Lieu historique national du Canada du Fort-George

Le Corps de fifres et tambours du 41e régiment

LES TÂCHES QUOTIDIENNES DES TAMBOURS AU FORT GEORGE EN 1812

Les tambours ont des tâches quotidiennes à accomplir. L'un d'entre eux est désigné tambour de service et est affecté au corps de garde. Il est placé sous les ordres de l'officier de service. Les autres tambours de la garnison occupent cette fonction à tour de rôle, et, en temps de crise, plusieurs tambours peuvent être affectés au corps de garde, à Niagara ou ailleurs lorsqu'on a besoin d'eux.

C'est la responsabilité du tambour de service de réveiller ses compagnons à l'aube pour qu'ils battent le réveil ou pour que le clairon sonne le réveil. Les tambours battent le réveil à plusieurs endroits de la garnison. Une heure après avoir battu le réveil, les tambours battent l'appel des troupes pour le rassemblement et l'inspection du matin. Les troupes défilent avec le drapeau du régiment pendant que les tambours battent la marche des grenadiers. La présentation du drapeau permet au régiment de reconnaître son drapeau en temps de crise.

Les soldats et les tambours rejoignent leurs formations pour les exercices et les travaux du matin. Les tambours font aussi office de courrier en apportant les ordres aux officiers de service ou à l'adjudant. Lorsque des détachements de corvée sont nécessaires, les tambours se tiennent là où le travail doit être fait et battent la marche des pionniers. Le tambour de service peut être affecté en ville dans le but d'alerter la population locale ou accompagner un détachement de recrutement dans les tavernes ou aux coins des rues.

Les tambours ont aussi la tâche insigne de fouetter les soldats avec le chat à neuf queues (fouet à neuf lanières). Le tambour-major garde le chat dans un sac de soie rouge. Laisser "le chat sortir du sac" n'est pas de bonne augure pour les soldats. Chaque tambour doit donner vingt-cinq coups de fouet tandis que le tambour-major compte lentement chaque coup. La scène se déroule devant toute la garnison, les officiers, les épouses et les enfants, de façon à avoir un effet dissuasif.

À deux heures de l'après-midi, le tambour de service bat l'appel au dîner ou le Roast Beef of Old England. La dernière cérémonie de la journée de travail est le second appel aux troupes, qui est suivi d'une inspection. Lorsque les tâches sont terminées, les tambours et les soldats peuvent prendre congé pour aller en ville peut-être dans le but de visiter une quelconque taverne.

Au coucher du soleil, le corps de tambours bat la retraite pour signaler aux soldats qu'il est temps de retourner au fort. Puis, on ferme les portes, on relève la garde et on change le mot de passe. Quelques heures plus tard, les nouveaux tambours de service battent le Tattoo pour indiquer qu'il est l'heure d'éteindre les feux et de fermer la caserne.

Les tambours ont également des responsabilités sur le champ de bataille. Ils battent les appels au combat traditionnels tels que Prêt pour le feu, Cessez-le-feu, la Charge et la Retraite. Derrière les lignes, ils retrouvent leurs compagnies respectives, battent les appels et assistent les blessés. Ils sont souvent chargés d'apporter les munitions aux soldats. Lorsqu'ils en ont le temps, ils jouent de la musique pour encourager les hommes, et ils battent le Parley pour signaler un cessez-le-feu.

Quand les tambours atteignent l'âge de seize ans, ils se joignent habituellement au régiment à titre de soldats. Comme la plupart d'entre eux ont grandi dans les casernes, l'armée est la seule vie qu'ils connaissent. Nombreux sont ceux qui deviennent sous-officiers dans le 41e Régiment.

Précédente