Lieu historique national du Canada de Port-Royal

Histoire

Introduction    Saveurs historiques    Période difficile pour les colons    Port-Royal : Un modèle de préservation

 

Période difficile pour les colons

Les missionnaires jésuites étaient des partenaires financiers de Poutrincourt à son retour à Port Royal, en 1610. Les missionnaires jésuites étaient des partenaires financiers de Poutrincourt à son retour à Port Royal, en 1610.
© Parcs Canada/F. Gaudet

Juste au moment où la colonie semble être en mesure de subvenir à ses besoins, les colons apprennent que le conseil du roi a révoqué le monopole du sieur de Mons. La nouvelle est accablante pour certains colons. Ils ont construit une habitation en un lieu où la terre est fertile et où les récoltes sont abondantes. Pour Champlain, particulièrement, c’est un sérieux revers. À l’automne 1607, les colons partent pour la France, laissant l’Habitation à la charge de Membertou, le sagamo ou grand chef des Mi’kmaq dans la région de Port-Royal. Même si le roi rétablit le monopole du sieur de Mons et si Champdoré, un membre des expéditions précédentes, vient faire la traite avec les Mi’kmaq en 1608, l’établissement français est temporairement abandonné. La même année, Champlain part à la tête d’un groupe de colons français pour remonter le fleuve Saint Laurent, où ils construiront l’Habitation de Québec.

Poutrincourt revient à Port-Royal en 1610, avec un petit groupe dont fait partie son fils Charles de Biencourt, qui a alors 18 ou 19 ans, ainsi que Claude de Saint-Étienne de La Tour, qui lui est lié par mariage, et son jeune fils Charles, qui deviendra un personnage important dans les années qui suivront. Ils sont accueillis chaleureusement par Membertou. Espérant regagner les faveurs du roi et obtenir un appui financier, Poutrincourt persuade Membertou, sa famille et plusieurs de sa communauté de se convertir au catholicisme. Malgré ces efforts, la viabilité de la colonie demeure fragile.
Grâce à l’intérêt qu’ils portent à la création de missions en Acadie et à leur influence à la cour, les Jésuites parviennent à faire partie de la prochaine expédition. De par leurs relations à la cour, ils deviennent les partenaires financiers d’un Poutrincourt méfiant et réticent. L’arrivée à Port-Royal des pères Massé et Biard et leur participation aux affaires locales enveniment les querelles intestines existantes. La colonie finit par perdre ses appuis financiers en raison des conflits qui opposent les Biencourt (Poutrincourt et son fils Charles) et les Jésuites. En mai 1613, un navire de ravitaillement emmène les Jésuites à Penobscot (Maine) où ils fondent un autre établissement qu’ils appelleront Saint Sauveur. En juillet, Samuel Argall, de Virginie, mandaté pour expulser les Français des territoires revendiqués par l’Angleterre, attaque et détruit la colonie.

Les armoiries à l'Habitation Les armoiries à l'Habitation
© Parcs Canada

À l’automne de la même année, alors que les habitants de Port-Royal se trouvent en amont de la rivière, l’expédition d’Argall se rend à Port-Royal puis pille et brûle l’Habitation. Poutrincourt, qui est alors en France, revient au printemps 1614. Il trouve l’Habitation en ruines et son fils et ses compagnons vivant avec les Mi’kmaq. Découragé, il repart pour la France. Il transmet ses titres de propriété et son rôle de dirigeant en Acadie à son fils, Charles de Biencourt. À l’époque, ses terres comprennent essentiellement la Nouvelle-Écosse continentale, le Nouveau-Brunswick et le littoral du Maine. Charles de Biencourt demeure dans la région avec son cousin et commandant en second, Charles de Saint Étienne de La Tour et quelques hommes. À la mort de Biencourt, en 1623, La Tour prend le commandement de la colonie et poursuit la traite des fourrures dans la région. Il fonde un poste de traite à Cape Sable et, plus tard, un autre sur la rivière Saint Jean. Les établissements de Sainte-Croix, Port-Royal et Québec marquent les débuts de la colonisation du continent par les Français. Les générations suivantes se chargeront d’ancrer la culture française en Amérique du Nord.

retour  
suite