Lieu historique national du Canada du Col-Rogers

L'impénétrable chaîne Selkirk

Un an plus tard, cependant, la société de chemin de fer fit volte-face et choisit d'utiliser un tout autre itinéraire, plus au sud. Ce dernier devait emprunter le col Kicking Horse dans les Rocheuses, puis continuer à travers la chaîne Selkirk. Le directeur général du chemin de fer, William Cornelius Van Horne, croyait aux risques calculés. Il avait porté son choix sur la chaîne Selkirk avant même de savoir s'il existait un col. Il voulait aménager une route plus directe jusqu'au Pacifique pour réduire les coûts de construction et d'exploitation.

En 1881, il était devenu urgent pour la société ferroviaire de trouver un passage à travers la chaîne Selkirk, dont les pics semblaient constituer un mur impénétrable. En effet, l'équipe de construction venue de l'Est traversait alors à toute allure le Manitoba en direction des lointaines Rocheuses, tandis que l'équipe venant de l'Ouest se frayait un chemin le long de la vallée du fleuve Fraser. Le sort du Canadien Pacifique était désormais entre les mains du Major Albert Bowman Rogers, géomètre de chemins de fer originaire du Massachusetts.

Le Major Rogers obtint son diplôme d'ingénieur de l'Université Brown et devint enseignant à Yale. On l'appelait « Major » parce qu'il avait combattu dans la rébellion des Sioux de 1861 et « éclaireur » pour le travail qu'il avait accompli sur les lignes de chemin de fer de Chicago, Milwaukee et St. Paul Railroad. Le Major, qui avait un penchant pour les jurons, était prompt à s'emporter et il n'avait d'expérience que dans les levés effectués dans les prairies. Les autres ingénieurs ne l'aimaient pas, et ni ses ouvriers (qu'il nourrissait mal et insultait constamment), mais il était aussi un homme honnête et travaillant, et il dépensait l'argent de la compagnie avec parcimonie. Avec ses guides, des Amérindiens shuswap, il passa l'été 1881 à chercher un passage du côté ouest de la chaîne Selkirk. L'été suivant, le Major Rogers grimpa du côté est jusqu'au sommet de la barrière que représentait la chaîne, et confirma l'existence d'un col qu'il avait repéré l'année précédente. Pour ses efforts, il obtient un chèque de 5 000 dollars de même qu'une place en permanence dans la géographie canadienne.