Lieu historique national du Canada du Canal-Rideau

L'histoire du canal Rideau

Hogs Back

Deux écluses avec une élévation d'eau de 4,4 mètres (14,5 pieds).

Hogs Back Hogs Back
©Parcs Canada

Le poste d'éclusage de Hogs Back marque le point où la rivière Rideau et le canal se séparent dans la ville d'Ottawa. Le colonel By décida d'endiguer la rivière à Hogs Back, haussant le niveau de l'eau suffisamment pour noyer 11,27 kilomètres (sept milles) de rapides peu profonds en amont entre le barrage et Black Rapids. Un chenal artificiel fut construit, reliant Hogs Back à l'entrée nord du canal.

Maison du maître éclusier : Un blockhaus était prévu à Hogs Back, mais il ne fut jamais construit. À la place, on construisit plutôt une maison fortifiée dans les années 1840. Il s'agissait d'une maison en pierre d'un étage située sur la berge ouest au-dessus de l'écluse supérieure. Des photos de la maison au tournant du siècle montrent qu'elle avait conservé pour une bonne part son apparence originale. C'était une structure d'un seul étage dont les meurtrières étaient obstruées par des poutres. En 1907, la maison fut jugée en très mauvais état et on finit par la démolir.

Ouvrages du génie : Les travaux à Hogs Back, et en particulier la construction du barrage, se révélèrent l'une des entreprises les plus exigeantes auxquelles le colonel By fut confronté au cours de la réalisation du canal Rideau. Des eaux rapides et des crues printanières intenses compliquèrent le travail.

Walter Fenlon reçut le contrat de tout le projet au début de 1827. Le plan original prévoyait un barrage de 13,72 mètres (45 pieds) avec des écluses à l'ouest du barrage. Fenlon construisit un chemin de fer pour amener la pierre d'une carrière proche jusqu'au site du barrage. À cause de problèmes financiers, Fenlon dut se retirer du projet en 1828, après une saison désastreuse pendant laquelle une partie du barrage s'effondra. Il était en train de faire les préparations pour faire face à la crue du printemps lorsqu'une élévation soudaine de l'eau en février le surprit. Les dommages furent réparés, mais en avril, les eaux de crue détruisirent à nouveau une bonne partie du barrage.

L'entrepreneur Philemon Wright compléta le barrage, avec l'aide de deux compagnies de sapeurs et de mineurs, des soldats expérimentés en matière d'excavation et de construction, mais eux aussi connurent l'échec en cours de route.

Au début d'avril 1829, on découvrit une fuite d'eau. Comme le colonel By le nota dans cette description de sa visite pour inspecter les travaux de réparation, l'eau était en train de saper le barrage :

« Je me tenais sur le barrage avec 40 hommes qui s'employaient à colmater la fuite lorsque je sentis un mouvement comme un tremblement de terre, et j'ordonnai immédiatement aux hommes de s'enfuir, les pierres s'enfonçant sous mes pieds comme je m'écartais. »

Des problèmes causés par les crues de printemps influencèrent également la construction des écluses. Un sas de sécurité précède en amont l'écluse unique, afin de la protéger contre les eaux de crue et les débris du printemps.

Précédent