Lieu historique national du Canada du Fort-George

La Guerre de 1812

1813

Ligne temporelle (Tous les événements ont lieu durant l'année 1813.)

Jan | Fév | Mar | Avr | Mai | Jui | Juil | Août | Sep | Oct | Nov | Déc

17 janvier : Les Britanniques sont battus dans une escarmouche à la rivière Raisin.

Le brigadier-général Winchester rassemble 1 000 hommes à Frenchtown; il s'engage dans une escarmouche avec 100 miliciens canadiens et 50 Autochtones de l'autre côté de la rivière Raisin. La force britannique se retire après un échange de coups de feu de quelques heures.

22 janvier : Victoire britannique à Frenchtown.

Henry Proctor, colonel du 41st Regiment, rassemble les forces du fort Malden et de Détroit et se hâte vers Frenchtown. Avec un nombre presque égal d'hommes, Proctor surprend les Américains, fait 500 prisonniers, parmi lesquels le général américain Winchester, et retourne au fort Malden.

7 février : Raid américain sur Elizabethtown (Brockville).

Benjamin Forsyth et 200 hommes franchissent le Saint? Laurent gelé et libèrent des prisonniers, occupent la place du palais de justice à Elizabethtown, font main basse sur des approvisionnements militaires et publics, et font 50 prisonniers.

22 février : Les Britanniques prennent Ogdensburg.

Sous la conduite du lieutenant-colonel " Red " George Macdonnell, en poste au fort Wellington, les troupes traversent le Saint-Laurent dans un assaut surprise d'Ogdensburg. Elles prennent le contrôle de la ville, mettent en déroute les forces américaines (500 hommes), mettent le feu aux casernes et s'emparent d'approvisionnements militaires qu'elles ramènent au fort Wellington. Vingt miliciens américains sont tués, et 70 autres sont capturés.

30 mars : Le blocus naval britannique s'étend de Long Island (N.Y.) jusqu'au delta du Mississippi.

27 avril : Les Américains attaquent York et incendient la capitale du Haut-Canada.

Tôt le matin, 14 bateaux américains transportant 1 700 soldats débarquent une force d'assaut à l'ouest de la garnison au fort York. Les défenseurs britanniques, une force combinée de 600 miliciens, soldats britanniques réguliers et Autochtones, affrontent les attaquants sur la plage, et sont repoussés jusqu'à la batterie ouest où une explosion accidentelle cause des ravages parmi les défenseurs. Découragé, Sheaffe retire les troupes régulières restantes, met le feu aux approvisionnements navals et au navire presque complété (qui devait s'appeler le Sir Isaac Brock), fait sauter la poudrière et bat en retraite de l'autre côté de la rivière Don, incendiant le pont derrière lui. Les débris qui retombent de l'explosion de la poudrière causent le plus grand nombre de pertes américaines, notamment le brigadier-général américain Zebulon Pike, qui est tué. La force britannique se retire à Kingston. Les soldats américains occupent la ville pendant six jours, pillent plusieurs bâtiments et y mettent le feu, et s'emparent de l'étendard royal ainsi que de la masse du président dans la législature.

1-5 mai : Siège du fort Meigs. Le brigadier-général Proctor, à la tête de 520 soldats réguliers et 450 miliciens, et Tecumseh avec 1 500 Autochtones mettent le siège au fort Meigs nouvellement construit et le bombardent. Le 5, une colonne de secours conduite par William Dudley, du Kentucky, est battue dans les bois de l'autre côté de la rivière, en face du fort Meigs, lorsque ses miliciens rencontrent Tecumseh et le major breveté Adam Muir. Sur une force de 800 hommes, 150 réussissent à se mettre en sécurité, 450 sont capturés par les Britanniques, et environ 200 sont tués, blessés ou portés manquants. De l'autre côté de la rivière, 40 soldats britanniques sont capturés dans un engagement à côté du fort Meigs. Après plusieurs jours de négociation au sujet des prisonniers et d'une reddition américaine, Proctor et Tecumseh abandonnent le siège.

9 mai : Raid à Forty Mile Creek.

Dans un raid, le U.S.S. Governor Thompkins et le U.S.S. Conquest incendient des entrepôts britanniques.

25 mai : Les Américains bombardent et détruisent le fort George.

Le matin du 25 mai, le fort Niagara et les batteries en face du fort George ouvrent le feu. Le fort britannique et le fort américain se livrent un duel d'artillerie, les dommages étant surtout infligés au complexe en bois du fort George. Les "boulets rouges" (boulets de canon chauffés au rouge) des Américains mettent le feu au fort George, qui brûle très rapidement. Seuls la poudrière en pierre et les bastions de terre subsistent. Le fort Niagara perd quelques bâtiments en bois, mais demeure en grande partie intact.

27 mai : Assaut américain du complexe du fort George.

Les Britanniques quittent les restes fumants du complexe du fort George et campent sur le terrain communal, à l'ouest du fort, pendant deux nuits. Tôt le matin du 27, le général Dearborn et une armée combinée de 5 000 hommes embarquent au fort Niagara dans plusieurs grands vaisseaux accompagnés d'autres vaisseaux d'assaut plus petits sous le commandement du commodore Chauncey. Ne connaissant pas de façon certaine la direction de l'assaut américain, la force britannique de 1 200 soldats réguliers se divise en trois parties pour établir la défense contre un assaut du nord (bord du lac), de l'est (sur le fort lui-même) ou du sud (du fort vers Queenston). L'attaque américaine se produit sur le bord du lac près de Two Mile Creek, où les Américains mettent pied à terre et rencontrent une petite force britannique. Un combat s'engage sur la rive, et les Britanniques sont obligés de se retirer vers la ville. La force réunie, trop petite pour s'opposer à l'armée d'invasion américaine, et ayant perdu 350 hommes, risquant d'être encerclée et bloquée sur la péninsule, se retire vers Beaver Dams, et finalement à Burlington Heights. Les Britanniques abandonnent la frontière du Niagara avec les Américains à leur poursuite.

29 mai : Victoire britannique à Sackets Harbour.

Afin de neutraliser et distraire le commodore américain Chauncey, qui agit en appui à l'invasion du Niagara, sir James Yeo, le commandant naval britannique, et l'adjudant-général, le colonel Edward Baynes, à la tête de 750 hommes, font la traversée jusqu'à Sackets Harbour avec l'intention de tenter de paralyser la flotte américaine du lac Ontario à la source. Les Britanniques prennent pied sur la rive, repoussent les miliciens américains, et marchent vers le fort Tompkins. L'assaut est repoussé par l'artillerie américaine, et les Britanniques battent en retraite, décidant qu'une autre attaque serait futile. Les Britanniques rembarquent, tandis que les défenseurs américains décident qu'un autre assaut est inévitable et mettent le feu aux approvisionnements navals de façon à empêcher leur capture par les Britanniques.

1er juin : Le H.M.S. Shannon remporte la victoire sur le U.S.S. Chesapeake et le remorque dans le port d'Halifax. 240-1.

2 juin : Deux bateaux capturés et 90 Américains faits prisonniers près du fort Lennox sur l'Île-aux-Noix, au sud de Montréal.

6 juin : Victoire britannique à Stoney Creek .

Les forces de Dearborn poursuivent lentement les Britanniques jusqu'à Stoney Creek , et campent à la base de l'escarpement. La force britannique de 700 hommes, qui vient de la bataille du fort George, attaque la force américaine de 3 400 hommes pendant la nuit. Au cours d'un engagement confus, deux généraux américains, plusieurs officiers et près de 100 soldats américains sont capturés. En désordre et privés d'un commandement efficace, les Américains se retirent à Forty Mile Creek. Mais même si elle a connu le succès, la force britannique est réduite à moins de 500 hommes, ayant subi plus de 200 pertes au cours de la bataille nocturne.

7 juin : Victoire britannique à Forty Mile Creek; les troupes américaines se retirent au fort George.

Après l'attaque de Sackets Harbour, sir James Yeo traverse le lac et arrive à Forty Mile Creek le 7 juin. Les Américains qui y sont campés, après leur déroute à Stoney Creek , supposent que les bateaux de Yeo sont chargés de soldats et se retirent rapidement au fort George.

9 juin : Les forces américaines incendient le fort Érié et abandonnent les postes à Chippewa et à Queenston.

19 juin : Le major-général (baron) Francis de Rottenburg devient lieutenant-gouverneur du Haut-Canada.

24 juin : Victoire des Autochtones alliés aux Britanniques à Beaver Dams.

Le capitaine américain Boerstler avec 700 hommes conduit une expédition du fort George à la Maison DeCew (un dépôt d'approvisionnements militaires) afin de frapper les forces britanniques campées à peu de distance du fort George. En chemin, il s'arrête à Queenston dans la maison des Secord. Laura Secord rassemble autant de renseignements au sujet de l'armée américaine qu'elle le peut, et elle chemine sur 19 milles à travers les marécages, les forêts et les lignes américaines pour rencontrer FitzGibbon et l'avertir de l'attaque américaine. Le jour d'après, à Beaver Dams, les Américains tombent dans une embuscade dressée par les Mohawks de Caughnawaga et des Six Nations dirigés par Dominique Ducharme et William Kerr, du Département indien, et John Brant, le fils de Joseph Brant. Les Caughnawagas se chargent du plus gros de l'embuscade, et lorsque le combat cesse, FitzGibbon, tel qu'averti par Laura Secord, se présente pour négocier avec les Américains. Ces derniers se rendent, et 460 hommes sont faits prisonniers.

8 juillet : Bataille de Ball's Farm (sans décision).

Cette escarmouche a pour objet la récupération d'approvisionnements médicaux britanniques. Elle se termine sans vainqueur évident.

5 juillet : Raid sur le fort Schlosser.

Un petit raid mené par le colonel britannique Thomas Clark réussit à capturer des approvisionnements militaires américains au fort Schlosser.

11 juillet : Raid britannique sur Black Rock .

Le lieutenant-colonel C. Bisshopp emmène 250 hommes de l'autre côté de la rivière Niagara à Black Rock , dans un raid nocturne. Le groupe met le feu aux casernes américaines et capture des approvisionnements militaires. Une escarmouche avec les forces américaines qui se sont ressaisies entraîne la perte de près de 50 hommes, tués et blessés.

18 juillet : Victoire américaine à Goose Creek .

Des corsaires américains interceptent un convoi britannique près de Rockport, et emmènent les biens capturés et les prisonniers vers Sackets Harbour . Yeo cherche à récupérer les biens perdus avec quelques détachements de soldats réguliers, mais il est coincé à l'embouchure de Goose Creek . Les soldats débarquent et engagent le combat avec les Américains, mais ne réussissent pas à reprendre ni leurs provisions ni les prisonniers.

27 juillet : Deuxième siège du fort Meigs.

Proctor et Tecumseh, avec une force combinée de 1 400 hommes (1 000 Autochtones) traversent le lac Érié et cherchent à attirer la garnison américaine hors du fort Meigs pour engager le combat, mais le commandant du fort, le brigadier-général Green Clay, s'y refuse.

29 juillet : Assaut britannique sur Plattsburg.

Une force britannique de 1 000 hommes attaquent Plattsburg, Cumberland Head (en tentant d'engager le combat avec la Marine américaine à Burlington), Shelburne Bay et Charlotte, capturant des approvisionnements et plusieurs bateaux, et prenant le contrôle du lac Champlain.

31 juillet : Les Américains retournent à York pour se procurer des approvisionnements navals et incendient quelques entrepôts.

2 août : Les Britanniques attaquent le fort Stephenson.

Proctor et les restes de la force qui a été utilisée dans l'assaut du fort Meigs attaquent le fort Stephenson. Après un assaut frontal, les Autochtones s'écartent, laissant une force régulière de 400 hommes face à la garnison américaine de 160 hommes. Prévoyant la futilité d'une attaque, les troupes de Proctor se retirent à la faveur de la nuit.

8 août : Les U.S.S. Hamilton et Scourge coulent.

Surpris par une bourrasque tard dans la soirée, les deux bateaux mal préparés chavirent et coulent.

10 août : Capture du Julia et du Growler.

Lors d'un petit engagement au sud-est de York, les escadres de Yeo et de Chauncey se rencontrent, et deux bateaux américains, le Julia et le Growler, se séparent de la force principale et sont capturés.

10 septembre : La flotte britannique dans l'ouest du lac Érié est vaincue par la flotte américaine.

Le commodore Oliver Hazard Perry capture les six vaisseaux de la flotte britanniques (sous le commandant Barclay, de la Marine provinciale) à Put-in-Bay lors de violents combats pour le contrôle du lac Érié, coupant ainsi les lignes d'approvisionnement vers le fort Malden, Détroit et les Grands Lacs supérieurs. Pertes britanniques : 135 tués et blessés, les autres capturés. Pertes américaines : 123 hommes et officiers tués et blessés.

11 septembre : Les deux escadres se rencontrent au nord-ouest de la rivière Genesee.

Dans un échange qui dure environ une heure et demie, les Américains poursuivent les Britanniques encalminés sur le lac Ontario. Il n'y a pas de pertes, ni d'un côté ni de l'autre, mais plusieurs bateaux sont gravement endommagés.

20 septembre : Odelltown.

Les forces américaines sous le major-général Wade Hampton traversent au Haut-Canada et se heurtent aux miliciens canadiens. Après plusieurs petits engagements, Hampton décide d'abandonner son avance.

23 septembre : Amherstburg est abandonné et les établissements militaires des forts Détroit et Malden et les chantiers navals sont incendiés.

27 septembre : 4 500 soldats américains sous le général Harrison débarquent à Amherstburg.

28 septembre : "Les courses de Burlington". La flotte américaine du lac Ontario force la flotte britannique à se mettre à l'abri dans la baie de Burlington.

5 octobre : Les Britanniques sont battus à Moraviantown (bataille de la Thames); Tecumseh est tué.

Le 27 septembre, menacé de voir sa ligne de retraite coupée par la Marine américaine et de se faire capturer, Proctor abandonne Détroit et Amherstburg et bat en retraite le long de la rivière Thames en direction du quartier général britannique à Burlington Heights. Avançant lentement et à court de provisions, les Britanniques restent légèrement en avance du brigadier-général Harrison et de ses 3 500 soldats américains. Les Britanniques en retraite comptent 850 soldats réguliers et environ 1 000 alliés autochtones. Les deux forces se rencontrent à Moraviantown, et après un très bref engagement, les forces britanniques sont renversées et doivent se rendre. Proctor s'enfuit. Dans le marécage à la droite des forces britanniques, les Autochtones continuent le combat et Tecumseh trouve la mort. Ce qui reste de la force britannique, soit 250 soldats et 400 alliés autochtones, réussit à regagner Burlington Heights. Harrison craint de faire avancer son armée au-delà de ses lignes d'approvisionnement possibles et retourne à Détroit. Les raids américains dans le sud-ouest du Haut-Canada commencent.

11 octobre : Baie Missisquoi.

Le colonel Isaac Clark avec 200 soldats (de la force de Wade Hampton à Four Corners ) capture des approvisionnements britanniques et fait prisonniers quelques miliciens à Philipsburg.

26 octobre : L'invasion américaine est repoussée à Châteauguay.

Avec une force de plus de 4 000 soldats réguliers et quelques miliciens, le major-général Wade Hampton avance le long de la rivière Châteauguay en direction de Châteauguay, avec l'intention de se joindre à l'armée de Wilkinson pour donner l'assaut à Montréal. Il se heurte à une force de miliciens canadiens-français, de Voltigeurs, de territoriaux canadiens et de leurs alliés autochtones qui ont pris position derrière des ouvrages défensifs rapidement dressés. Il divise sa force, une aile devant traverser la rivière et prendre les miliciens canadiens à revers. La bataille est remportée par les miliciens qui mettent en échec l'attaque américaine tant à l'avant qu'à l'arrière. Découragé, Hampton se retire d'abord à Four Corners, puis à Plattsburg, refusant de rejoindre l'armée de Wilkinson pour l'attaque sur Montréal.

11 novembre : La tentative d'invasion américaine est défaite et repoussée à Crysler's Farm .

Les 1 800 soldats de Wilkinson franchissent le Saint-Laurent près de la ferme de John Crysler, où ils sont attaqués par une force britannique combinée de 800 soldats réguliers, de miliciens et de quelques Autochtones. Les Américains font face et combattent pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que les Britanniques les repoussent vers l'est le long du Saint-Laurent. Les Américains se retirent vers Montréal, puis retraversent le fleuve pour passer l'hiver à Plattsburg.

Décembre : Le lieutenant Henry Medcalf (Norfolk Militia) capture des corsaires américains.

10 décembre : L'armée américaine abandonne le fort George et brûle l'agglomération de Newark.

Pour rassembler des forces destinées à l'assaut sur Montréal, les forces régulières de la région du Niagara sont amenées à Sackets Harbour, ce qui laisse les miliciens de l'État de New York et 120 hommes des Canadian Volunteers de Willcocks (sympathiques à la cause américaine) pour défendre la région du Niagara. Comme les Britanniques font pression sur les Américains dont la seule défense est un fort George reconstruit, le général américain George McClure décide d'évacuer la rive canadienne. Les options qui s'offrent au brigadier-général George McClure sont de a) défendre la position au fort George (et brûler la ville pour faciliter la défense), ou b) brûler le fort George et abandonner la rive canadienne. Au lieu de cela, McClure brûle la ville et abandonne le fort intact. Les habitants de Newark (Niagara-on-the-Lake) sont avertis peu avant qu'on mette le feu à la ville, et ce sont Willcocks et ses Canadian Volunteers qui mettent le feu. Les 400 habitants de Newark sont laissés sans abri. McClure se rend à Buffalo, et une force réduite retourne au fort Niagara.

13 décembre : Le lieutenant-général Gordon Drummond, né au Canada, devient lieutenant-gouverneur du Haut-Canada.

18 décembre : Les Britanniques prennent le fort Niagara au cours d'une attaque nocturne.

Pendant la nuit, une force britannique de 500 hommes traverse la rivière Niagara et attaque le fort Niagara dans un assaut silencieux. La garnison américaine de 460 hommes est capturée (à l'exception de 20 hommes) en même temps que d'abondants approvisionnements militaires.

19 décembre : Les Britanniques avancent le long de la rivière Niagara.

Une deuxième force britannique de 500 soldats réguliers et de 500 Autochtones et miliciens sous le major-général Riall traverse la rivière pour appuyer la position britannique au fort Niagara, et avance vers Youngstown. La force britannique progresse du côté est de la rivière Niagara, incendiant les villages et les forts. Youngstown, Tuscarora (un village autochtone), Lewiston, le fort Schlosser et jusqu'à Tonawanda sont incendiés, en représailles pour l'incendie de Niagara.

31 décembre : Les Britanniques prennent Black Rock .

Le général britannique Phineas Riall retourne du côté américain à Black Rock avec une force de 1 400 hommes. L'attaque est dirigée sur Buffalo et sur Black Rock . La force américaine de 1 200 hommes bat en retraite à travers Buffalo. Les Britanniques font main basse sur les provisions et incendient Black Rock et Buffalo ainsi que quatre bateaux de l'escadre du lac Érié.

Précédent