Les musiques au Fort-George pendant la guerre de 1812

La musique au Fort-George
© Parcs Canada

À cause de leur statut social et de leur fortune personnelle, les officiers ont d'autres distractions musicales que les tambours. La plupart d'entre eux ont une formation musicale; ils peuvent chanter et jouer d'un instrument tel que le violon. On apporte même les pianos au Haut-Canada. C'est excitant de recevoir les toutes dernières partitions en provenance d'Europe et d'avoir la chance de jouer et de distraire la petite noblesse locale au cours de concerts, de pièces de théâtre et de danses. La musique allemande plaît beaucoup ainsi que la musique nationaliste de Grande-Bretagne et la musique de danse la plus récente en provenance de l'Écosse. Parfois, on engage des musiciens civils professionnels que les officiers équipent, mais il est rare de trouver de tels musiciens sur le champ de bataille. Les musiques peuvent être composées d'officiers, de soldats ou de musiciens civils. Voici ce qui est écrit à ce sujet dans les Ordres et Règlements généraux de l'armée de 1811: "dans les régiments dotés de musique, un soldat de chaque troupe ou de chaque compagnie est autorisé à agir en qualité de musicien, et un sergent peut tenir le rôle de chef de la Musique, mais tous ces hommes doivent être utiles au service comme soldats, être parfaitement entraînés et être prêts à servir parmi les troupes en situation d'urgence". Le 41e Régiment possédait une musique, et le 49e Régiment déclarait la perte "par les officiers supérieurs et les capitaines, lors de l'incendie du fort George le 28 mai ou par le capitaine de ce poste le 27 mai 1813, de tous les instruments de musique et des cahiers appartenant à la Musique.

14 clarinettes
2 bassons
10 flûtes
2 cors français
1 trompette
1 serpent
1 timbale
1 paire de triangles
un coffre de cahiers de musique

Je déclare sur mon honneur que, au meilleur de ma connaissance et de ma conviction, ce qui précède est exact et véridique (signé) C. Pleanderleath, major commandant le 49e Régiment" (Archives publiques du Canada RGB, C 1227, p.13)

Une musique est actuellement en voie de formation à Fort-George. On a déjà rassemblé quelques instruments. Nous avons des flûtes, une clarinette, un basson, un violon, un serpent et un pianoforte qui datent de l'époque du fort George et de la guerre de 1812. La musique de l'aristocratie est jouée dans le pavillon des officiers et un programme intitulé Musique de la tunique rouge est présenté dans la caserne.

Précédente