Répercussions sur les parcs de l'Arctique

Image d’un crâne de bœuf musqué dans l’herbe
Les changements prévus à la végétation du parc national du Canada Tuktut Nogait pourraient provoquer la disparition du bœuf musqué du parc.
© Parcs Canada / Lynch, W. / 12.123.10.04(08), 3/30/1994

Nos parcs de l'Arctique connaissent les plus grands changements climatiques en raison de la hausse importante des températures et de l'augmentation des précipitations au cours de l'été. Les espèces sauvages de l'Arctique se trouvent souvent aux limites de leurs habitats géographiques. Par conséquent, elles sont particulièrement vulnérables aux changements écologiques. Ainsi, les changements prévus à la végétation du parc national du Canada Tuktut Nogait pourraient provoquer la disparition du boeuf musqué du parc.

Le parc national du Canada Auyuittuq sera plus chaud à longueur d'année. Ses glaciers rétréciront, le ruissellement sera plus abondant et le tracé de son rivage pourrait changer. Les espèces sauvages du parc seront touchées de façons imprévisibles. La température estivale du parc Auyuittuq pourrait devenir plus humide et plus brumeuse. Cela aura des répercussions sur les plantes et les animaux ainsi que sur les projets de voyage des visiteurs du parc.

Photo sombre de glaciers et de nuages
Les glaciers du parc national du Canada Auyuittuq rétréciront, la température estivale pourrait devenir plus humide et plus brumeuse.
© Parcs Canada / Beedle, M. / 13.03.03.10(72), 3/30/1981

La majeure partie du parc national du Canada Vuntut n'était pas touchée par la glaciation lors de la dernière période glaciaire. Par conséquent, la région est très intéressante pour les archéologues et les paléoécologistes (scientifiques qui étudient les anciens écosystèmes). Malheureusement, les fossiles et les artéfacts pourraient être endommagés par la croissance de l'érosion et de l'activité biologique.

Des changements dans la population des espèces sauvages toucheront également les cultures traditionnelles des résidants du Nord canadien.