Lieu historique national du Canada de la Redoute-York

Histoire

Cette fortification vieille de 200 ans domine un promontoire qui donne sur la spectaculaire entrée du port d'Halifax. Les batteries originales de la redoute York sont construites en 1793, lorsque l'Angleterre entre en guerre contre la France révolutionnaire. L'Armée anglaise ayant aperçu des navires de guerre français dans l'Atlantique Ouest, elle se dépêche d'ériger des batteries dans le port pour protéger Halifax contre une attaque par voie maritime. Au fil des ans, les fortifications sont agrandies et consolidées. Le prince Edward, duc de Kent, y fait apporter plusieurs améliorations entre 1795 et 1800. Au début des années 1860, l'évolution de la technologie de l'artillerie rend la redoute désuète. Pour l'adapter aux nouveaux armements, il faut reconstruire et agrandir l'ouvrage de défense. Malgré les changements physiques qu'on lui fait subir, la redoute conserve le rôle qu'elle assumait à ses débuts.

Grâce à son emplacement avantageux, la redoute York revêt une grande importance sur le plan des communications. Au XIXe siècle, elle communique avec la Citadelle au moyen de pavillons pour échanger des renseignements sur le mouvement des navires dans le port.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'ouvrage de défense sert de caserne pour l'infanterie et les troupes qui attendent de partir outre-mer. De 1940 à 1942, on construit le poste de commandement de tir dans l'enceinte de la redoute pour défendre le port. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la fortification devient le centre névralgique des ouvrages de défense du port et constitue l'un des maillons de la chaîne de lutte anti-sous-marine qui protège toute l'entrée du port jusqu'à l'île McNab. L'armée fait usage de la redoute York jusqu'en 1956.

Aujourd'hui, le public peut se promener parmi les armes et les fortifications bicentenaires tout en profitant de l'air frais et des vues imprenables sur le port d'Halifax et le vaste océan Atlantique.