Lieu historique national du Canada du Canal-Rideau

Jones Falls

Visite à pied du Poste d'éclusage de Jones Falls

Illustrations par Dorothea Larsen

182, chemin Lock
Elgin (Ontario)

Carte de Jones Falls
Version plus grande de cette carte (84 ko)
© Parcs Canada

Le lieu historique national du Canada du Canal-Rideau fait partie d'un réseau national de parcs et lieux historiques gérés par Parcs Canada. Le canal relie une série de magnifiques lacs, rivières et chenaux entre Kingston à l'embouchure du lac Ontario et Ottawa, la capitale du Canada. C'est une des plus grandes réalisations techniques du XIXe siècle. Fait assez incroyable, il a été exploité en permanence et essentiellement de la même façon depuis 1832.

Construit entre 1826 et 1832, sous la direction du lieutenantcolonel John By des Royal Engineers, le canal Rideau devait servir d'artère militaire sécuritaire et défendable entre Montréal et les chantiers maritimes de Kingston, en cas d'attaque par les Américains, dans les années de paix précaire qui ont suivi la guerre de 1812.

Chutes Jones et Écureil roux
Chutes Jones et écureuil roux
© Parcs Canada
Le canal Rideau a eu trois vocations. Il a d'abord eu une vocation militaire qui a commencé avec la construction du canal et a décliné lentement dans les vingt années suivantes. Il a ensuite eu une vocation commerciale alors que bois d'oeuvre, potasse, feldspath, mica, minerai de fer et phosphate étaient transportés par vapeur et par barge vers l'Angleterre, le New Jersey et Montréal. Dans les années 1850, le réseau ferroviaire était devenu un moyen de transport plus économique et plus rapide, entraînant pendant un certain temps le déclin du canal. Les années 1880 ont vu naître la troisième vocation, une vocation récréative puisque de nombreux vapeurs ont alors amené voyageurs et excursionnistes dans les différents villages situés sur ses rives. Des camps de pêche ont été bâtis, dont l'hôtel Kenney à Jones Falls, et des touristes de toutes les régions de la côte est de l'Amérique du Nord ont été attirés par le canal Rideau, ses magnifiques paysages et ses possibilités de pêche et de villégiature.

Jones Falls, un des 24 postes d'éclusage du canal, s'appelait autrefois Long Falls; par la suite, on lui donna le nom de Charles Jones qui possédait des biens fonciers et un moulin dans le secteur. L'entrepreneur en maçonnerie engagé pour les travaux herculéens de Jones Falls était John Redpath, un Écossais dont le travail pour le canal de Lachine à Montréal en 1821 avait retenu l'attention du colonel By. Thomas MacKay et Redpath avaient bâti un tronçon de ce canal, puis ils avaient oeuvré sur le chantier de l'église Notre- Dame à la Place d'Armes et avaient érigé un magasin en maçonnerie, au pied des écluses d'Ottawa, premier bâtiment du canal Rideau et premier bâtiment en pierres d'Ottawa. Le travail de Redpath à Jones Falls a commencé en 1827 et s'est poursuivi jusqu'à l'ouverture du canal en 1832. Grâce à des investissements avisés et à l'achat de biens fonciers, Redpath est devenu un pilier du milieu des affaires à Montréal, ce qui lui a permis de se lancer dans une autre entreprise. En août 1854, il a fondé la Canada Sugar Refinery, qui existe encore de nos jours, sous le nom de Redpath Sugar.

Attractions du lieu

1 – Pont Long : Il s'agit du point d'accès principal du poste d'éclusage de Jones Falls. À partir de l'hôtel Kenney, il s'étend sur 246 pieds jusqu'au début de l'échelle d'écluses. Pour traverser le village, la circulation routière a emprunté ce pont construit en 1883 jusqu'à ce qu'une structure semblable soit érigée dans les années 1930. Cette structure à ossature de bois a un tablier en planches dont la travée rejoint l'extrémité du lac Whitefish.

2 – Échelle d'écluses et pont tournant : Ces trois écluses interreliées ont en commun des portes à busc semblables à celles conçues à l'origine par Léonard de Vinci. Elles ont 15 pieds de haut, soit un mètre de plus que celles construites auparavant par les British Engineers, et c'est pourquoi la pression que l'eau exerce sur elles est beaucoup plus grande. À l'écluse centrale, on peut encore voir les voies d'accès au pont tournant de l'ancienne route de comté, bien que le pont à mâtereau ait été abandonné en 1974 et démoli en 1985.

3 – Centre d'accueil : Cet entrepôt construit au tournant du siècle a servi par la suite de centre d'entretien du secteur sud du canal. En ce moment, il fait office de centre d'accueil et d'orientation et offre une présentation audio-vidéo sur le lieu et une exposition sur la taille de la pierre. Les toilettes s'y trouvent également.

Poste de garde
Poste de garde
© Parcs Canada

4 – Emplacement du poste de garde en bois : Après la rébellion de 1837, on a bâti entre octobre 1838 et janvier 1839, un poste de garde afin de repousser une invasion possible des Américains. La structure de 6,26 m (20,5 pieds) x 7 m (22,5 pieds) avec galerie et meurtrières avait été construite en pièces sur pièces bien colmatées et assemblées à queue d'aronde pour réduire le fendillement. Entre avril 1839 et avril 1843, douze miliciens de la 4th Battalion Incorporated Militia du Haut-Canada y ont habité. Le poste de garde a été détruit en 1939, mais un panneau d'interprétation a été installé sur son emplacement.

5 – Sentier du bassin (Smithy) : (environ 300 mètres) Soyez prudent sur ce sentier. En empruntant ce sentier, vous pourrez voir les affleurements irréguliers de la roche-mère et la mince couche de sol acide caractéristique de la zone géologique du bouclier canadien appelée axe de Frontenac. Vous découvrirez ainsi les caractéristiques du terrain dans lequel les bâtisseurs du canal ont dû travailler : paysage accidenté recouvert de pin blanc, de chêne rouge et blanc, de pruche, de fougères et de lichen.

Forge
Forge
© Parcs Canada

6 – Forge : Construit en 1843, ce bâtiment défendable aux murs d'une épaisseur de 2 pieds et au toit de métal avait été construit à l'origine pour les travaux de réparation et d'entretien des structures du canal. Les fenêtres et la forge au centre du bâtiment constituent des caractéristiques inhabituelles. La forge a fonctionné jusqu'en 1933 et a été restaurée en 1979; depuis, elle est une des attractions la plus populaires du canal. Pendant la saison de navigation, un forgeron s'active au fourneau. La forge se trouve dans un cadre bucolique sur la rive nord du bassin et elle est accessible de l'écluse isolée ou du sentier bassin.

Maison Sweeney
Maison Sweeney
© Parcs Canada

7 – Maison Sweeney : Il s'agit d'une des douze dernières résidences fortifiées du maître-éclusier (appelées deuxième ligne de défense) construites après la rébellion de 1837 comme solution de remplacement aux blockhaus, plus dispendieux. À l'origine, seize maisons avaient été bâties selon des plans différents, mais celle de Jones Falls est une des plus somptueuses. Elle possède des murs de pierre épais, un toit de métal, un avant-toit et des meurtrières. Elle comporte aussi des fenêtres à battants, rares à l'époque, mais utilisées par les militaires britanniques parce qu'elles oscillaient vers l'intérieur, ce qui facilitait la pose de volets pare-balles de l'intérieur en cas d'attaque. La maison a été restaurée en 1979-1980.

8 – Déversoir : Cette structure a été érigée pour assurer la sécurité du barrage voûté en pierres. À l'origine, le trop-plein d'eau devait se déverser sur le barrage, mais il y avait risque d'érosion de la base. On a bâti le déversoir dans de la roche très dure afin de disposer d'un mécanisme de contrôle du niveau d'eau, encore en usage de nos jours pour maintenir le niveau du lac Sand.

Stone Arch Dam
Perspective du barrage en 1909
© Parcs Canada

9 – Barrage voûté en pierres : Ce barrage à clef de voûte fait de pierres cintrées imbriquées posées à la verticale était à l'époque un des premiers du genre au monde. Les ouvriers l'avaient appelé la septième merveille du monde; c'est de loin l'ouvrage d'art le plus spectaculaire du canal Rideau. Le barrage de 18,9 m (62 pieds) de haut et 107 m (350 pieds) de long était le plus haut en Amérique du Nord au moment de sa construction. Tout comme les écluses, il est fait de pierres provenant d'une carrière située à 10 km (6 milles) du canal. L'ancien lit de rivière abrite une communauté végétale unique et fragile. Sur le versant sud protégé, mousses, bryopsidées, carex, menthe, herbe Sainte- Catherine, galane glabre et petit-pêcheur se sont installés dans le sol fertile mouillé par l'eau du barrage. Ce dernier porte le surnom de barrage des murmures en raison de ses qualités acoustiques exceptionnelles permettant à quelqu'un qui parle à une extrémité de se faire entendre à l'extrémité opposée. Un belvédère et un panneau d'interprétation sont situés à l'extrémité ouest.

Submerged Deck Beam Bridge
Pont submergé à piles
© Parcs Canada

10 – Pont submergé à piles : Cet artefact de classe 'A' qui a fait l'objet de fouilles récentes date de la construction du canal. Il est constitué de quatre piles qui supportent une voie de 18 pieds de large avec un tablier recouvert d'argile mélangé à des petits cailloux, des bouts de bois et des feuilles. Ce pont à travées multiples en bois d'oeuvre enjambe un cours d'eau intermittent appelé autrefois MacDonald Snie. Il commence devant les conduites forcées et s'arrête au milieu du chenal actuel où il est relié à une route de 61 mètres (200 pieds) qui donne accès à l'autre rive. Ce pont a probablement servi au transport de l'argile utilisé pour imperméabiliser le barrage. Les Royal Engineers ont aménagé des constructions routières semblables dans les Rocheuses.

11 – Centrale électrique et conduites forcées : La centrale a été construite en 1947 et compte trois génératrices de 800 kilowatts. Cette centrale est la première de quatre centrales hydroélectriques entre Jones Falls et Kingston Mills; elle appartient à la Granite Power Corp. qui l'exploite en vertu d'un permis de captation d'eau accordé par le Canal-Rideau.

12 – Sentier Redpath : (environ 1 km) Ce sentier forme une boucle qui commence au stationnement principal, se rend au pont Long, puis passe à côté de l'échelle d'écluses, du centre d'accueil, de la maison Sweeney, du barrage voûté en pierres et revient par un autre secteur boisé au point de départ. Les randonneurs peuvent voir une végétation variée - des champs défrichés à de vieilles forêts de pins. Le peuplement de pin rigide le plus septentrional de l'Amérique du Nord se trouve à proximité du barrage.


N. B. : Vous avez besoin du logiciel Adobe Acrobat Reader pour lire la version PDF.

Si vous n'avez pas accès au site de téléchargement d'Adobe, vous pouvez télécharger le logiciel Acrobat Reader d'une page accessible.

Si l'accessibilité à un document PDF pose un problème, vous pouvez convertir le fichier en format texte HTML ou ASCII en utilisant l'un des services d'accès offerts par Adobe (en anglais seulement).