Lieu historique national du Canada de la Citadelle-d'Halifax

Histoire vivante

Interprètes d'histoire vivante Interprètes d'histoire vivante Interprètes d'histoire vivante
© Parcs Canada/J. Ingram  

Vous entendez le son des cornemuses au lieu historique national du Canada de la Citadelle-d'Halifax et tout à coup surgit une vision remarquable : le 78e régiment des Highlanders qui approche dans toute sa splendeur. Comment est-ce possible? Ce régiment est disparu en 1871. Mais ce n’est pas une illusion. C’est un coup d’œil unique sur Halifax à l’époque victorienne et il fait partie du programme d’histoire vivante de la forteresse.

Interprètes d'histoire vivante © Parcs Canada/J. Ingram 


Faites la connaissance du 78e régiment des Highlanders

Tous les étés, la citadelle d’Halifax vous ramène en 1869, époque où le 78e régiment des Highlanders y était en service. Sauf que les soldats que vous rencontrerez font partie d’un groupe de reconstitution historique composé principalement d’étudiants. Avec leurs démonstrations de tirs et leurs kilts aux couleurs du clan Mackenzie, ils réincarnent la vie quotidienne de ces soldats, jusqu’au moindre détail.

Vous verrez aussi les femmes de ces soldats qui font la lessive, passent le balai ou font des travaux d’aiguille partout dans la citadelle. Prenez un moment pour échanger avec elles. Elles se font un plaisir de parler d’histoire avec les visiteurs.

Interprètes d'histoire vivante © Parcs Canada/J. Ingram


Voyez l’Artillerie royale à l’oeuvre

C’est une tradition à Halifax. Tous les jours, l’Artillerie royale tire le coup de canon de midi à la citadelle d’Halifax. Vêtus de leurs élégants uniformes bleus, les membres de l’Artillerie royale ont l’air tout à fait authentique. Mais, tout comme le 78e régiment des Highlanders, il s’agit en fait d’interprètes qui font une reconstitution historique.

Les forts britanniques dignes de ce nom étaient tous dotés d'une Artillerie royale, qui entretenait le matériel, faisait fonctionner les fusils et fabriquait les munitions et la poudre. De nos jours, l'Artillerie effectue des exercices et présente des démonstrations sur des canons à âme lisse pour obus de 12 et de 32 livres ainsi que sur des canons à âme rayée de 7 pouces, à chargement par la bouche. On les a vus aussi tirer d’un canon de 32 livres, certains après-midis, simplement pour le plaisir des visiteurs. En outre, c'est l'Artillerie qui s'occupe des mâts de signalisation militaire et commerciale du fort. En été, les pavillons et les fanions ondulants qui dominent la ville indiquent que tous sont les bienvenus pour visiter ce lieu historique si particulier et en faire l’expérience.