets entrepris sous le Régime français, le premier canal de Lachine fut creusé entre 1821 et 1825. Bien que son tracé demeura sensiblement le même, le canal fut transformé et considérablement élargi entre 1843 et 1848, puis entre 1873 et 1884; sa profondeur passa ainsi de 1,4 mètre à 4,27 mètres alors que sa largeur initiale de 14,5 mètres passait à une largeur variant de moins de 30 mètres à plus de 80 mètres. Ses cinq paires d'écluses jumelées permettaient alors de franchir une dénivellation d'environ 14 mètres.

Ancêtre de la voie maritime du Saint-Laurent, le canal de Lachine constitua un maillon majeur du réseau canadien de voies navigables. Son importance historique nationale fut reconnue par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada dès 1929; en 1987, la Commission réitérait l'importance historique nationale du canal à titre de voie navigable faisant partie du réseau national des canaux du Canada.

La voie canalisée de même que les ouvrages de génie qui s'y rattachent constituent des témoins tangibles de l'évolution de la navigation sur le Saint-Laurent et des transports maritimes au Canada; ils rappellent le rôle déterminant qu'a joué le canal de Lachine à la tête du réseau de canaux reliant l'océan Atlantique au coeur du continent par la voie du Saint-Laurent et des Grands Lacs.

Le canal a exercé un impact significatif sur le développement industriel et urbain de la région métropolitaine de Montréal. De fait, il se situe au coeur même de ce qui fut le premier foyer de développement de l'industrie manufacturière canadienne. La proximité du port de Montréal, l'importance du trafic commercial de même que le potentiel hydraulique offert par la dénivellation des écluses ont contribué, dès le milieu du XIXe siècle, à l'im-plantation de nombreuses industries le long des rives du canal, donnant ainsi naissance à un corridor industriel, le premier au pays, d'une puissance énergétique qui le situait au rang des grands centres industriels nordaméricains.

En juin 1996, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a d'ailleurs reconnu le secteur montréalais du corridor industriel du canal de Lachine comme étant un témoin marquant de l'industrie manufacturière canadienne. Depuis cette reconnaissance, le lieu historique national du Canada du Canal-de-Lachine comprend désormais, outre la voie navigable et les terrains de réserve qui sont sous l'autorité de Parcs Canada, les biefs, écluses et terrains de réserve gérés par le Vieux-Port de Montréal ou par le secteur privé. Le lieu de commémoration 1 comprend également, de part et d'autre de la voie navigable et des terrains de réserve du canal, les complexes du corridor industriel, lequel est délimité par les premières rues longeant le canal, depuis le Vieux-Port de Montréal jusqu'aux limites de l'arrondissement de Saint-Pierre, sur la rive nord, et jusqu'aux limites de l'arrondissement de LaSalle, sur la rive sud.

Les bâtiments industriels qui subsistent au-jourd'hui le long du canal, de même que les ouvrages et les infrastructures de transport qui bordent et traversent la voie canalisée, forment un paysage significatif qui témoigne de l'essor industriel de Montréal au siècle dernier jusqu'au milieu du XXe siècle et qui rappelle le rôle qu'a joué à cet égard le canal de Lachine.

Jalon capital du développement industriel et de l'histoire des transports au Canada, le canal de Lachine et son corridor industriel représentent un lieu de mémoire de grande importance pour tous les Canadiens.


1 L'expression « lieu de commémoration » s'applique à un lieu reconnu par le ministre de l'Environnement suivant la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Ces termes englobent un emplacement, un bâtiment ou un autre endroit d'intérêt ou d'importance nationale, y compris les bâtiments ou ouvrages qui sont d'intérêt national en raison de leur âge ou de leur architecture. Le lieu de commémoration est un emplacement géographiquement définissable et délimité.

< Page précédente   |  Table des matières   |  Page suivante >