Rétablir l'intégrité d'écosystèmes aquatiques dans les parcs des montagnes

Après 30 ans de surveillance, on constate que l'amélioration de la qualité de l'eau est directement liée à celle des méthodes de gestion des parcs

Un programme de surveillance des eaux mené par Parcs Canada et Environnement Canada au cours des 30 dernières années révèle d'importantes améliorations de la qualité de l'eau dans des systèmes aquatiques d'amont qui sont cruciaux en Alberta. La tendance positive observée à cet égard au cours de cette période est directement liée à l'amélioration des méthodes de gestion de la qualité de l'eau dans les parcs nationaux du Canada Banff et Jasper.

Depuis 1973, on évalue tous les mois la qualité de l'eau dans les parcs des montagnes, en particulier dans les bassins hydrographiques des rivières Bow, Saskatchewan-Nord et Athabasca. Une amélioration des concentrations d'éléments nutritifs et de bactéries a été enregistrée dans des endroits en aval, et elle était particulièrement évidente dans le cours inférieur de la rivière Bow, au sud de la ville de Banff.

L'évaluation a porté sur plus de 60 paramètres de la qualité de l'eau, en particulier sur la quantité d'éléments nutritifs. Ceux-ci sont essentiels à la vie aquatique, mais des accumulations excessives (de phosphore et d'azote, en particulier) causées par l'activité humaine risquent de provoquer l'eutrophisation et de nuire à la vie aquatique. L'eutrophisation se traduit par la prolifération des algues qui peut gêner l'approvisionnement en eau, l'abreuvement du bétail, l'irrigation, la navigation, la pêche récréative et les sports nautiques.

Les améliorations sensibles qui ont été observées dans le cours inférieur de la rivière Bow, surtout pendant la dernière décennie, sont directement dues à la modernisation de l'usine d'épuration des eaux d'égout dans la ville de Banff. Les très fortes concentrations de coliformes qui ont été relevées au début de la période visée par l'étude (les années 1970 et 1980) ont presque disparu. Les quantités de phosphore commençaient à grimper avant 1989, mais elles ont maintenant diminué sensiblement, et les concentrations moyennes ont fléchi.

Bien que la diminution des concentrations d'éléments nutritifs ait été considérable jusqu'ici, l'enrichissement en matières nutritives demeure le principal sujet d'inquiétude dans les écosystèmes aquatiques de ces parcs nationaux. Les usines d'épuration peuvent enlever d'importantes quantités de contaminants dans les eaux usées, tels que du gros sable, des débris, des solides en suspension, des pathogènes, des déchets qui réduisent la teneur en oxygène, des éléments nutritifs, environ 200 métaux différents, des composés organiques persistants et d'autres produits chimiques. Un « palier tertiaire de traitement » permet d'intensifier l'épuration des eaux usées grâce à des filtres supplémentaires ou à des procédés chimiques ou biologiques qui retirent des matières ou des composés bien précis laissés là par le cycle de traitement initial.

Avec l'achèvement, en 2003, de la modernisation des usines d'épuration municipales de Banff, de Lake Louise et de Jasper, ces villes disposent d'un palier complet de traitement tertiaire (qui permet notamment d'enlever le phosphore). On s'attend donc à ce que la qualité des eaux des rivières Bow et Athabasca s'améliore encore davantage en aval. Ces modernisations contribuent grandement au maintien et au rétablissement de la qualité de l'eau et de la biodiversité aquatique dans le parc. Parcs Canada continuera de surveiller la qualité de l'eau et les rapports entre cette qualité et les écosystèmes qui en dépendent.

La gestion des ressources en eau au Canada est une responsabilité qu'assument ensemble les administrations municipales, provinciales, territoriales et fédérales. L'accumulation de toutes ces données dans le cadre de ce programme de surveillance des rivières canadiennes fera progresser la normalisation des renseignements sur la qualité des eaux de surface et des sources d'eau souterraine dans l'ensemble du pays et sur les effets écologiques des polluants dans les écosystèmes aquatiques.

L'eau potable des villes albertaines vient des parcs nationaux des montagnes rocheuses. L'amélioration de la qualité de l'eau dans ces parcs est avantageuse pour les Albertains et pour les écosystèmes des parcs.

Résultats

  • Les concentrations d'éléments nutritifs et de bactéries se sont améliorées enaval, surtout dans le cours inférieur de la rivière Bow.
     
  • Les améliorations sont directement liées à la modernisation de l'usine d'épuration de Banff.
     
  • Les concentrations extrêmes de coliformes qui avaient été observées dans lesannées 1970 et 1980 ont presque disparu.
     
  • Avant 1989, les concentrations de phosphore tendaient à croître, mais cette progression a été enrayée; les concentrations moyennes ont fléchi.
     
  • La poursuite de ce vasteprogramme de surveillance à long terme procure des données sans pareilles sur des rivières canadiennes clés; le programme établit la norme en ce qui concerne la coordination et l'intégration des données issues de sources provinciales, nationales et autres.
     
  • La qualité de l'eau s'estaméliorée dans les villes de l'Alberta.
Rivière Bow, entourée de montagnes
Rivière Bow, entourée de montagnes
© Parcs Canada / T. Grant / 1978