Lieu historique national du Canada du Fort Langley

Patrimoine naturel

Le fleuve Fraser : Vue en aval du fort-Langley
© BC Archives / pdp000123, c. 1858

La vallée du Fraser s'étend entre la chaîne Côtière au nord et les contreforts des monts Cascades au sud.

Le fort Langley a été construit sur la rive sud du fleuve Fraser, à environ 56 km de l'embouchure. La vallée se rétrécit rapidement vers l'est pour se transformer en un canyon aux parois escarpées.

La chaîne Côtière et les monts Cascades, comme beaucoup de chaînes de montagnes intérieures, constituaient des obstacles majeurs au transport terrestre. Les nombreux canyons et rapides du fleuve Fraser, eux, gênaient énormément le transport fluvial.

De nos jours, des voies de circulation comme la route Coquihalla permettent aux voyageurs de se rendre rapidement dans l'intérieur. Ces axes suivent le tracé des routes défrichées dans les montagnes par les négociants du fort Langley.

Photo aérienne
Vue aérienne du Fort-Langley
© Digital Orthophoto / 1995

Le type de peuplement forestier de la région du fort Langley se retrouve dans presque toutes les régions de la côte sud de la Colombie-Britannique et de l'île de Vancouver. Ces secteurs jouissent de la productivité forestière la plus élevée du Canada. Le Douglas taxifolié, la pruche occidentale et le thuya géant comptent parmi les arbres les plus communs. Au nombre des arbustes et des herbes qui prospèrent dans la région du fort Langley, l'airelle canneberge, le bleuet, l'airelle de montagne et le salal sont les plus importantes. Les canneberges ont fait l'objet d'un commerce d'envergure au milieu du XIX e siècle; en 1855, le fort en a vendu 725 barils. À l'heure actuelle, on exploite commercialement des marais de canneberges près du fort Langley.

Les négociants du fort Langley avaient accès à une grande diversité de ressources fauniques, dont le castor, l'ours noir, le renard et le raton laveur. De nos jours, divers oiseaux et animaux sauvages partagent l'habitat avec des animaux domestiques (bovins, ovins, volaille, chevaux et porcs).

Le saumon était une importante ressource alimentaire et commerciale pour le fort Langley et les postes de l'intérieur. Trois espèces de saumon étaient particulièrement précieuses : le saumon rouge, le saumon coho et le saumon quinnat. Les montaisons avaient lieu principalement à l'automne, et leur volume variait considérablement d'une année à l'autre. On peut encore observer la montaison du saumon, et ce poisson, frais ou fumé, demeure un mets très apprécié dans la région.