Lieu historique national de la Voie-Navigable-Trent-Severn

Quoi de neuf


5 septembre 2015
Voie navigable Trent-Severn : Parcs Canada rencontre les représentants des Premières nations visées par les traités Williams
Parcs Canada reconnaît l'importance du riz sauvage pour les Premières nations, qui l’utilisent à des fins alimentaires, rituelles, spirituelles et médicinales, et pour la faune sauvage, qui l’utilise comme précieuse ressource alimentaire.
 
Le 24 juillet 2015, Parcs Canada a délivré un permis unique autorisant l’enlèvement limitée des plantes aquatiques pour donner aux résidents locaux de Pigeon Lake la possibilité de naviguer en toute sécurité du rivage au chenal principal de Pigeon Lake.
 
Parcs Canada a le devoir de consulter les Premières nations visées par les traités Williams sur les activités qui ont une incidence sur les peuplements de riz sauvage sur la voie navigable Trent-Severn. Toutefois, il n’y a pas eu de consultation dans ce cas-ci. Parcs Canada a obtenu immédiatement la coopération du titulaire du permis pour qu’il cesse l’élimination du riz sauvage.
 
Le 28 août, 2015, des fonctionnaires de Parcs Canada ont rencontré des représentants des Premières nations visées par les traités Williams pour discuter du permis qui avait été délivré aux résidents locaux les autorisant à enlever les plantes aquatiques, plus précisément le riz sauvage, sur la voie navigable Trent-Severn de Pigeon Lake. Les discussions initiales ont été productives, et les parties entameront les consultations formelles. Les premières étapes consistent à annuler immédiatement le permis d’enlèvement des plantes aquatiques et à mettre sur pied un groupe de travail.
 
Parcs Canada est déterminé à collaborer avec les Premières nations visées par les traités Williams pour que des consultations appropriées soient menées concernant la délivrance de permis relatifs au riz sauvage.