Éliminer la tuberculose bovine chez le bétail domestique et la faune des parcs

Le Programme de gestion de la tuberculose bovine du Manitoba est reconnu comme un excellent modèle de lutte contre les maladies animales

Les collines et les vallées ondulées du parc national du Canada du Mont-Riding semblent flotter, comme un autre monde bleuté, au-dessus de la plaine environnante et de l'horizon. Cette île-réserve fait partie de l'Escarpement du Manitoba et protège toute une gamme d'espèces sauvages et végétales. Elle abrite aussi une population de wapitis (Cervus elaphus manitobensis) qui circulent librement et qui ont été infectés par le Mycobacterium bovis, agent de la tuberculose bovine (TBB). La maladie s'est aussi manifestée dans certains troupeaux de bovins et chez les chevreuils près du parc.

La tuberculose bovine est une maladie infectieuse grave qui touche les bovins, les ovins, les chèvres, le bison, les membres de la famille des chevreuils et de nombreuses autres espèces. On soupçonne que la maladie est transmise par les wapitis et les chevreuils aux bovins quand les animaux sauvages viennent manger du foin en balle laissé dehors l'hiver pour nourrir le bétail. La TBB risque d'avoir des effets dévastateurs sur le secteur de l'élevage bovin. Après trois manifestations distinctes de TBB dans huit troupeaux de bovins autour du parc, Parcs Canada s'est jointe à d'autres organismes du gouvernement, à des dirigeants communautaires et à des représentants du secteur de la faune et des milieux agricoles pour réduire la propagation de la maladie chez les animaux sauvages et domestiques.

Dès 2000, le Groupe de travail sur la tuberculose bovine a rapidement mis sur pied un programme de gestion concerté à plusieurs volets, axé sur la collaboration; le programme a déjà permis de lutter efficacement contre la maladie et de la prévenir. Le Groupe de travail comprend l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Agriculture et Alimentation Manitoba, Parcs Canada et Conservation Manitoba, ainsi que la Manitoba Cattle Producers Association et la Manitoba Wildlife Federation.

Foin derrière une clôture
Foin derrière une clôture
© Parcs Canada / K. Kingdon

Le personnel des parcs et ses partenaires s'assurent que, pendant qu'on lutte contre la maladie, les mesures prises ne nuisent en rien à l'intégrité écologique du parc. L'expérience acquise grâce au Programme de gestion de la tuberculose bovine du Manitoba peut être appliquée directement à d'autres efforts de lutte contre les maladies. Cette expérience a aussi renforcé les partenariats entre le personnel des parcs, les propriétaires fonciers locaux, les municipalités rurales, les Premières nations et d'autres intervenants, et ces partenariats profiteront au parc national du Mont-Riding dans l'avenir.

Résultats


  • Jusqu'ici, 313 wapitis ont été capturés vivants et testés; 122 d'entre eux ont été retenus, car on les soupçonnait d'avoir contracté la tuberculose bovine. Au total, 2550 wapitis et 3200 chevreuils tués par des chasseurs ont été soumis à des tests de détection de la TBB. On évalue que 9 p. 100 de la population des wapitis sont infectés par la TBB. Le pourcentage est moindre au sein de la population des chevreuils et on a aussi détecté la maladie chez les loups et les coyotes.
     
  • L'Agence canadienne d'inspection des aliments effectue des tests poussés sur les bovins et sur d'autres animaux d'élevage aux environs du parc. La zone d'éradication de la tuberculose du Mont-Riding compte environ 55 000 bovins de reproduction répartis dans 650 fermes, ce qui représente 10 p. 100 des troupeaux de bovins du Manitoba et 1 p. 100 de tous les troupeaux du Canada.
     
  • Afin de prévenir les contacts entre les bovins et les wapitis, plus d'une centaine de clôtures grillagées ont été érigées autour de 95 p. 100 des aires de stockage du foin, sur trois kilomètres dans le parc. Avec le soutien de la province du Manitoba, de Parcs Canada et d'entrepreneurs autochtones locaux, cet effort a permis d'éliminer une des principales voies de transmission de la maladie.
     
  • La province a prolongé les saisons de chasse dans les deux zones de chasse au gibier entourant le parc, et Conservation Manitoba a offert plus de permis de chasse. Par ailleurs, les dispositions du Manitoba Wildlife Act ont été modifiées en vue d'interdire l'appâtage des wapitis à l'extérieur du parc.
     
  • La province a adopté des dispositions pour protéger les loups, car ce sont les principaux prédateurs qui s'attaquent aux wapitis dans le parc.
     
  • En tout, on a capturé et muni d'un collier émetteur 202 wapitis; on a ainsi purelever 33 000 positions de wapitis en mouvement pour modéliser la propagation éventuelle de la maladie.
     
  • Des brûlages dirigés ont accru les quantités de fourrage dans l'habitat des wapitis à l'intérieur du parc, ce qui a encouragé ces animaux à demeurer dans le parc pendant l'hiver.
     
  • Des techniciens autochtones locaux ont été embauchés et formés pour prélever des échantillons de tissus sur les animaux abattus par les chasseurs, ainsi que pour examiner ces échantillons au nouveau laboratoire régional de la santé de la faune et au centre provincial établi pour diagnostiquer les maladies dégénératives chroniques et la TBB au Manitoba.
     
  • En 2004, le Groupe de travail sur la tuberculose bovine a reçu du Conseil fédéral du Manitoba le prix de la contribution exceptionnelle, pour la gestion concertée dont il a fait preuve dans le dossier de la TBB au parc national du Mont-Riding.
Wapiti s'enfuyant dans la neige
Wapiti s'enfuyant dans la neige
© Parcs Canada / D. Macarthur