Lieu historique national du Canada de la Villa-Bellevue

Histoire

Sir John A. Macdonld: L'homme
Sir John A. Macdonald
Bibliothèque et Archives Canada / C-005327

Sir John A. Macdonld: L'homme

Les premières années de sir John A. Macdonald

Macdonald à l'école

Le jeune avocat

Le jeune politicien

Le jeune marié

La villa Bellevue

La vie à la villa Bellevue

Les premières années de sir John A. Macdonald

Glascow, Écosse
Glascow, Écosse
© Bibliothèque et Archives Canada

Fils de Hugh et Helen Macdonald, sir John A. Macdonald naît en Écosse, en 1815. En 1820, la famille immigre au Canada et s'installe à Kingston, où elle a déjà de la parenté, soit le lieutenant-colonel Donald Macpherson, un officier britannique à la retraite, et sa femme Anna, qui est la soeur de Mme Macdonald. Macdonald a un frère, James, d'un an son cadet, qui meurt accidentellement en 1822 et deux soeurs, Margaret, née en 1813 et Louisa, en 1818.

Hugh Macdonald tient un magasin général à Kingston pendant plusieurs années. Selon une pratique courante à l'époque, le magasin est situé au rez-de-chaussée et la famille vit à l'étage au-dessus. En 1824, Hugh Macdonald déménage à Hay Bay, un petit village à l'ouest de Kingston. Il y exploite un magasin pendant deux ans, puis il change de profession et exploite une minoterie à Glenora, dans le comté de Prince Edward, tout près de Hay Bay. La famille vivra là dix ans.

Macdonald à l'école

Kingston, Haut Canada
Kingston, Haut Canada
© Bibliothèque et Archives Canada

Dans les années 1820, avec ses 3 000 habitants, Kingston est l'un des principaux établissements du Haut-Canada. De loin la plus importante communauté de l'est de la colonie, Kingston possède les meilleures écoles de la région. À l'âge de dix ans, Macdonald quitte donc Hay Bay pour aller étudier à Kingston, où il est pensionnaire. À l'époque, l'État consacre peu d'argent aux écoles et les étudiants doivent normalement payer des frais de scolarité. Les Macdonald doivent donc se serrer la ceinture pour faire éduquer leur fils, surtout qu'il vit loin de la demeure familiale. Mais ils savent que pour réussir, il doit avoir la meilleure éducation possible.

Macdonald n'a que quinze ans lorsqu'il quitte l'école. Ses parents ont décidé qu'il serait avocat et, à quinze ans, il a l'âge requis pour commencer ses études de droit. La voie habituelle consiste à travailler dans un cabinet d'avocat et à y acquérir les connaissances nécessaires pour passer les examens de droit. Pendant cinq ans, Macdonald travaille dans le cabinet d'un éminent avocat de Kingston, George Mackenzie, et à vingt ans, il se qualifie aux examens et ouvre son propre cabinet.

Le jeune avocat

110-112 rue Rideau, Kingston 110-112 rue Rideau, Kingston
Bibliothèque et Archives Canada / C-004508

Hugh Macdonald n'a jamais réussi en affaires. En 1836, il abandonne la minoterie de Glenora et trouve du travail dans une banque de Kingston. Pendant les quelques années qui suivent, Macdonald vit avec ses parents et ses soeurs. À la mort de son père, en 1841, il devient chef de famille et il doit assurer la subsistance des siens. Cette obligation ne lui paraît pas trop lourde, car sa pratique connaît du succès dès le départ et il est un avocat populaire et très occupé.


Le jeune politicien

Portrait de sir John A. Macdonald par William Sawyer, 1863
Portrait de sir John A. Macdonald par William Sawyer, 1863
© Parcs Canada

Jeune et ambitieux, il est tout naturel que Macdonald songe à une carrière politique. En 1843, il est élu conseiller municipal à Kingston. Mais il a déjà quelque chose de plus important en vue : il veut représenter Kingston à l'Assemblée législative de la province du Canada.

La province du Canada est une colonie britannique composée du Canada-Ouest et du Canada-Est. De taille relativement réduite, elle couvre le sud et l'est de l'Ontario actuel et une partie du Québec, près du fleuve Saint-Laurent. Elle a à sa tête un gouverneur général nommé par le gouvernement britannique qui compte sur l'aide d'une Assemblée législative dont les membres sont élus par les rares habitants de la province à posséder le droit de voter. En 1844, Macdonald présente sa candidature à l'Assemblée législative et l'emporte.

À l'époque, il faut être riche pour faire partie de l'Assemblée législative, car les députés ne touchent aucun salaire. Lorsqu'ils assistent aux réunions de l'Assemblée, ils reçoivent une allocation qui les aide à payer leurs déplacements et leur hébergement. Devenu député, Macdonald doit se rendre de Kingston à Montréal, qui est alors la capitale de la province du Canada. Il doit loger à l'hôtel ou dans une pension des semaines durant. Son absence de Kingston l'oblige également à négliger quelque peu sa pratique.


Le jeune marié

Sir John A. Macdonald
Sir John A. Macdonald
© Parcs Canada

Quand il s'absente de Kingston pour aller à l'Assemblée législative, Macdonald laisse derrière lui non seulement son cabinet, mais aussi sa jeune épouse, Isabella Clarke. Tout comme Macdonald, Isabella est née en Écosse. En fait, elle est la demi-cousine de Macdonald et ils se sont rencontrés pendant le séjour de celui-ci en Grande-Bretagne en 1841. En 1843, Isabella fait la longue traversée de l'Atlantique pour visiter ses parents Macdonald et Macpherson. Elle reste au Canada pour devenir l'épouse de Macdonald.

Isabella tombe malade environ deux ans après son mariage. Elle ne se remettra jamais complètement et, de 1845 jusqu'en 1857, année de sa mort, elle jouira rarement d'une bonne santé. On ignore la cause exacte de sa maladie, mais elle éprouve des douleurs à la tête et elle a souvent une mauvaise toux. Certains jours, elle est si fatiguée et elle souffre tellement qu'elle est incapable de se lever.

Portrait de Isabella Clarke Macdonald, Artiste Inconnu Portrait de Isabella Clarke Macdonald, Artiste Inconnu
Bibliothèque et Archives Canada, no d'acc 1960-123-5

Les premières années de sa maladie, Isabella passe beaucoup de temps loin de Kingston. Macdonald l'amène à New York pour voir si les médecins de là-bas peuvent la guérir. Afin d'échapper au froid climat de Kingston, elle passe des mois chez sa soeur qui vit à Savannah, en Georgie. Celle-ci, Margaret Greene, est l'épouse d'un riche Georgien.

En 1847, Isabella est enceinte et retourne à New York sous les soins d'un médecin de l'endroit. En août, elle accouche d'un garçon baptisé John Alexander, comme son père. Au début, Isabella est trop malade pour quitter New York et ce n'est qu'en juin 1848 qu'elle peut finalement entreprendre le voyage de retour vers Kingston.


La villa Bellevue

La villa Bellevue
La villa Bellevue
© Bibliothèque et Archives Canada

Au moment de leur mariage, en 1843, Macdonald et Isabella habitent avec la famille de Macdonald dans leur maison de Kingston. C'est donc là qu'Isabella revient vivre en 1848. Cette maison est cependant située au centre-ville, ce qui n'est pas l'idéal pour quelqu'un dont la santé est si fragile. Macdonald décide donc de chercher pour sa femme une demeure tranquille, loin du bruit et de la saleté de la ville. Son choix se porte sur la villa Bellevue.

La villa Bellevue est à un mille de Kingston, sur une vaste propriété boisée d'où l'on peut voir le lac. Il y a des voisins tout près, mais chaque maison est entourée de grands jardins. L'air y est propre. C'est un endroit reposant où Isabella peut tenter de se rétablir.

La vie à la villa Bellevue

Les Macdonald mènent une vie tranquille à la villa Bellevue. Macdonald se rend à son travail chaque matin, sauf lorsqu'il est en voyage pour affaires. Isabella supervise les serviteurs et s'assure que la maison reste propre, que la lessive est faite et que le repas de Macdonald est prêt lorsqu'il rentre le soir. Les jours où elle ne se sent pas bien, elle garde le lit.

Le couple vit d'heureux moments à la villa Bellevue. Macdonald se fait souvent installer une petite table dans la chambre d'Isabella où ils dînent ensemble à la lueur du feu. Isabella est parfois assez bien pour accompagner Macdonald dans la salle à manger. Après le repas, il lui fait la lecture pendant qu'elle fait du tricot ou de la couture. Tant qu'Isabella n'est pas trop malade, cette vie tranquille convient bien à Macdonald. Cependant, un mois après leur arrivée à la villa Bellevue, Mcdonald et Isabella vivent un épisode très douloureux lorsque leur fils, âgé d'à peine un an, meurt.

La villa Bellevue est un endroit agréable, surtout l'été lorsque les arbres sont couverts de feuilles, que les fleurs poussent et que le potager produit des légumes frais. Mais Macdonald a beaucoup de dépenses, car il doit à la fois payer le loyer de la villa Bellevue et subvenir aux besoins de sa mère et de ses soeurs qui habitent sa maison de Kingston. En septembre 1849, avec beaucoup de tristesse et de regrets, le couple doit donc quitter la villa Bellevue pour aller s'installer dans une demeure plus petite et moins dispendieuse du centre-ville de Kingston. La nouvelle grossesse d'Isabella vient peut-être tempérer un peu leur tristesse.

Sir John A. Macdonald : Le Politicien