Lieu historique national du Canada de Port-Royal

Visite branchée

Franchissez une porte vers le passé. À Port-Royal, vous serez plongés dans l’histoire fascinante d’une des premières colonies françaises et des courageux explorateurs qui y ont vécu et rêvé...

Bienvenue à l’Habitation!

Une famille à l'Habitation
© Parcs Canada

Un peu d’orientation pour commencer. En arrivant sur les lieux, vous verrez, au premier plan, le terrain de stationnement puis, juste derrière, le bâtiment en briques où se trouvent les toilettes. Le terrain de pique nique se trouve sur la gauche et l’Habitation à environ 150 mètres (500 pieds) à l’ouest du terrain de stationnement.

Pour arriver au poste d'entrée prendre le sentier qui se trouve à droite des toilettes. En vous promenant parmi les arbres qui entourent le bâtiment des toilettes, imaginez la forêt qui devait se trouver là au début du 17e siècle.

Le monument qui honneur Membertou Le monument qui honneur Membertou
© Parcs Canada/A. Rierden

Le monument

Au départ du sentier se trouve le monument érigé en l’honneur de Membertou, un des grands chefs mi’kmaq. Membertou était le chef de la région de Port-Royal à l’époque où les Français ont construit l’Habitation. Avec ses sujets, il a aidé les Français à s’adapter à l’Acadie et à y survivre. Le monument a été érigé en 1985, à l’occasion du 375e anniversaire du baptême de Membertou et de sa famille qui s’étaient convertis au catholicisme en 1610.

La grande croix en bois que vous voyez à gauche du chemin marque l’existence et l’un des emplacements possibles du cimetière de l’Habitation de Port-Royal. Des documents d’archives indiquent que Membertou a été enterré au cimetière de Port-Royal. Rendons nous maintenant à l’Habitation. 

Les armoiries Les armoiries
© Parcs Canada/C. Reardon

L'entrée

À l’entrée, vous remarquerez, peintes sur l’écusson situé au dessus de la porte, les armoiries d’Henri IV, roi de France à l’époque de la construction de l’Habitation, en 1605. S’y trouvent également les armoiries des deux gouverneurs, le sieur de Mons et le sieur de Poutrincourt.

 


La cour La cour
© Parcs Canada

La cour 

 À l’intérieur, vous découvrirez une cour entourée de plusieurs bâtiments indépendants où les habitants vivaient et travaillaient, ainsi qu’un puits au centre. Les toits pentus à pans coupés sont représentatifs de l’architecture normande de l’époque. Les grandes cheminées en pierres des champs aspiraient la fumée des foyers.

 

Oeil-de-boeuf, logis des gentilshommes Fenêtre avec « œil de bœuf »
© Parcs Canada/S. MacKenzie

Le logis des gentilshommes

Dans le logis des gentilshommes, vous verrez des peintures de Charles W. Jeffreys (PhD), célèbre artiste et historien canadien, illustrant la vie à l’Habitation de Port-Royal. Dans l’une des fenêtres, se trouve une pièce de verre de forme bizarre, ressemblant étrangement au fond d’une bouteille de boisson gazeuse d’aujourd’hui. Cet « œil de bœuf » est la pièce centrale d’une feuille de verre filé, trop précieux à l’époque pour être gaspillé. Ce type de verre est aujourd’hui très recherché. Accrochée au mur, une copie du plan et de la carte de Champlain permet de situer les lieux et de voir à quoi ils ressemblent.

L forge La forge
© Parcs Canada/A. Rierden

Le forge

Le forgeron fabriquait les pièces de quincaillerie nécessaires à la construction et à l’entretien de l’Habitation. Si nécessaire, il pouvait aussi fabriquer des objets à échanger avec les Mi’kmaq. Il contribuait directement au bien être financier de l’établissement et était payé généreusement. Les grands soufflets produisaient l’oxygène nécessaire à l’entretien du feu dans la forge. Bon nombre des outils exposés dans ce local datent du début du 17e siècle. Le verre coûtait cher à l’époque; c’est pourquoi les fenêtres de la plupart des espaces de travail sont recouvertes de peaux d’animaux débarrassées de leur fourrure et traitées à l’huile en guise de carreaux. Un sol en gravier empêche les étincelles de mettre le feu au plancher. La meule qui se trouve dans le coin était actionnée au pied et servait à affûter les outils. Quand l’Habitation était occupée, dans les années 1600, les objets en métal pour la traite et les pièces de quincaillerie utilisées dans les bâtiments étaient fabriqués ici avec du fer apporté de France.

La cuisine La cuisine
© Parcs Canada/A. Rierden

La cuisine

Imaginez vous, devant la cheminée, en train de faire cuire un rôti d’orignal à la broche. Ici, vous pouvez voir des murs construits à l’aide de la technique de colombages et un grand foyer où les colons préparaient les repas. Avez vous entendu parler de l’Ordre de bon temps? Allons à la salle commune pour savoir de quoi il s’agit.

 

 

 

 
 
Suite
suite