Lieu historique national du Canal-de-Carillon


L’écluse ouvre sa porte à guillotine de 200 tonnes!
L’écluse ouvre sa porte à guillotine de 200 tonnes!
© Parcs Canada

Activités 2015

Le canal de Carillon est un phénomène en soi. Alimentée par l’eau de la rivière des Outaouais, l’écluse ouvre sa porte à guillotine de 200 tonnes pour faire franchir aux embarcations une dénivellation de 20 mètres. Impressionnant!

Emmenez votre famille pique-niquer dans ce décor enchanteur et ensuite, allez fureter dans la vieille caserne, maintenant un musée. Les curieux voudront sûrement voir de plus près les gigantesques installations de la centrale. Les visites sont gratuites.


Le canal, la centrale et la caserne :
trois monuments historiques à Carillon

Partez à la découverte des îlots d’interprétation
Partez à la découverte des îlots d’interprétation
© Parcs Canada
De la mi-mai à la fin août

Trois sites tissent le lien entre le génie et l’histoire : le canal qui a ouvert la voie au commerce, la centrale hydroélectrique qui fournit l’énergie et la caserne, aujourd’hui un musée, qui raconte le quotidien de l’époque. Ouvrez grands les yeux!

Sans le canal de Carillon pour contourner les rapides inhospitaliers du Long-Sault, bien des commerçants auraient vu la prospérité leur passer sous le nez.

Les visiteurs seront intrigués par l’ingénierie déployée lors de la construction des trois phases du canal de Carillon. Des trois écluses du premier canal, le canal actuel n’en comporte plus qu’une, ce qui rend la navigation plus efficace.

Profitez de votre balade pour contempler le paysage Profitez de votre balade pour contempler le paysage
© Parcs Canada

Impossible de ne pas aller à la source du phénomène d’éclusage : le barrage hydroélectrique. À proximité se dresse la plus puissante centrale hydroélectrique de la rivière des Outaouais; il s’agit d’un autre exemple d’ingénierie qu’il faut absolument voir.

À l’entrée du village de Carillon, la caserne militaire est au garde-à-vous et veille sur la mémoire de Carillon. Transformé en musée, ce bâtiment ancestral, qui a déjà hébergé plusieurs régiments, propose le récit des habitants de la région au 19e siècle.