Plaine Southampton


28 - Plaine Southampton - Non représentée


Photo de l'Île Southampton
Île Southampton
© Parcs Canada

À LA BAIE DE LA MISÉRICORDE

"En l'espace d'une semaine ou deux, la transformation est radicale: on passe d'un monde de silence à un autre où règnent l'activité et le bruit. Partout, les cris des oiseaux à la pariade se mêlent au bruit des glaces qui se brisent le long de la côte, au grondement des eaux gonflées des rivières et aux rires des jeunes Eskimos....Les lemmings... se chauffent au soleil... les papillons virevoltent, l'herbe verdit et pousse, les chatons des saules grossissent et pendent au bout des branches..."

George Sutton, naturaliste et explorateur, décrivant le mois de juin sur l'île Southampton, en 1924.

LA TERRE

Cette région naturelle relativement petite englobe une partie de l'île Southampton, deux autres grandes îles et plusieurs petites situées dans la partie nord de la baie d'Hudson. Elle se distingue par une assise calcaire et dolomitique combinée à une végétation d'arbrisseaux arctiques nains. La plaine côtière basse est parsemée de nombreux petits lacs, de marais, de prairies humides et de vastes battures. On y trouve des plages soulevées, parallèles à la côte, qui témoignent des anciens niveaux marins plus élevés et du relèvement des terres après qu'elles eurent été libérées du poids des glaciers.

Une bonne partie de cette région a été submergée après le retrait des glaciers, ce qui a eu pour effet de faire disparaître la plupart des formations glaciaires à l'exception de quelques eskers isolés. À l'intérieur des terres, on retrouve de grands plateaux de calcaire presque sans vie, couverts de roches gélives.

Photo de l'Île Coats
Île Coats
© Parcs Canada

LA VÉGÉTATION

Dans cette région, les terres dénudées le sont vraiment. De vastes secteurs ne présentent que des touffes éparses de dryades dont les fleurs blanches égaient la roche calcaire fragmentée qui recouvre le sol. La côte est en bonne partie dépourvue de végétation. Toutefois, là où les rivières rejoignent la mer, se trouvent des prairies humides à carex et à saules relativement luxuriantes et de riches marais côtiers. À l'intérieur des terres, on peut voir des prairies herbeuses, tandis que dans les zones abritées situées le long des vallées fluviales, le seul "arbre" de la région, le saule, atteint parfois 2 mètres de hauteur.


Plan de réseau des parcs nationaux

Page précédenteTable des matièresPage suivante