Lieu historique national du Canada du Canal-Rideau

10 principes d'aménagement responsable

Lieu historique national, site du patrimoine mondial de l’UNESCO et rivière du patrimoine canadien, le canal Rideau est reconnu pour son patrimoine culturel et naturel, pour la beauté du paysage avoisinant et pour sa valeur récréative. Comme le canal sillonne un milieu à la fois dynamique et varié, les « dix principes d’aménagement responsable » qui suivent peuvent contribuer à ce que l'aménagement ou le réaménagement adjacent à la voie navigable ainsi que les ouvrages riverains et en milieu aquatique respectent, protègent et bonifient ces valeurs dans l’intérêt de tous.

  1. Comprendre le paysage de l'endroit
    Le paysage du canal change selon la topographie et la géologie de la rive, qui comprend de hautes terres rocheuses et boisées, de basses terres boisées, des arrondissements historiques ruraux et des espaces urbains développés. Il est essentiel de bien comprendre le paysage d'un endroit pour être en mesure de l'aménager convenablement.

    Le paysage du canal change selon la topographie et la géologie de la rive.
    Le paysage du canal change selon la topographie et la géologie de la rive.
    ©Parcs Canada

  2. Conserver les milieux humides
    Les milieux humides font partie des ressources naturelles les plus importantes et les plus menacées du canal. La perte des milieux humides entraînera la dégradation des ressources naturelles, de la qualité de l’eau et des valeurs récréatives, éducatives et culturelles du paysage. Le degré de protection le plus élevé est accordé aux milieux humides d’importance et il faut éviter, ou tout au moins minimiser, les incidences de l’aménagement sur ces zones.

  3. Conserver une rive naturelle
    Les rives naturelles contribuent au caractère historique du paysage, contrôlent l'érosion de la berge, filtrent les eaux de ruissellement, réduisent la quantité de sédiments qui se jettent dans le cours d'eau et représentent un habitat pour les poissons et les animaux sauvages. On peut réduire la dégradation des rives ou contribuer à leur rétablissement en y plantant des espèces d'arbres, d'arbustes, d'herbes et de plantes aquatiques indigènes. Il faut éviter de tondre la pelouse jusqu'au bord de l'eau et de modifier la rive artificiellement, comme en y construisant un mur de béton.

    We can enhance degraded shorelines with native trees, shrubs, grasses and aquatic plants.
    On peut réduire la dégradation des rives ou contribuer à leur rétablissement en y plantant des espèces d'arbres, d'arbustes, d'herbes et de plantes aquatiques indigènes.
    ©Parcs Canada

  4. Éviter de construire près de la rive
    Les nouveaux projets d'aménagement doivent être situés à au moins 30 mètres de la rive de façon à créer une zone tampon. Dans certains cas, cette distance doit être encore plus élevée.

    Les nouveaux projets d'aménagement doivent être situés à au moins 30 mètres de la rive de façon à créer une zone tampon.
    Les nouveaux projets d'aménagement doivent être situés à au moins 30 mètres de la rive de façon à créer une zone tampon.
    ©Parcs Canada

  5. Planifier l'aménagement de l'endroit de façon à conserver la végétation naturelle
    Il importe d'aménager les nouveaux bâtiments, chemins, entrées, pelouses et réseaux de fosses septiques à l'intérieur des zones déjà aménagées de façon à détruire le moins possible la végétation naturelle de l'endroit. Il faut également conserver la végétation à l'horizon et sur les crêtes.

    Il importe d'aménager les nouveaux bâtiments, chemins, entrées, pelouses et réseaux de fosses septiques à l'intérieur des zones déjà aménagées de façon à détruire le moins possible la végétation naturelle de l'endroit.
    Il importe d'aménager les nouveaux bâtiments, chemins, entrées, pelouses et réseaux de fosses septiques à l'intérieur des zones déjà aménagées de façon à détruire le moins possible la végétation naturelle de l'endroit.
    ©Parcs Canada

  6. Préserver les bâtiments historiques et les éléments anthropiques
    Les bâtiments historiques, les maisons, les granges, les clôtures et les autres éléments anthropiques contribuent au caractère historique du paysage du canal et doivent être préservés, réutilisés et insérés dans les nouveaux aménagements.

    Le centre-ville historique de Merrickville au long du canal.
    Le centre-ville historique de Merrickville au long du canal.
    ©Parcs Canada

  7. Concevoir les bâtiments de manière appropriée
    Il faut soigneusement concevoir les nouveaux bâtiments pour réduire le plus possible leur incidence sur le paysage du canal. Les dimensions, la forme, les matériaux et la couleur des bâtiments représentent des éléments importants dont il faut tenir compte. Il est généralement préférable d'utiliser des couleurs et des matériaux courants et naturels qui se confondent avec le paysage. Les bâtiments doivent être discrets et d'une hauteur inférieure au couvert forestier. La façade principale des nouveaux bâtiments doit également être orientée vers le canal, plutôt que du côté opposé.

  8. Concevoir les quais de façon à réduire leur incidence le plus possible
    Les quais, les zones d'accès à l'eau et les remises à bateaux doivent être conçus de façon à nuire le moins possible aux poissons, aux animaux sauvages et aux qualités naturelles et visuelles de la rive. Les dimensions du bâtiment de même que les matériaux et les méthodes de construction utilisés représentent des éléments importants à prendre en considération. Les politiques de Parcs Canada régissant les ouvrages riverains et en milieu aquatique comprennent des lignes directrices détaillées. Il est préférable de construire un quai en porte-à-faux, un quai sur pieds tubulaires ou un quai flottant plutôt qu'un quai solide à encoffrement. Les structures aménagées sur l'eau ne doivent pas nuire à la sécurité maritime sur le canal.

    Il est généralement préférable d'utiliser des couleurs et des matériaux de construction courants et naturels. Il est aussi préférable de construire un quai en porte-à-faux, un quai sur pieds tubulaires ou un quai flottant plutôt qu'un quai solide à encoffrement.
    Il est généralement préférable d'utiliser des couleurs et des matériaux de construction courants et naturels. Il est aussi préférable de construire un quai en porte-à-faux, un quai sur pieds tubulaires ou un quai flottant plutôt qu'un quai solide à encoffrement.
    ©Parcs Canada

  9. Réduire autant que possible les déversements dans le canal
    Il faut éviter que les eaux de ruissellement (p. ex. eau de pluie, effluents de fosses septiques ou surplus d'eau des puits artésiens) se déversent directement dans le canal, de façon à conserver la qualité de l'eau, à réduire les effets néfastes sur l'habitat des poissons et à empêcher la prolifération des algues. On peut aménager des rigoles de drainage, des fossés d'infiltration ou des puisards pour faciliter l'infiltration de l'eau dans le sol.

  10. Demander d'autres conseils
    Tous les nouveaux aménagements le long du canal et de ses terres contiguës sont réglementés et doivent être approuvés par la municipalité locale, Parcs Canada ou l'organisme de conservation local. On peut communiquer avec l'une ou l'autre de ces organisations pour obtenir des conseils ou en savoir plus sur les directives à suivre.

Les documents de référence suivants contiennent des renseignements supplémentaires :