Lieu historique national du Canada de la Voie-Navigable-Trent-Severn

Programme de gestion des eaux

Annexe 1

Bassin hydrographique de la rivière Trent – les lacs réservoirs

COMPOSANTES
Des barrages ont été construits sur plus de 40 lacs des hautes terres d’Haliburton pour emmagasiner l’eau et la faire ensuite couler vers le bassin hydrographique de la rivière Trent, une autre composante de la voie navigable Trent–Severn, pendant la saison de la navigation. Ces lacs sont sur les tributaires des rivières Gull, Burnt et Mississaugua ainsi que des ruisseaux Nogies, Eels et Jack, qui s’écoulent vers le sud, dans les lacs Kawartha.

CARACTÉRISTIQUES DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE
Superficie: 3200 kilomètres de bassin versant
Géographie physique: S’étend sur un substrat rocheux précambrien aux sols minces
Sources d’eau: Pluie et fonte des neiges
Écoulement: Écoulement rapide à la suite de précipitations de pluie ou de la fonte des neiges
Barrages: Les barrages ont entre un et quatre déversoirs, dans lesquels on insère des poutrelles d’arrêt carrées en bois d’œuvre.

FONDEMENT DE LA GESTION DES EAUX
Le niveau d’eau est géré selon le pourcentage de stockage moyen sur 30 ans, illustré dans le graphique suivant. L’eau de chacun des lacs est rabaissée selon un égal pourcentage de rabattement, en fonction de la capacité de stockage établie. Par exemple, si un lac d’une capacité de stockage de 3 mètres (relativement importante) est rabaissé de 50 %, son niveau diminuera de 1,5 mètre, tandis que le niveau d’un lac ayant une capacité de stockage de 2 mètres diminuera de 1 mètre.

Sommaire du stockage à Haliburton

APPROCHE DE GESTION DES EAUX
Hiver: Pendant l’hiver, les réservoirs sont pratiquement laissés à eux-mêmes. Plusieurs raisons expliquent le fait que l’on rabaisse les lacs du réservoir d’Haliburton à l’automne :
  • les lacs doivent être rabaissés pour faire de la place à l’eau de la fonte des neiges;
  • bon nombre de barrages deviennent inaccessibles en hiver, et l’opération de changements sur les poutrelles d’arrêt, lesquels consistent souvent à dégager les poutrelles de la glace avec une scie mécanique, est dangereuse et coûteuse;
  • un nombre réduit d’employés sont disponibles pour l’entretien et les opérations hivernales;
  • les changements apportés au niveau d’eau qui affaiblissent le couvert de glace pourraient mettre en danger les passionnés de l’hiver;
  • le niveau d’eau doit être établi avant le frai du touladi.
Printemps: À l’approche du printemps, des poutrelles d’arrêt sont placées dans les barrages lorsque le ruissellement commence à faire gonfler les lacs. Si la neige n’est pas suffisamment abondante, il peut s’avérer nécessaire de placer quelques poutrelles dès le mois de février pour commencer à emmagasiner l’eau. En général, le débit entrant est plus important qu’il ne faut et on laisse s’écouler une partie du surplus. Lorsque les lacs sont presque à pleine capacité, on vérifie les données sur l’enneigement ainsi que toutes les sources d’information disponibles pour tenter de déterminer si un important volume d’eau reste à venir. Si seulement une petite quantité d’eau est prévue, on remplira les lacs à pleine capacité pour l’été. Si, au contraire, une grande quantité d’eau est attendue, on laissera l’eau des lacs s’écouler plus librement. Si le débit entrant est élevé, on risque fort d’enlever à nouveau les poutrelles d’arrêt aux barrages de ces lacs pour évacuer l’excédent d’eau.

Été: Comme l’évaporation retire des lacs Kawartha plus d’eau que le débit entrant créé par les précipitations et l’apport d’eau souterrain ne peut en apporter, une quantité d’eau supplémentaire doit leur être fournie à partir des lacs réservoirs. Plusieurs fois par semaine, le personnel de la VNTS prend la lecture des niveaux d’eau aux barrages et apporte les changements nécessaires en ce qui a trait aux poutrelles pour s’assurer que les rabaissements sont proportionnés.

Automne: Les lacs réservoirs contiennent généralement entre 30 % et 50 % de leur capacité de stockage maximale. On fait s’écouler l’excédent d’eau et on installe, à chaque barrage, un certain nombre de poutrelles d’arrêt. Lors d’années humides, l’abaissement des lacs prend plus de temps. Lors d’années sèches, il peut s’avérer nécessaire de remplir certains lacs pour que l’eau atteigne le niveau établi pour l’hiver.

POINTS SPÉCIAUX À PRENDRE EN CONSIDÉRATION
Le lac Shadow, près de Coboconk, ne comporte pas de barrage, et le maintien de son niveau d’eau dépend du débit. Des changements importants dans le débit de la rivière Gull peuvent avoir un effet dramatique sur le niveau d’eau de ce lac.

PROBLÈMES
Navigation: Les déplacements dans les zones peu profondes et les voies interlacustres sont difficiles lorsque le niveau d’eau est bas.
Débordements: Les niveaux d’eau élevés enregistrés au printemps peuvent causer des débordements dans les zones de faible élévation.
Vie aquatique et sauvage : À l’automne, on procède au rabaissement avant le 31 octobre pour s’assurer que la ponte du touladi n’est pas exposée à la suite de la chute du niveau d’eau après cette date.

la prochaine: Annexe 2