Lieu historique national du Canada de Grand-Pré

Vue de la statue d'évangeline et de l'église souvenir.
la statue d'Évangeline, célèbre dans le monde entier, en avant de l'église souvenir.
© Parcs Canada / Société Promotion Grand-Pré

L'héritage de Grand-Pré

Vue rapprochée de la statue d'Évangeline Statue d'Évangeline
© Parcs Canada / Société Promotion Grand-Pré

On associe Grand-Pré à la Déportation plus que tout autre lieu en raison du journal détaillé tenu par Winslow en 1755. C'est également ce lieu que choisit Henry Wadsworth Longfellow comme cadre de son poème épique Evangeline : un conte d'Acadie publié en 1847.

Le poème de Longfellow va provoquer l'éveil du peuple acadien. L'histoire d'une jeune acadienne de Grand-Pré, séparée de son fiancé, à touché des millions de lecteurs partout dans le monde. Évangéline, bien plus qu'un personnage fictif, symbolise le courage et la persévérance du peuple acadien.

John Frederic Herbin achète l'emplacement de l'église et du cimetière Saint-Charles-des-Mines en 1907 et y crée un parc à la mémoire des Acadiens et Acadiennes. Deux ans plus tard, Herbin fait installer une croix en pierre pour indiquer l'emplacement du cimetière. En 1917, il vend le parc à la compagnie de chemin de fer Dominion Atlantic Railway, à condition que le terrain de l'église soit remis au peuple acadien. La compagnie de chemin de fer prend en charge le parc et aménage le terrain la même année. En 1920, la compagnie inaugure la statue d'Évangéline à l'entrée du parc qui se situe, à l'époque, près de la gare.

Lors d'une cérémonie spéciale à Grand-Pré, tenue au cours de la Convention nationale acadienne de 1921, la Société mutuelle l'Assomption se voit remettre le titre officiel du terrain de l'église-souvenir. En 1922, la Société construit l'église-souvenir grâce à des dons de compatriotes des quatre coins de l'Amérique du Nord. L'intérieur est terminé en 1930.

Grand-Pré reste un symbole important de la renaissance acadienne tout au long des années 1920 et par la suite. L'entente conclue en 1956 entre le gouvernement fédéral et la Société Nationale l'Assomption, qui agit au nom du peuple acadien, reconnaît que « le Parc de Grand-Pré constitue le foyer historique le plus important du peuple acadien, qu'il évoque ses heures les plus douloureuses et les plus héroïques et qu'il doit rappeler aux générations futures l'exemple d'un peuple courageux, dont la culture et les actions ne cesseront d'enrichir la nation canadienne ».

Le gouvernement du Canada se porte acquéreur du parc commémoratif de Grand-Pré en 1957 et le classe lieu historique national en 1961.