Lieu historique national du Canada du Canal-Rideau

Ottawa

Visite à pied des Écluses d’Ottawa

Illustrations par Dorothea Larsen

3, ruelle Canal
Ottawa (Ontario)

Carte du poste d'éclusage d'Ottawa

Le lieu historique national du Canada du Canal-Rideau fait partie d’un réseau national de parcs et lieux historiques que gère Parcs Canada. Le canal est constitué d’une série de lacs, de cours d’eau et de canaux qui relient Kingston, à la tête du lac Ontario, à Ottawa, la capitale du Canada. Il représente l’une des grandes réalisations techniques du XIXe siècle et, fait inouï, il est demeuré en exploitation à peu près de la même façon depuis 1832.

Construit entre 1826 et 1832 sous la supervision du lieutenant-colonel John By des Royal Engineers, le canal Rideau offrait une voie d’approvisionnement sûre et facile à défendre entre Montréal et Kingston, évitant d’avoir à emprunter le Saint-Laurent dans les années difficiles qui ont suivi la guerre de 1812.


Colonel By
Lieutenant-colonel John By
© Parcs Canada

Le canal a connu trois grandes périodes dans son histoire. La période militaire a débuté avec sa construction, mais n’a duré que quelques décennies. N’ayant jamais été utilisé à des fins militaires, le canal est vite devenu une voie navigable commerciale. Des vapeurs et des barges à destination de l’Angleterre, du New Jersey et de Montréal y transportaient bois, potasse, potasse, feldspath, mica, minerai de fer et phosphate. Dans les années 1850, l’avènement du chemin de fer, une forme de transport plus rapide et plus économique, entraîna un bref ralentissement des activités sur le canal. Les années 1880 marquèrent le début de la période récréative, qui vit de nombreux vapeurs d’excursion transporter voyageurs et touristes dans le canal et dans les lacs qu’il traverse. Le canal est encore aujourd’hui une attraction de calibre internationale, tant pour les visiteurs basés à terre que pour ceux qui viennent par bateau.

Le canal compte 24 postes d’éclusage. Celui d’Ottawa, avec son échelle de huit écluses, présente un grand intérêt sur le plan historique. Ces écluses, construites au beau milieu des vastes étendues sauvages du Canada au début du XIXe siècle, représentent un véritable exploit technique et c’est autour d’elles que s’est construite la ville d’Ottawa. Elles relient le chenal du canal Rideau à Ottawa et la rivière des Outaouais, près de 24,2 mètres (80 pi) plus bas.

À l’est des écluses, la rivière Rideau se jette dans la rivière des Outaouais en formant des chutes jumelles hautes de 9,1 mètres (30 pi). C’est en voyant ces chutes que Samuel de Champlain a eu l’idée de nommer la rivière « Rideau » lorsqu’il a remonté la rivière des Outaouais en 1613. Samuel Clowes, qui a arpenté tout le tracé du canal en 1824, voulait que le canal aboutisse dans la rivière des Outaouais à quelques centaines de verges en aval des chutes. Cependant, en 1826, le colonel By et un jeune ingénieur, le lieutenant Henry Pooley, se sont rendus vers l’ouest jusqu’à Wright’s Town, à la chute de la Chaudière, et ont décidé, après avoir inspecté les lieux, que l’endroit convenait mieux.

En 1827, John Pennefeather (ou Pennyfather, selon Legget) obtint le contrat d’excavation des écluses. Le contrat de maçonnerie fut accordé à Thomas McKay, un jeune immigrant écossais né à Perth, en 1792. McKay avait été le partenaire de John Redpath (du sucre Redpath) lors de la construction du canal de Lachine à Montréal. McKay s’établit dans le district de Bytown où il demanda à ses meilleurs ouvriers de lui construire une majestueuse demeure en pierre en 1838. Cette maison, Rideau Hall, est de nos jours la résidence du gouverneur général du Canada - un autre héritage du canal Rideau. Parmi les autres personnes associées à la construction des écluses d’Ottawa, mentionnons Walter Fenlon, Philemon Wright (le fondateur de Hull) et le commis de chantier principal du colonel By, John MacTaggart.

En septembre 1831, le vapeur Union fut le premier navire à franchir les écluses d’Ottawa. Bien que les écluses soient situées en plein coeur d’un grand centre urbain, elles conservent la beauté et le charme tranquilles qui caractérisent un poste d’éclusage typique du canal Rideau.

Attractions du lieu (voir le diagramme)

Pont des Sapeurs
Pont des Sapeurs
© Parcs Canada

1. Pont des Sapeurs (1827-1911): Construit en même temps que le canal, ce pont impressionnant, fait entièrement de pierre, offre une voie de 5,5 mètres de largeur (19 pi) et un dégagement de 6,4 mètres (28 pi) au-dessus du canal. Il relie Upper et Lower Bytown et, pendant la première moitié du siècle, il est demeuré le seul pont permettant de franchir le canal en aval des rapides Burritts. Le pont des Sapeurs a été démoli en 1912. Il était si bien construit que les premières charges de dynamite utilisées n’ont rien donné et qu’on a dû lâcher un poids lourd à plusieurs reprises sur sa structure pour l’abattre.

2. Forge (1826-1872): McKay construisit cette « forge d’entrepreneur » en pierre entre 1826, après qu’il eut commencé à dégager les lieux, et 1829, date à laquelle elle figure pour la première fois sur une carte. Comme il ne s’agissait pas d’un bâtiment militaire, on possède très peu d’information sur cette structure.

Bureau du maître-éclusier
Bureau du maître-éclusier
© Parcs Canada

3. Bureau du maître-éclusier: Ce bâtiment en pierre situé à la tête des écluses a été construit en 1884 pour servir de bureau au maître-éclusier et au péager.

Intendance
Intendance
© Parcs Canada

4. Intendance: Le bâtiment de l’intendance a été construit en 1827 pour entreposer du matériel militaire et du matériel associé au canal. Le plus vieux bâtiment en pierre de la ville, il abrite le musée Bytown de la Société historique d’Ottawa. Voir le panneau d’interprétation situé devant le bâtiment.

Bureau des Royal Engineers (1827-1911)
Bureau des Royal Engineers
© Parcs Canada

5. Bureau des Royal Engineers (1827-1911): D’une conception similaire à celle du bâtiment de l’intendance, le bâtiment des Royal Engineers, sur la rive est des écluses, a été converti en résidence privée en 1868. Une partie de la terrasse du chemin de fer construit en 1901 pour relier Ottawa et Hull via le pont Interprovincial traversait le vieux bâtiment. Ayant subi d’importants dommages à cause des vibrations produites par les trains, il dut être démoli en 1911-1912. Ses fondations sont encore visibles près des écluses.

Parc Major’s Hill
Parc Major’s Hill
© Parcs Canada

6. Parc Major’s Hill: En 1849, le feu a fait disparaître un bâtiment important, la maison en pierre du colonel By dans le parc Major’s Hill. Elle n’a jamais été reconstruite. La statue du lieutenant-colonel John By domine toujours la colline.

Château Laurier
Le Château Laurier, érigé en 1910-1911, s’élève aujourd’hui à l’emplacement d'une ancienne résidence fortifiée de maître-éclusier.
© Parcs Canada

7. Château Laurier: Une résidence fortifiée de maître-éclusier a été construite en 1859, puis démolie en 1876, lors de la création du parc Major’s Hill. Le Château Laurier, érigé en 1910-1911 par la Grand Trunk Railway, s’élève aujourd’hui à l’emplacement de l’ancienne résidence. Le Château Laurier a été désigné lieu historique national en 1980.

Colline du Parlement
Le poste d'éclusage d'Ottawa et la colline du Parlement
© Parcs Canada

8. Colline du Parlement: Il a évidemment toujours fallu veiller au bien-être physique des soldats. Un des premiers bâtiments érigés par le colonel By sur la colline des Casernes fut un hôpital militaire de vingt lits. Les civils y étaient admis quand c’était possible et des médecins civils étaient autorisés à les traiter. Les hôpitaux ont joué un rôle majeur dans la vie d’Ottawa. Bytown a été rebaptisée Ottawa en 1855 et choisie comme site du Parlement du Canada. En 1859, les bâtiments de la colline des Casernes (trois casernes en pierre et un hôpital militaire) ont été démolis pour permettre la construction des nouveaux édifices du Parlement. La colline des Casernes s’appelle maintenant la colline du Parlement. Les édifices du Parlement ont été désignés lieu historique national en 1976.