Lieu historique national du Canada de la Citadelle-d'Halifax

Les héros de chez nous

historic photo/photo historique: soliders at Halifax Citadel entrance/soldats à l'entrée de la Citadelle d'Halifax
Image: Musée de l'Armée, Citadelle d'Halifax

La participation du Canada à la Première Guerre mondiale (1914-1918) et à la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a touché toutes les communautés du pays, sans exception. L'Agence Parcs Canada invite les Canadiens et les Canadiennes à se joindre à elle afin de rendre hommage aux personnes de tous âges qui ont contribué à l'effort de guerre. Lors de ces conflits mondiaux, les civils et les soldats ont joué un rôle crucial dans la défense et l'édification non seulement de leurs communautés, mais aussi du pays tout entier. Découvrez les histoires remarquables de ces héros de chez nous.

Rendez hommage et exprimez votre reconnaissance à ces personnages pour le service qu'ils ont rendu en visitant les lieux historiques nationaux, les parcs nationaux et les aires marines nationales de conservation de Parcs Canada. Nous nous souviendrons d'eux...
 

historic photo/photo historique: Angus L. Macdonald

Angus L. Macdonald 1890-1954

Né au Cap-Breton, en milieu rural, Angus L. Macdonald fut l’un de ceux qui occupa le plus longtemps le poste de premier ministre de la Nouvelle-Écosse. Avant d’entrer en politique, il combattit avec ses frères Oswin (à gauche) et John Colin (à droite) pendant la Première Guerre mondiale. Sa formation d’officier terminée, Macdonald se joignit au Cape Breton Highlanders (185e bataillon) avant d’être envoyé au front, en 1918, comme lieutenant du Nova Scotia Rifles (25e bataillon), dont les soldats portaient le surnom d’« assaillants des tranchées ». Pendant un combat où il dirigeait courageusement sa compagnie, il fut grièvement blessé par un tireur allemand embusqué à peine quatre jours avant l’Armistice. Macdonald pleura « le pauvre Collie », son jeune frère mort au champ d’honneur. Macdonald eut une influence durable sur la Nouvelle Écosse, et il mourut pendant qu’il était encore en poste. Le pont Angus L. Macdonald fut inauguré en 1955, un an après son décès.
Image : Musée et société historique de Chestico (Port Hood) et Mme Morag Graham


historic photo/photo historique: Clare Gass

Clare Gass 1887-1968

Née à Shubenacadie, en Nouvelle-Écosse, Clare Gass servit comme infirmière militaire au sein du Corps de santé de l’Armée canadienne. Contraintes de soigner un nombre incalculable de patients dans des conditions extrêmement difficiles, les infirmières étaient les héroïnes méconnues de la Première Guerre mondiale.
Pendant une affectation à l’Hôpital général canadien no 3 (Université McGill) en France, Gass se lia d’amitié avec John McCrae, un médecin militaire. McCrae lui montra un brouillon de son poème emblématique, « In Flanders Fields » (dont l’adaptation française fut intitulée « Au Champ d’honneur »). Elle le copia dans son journal intime et encouragea McCrae à le publier dans la revue Punch, ce qu’il fit en 1915. Avec le coquelicot, ce poème conserve une place de
choix au coeur des cérémonies du jour du Souvenir au Canada.
Fait remarquable, quatre des frères cadets de Clare Gass combattirent en Europe. L’un d’eux perdit la vie dans la bataille de la crête de Vimy en 1917. Gass rentra au Canada après la guerre et fit oeuvre de pionnière dans le domaine du travail social en milieu médical.
Image : Madame Gertrude Henderson (la nièce de Gass)



historic photo/photo historique: George Price

George Price 1892-1918

Figure tragique de la Première Guerre mondiale, George Price aurait été le dernier Canadien et le dernier soldat d’un pays du Commonwealth à mourir au combat, sous le feu d’un tireur allemand embusqué. Il perdit la vie le 11 novembre 1918, à peine deux minutes avant l’entrée en vigueur de l’Armistice, à 11 h.
Né à Falmouth, en Nouvelle-Écosse, Price s’établit plus tard en Saskatchewan, où il fut enrôlé dans le Corps expéditionnaire canadien en 1917. Il servit comme soldat au sein du 28e bataillon « du Nord-Ouest » jusqu’à sa mort prématurée dans la localité belge de Ville-sur-Haine.
Price est considéré comme un héros en Nouvelle-Écosse, où sa famille vit toujours. Son sacrifice est également reconnu près de Mons, en Belgique, lieu de son inhumation. Divers monuments, écoles et autres bâtiments portent son nom.
Image : Ville de Le Roeulx (Belgique) et M. George Barkhouse (neveu de Price)



historic photo/photo historique: Thomas Hammond

Thomas Hammond 1887-1916

Né à Scarsdale, en Nouvelle-Écosse, Thomas Hammond figurait au nombre des quelque 200 Mi’kmaq des provinces de l’Atlantique qui s’enrôlèrent volontairement pendant la Grande Guerre. Malgré des droits civils limités au Canada et des barrières culturelles au sein de l’appareil militaire, les Premières Nations fournirent un grand nombre de recrues d’un bout à l’autre du pays.
Hammond rejoignit le Corps expéditionnaire canadien et fut affecté au 26e bataillon « du Nouveau-Brunswick » comme soldat en 1915, mais il perdit tragiquement la vie pendant l’offensive de la Somme l’année suivante. Le jeune Autochtone participa aux combats intenses qui marquèrent la bataille de Flers-Courcelette, dans le Nord de la France. Son corps ne fut jamais retrouvé. Il était âgé de 29 ans.
Plusieurs Mi’kmaq se virent décerner des prix de reconnaissance pour bravoure et services distingués. Le sma’knis (soldat) Stephen Toney, de Pictou Landing, fut parmi les tireurs les plus décorés de toute l’armée des Alliés.
Image : Musée de la Nouvelle-Écosse