Le rétablissement de la tortue des bois dans le parc national du Canada de la Mauricie

Parcs Canada franchit les limites d'un parc pour aider à garantir l'avenir d'une population unique de tortues des bois, près de la rivière Shawinigan (Québec)

Une des plus grandes populations canadiennes connues de tortues des bois (Glyptemys insculpta) vit dans une région voisine de la rivière Shawinigan, dans l'extrémité sud du parc national du Canada de la Mauricie, au Québec. Chez les populations de tortues des bois du Québec, la diversité génétique de celle de la rivière Shawinigan est sans pareille. Pourtant, l'activité humaine et les prédateurs naturels (les mêmes facteurs qui ont fait de la tortue des bois une espèce vulnérable ailleurs au Canada) la menacent elle aussi.

Résolus à assurer l'avenir de cette population fragile, les biologistes du parc national de la Mauricie ont recensé les tortues des bois de la rivière Shawinigan, en collaboration avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, un groupe local de défense de l'environnement et des étudiants diplômés des universités voisines. Le recensement, qui a compris le pistage de tortues adultes au moyen de la radiotélémesure, a montré que 40 p. 100 des femelles utilisent un seul lieu de nidification, près des limites du parc. Si quelque chose arrivait à ce lieu, la population serait assujettie à des pressions extrêmes.

L'aire de nidification est protégée depuis 1996. Les biologistes du parc et des bénévoles repèrent les nids et les protègent contre les prédateurs avec des filets métalliques. Au cours d'une période de trois ans, ces efforts ont permis à plus de 700 petits d'atteindre la rivière Saskatchewan en toute sécurité, comparativement à moins de 100, avant le début du projet. En 2000, la Fondation de la faune du Québec a acheté l'aire de nidification, et la protection continue maintenant d'être assurée sous la gouverne de la Société d'histoire naturelle de la vallée du Saint-Laurent.

Garde de parc pesant une tortue
Garde de parc pesant une tortue
© Parcs Canada / J. Pleau / 2003

Un programme bien ciblé d'éducation du public a été lancé pour protéger les tortues et leur habitat par le biais de la gérance environnementale. On a renseigné les propriétaires des terrains bordant la rivière sur l'importance de cette population rare, et les groupes qui organisent des activités de plein air dans la région ont appris à réduire au minimum tout ce qui dérange les tortues et leur habitat. Là où des activités d'exploitation forestière ont lieu dans des terres publiques, on a adapté les méthodes pour préserver un habitat de qualité.

Appuyés par des données démographiques et génétiques, ainsi que des renseignements détaillés sur l'utilisation de l'habitat, les biologistes du parc national de la Mauricie comptent y relâcher de jeunes tortues. En augmentant le nombre de tortues dans les terrains protégés, tout en continuant à préserver leur habitat à l'extérieur du parc, Parcs Canada et ses partenaires espèrent favoriser une croissance soutenue de la population. L'avenir de la tortue des bois de la Mauricie s'annonce prometteur.