Lieu historique national du Canada de Port au Choix

Histoire

Les Paléo-esquimaux du Dorset

Exposition sur un harpon composé en matériaux, Centre d'accueil de Port au Choix
Exposition sur un harpon composé en matériaux, Centre d'accueil de Port au Choix
©Parcs Canada

Les Paléo-esquimaux du Dorset étaient aussi originaires de l'Arctique. Prenant de l'expansion vers le sud, ils ont atteint le Labrador il y a quelque 2500 ans, puis Terre-Neuve, environ 500 ans plus tard.

À Terre-Neuve et au Labrador, le terme "Paléo-esquimaux du Dorset" s'applique à un groupe tardif de Paléo-esquimaux, postérieurs aux Paléo-esquimaux de Groswater. On ignore s'il existe un lien entre ces deux groupes. La datation de certains éléments au carbone 14 donne à penser que les périodes d'occupation de Port au Choix par les Paléo-esquimaux du Dorset et de Groswater se recoupent. Cependant, on pense généralement que les Paléo-esquimaux du Dorset ont vécu à Port au Choix, au site de Phillip's Garden, de l'an 2000 à l'an 1300. Ils représentent donc le groupe qui a occupé Port au Choix le plus longtemps.

Caveau funéraire Dorset, Port au Choix
Caveau funéraire Dorset, Port au Choix
©Parcs Canada

Le site de Phillip's Garden est très riche et constitue l'un des plus vastes sites dorsetiens de l'est de l'Arctique canadien. Il renferme au moins 50 dépressions associées à des habitations et des milliers d'artefacts, dont beaucoup sont en os et ont été préservés dans le sol calcaire alcalin de Port au Choix. Au nombre de ces artefacts se trouvent de nombreux os de phoques du Groenland qui témoignent de l'importance de cet animal pour la survie des Paléo-esquimaux du Dorset. Comparativement aux Paléo-esquimaux de Groswater, ceux du Dorset se seraient établis sur place de façon beaucoup plus permanente.

L'espacement général des habitations, et celles-ci mieux organisées, évoqueret un établissement permanent plutôt qu'une occupation saisonnière. Les fouilles effectuées sur place ont révélé une variété d'éléments d'habitation laissant supposer une occupation sur plusieurs saisons. La variété des outils mis au jour indique également que le site était bien autre chose qu'un simple camp de chasse spécialisé. Parmi ces outils, mentionnons des patins de traîneaux, des alènes, des sortes de burins, des grattoirs, des têtes de harpon et les petites pointes de harpon triangulaires (voir ci-dessus) caractéristiques de la technologie du Dorset.

Exposition sur les pointes de harpon, Centre d'accueil de Port au Choix Exposition sur les pointes de harpon, Centre d'accueil de Port au Choix
©Parcs Canada

Les Paléo-esquimaux du Dorset semblent avoir disparu de Port au Choix il y a environ 1300 ans et de l'île de Terre-Neuve il y a 1100 ans. Leur disparition de l'île est peut-être due à l'arrivée dans la région d'une nouvelle population indienne à la même époque, mais il se peut que les autochtones soient revenus parce que les représentants de la culture Dorset étaient partis. Il est également possible que les Paléo-esquimaux du Dorset aient quitté l'île à cause d'un réchauffement du climat. Adaptés à l'Arctique et au Sub-arctique, ils auraient trouvé que Terre-Neuve ne leur convenait plus. Les conditions des glaces auraient changé, ce qui les aurait empêchés d'avoir accès aux phoques dont ils étaient si dépendants.

Quelle que soit la raison de leur disparition de Terre-Neuve, les Paléo-esquimaux du Dorset ont survécu dans le nord du Labrador jusqu'à il y a 600 ans environ.