Lieu historique national du Canada de La Fourche

Histoire

Contacts entre les Autochtones et les Européens à La Fourche : 1734-1760

Un castor
Un castor
© Parcs Canada

Les relations commerciales naissantes avec les traiteurs de pelleteries approvisionnés auprès des Européens ont eu une grande incidence sur les peuplements et la vie des communautés autochtones. La société de traite anglaise, la Compagnie de la Baie d'Hudson (CBH), a établi des comptoirs le long de la baie d'Hudson et, même si ces comptoirs étaient situés à des centaines de kilomètres de La Fourche, les Assiniboins y ont été attirés par les marchandises européennes, surtout les armes à feu, les objets de métal et l'étoffe. Les Assiniboins sont devenus les intermédiaires du commerce des fourrures - ils échangeaient leurs objets européens usagés contre des fourrures avec d'autres groupes autochtones, transportaient les fourrures par canot jusqu'à la baie d'Hudson, transigeaient avec la CBH, puis rentraient au bercail. Cet arrangement leur donnait un avantage sur leurs rivaux. À titre d'intermédiaires, ils refusaient de faire le commerce des armes à feu avec leurs ennemis. Aussi longtemps que d'autres groupes autochtones ne pouvaient transiger directement avec la CBH, les Assiniboins pouvaient tirer parti de leur avantage militaire et prendre de l'expansion. Tout au long de cette période, il y a eu un mouvement général de groupes autochtones vers l'ouest, en partie pour assurer le contrôle des voies de transport vers le nord, en partie pour se donner un meilleur accès aux zones de trappe les plus riches du nord-ouest et en raison de l'arrivée du cheval (des territoires espagnols au Mexique), grâce auquel la vie sur les plaines était non seulement viable, mais prospère.

Fort Rouge
Fort Rouge
© Archives provinciales du Manitoba

La guerre et la rivalité entre les Britanniques et les Français d'Europe a gagné l'ouest de l'Amérique du Nord. Les Français ont essayé de ravir à la CBH les profits de la traite des fourrures en établissant un réseau de postes de traite parmi tous les groupes de trappeurs autochtones. Avec à leur tête Pierre Gaultier de Varennes, Sieur de La Vérendrye, les Français ont établi un poste près de La Fourche, baptisé Fort Rouge, en 1738. Avec l'arrivée des Français dans les terres intérieures, les Assiniboins et autres intermédiaires n'avaient plus le monopole sur les armes à feu, de sorte que leur expansion s'est ralentie et que leurs perspectives économiques ont changé. Peu à peu, ils ont délaissé le transport des fourrures au profit de l'approvisionnement, et se sont donc déplacés vers l'ouest pour pouvoir mieux exploiter les grands troupeaux de bisons.