Lieu historique national du Canada de la Maison-Inverarden

Merveilles naturelles et trésors culturels

Histoire

L'histoire de la maison Inverarden

John Macdonald of Garth
©Robert E. Gard / Alberta Folklore and Local History Collection / 96-93-529

La maison Inverarden fut construite en 1816, lorsque John McDonald of Garth, un commerçant de fourrures partenaire dans la Compagnie du Nord-Ouest à Montréal, prit sa retraite. Elle était sise au milieu d'un domaine de 150 acres, dont certaines parties étaient affermées. McDonald quitta la maison en 1823, lorsqu'il épousa sa deuxième femme, et déménagea dans une nouvelle maison à proximité. Il vendit Inverarden à sa fille Eliza et à son mari, John Duncan Campbell.

Eliza et John Campbell et leurs descendants habitèrent à Inverarden pendant près de 150 ans. Au fil des années, quelques parcelles de la propriété furent vendues, mais ce ne fut qu'en 1965 que la famille vendit la maison à une compagnie chimique qui avait déjà acquis d'autres propriétés dans les alentours. La société Chemcell Ltd. fit don de la maison et de un hectare de terres environnantes à Parcs Canada en 1970.

La Commission des lieux et monuments historiques du Canada a désigné la maison lieu historique national en 1968, parce qu'elle est un exemple remarquable de l'architecture de style Régence et qu'elle est associée à l'établissement dans l'Est de l'Ontario de partenaires de la Compagnie du Nord-Ouest. Lorsque Parcs Canada acquit la maison en 1970, on réalisa un vaste projet de restauration afin de redonner à la maison son apparence des années 1820. Suite à cette restauration, la maison historique fut exploitée pendant de nombreuses années comme musée par la Stormont, Dundas and Glengarry Historical Society. Depuis le déménagement du musée en l'an 2000, la maison n'est plus ouverte au public.

L'architecture de la maison Inverarden

Maison Inverarden

Maison Inverarden
©Parcs Canada / Steve Weir

Selon l'avis de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, « Cette maison, construite en 1816, constitue un bel exemple de l'architecture de style Régence, et son intérieur est une expression agréable de symétrie georgienne à l'excellente finition. Dans un environnement boisé et avec une vue magnifique, c'était une maison tout à fait digne d'un gentilhomme de campagne. »

Inverarden est une maison d'apparence très agréable. Structure en moellons d'un étage et demi, elle est posée sur des fondations élevées, ce qui donne beaucoup de lumière dans les espaces réservés aux domestiques, au sous-sol. Le bâtiment rectangulaire d'origine fut flanqué d'ailes d'un étage au début des années 1820, donnant ainsi un peu de variété à la façade unie de 1816. Les surfaces des murs revêtus de stuc sont animées par les grandes fenêtres à battants aux nombreux carreaux, par la porte d'entrée avec fenêtres latérales et imposte en ellipse, et par le porche massif auquel on accède par une haute volée de marches. Dans l'ensemble, la façade est symétrique, et ce sentiment de symétrie est rehaussé par le toit en croupe et l'emplacement des quatre cheminées.

Un élément important de l'architecture de style Régence est la situation d'un bâtiment au cœur du paysage de façon à créer un environnement pittoresque. Inverarden est orientée vers le sud afin de tirer profit de la lumière du soleil, mais également des points de vue sur le fleuve Saint-Laurent. Bien que située dans une région boisée, la maison fut construite au sommet d'une élévation naturelle des terres face au fleuve, et l'allée qui y conduit à partir de la route principale fut placée de façon à dégager la vue vers le sud à partir de la maison.
Au fil des années, les occupants d'Inverarden apportèrent des changements à la maison et la modernisèrent. Ces changements ont heureusement eu peu d'effet sur l'intérieur. Inverarden possède un hall central avec un élégant escalier qui s'élève jusqu'au demi-étage supérieur. La maison originale comptait une grande pièce avec une pièce plus petite derrière, de chaque côté du hall. Les ailes construites au début des années 1820 ajoutèrent deux pièces additionnelles à l'étage principal. Les foyers d'origine sont toujours en place, ainsi qu'une partie des boiseries, des plâtres et des ferrures. Le sous-sol appartenait aux domestiques, et renfermait les chambres à coucher, une grande cuisine et un garde-manger. Le poêle et le fourneau d'origine sont toujours en place, ainsi qu'un fumoir pour la préservation des viandes. Dans toute la maison abondent les signes de l'habileté des artisans qui l'ont construite.

La Compagnie du Nord-Ouest et l'Est de l'Ontario

David Thompson
©Fondation du patrimoine ontarien

La maison Inverarden est associée à l'établissement dans l'Est de l'Ontario de partenaires de la Compagnie du Nord-Ouest, une entreprise de commerce des fourrures qui joua un rôle essentiel au cours des premières explorations du Canada. La compagnie fut formée à Montréal dans les années 1780 afin de mettre fin à la concurrence féroce et violente entre les commerçants de fourrure de la ville. Il s'agissait d'un partenariat de marchands et « d'hivernants », c'est-à-dire des hommes qui parcouraient les étendues sauvages du Canada à la recherche de fourrures. Parmi ces hivernants, se trouvaient des hommes comme sir Alexander Mackenzie, célèbre pour ses voyages de découverte qui l'amenèrent jusqu'à l'océan Arctique et au Pacifique.

Le commerce des fourrures était à l'origine de la fortune des partenaires de la Compagnie du Nord-Ouest. John McDonald of Garth vendit ses parts dans la compagnie pour la somme de 10,000 £ avant de se retirer dans sa nouvelle maison près de Cornwall dans l'Est de l'Ontario. D'autres partenaires de la Compagnie du Nord-Ouest qui prirent également leur retraite dans cette région furent John Macdonell, qui s'établit sur la rivière des Outaouais, Hugh McGillis, qui acheta une maison à Williamstown, et les explorateurs renommés David Thompson (Williamstown) et Simon Fraser (Cornwall).

Ce site à l'est de Cornwall, en Ontario, est un exemple exceptionnel de l'architecture domestique des cottages de style Régence du début du XIXe siècle au Canada. La maison Inverarden fut construite en 1816 à l'intention de John McDonald, un prospère commerçant de fourrures, lorsqu'il prit sa retraite de la Compagnie du Nord-Ouest.