Lieu historique national du Canada de Port-Royal

Ressources éducatives

Feuille d'information - Les classes sociales à Port-Royal

Un important échantillon représentatif de la société française se retrouvait à Port Royal. Plusieurs gentilshommes de la classe supérieure y étaient : le gouverneur intérimaire Sieur de Poutrincourt et son fils Charles de Biencourt, l’explorateur Samuel de Champlain, l’apothicaire (pharmacien) Louis Hébert, le chirurgien DesChamps, le pilote de navire Pierre Champdoré, le capitaine des gardes Sieur de Boulay et l’avocat Marc Lescarbot. Ces hommes se retrouvaient à Port-Royal pendant des périodes différentes lors de l’occupation de l’Habitation. Ils s’occupaient de gérer l’administration, le commerce et le bien-être de la colonie ainsi que les voyages d’exploration entrepris par l’expédition.

Un nombre important d’habitants étaient des artisans hautement compétents. Parmi ceux-ci, on comptait des charpentiers, des menuisiers, des scieurs, des tailleurs de pierre, des massons, des forgerons, des serruriers et des tailleurs. Ces hommes recevaient de très bons salaires pour quitter la France et venir travailler à Port-Royal. Ils signaient des contrats annuels. Ils recevaient la moitié de leur argent avant de quitter la France et l’autre moitié à leur retour. Les artisans étaient engagés pour construire et entretenir le site. Quelques domestiques étaient aussi présents à l’Habitation.

Plusieurs membres du clergé étaient aussi présents à Port-Royal. Parmi ceux-ci, en 1605, il y avait un prêtre catholique et un ministre protestant. Bien que des conflits aient éclaté entre les catholiques et les protestants de France au cours des siècles précédents, la paix semblait alors rétablie entre ces deux groupes. Pierre Dugua de Mons, le chef de l’expédition, était un huguenot (protestant français). Il y avait des catholiques autant que des protestants dans le groupe. Les premiers baptêmes reconnus à Port-Royal ont eu lieu le 24 juin 1610, quand le père Jéssé Flêché, un prêtre catholique, a baptisé le chef mi’kmaq Membertou et plusieurs membres de sa famille. Les premiers prêtres jésuites à venir au Canada, père Pierre Biard et père Énémond Massé, sont arrivés à Port-Royal en 1611.

Pendant leur premier hiver en Acadie (île Sainte-Croix) en 1604, soixante-dix-neuf hommes séjournèrent à Port-Royal. L’année suivante, ils étaient quarante-cinq. La population n’était pas toujours la même. L’objectif avait été de s’établir et de fonder un village. Ce rêve ne se réalisa toutefois pas d’entrée de jeu. Les artisans avaient tendance à signer seulement des contrats annuels, puis à retourner en France. Même si des classes sociales s’étaient formées à Port-Royal, ce n’était pas aussi formel que ce l’était en France. Les contacts entre les différents groupes étaient plus fréquents parce que tous dépendaient des autres pour assurer leur survie.