Rapport Périodique sur la Mise en Oeuvre de la
Convention du Patrimoine Mondial

Section II

Rapport sur l'État de conservation de
Le précipice à bisons Head-Smashed-In

1 INTRODUCTION

1a État partie
CANADA
1b Nom du bien du patrimoine mondial
Le précipice à bisons Head-Smashed-In
1c Coordonnées géographiques
Latitude 49°41'30" - 49°46'15" N / Longitude 113°38' - 113°47' O
1d Date d'inscription
30/10/81
1e Date d'agrandissement(s) subséquent(s)
Sans objet
1f Organisation(s) responsable(s) de la préparation du rapport
Nom de l'organisation : Province de l'Alberta
Nom : Clarke, Ian
Titre : Gestionnaire régional, Opérations du Sud
Adresse : #2410, 810 - 6th Avenue SW
Ville : Calgary, Alberta
Code postal : T2K 4S6
Téléphone : 403-297-4043
Télécopieur : 403-297-4093
Courriel : ian.clarke@gov.ab.ca
1g Date de soumission du rapport
31/12/04
1h Signature(s) au nom de l'État partie
Christina Cameron-Directeur général, Lieux historiques nationaux, Parcs Canada
 

2 DÉCLARATION DE VALEUR

2a Justification de l'inscription initiale
La proposition d'inscription originale du précipice à bisons Head-Smashed-In énonce que ce n'est que dans les plaines nord-américaines, avec leurs troupeaux de bisons ayant leurs modèles de comportement distinctifs, qu'un système de chasse sophistiqué et très fiable a donné lieu à la production d'un approvisionnement alimentaire stable reflétant un certain degré de contrôle technologique sur une production alimentaire non imaginée normalement pour les chasseurs et les cueilleurs. Grâce à la connaissance approfondie du comportement du bison et de ses mouvements saisonniers, les autochtones ont développé des moyens compliqués mais efficaces de chasser systématiquement et répétitivement les troupeaux. Cette technique de chasse communale a donné lieu au développement de systèmes sociaux et technologiques sophistiqués et complexes pour la chasse communale.

Les chasseurs nomades des plaines nordiques d'Amérique du Nord comptaient sur le bison comme soutien économique principal. En organisant leur société pour tenir compte d'une structure nécessaire pour exploiter le bison, ils ont pris des engagements fondamentaux envers les modèles culturels et sociaux qui reflétaient pratiquement chaque aspect de leur vie.

Le statut, la richesse et le contrôle politique étaient investis dans ceux dont le rôle premier était d'organiser et de réglementer l'activité du groupe durant les chasses communales. Le spiritualisme et la cérémonie découlant de la chasse se retrouvent dans les cercles d'influences des plaines nordiques dont certains remontent à 5 500 ans.

Dans toutes les régions des grandes populations de bisons des plaines nordiques, les techniques de chasse communale des 10 000 dernières années ont fait appel à diverses méthodes. Le plus important de ces types de sites archéologiques en Amérique du Nord concernant la culture et l'histoire des autochtones des grandes plaines est le précipice à bisons Head-Smashed-In. Il a joué un rôle central dans leur cycle de vie annuel et a conditionné dans une très grande mesure la nature et l'étendue précises du développement culturel et social.

Pour la plupart, les précipices à bisons étaient des éléments physiques relativement petits utilisés par un nombre limité de personnes sur de brèves périodes, mais à l'occasion, un lieu particulier prenait une plus grande importance de par sa taille inhabituelle ou des caractéristiques morphologiques spécifiques, de sorte qu'il était utilisé par de nombreux groupes différents sur de longues périodes. Le précipice à bisons Head-Smashed-In était un endroit de ce genre, et il est nettement l'exemple le plus frappant d'un tel site survivant dans toutes les Amériques. Il s'agit d'un site exceptionnellement préservé de son genre et il est pleinement authentique dans son décor.

La candidature du site a été proposée en vertu des critères iii et v en ce qu'on croyait qu'il est un témoignage unique d'une tradition culturelle disparue et qu'il constitue un exemple exceptionnel d'utilisation traditionnelle des terres qui est représentative de la culture des plaines maintenant modifiée de façon irréversible. Ces caractéristiques correspondent parfaitement au critère vi selon lequel le site est inscrit, mais qui, à la demande du Comité, ne devraient être utilisées qu'en conjonction avec les autres critères culturels.

2b Critères de l'inscription initiale
Critère culturel :
vi
Critère naturel :

2c Déclaration de valeur retenue
Au moment de l'inscription, le Comité du patrimoine mondial n'a pas approuvé une Déclaration de valeur.
Déclaration de valeur proposée
Le Comité du patrimoine mondial a inscrit précipice à bisons Head-Smashed-In sur la Liste du patrimoine mondial en vertu du critère C(vi).

Le paysage du précipice à bisons Head-Smashed-In est important pour son intérêt historique, archéologique et scientifique. La présence d'un tel nombre de couches stratifiées non perturbées d'ossements et de dépôts culturels à une grande profondeur est représentative de plus de 5 700 ans d'occupation continue, interrompue par une période d'inutilisation. Le paysage est un exemple exceptionnel de la forme de chasse de subsistance qui a perpétué l'existence des nations des plaines jusqu'à la fin de la « culture du bison » au milieu du dix-neuvième siècle. La longue période d'utilisation, la preuve d'une organisation et d'une interaction sociale complexes et la qualité de la préservation rendent le précipice à bisons Head-Smashed-In d'une importance mondiale comme le meilleur exemple survivant des techniques de chasse au bison et du mode de vie des gens des plaines à l'époque du bison.

(Note : La déclaration de valeur proposée ici respecte les définitions et la numérotation des critères au moment où le site a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Il faudra tenir compte des changements intervenus dans les définitions et dans la numérotation des critères au moment de la présentation officielle d'une déclaration de valeur au Comité du patrimoine mondial pour approbation. Les éclaircissements apportés par le Comité aux critères en vertu desquels le site a été inscrit influenceront également la déclaration de valeur présentée officiellement).

2d Critères ajoutés après l'inscription initiale
Depuis l'inscription originale, le Comité du patrimoine mondial n'a pas ajouté de critères additionnels à l'inscription.
 

3 DÉCLARATION D'AUTHENTICITÉ/D'INTÉGRITÉ

3a Évaluation initiale d'authenticité/d'intégrité
Dans sa proposition d'inscription du précipice à bisons Head-Smashed-In, le Canada a indiqué que les éléments complexes du site varient quant à leur état de préservation. Le lieu d'abattage a fait l'objet d'une variété d'activités nuisibles. À la fin des années 1800, une grésière et un chemin de roulage ont vu le jour à flanc de falaise. Environ 45 mètres linéaires ont été excavés, laissant des gravats sur une longueur de 60 mètres. Les excavations de 1966 ont indiqué que les gravats recouvrent une partie du site d'abattage, le protégeant des effets de l'érosion et du vandalisme.

L'impact nuisible majeur ailleurs dans le secteur central du site a été une activité de collection d'artefacts. Entre 1958 et 1972, environ 12 192 mètres cubes de dépôts de surface ont été enlevés de la section centrale du précipice. Bien que cela ait affecté le plus récent épisode d'utilisation au précipice, des dépôts équivalents ont été préservés sous les gravats de la grésière et ailleurs le long de la falaise.

Le dépôt d'abattage total est de l'ordre de 457 200 mètres cubes et moins de 5 % du site a été perdu pour des excavations scientifiques et non scientifiques.

Le campement en dessous a subi quelques impacts défavorables, car les collectionneurs n'ont jamais reconnu son potentiel. La construction routière a supprimé 30 500 mètres carrés; d'autres activités comprennent principalement des points d'abreuvement du bétail (1 220 mètres carrés) et des fouilles archéologiques (305 mètres carrés) sur un total de 487 680 mètres carrés. Dans l'ensemble, la préservation du campement est excellente.

La principale perte du bassin a été l'enlèvement d'une partie de la prairie naturelle pour la consacrer aux cultures. Ces caractéristiques et d'autres caractéristiques culturelles – routes, ranchs et fermes – occupent environ 7,2 kilomètres carrés des 36 kilomètres carrés du bassin.

L'existence du précipice à bisons Head-Smashed-In est connue depuis que les premiers colons sont arrivés dans les prairies et les contreforts du sud-ouest de l'Alberta il y a plus d'une centaine d'années. Aspect important, la première fouille archéologique scientifique entreprise en Alberta l'a été au précipice à bisons Head-Smashed-In en 1938. Par la suite, d'autres fouilles par la Glenbow Foundation et l'université de Calgary ont été entreprises en 1965, 1966 et 1972.

La première mesure de conservation importante a eu lieu en 1966 lorsque le principal propriétaire a donné une parcelle de 5 hectares (12 acres) à la province de l'Alberta. Cette parcelle comprend une importante section de la falaise et du site d'abattage et, en 1969, la parcelle a été clôturée pour tenir à l'écart le bétail, les véhicules et les pillards, et des affiches ont été installées indiquant le statut de protection du secteur.

Après la cession, en 1968, l'ensemble du complexe du précipice a été déclaré lieu historique national par le gouvernement du Canada. Élément encore plus important, en 1979, le précipice à bisons Head-Smashed-In a été désigné ressource historique provinciale par la province de l'Alberta et, par conséquent, les programmes actuels de conservation et de préservation comprennent une publicité accrue de la valeur du site, une importante étude sur les vestiges de la faune récupérés lors des excavations au précipice à bisons Head-Smashed-In, la compilation des dossiers historiques et l'établissement d'une présence provinciale permanente au site, dont 890 hectares (2 200 acres) sont maintenant de propriété provinciale et couverts par la législation provinciale visant la protection.

Dans son évaluation de la proposition d'inscription, ICOMOS a souligné que depuis 1960, le précipice à bisons Head-Smashed-In a fait l'objet de fouilles systématiques qui ont enrichi la connaissance des armes et des outils préeuropéens, et transformé les théories actuelles sur l'utilisation du gibier pour l'alimentation, le vêtement et l'habitation. L'ICOMOS a de plus indiqué que, de part sa taille importante et son état de préservation, le précipice à bisons Head-Smashed-In « dépasse de loin des sites analogues » découverts en Europe et aux États-Unis.

3b Modifications importantes de l'authenticité/l'intégrité
Depuis l'inscription, on a considérablement modifié l'authenticité/l'intégrité du site.
Description des changements apportés à l'authenticité/l'intégrité
Les archéologues ont dégagé de tous les sentiers, des routes et des stationnements tous les objets culturels. Dans la plupart des cas, des cas d'installation de sentiers ou de routes, le recouvrement a été substitué à l'excavation afin d'éviter la destruction des éléments archéologiques. Les terrains environnants ont été achetés pour prévenir une utilisation foncière inappropriée et un impact visuel désagréable sur la qualité des points de vue et du site. 162 hectares (400 acres) ont été achetés lors de ce premier achat et cette portion de l'achat non nécessaire pour l'interprétation et la préservation du site a été louée aux propriétaires originaux aux fins de la protection contre l'incendie grâce au broutage du bétail.

En 2000, la province de l'Alberta a inclus le précipice à bisons Head-Smashed-In dans un programme visant à identifier un vaste éventail de terres importantes au plan culturel et au plan naturel afin de leur assurer un niveau de protection par un usage surveillé. 728 hectares (1 800 acres) autour du précipice à bisons Head-Smashed-In ont été ajoutés à la désignation de ressources historiques provinciales originales (l'ensemble étant une terre de la Couronne) et avec les 162 hectares (400 acres) originaux, l'ensemble des 890 hectares (2 200 acres) a été nommé pour le projet « Special Places 2000 ». Cette désignation permet également au gouvernement provincial de demander un examen de toutes les activités d'aménagement dans le secteur afin d'empêcher un usage inapproprié ou destructif, bien que la désignation de ressources historiques demeure le moyen le plus puissant de contrôler l'impact sur le site.

Avec ces exceptions, le site demeure tel qu'il était au moment de l'inscription en 1981.
 

4 GESTION

Régime de gestion

4a Propriété/Gestion
Gestion en vertu de mesures législatives de protection
Gestion en vertu d'entente(s) contractuelle(s) entre l'État partie et un tiers
Gestion en vertu de mesures de protection traditionnelles
Description: (i) Gestion en vertu de la législation de protection : Le précipice à bisons Head-Smashed-In a été désigné par la province de l'Alberta comme une ressource historique provinciale en vertu des dispositions de l'Alberta Historical Resources Act. Le site ne pourra être détruit, perturbé, modifié, restauré ou réparé et aucun objet ne pourra être enlevé. De plus, son aspect physique ou esthétique ne pourra être modifié sans l'approbation des autorités gouvernementales. En 2000, la province de l'Alberta a inclus le précipice à bisons Head-Smashed-In dans un programme visant à identifier un vaste éventail de terres importantes au plan naturel afin de leur assurer un niveau de protection par un usage surveillé. (ii) Gestion dans le cadre d'accords contractuels entre l'État partie et une tierce partie : Les prairies du précipice à bisons Head-Smashed-In ont été gérées selon des pratiques de gestion des parcours des familles agricoles qui habitent le secteur. La phytotechnie herbagère du territoire provincial du site est assurée par les obligations contractuelles de baux renouvelables conclus avec les propriétaires originaux. Cela offre une importante méthode de protection contre l'incendie dans une zone où les feux de prairie sont courants. (iii) Gestion selon les mesures de protection traditionnelles : autrement de par le pâturage contrôlé correspondant aux anciennes migrations des bisons, aucune méthode de protection "traditionnelle" n'a été invoquée. Il existe en même temps une participation officielle continue des Premières nations régionales à la gestion stratégique du site.

4b Échelon de gestion
État/province/territoire

Description: Le site appartient et est géré par le gouvernement de la province de l'Alberta.


4c Statut juridique
Le précipice à bisons Head-Smashed-In est une ressource historique provinciale, lui assurant le plus haut degré de protection en vertu de l'Alberta Historical Resources Act et un lieu historique provincial par lequel un territoire de base a été acheté par la province et est exploité et promu activement comme lieu où les visiteurs sont accueillis en payant leur entrée pour une expérience d'interprétation intéressante sur le site et à l'intérieur d'un centre des visiteurs de 2 700 mètres carrés.

4d Organisme/organismes responsable(s) de la gestion du bien
Nom de l'organisme : Alberta Community Development
Nom : Whalley, Catherine
Titre :
Adresse : 8820 - 112 Street
Ville : Edmonton, Alberta
Code postal : T6G 2P8
Téléphone : 780 431-2306
Télécopieur : 780 427-5598
Courriel : catherine.whalley@gov.ab.ca

4e Mesures de protection et méthodes de mise en œuvre
Alberta Historical Resources Act : Cette loi régit la désignation du site comme ressource historique provinciale et impose des peines sévères pour toute activité ayant un effet physique ou visuel néfastes sur les ressources associées aux raisons de la désignation. En vertu du paragraphe 18(9) de la loi, " personne (a) ne détruira, perturbera, modifiera, réparera une ressource ou une terre historique qui a été désignée en vertu de cet article, ou (b) n'enlèvera un objet historique d'une ressource historique qui a été désignée en vertu de cet article sans l'approbation écrite du ministre. Personne ne peut modifier ou affecter l'aspect physique ou esthétique d'une ressource historique de quelque façon sans l'autorisation expresse du ministre en vertu du paragraphe 38 (1). Toute personne qui contrevient à une disposition de cette loi... est coupable d'une infraction et passible sur déclaration sommaire de culpabilité d'une amende d'au plus 50 000 $ ou de l'emprisonnement pour une période maximum d'un an, ou de l'amende et de l'emprisonnement." La loi demande également au ministre responsable de son administration de protéger et de présenter (préserver et interpréter) le site dans son milieu public, ce qui dans le cas du précipice à bisons Head-Smashed-In rejoint les publics locaux, régionaux, provinciaux, nationaux et internationaux.

Réglementation régissant l'administration des ressources archéologiques dans la province de l'Alberta : Une série de règlements régissant les recherches archéologiques dans la province de l'Alberta s'appliquent également à tout le territoire relié au complexe du précipice à bisons Head-Smashed-In, qu'il soit désigné ou non. Ces règlements sont associés à l'Alberta Historical Resources Act comme « Archaeological Research Permit Regulation, soit l'Alberta Regulation 124/79 avec ses modifications jusqu'à et y compris l'Alberta Regulation 88/82 ».

Special Places 2000 : programme établi par la législation provinciale pour préserver la diversité environnementale des six régions et des 20 sous-régions. En 2000, la province de l'Alberta a inclus le précipice à bisons Head-Smashed-In dans un programme visant à identifier un vaste éventail de terres importantes au plan naturel afin de leur assurer un niveau de protection par un usage surveillé. 728 hectares (1 800 acres) autour du précipice à bisons Head-Smashed-In ont été ajoutés à la désignation de ressources historiques provinciales originales (toutes sont des terres de la Couronne), et avec les 162 hectares (400 acres) originaux, les 890 hectares (2 200 acres) ont été désignés pour le projet "Special Places 2000" comme une prairie de fétuque scabre. Cette désignation permet également au gouvernement provincial de demander un examen de toutes les activités d'aménagement dans le secteur afin d'empêcher un usage inapproprié et/ou destructeur.

Municipal Government Act : Cette loi permet l'établissement d'un zonage de contrôle direct qui peut tenir compte de la conservation du patrimoine dans la planification foncière. Toute demande d'aménagement ou de changement de l'utilisation des terres sur le site désigné est renvoyée par le district municipal local à la province pour examen. L'approbation du ministre du développement communautaire est nécessaire pour qu'une telle demande soit acceptée dans les zones désignées et l'approbation est recommandée seulement pour les aménagements ou les changements d'utilisation qui sont sans effet ou qui ont un effet bénéfique, comme dans le cas du zonage de contrôle direct restrictif.

4f Dispositions administratives et de gestion
La zone désignée appartient à la province de l'Alberta et est gérée comme un lieu historique par la division des installations culturelles et des ressources historiques du ministère du développement communautaire. La ligne d'autorité passe par les postes suivants :

.Gestionnaire du site
.Gestionnaire, Opérations du Sud
.Directeur, Direction des sites historiques et des installations culturelles
.Sous-ministre adjoint, Division des installations culturelles et ressources historiques
.Sous-ministre, Ministère du développement communautaire de l'Alberta

Plusieurs autres organisations, des agences non gouvernementales, des particuliers et des organismes gouvernementaux participent directement au processus de gestion à l'invitation de la province, ce qui se fait principalement par la présence d'un comité consultatif du ministre selon une ordonnance du ministre, et les Friends of Head-Smashed-In Society dont la relation avec le site est contrôlée par un contrat détaillé.

Le comité consultatif du ministre comprend les principaux intéressés régionaux et est appelé de par son mandat à conseiller le ministre du développement communautaire sur toutes les questions d'intérêt régional qui sont associées directement au site et à ses ressources. Le comité comprend une représentation de la Première nation Kainai (Blood), de la Première nation Piikani (Peigan), des villages de Claresholm, Fort Macleod et Pincher Creek, du district municipal de Willow Creek, deux propriétaires locaux et trois membres en général. Ce comité se réunit chaque trimestre avec la direction du site et rend compte de ses délibérations et recommandations directement au ministre pour intervention.

La Friends Society a également un conseil d'administration nécessitant la participation de deux tribus des Premières nations et des trois villages en plus des membres en général, mais elle fonctionne localement pour aider à améliorer les responsabilités d'interprétation du site.

La préservation et l'interprétation du précipice à bisons Head-Smashed-In sont devenues le point central de la récupération de la culture autochtone dans la région. La gestion et l'aménagement du site sont devenus un partenariat entre les gens parlant la langue des Pieds-Noirs et la province de l'Alberta, et des employés parlant Pieds-Noirs sont engagés exclusivement pour interpréter le site et sa culture.

4g Modifications importantes apportées au régime de gestion depuis l'inscription
Depuis l'inscription, l'ensemble du site du précipice à bisons Head-Smashed-In a été acquis par le gouvernement provincial et est maintenant une terre de la Couronne en Alberta (voir 3b1). En 1999, 728 hectares (1 800 acres) ont été ajoutés à la désignation originale de 162 hectares (400 acres), plaçant 890 hectares (2 200 acres) de territoire sous la compétence provinciale et les dispositions de l'Alberta Historical Resources Act et du programme Special Places 2000. Il s'agit du secteur présentant les plus importantes ressources culturelles et il comprend les sites d'abattage principal et secondaire le long de la falaise, y compris le site du précipice à bisons Head-Smashed-In. Il s'agit aussi d'un secteur d'interprétation historique intensive où un contrôle est établi par la présence quotidienne constante du personnel gouvernemental. Le processus de gestion du site est souligné dans le programme d'interprétation du précipice à bisons Head-Smashed-In, les règlements provinciaux pour l'archéologie et les procédures d'entretien de l'infrastructure de l'Alberta pour le site. Ce sont là les seuls changements au régime de gestion du précipice à bisons Head-Smashed-In depuis son inscription.

4h Plan de gestion
Il n'existe pas de plan de gestion pour le site.
Préparation prochaine d'un plan de gestion
Un nouveau plan de gestion pour remplacer les éléments de gestion du plan d'aménagement n'est pas envisagé pour le site car le programme d'interprétation, l'Alberta Historical Resources Act, la réglementation archéologique de la province, les lignes directrices de « Special Places 2000 » ainsi que les opérations du site et les calendriers d'entretien ont été suffisants pour offrir le contenu de base d'un plan de gestion sans avoir à en faire un document consolidé.

Ressources financières


4i Budget annuel d'exploitation
1 000 000 $ CAN

Niveaux de dotation (Ressources humaines)

4j Niveaux de dotation
Temps plein : 10
Temps partiel : 2
Saisonnier : 17
Autre : 0
Description des employé(e)s, des compétences spécialisées et d'expertise
Gestionnaire du site, possédant une vaste expérience de la gestion d'installations culturelles, y compris des musées et des centres d'interprétation.

Chef de l'interprétation, possédant une vaste expérience des techniques d'interprétation et d'enseignement et de l'élaboration de programmes ainsi qu'une vaste connaissance de l'histoire autochtone des plaines et de la langue des Pieds-Noirs.

Interprète principal des programmes d'éducation : connaissance des programmes d'enseignement du système scolaire de l'Alberta et connaissance pratique de programmes semblables dans le reste du Canada et le nord des États-Unis; connaissance des aspects thématiques représentés par le centre d'interprétation et de leur rapport avec les programmes de l'Alberta et des autres provinces et territoires. Capacité de travailler avec les enseignants à l'élaboration de programmes adaptés pour répondre aux besoins d'apprentissage d'une variété d'élèves de tous âges, de la maternelle à l'enseignement postsecondaire.

Interprète principal des programmes culturels : connaissance approfondie de l'histoire des Premières nations d'Amérique du Nord et de la culture du bison des plaines de l'Ouest, y compris la tradition orale autochtone, l'ethnographie, l'archéologie, et connaissance particulière de la langue des Pieds-Noirs. Doit également posséder une expérience de la supervision du personnel.

Interprète : connaissance pratique de la culture du bison et de la chasse ainsi que du rôle que le précipice à bisons Head-Smashed-In a joué à son époque en formant un rôle central dans l'établissement et la perpétuation de cette culture.

Agent des réservations et coordonnateur des événements spéciaux : connaissance des processus de marketing, de l'industrie touristique et des données actuelles sur les talents autochtones régionaux, le tout dans le contexte de la culture et de la spiritualité des Pieds-Noirs et des autres Premières nations.

Agent financier et caissier principal : connaissance de la tenue de livres, de la comptabilité et des procédures d'encaissement, de la collecte de données statistiques et de la production de rapports.

Services administratifs / administrateur du bureau
Caissier.
Directeur général de la Friends Society.


Sources de compétences et de formation en matière de techniques de conservation et de gestion

4k Sources d'expertise, de formation et de services spécialisés
Alberta, Ministère du développement communautaire : Services de conservation, archéologie, histoire, services de gestion des baux et des terres et services créatifs (conception graphique, étalagisme, planification et fabrication soutenant les aspects techniques de l'interprétation) tous disponibles auprès du personnel de l'administration centrale de la division des installations culturelles et des ressources historiques du ministère du développement communautaire, située dans la capitale provinciale (Edmonton).

L'Institut canadien de conservation, l'Association des musées canadiens et l'Agence Parcs Canada, tous situés dans la capitale nationale (Ottawa) sont disponibles sur place pour la consultation.

Fréquentation

4l Statistiques disponibles sur la fréquentation
Il existe des statistiques sur la fréquentation du site.
Nombre de visites annuelles, méthodologie et tendances
79 000 personnes ont visité le précipice à bisons Head-Smashed-In au cours de l'exercice financier 2002-2003. Il s'agit d'une série de comptes en diminution au site car la tendance a été à la baisse au cours des dernières années à tous les sites de la province et au-delà, ce qui s'explique en partie par la tendance des visiteurs en Amérique du Nord.

On compte les visiteurs à l'entrée (payante ou autrement) et le nombre de visiteurs est analysé en termes démographiques et selon le type de visite. D'autres analyses détaillées sont entreprises par voie de sondage au cours de chaque saison estivale (mai à août) lorsque les tendances, les attitudes et les moyens économiques des visiteurs sont évalués par l'application d'un sondage officiel.

4m Installations pour les visiteurs
Le précipice à bisons Head-Smashed-In est situé à 16 kilomètres de deux importantes autoroutes provinciales, nord-sud et est-ouest, le long d'une route secondaire à revêtement rigide. Le camping, les véhicules récréatifs et l'hébergement (hôtel et motel) sont disponibles facilement tout comme de nombreuses possibilités touristiques vers d'autres sites naturels et culturels. Les petits avions peuvent utiliser l'aéroport local alors que les vols internationaux arrivent à Calgary, à deux heures au nord du site. Des épiceries ainsi que des restaurants se trouvent dans les trois villages qui entourent le site (Claresholm, Fort Macleod et Pincher Creek).

Toutes les commodités pour les visiteurs sont disponibles directement au centre des visiteurs du site, y compris les toilettes, les services alimentaires et une boutique de souvenirs, les programmes d'interprétation et d'éducation, la documentation, les sentiers de randonnée et les services de stationnement et de transport.

4n Plan de gestion du tourisme/des visiteurs
Il existe un plan de gestion du tourisme/des visiteurs pour le site.
Résumé du plan de gestion du tourisme/des visiteurs
Le plan de gestion du tourisme et des visiteurs est contenu dans le programme d'interprétation du précipice à bisons Head-Smashed-In conçu pour contrôler l'élément d'interprétation du site en rapport avec la présence prévue des visiteurs. L'accès des visiteurs est contrôlé par l'accès aux routes et aux stationnements. La nécessité de stationner à distance est atténuée par un service de navette. L'accès sur place est contrôlé par le système de voies d'accès et la présence de guides saisonniers.

Les causeries, des artefacts et des reproductions, des modèles, des panneaux graphiques, des bandes sonores et des films sont utilisés pour transmettre les messages du site concernant la géographie régionale, la présence autochtone y compris les cultures et les traditions autochtones, la technologie autochtone, l'organisation sociale et la spiritualité de la culture du bison, l'anatomie du précipice à bisons, l'impact du contact européen et la science de l'archéologie. Les publics visés sont les voyageurs albertains, canadiens et internationaux, les groupes d'enfants et de jeunes d'âge scolaire et les groupes touristiques à intérêts spéciaux.

Études scientifiques

4o Principales études scientifiques et principaux programmes de recherche
Bailey, A. W.
1984 – Ecology of Vegetation at Head-Smashed-In Buffalo Jump, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Bird, J.
1939 – Artifacts in Canadian River Terraces, Science 89(2311) :340-341.

Brink, J.
1986 – Buffalo Jump, Horizon Canada 89 :2120-2125.
1990 – Bison Butchering and Food Processing at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, exposé présenté à la 48e Annual Plains Anthropological Conference, Oklahoma City.
1992 – Blackfoot and Buffalo Jumps : Native People and the Head-Smashed-In Project, dans Buffalo, J. Foster, D. Harrison et I.S. MacLaren, éditeurs, University of Alberta Press, Edmonton, pp. 19-43.

Brink J. et B. Dawe
1989 – Final Report of the 1985 and 1986 Field Season at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, Archaeological Survey of Alberta Manuscript Series No. 16, Archaeological Survey of Alberta, Edmonton.

Brink, J.W. et M. Rollans
1990 – Thoughts on the Structure and Function of Drive Lane Systems at Communal Buffalo Jumps, dans Hunters of the Recent Past, édité par L.B. Davis et B.O.K. Reeves, pp. 152-167, London : Unwin Hyman.

Brink J., M. Wright, B. Dawe et D. Glaum
1985 – Final Report of the 1983 Season at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, Archaeological Survey of Alberta Manuscript Series No. 1, Archaeological Survey of Alberta, Edmonton.
1986 - Final Report of the 1984 Season at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, Archaeological Survey of Alberta Manuscript Series No. 9, Archaeological Survey of Alberta, Edmonton.

Blundell, V.
1994 – Riding the Polar Bear Express : and Other Encounters Between Tourists and First Peoples in Canada, manuscrit en possession de l'auteur.

Cannon, D.
1990 – Head-Smashed-In Buffalo Jump Interpretive Centre : A Case Study in Developing Cultural Tourism in the Context of Cultural Conservation, exposé présenté au colloque sur la géographie du tourisme, département de géographie, université de Toronto.

Cannon, D. et A. Cannon
1996 – Archaeology's Public : A Perspective from Two Canadian Museums, Canadian Journal of Archaeology 20 :29-38.

Catto, N. P. Bobrowski et P. Waters
1983 – Regional Surficial Geology and Quaternary Geologic History of the Head-Smashed-In Buffalo Jump, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Darragh, I.
1987 – The Killing Cliffs, Canadian Geographic, oct.-nov. :55 :61.

Dawson, G. M.
1885 – Report on the Region of the Vicinity of the Bow and Belly River, Northwest Territory, Geological and Natural History Survey of Canada, Report of Progress 1882-1883-1884 :1c-169c, Ottawa.

Fagan, B.
1994 – Bison Hunters of the Northern Plains, Archaeology Magazine, mai-juin :37-41.

Fidler, P.
1792/93 Journal of a Journey Overland from Buckingham House to the Rocky Mountains in 1792 and 1793, transcription inédite d'un journal original au dossier, Provincial Archives, Edmonton.

Forbis, R. G.
1962 – The Old Woman's Buffalo Jump, Alberta, Contributions to Anthropology 1960, Partie 1, pp. 57-123, National Museum of Canada Bulletin 180, Ottawa.

Hills, L. V.
1983 – Palaeoenvironmental Studies at Head-Smashed-In Buffalo Jump, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Hughes, C. C.
1986 DkPj-21 : A Description and Discussion of a Vision Quest Site in the Porcupine Hills, Alberta, dans Final Report of the 1984 Season at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, par J. Brink, M. Wright, B. Dawe et D. Glaum, Archaeological Survey of Alberta Manuscript Series No. 9, Archaeological Survey of Alberta, pp. 364-403.

Johns, B.
1988 Head-Smashed-In-Buffalo Jump Interpretive Centre, Alberta. The Canadian Architect, 18 novenbre : 29

Johns, B. et R. H. Le Blond
1989 - «Designing» an Archaeological Dig. The Construction Specifier 42(10) :106-115.

Kooyman, B., M. E. Newman et H. Ceri
1992 – Verifying the Reliability of Blood Residue Analysis on Archaeological tools, Journal of Archaeological Science 19 :265-269.

Newman, M. E., H. Ceri et B. Kooyman
1996 – The Use of Immunological Techniques in the Analysis of Archaeological Materials – a Response to Eisele; with Report of Studies at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Antiquity 70 :677-682.

Newton, Barry M.
1983 – Review of Archaeological Literature Pertaining to Bison Kill Sites, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Pringle, H.
1988 – Boneyard Enigma, Equinox, mars-avril :87-103.
1996 – Killing Fields : Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, dans In Search of Ancient North America par Heather Pringle, New York : John Wiley and Sons, pp. 149-167.

Reeves, B. O. K.
1978 – Head-Smashed-In : 5500 Years of Bison Jumping in Alberta Plains, dans Bison Procurement and Utilization : A Symposium, édité par L. B. Davis et M. Wilson, pp. 151-174, Plains Anthropologist Memoir 14.
1983 – Six Millenniums of Buffalo Kills, Scientific American 249(4) :120-135.
1985 – The Head-Smashed-In Drive Lane/Kill Complex, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Rollans, M.
1987 – Interpreting the Function of Bison Drive Lanes at Head-Smashed-In Buffalo Jump, Alberta, thèse de maîtrise inédite, département d'anthropologie, université de l'Alberta, Edmonton.

Smith, S. et R. Cole-Will
1984 – A Compilation of Sources on Pit Features in Northern Plains Occupations, manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.

Sponholz, E.
1992 - Head-Smashed-In Buffalo Jump : A Centre for Cultural Preservation and Understanding, dans Buffalo, J. Foster, D. Harrison et I.S. MacLaren, éd., University of Alberta Press, Edmonton, pp. 45-59.

Thomas, D. H.
2000 - Head-Smashed-In Buffalo Jump, dans Exploring Native North America, par D.H. Thomas, Oxford University Press, Oxford, pp. 52-61.

Verbicky-Todd, E.
1984 – Communal Buffalo Hunting Among the Plains Indians, Archaeological Survey of Alberta, Occasional Paper No. 24, Edmonton.

Wettlaufer, B.
Non daté – Manuscript and Field Notes of 1949 archaeological survey and excavations at the Maclean site (Head-Smashed-In), manuscrit inédit au dossier, Archaeological Survey, Provincial Museum of Alberta, Edmonton.
Utilisation des résultats des études scientifiques et des programmes de recherche
Les changements à l'authenticité et à l'intégrité du site depuis l'inscription ont trait à la construction du centre d'interprétation du site et à l'infrastructure du site qui le soutient, examinées par l'autorité du patrimoine mondial, et les fouilles archéologiques au site entre 1981 et 1995. L'aménagement du site comprend une structure souterraine logeant l'administration, les expositions et les systèmes du bâtiment. Les éléments au-dessus du sol sont en béton couleur de grès. Le bâtiment de 2 700 mètres carrés est construit dans un sol stérile le long de la falaise et soutient les opérations quotidiennes toute l'année. Il assure le contrôle de
75 000 à 100 000 visiteurs par année.

Les études entreprises au site jusqu'au moment de l'inscription et les études subséquentes produites par le programme de recherche de l'Archaeological Survey of Alberta ont été utilisées pour identifier le secteur critique des ressources culturelles importantes relatives aux époques de chasse au bison au précipice à bisons Head-Smashed-In. Cette information a guidé le programme d'acquisition des terres et a été utilisée pour contribuer au développement subséquent de l'interprétation au site, y compris l'installation des éléments de l'exposition au centre des visiteurs et la construction de toutes les fonctions auxiliaires, dont les sentiers d'interprétation et les structures d'accès.

À mesure que le précipice à bisons Head-Smashed-In attirait davantage l'attention, et particulièrement après sa désignation comme site du patrimoine mondial, on a cru que les intrusions pourraient augmenter et que la meilleure forme de protection était une présence institutionnelle. On a décidé d'installer du personnel provincial dans une installation d'interprétation ouverte toute l'année dans le voisinage des ressources essentielles. On a pris soin d'informer l'UNESCO de cette décision et du programme de conception de la structure. On a découvert qu'un « bloc en pointe » au bord de la falaise était pratiquement dépourvu de matériel culturel. Il est devenu le site de construction et le programme de construction a par la suite demandé que pas plus de 20 % du bâtiment soit exposé au-dessus du sol. Des stationnements ont été installés loin du site afin d'éviter un impact physique et visuel sur le site principal (les visiteurs sont transportés par navette de leur véhicule au centre d'interprétation et y sont ramenés).
Rôle de la désignation de SPM dans la conception des études scientifiques et des programmes de recherche
Les premières études et une partie du travail concurrent ont contribué à la mise en candidature du site. Les études subséquentes se sont concentrées sur les valeurs reconnues du patrimoine mondial du site, particulièrement pour le développement de l'interprétation du récipice à bisons Head-Smashed-In qui a été influencé directement par la désignation de l'UNESCO en 1981.

Éducation, information et renforcement de la sensibilisation


4p Plaque de SPM au site
Il y a une plaque sur place indiquant qu'il s'agit d'un site du patrimoine mondial.

4q Utilisation du logo de la CPM dans toutes les publications
Le logo de la Convention du patrimoine mondial figure sur toutes les publications du site.

4r Programmes éducatifs pour les établissements scolaires
Il existe des programmes éducatifs sur les valeurs patrimoniales du site destinés aux établissements scolaires.
Description des programmes éducatifs
La programmation scolaire est une des principales fonctions du précipice à bisons Head-Smashed-In. Tous les programmes éducatifs sont dirigés par les guides et suivent les programmes d'enseignement du ministère de l'éducation pour les écoles de l'Alberta. Entre 2 000 et 4 000 enfants de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et du Montana (États-Unis) participent à ces programmes chaque année. Ils comprennent les titres suivants : «Buffalo Tales» pour les 4 à 6 ans, «Living Long Ago» pour les 6 à 8 ans, «Living Off the Land» pour les 9 à 11 ans, «History Underground» pour les 10 à 14 ans, «Social Organization» pour les 12 à 14 ans, «Sticks and Stones, Fun with Ancient Technology» pour tous les âges, et la visite générale de l'installation pour tous les âges. Une trousse portable du programme d'éducation intitulée «Contrastes» est offerte aux écoles pour utilisation en classe.

4s Manifestations spéciales et expositions
Il existe des manifestations spéciales et des expositions sur les valeurs patrimoniales du site.
Description des manifestations spéciales et des expositions
La célébration annuelle de la journée mondiale des peuples autochtones le 9 août de chaque année est une occasion spéciale de commémorer l'attribution des valeurs du patrimoine mondiale au site et la galerie des anciens de l'UNESCO ouverte récemment a permis au site de mettre en lumière le lien de la Convention du patrimoine mondial avec une référence spéciale au rôle des autochtones au site et dans la société locale.

4t Équipements, centre d'accueil, musée, sentiers, guides et matériel d'information
La principale installation pour les visiteurs est le centre d'interprétation de 2 700 mètres carrés qui comprend un système d'ascenseur et d'escalier pour mener les visiteurs au sommet de la falaise et les ramener. Les sentiers du centre d'interprétation conduisent aux principaux sites d'abattage en haut et en bas de la falaise. Le sentier du bas de la falaise mène également les visiteurs jusqu'au camp de transformation en bas de la falaise. Un stationnement pavé et un autre stationnement de gravier reçoivent la plupart des véhicules, sauf les jours très affairés alors que les visiteurs ont tendance à stationner le long de la route secondaire.

À l'intérieur du centre d'interprétation, il y a deux séries de toilettes (hommes et femmes) ainsi que des installations pour le personnel. Une cafétéria et une boutique de souvenirs sont également disponibles ainsi que des installations de premiers soins et une infirmerie. Le bâtiment et ses installations sont accessibles aux personnes handicapées tout comme la plupart des sentiers à l'exception d'une partie du sentier inférieur qui s'est avérée difficile à entretenir. Des visites guidées avec des guides autochtones sont offertes aux groupes qui ont réservé et, si possible, aux visiteurs occasionnels. Trois expériences cinématographiques distinctes sont présentées au centre d'interprétation et le film principal est projeté dans une salle de 80 places sur un écran géant. Des dépliants, des brochures, des livres illustrés et des monographiques sont disponibles. Certains sont distribués avec le prix d'entrée alors que d'autres sont vendus.

Le long de la falaise, une promenade d'interprétation à revêtement dur a été construite conduisant du sommet du centre d'interprétation à un belvédère construit pour voir la dernière pente des parcours, les falaises des deux principaux sites d'abattage, l'aire d'abattage, le camp de boucherie et de transformation, et les magnifiques vues sur la prairie ouverte et les ravins conduisant aux aires d'hivernage dans la vallée Oldman River. Comme dans tous les autres cas de construction autour de Head-Smashed-In, à l'exception de l'excavation pour le centre d'interprétation, l'approche a été de recouvrir ou de construire au-dessus du relief plutôt que d'excaver, ce qui comprend les sentiers et les stationnements.

Au-dessous des falaises du précipice à bisons Head-Smashed-In, des sentiers non durcis ont été construits pour conduire les visiteurs le long des falaises vers l'aire d'abattage principale et la scène de nombreuses fouilles archéologiques, et derrière le site des principaux camps de transformation. Au cours des six premières années, les fouilles archéologiques ont formé une partie intéressante de l'expérience d'interprétation du visiteur; mais l'arriéré de données et de matières non cataloguées ou non évaluées a causé la cessation du programme archéologique.

4u Rôle de la désignation de SPM dans les activités d'éducation, d'information ou de sensibilisation
Le logo du patrimoine mondial est utilisé partout dans le centre des visiteurs, sur les documents que le centre distribue et sur tout le matériel de promotion et de marketing, y compris les annonces et les babillards. L'honneur et les répercussions de la désignation de site du patrimoine mondial font partie de chaque programme éducatif et figurent en évidence dans toute l'interprétation présentée par les guides permanents et saisonniers.
 

5 FACTEURS AFFECTANT LE BIEN

5a Pressions dues au développement
Avec la désignation du précipice à bisons Head-Smashed-In comme ressource historique provinciale en 1979 et son inclusion dans une désignation élargie de terres réglementées pour le projet Special Places 2000, les pressions du développement ont été minimisées. L'incident de forage pétrolier directionnel au début des années 1980 où une plate-forme pétrolière a été placée au sommet de l'escarpement ne s'est pas répété. En même temps, les plans du principal distributeur d'électricité de la province visant à installer une ligne sur pylônes de 500 KVA traversant le site du précipice à bisons Head-Smashed-In ont fait l'objet d'une opposition fructueuse et le droit de passage a été déplacé. À cet égard, des contrôles contre les impacts visuels sur le site ont été ajoutés aux contrôles contre les impacts physiques.

Le développement commercial dans la région du site a été limité à l'établissement d'un seul camp pour véhicules récréatifs situé à environ 6 kilomètres à l'est des falaises près de la principale route d'accès. Il est visuellement sans danger depuis la route et depuis le panorama du site. Aucun autre développement commercial n'est envisagé dans les environs.

Le précipice à bisons Head-Smashed-In se trouve près de la réserve de la Première nation Piikanni et au cœur des terres d'élevage. La plupart des terres dans le secteur immédiat des parcours, du site d'abattage et des camps de boucherie appartiennent à deux grands éleveurs ou elles leur sont louées à des fins de pâturage seulement.

Les autres pressions du développement ont trait directement à la présence du complexe d'interprétation dont le but est de contrôler et d'informer les groupes de visiteurs et d'assurer une présence contre le vandalisme et la chasse aux artefacts qui ont cessé complètement depuis que la province a institué un programme d'interprétation officiel au précipice à bisons Head-Smashed-In au milieu des années 1980. Après l'achèvement de l'infrastructure d'interprétation en 1987, aucune autre construction n'a été autorisée au site au-delà de l'entretien ordinaire et de la réfection de l'installation originale. L'établissement d'un enclos à bisons derrière le site d'abattage pour le plaisir des visiteurs n'a pas été réalisé en raison des coûts et des complexités opérationnelles.

La désignation de ressources historiques provinciales, l'étroite collaboration avec le district municipal et l'utilisation des mécanismes de consultation régionale permettent de protéger le site contre toute incursion. La question de l'aménagement inapproprié sur les terres au-delà des 728 hectares (1 800 acres) désignés serait réglée par la présentation au district municipal de demandes pour le zonage de contrôle direct en faveur des ressources historiques.

Bien qu'il y ait eu une certaine crainte que la présence de plus de 100 000 visiteurs par année pourrait donner lieu à des tentatives de développement commercial, un seul terrain de camping pour véhicules récréatifs a été établi et sa présence n'est pas nuisible. Aucune autre pression du développement n'a eu lieu ni n'est prévue dans un proche avenir.

5b Contraintes liées à l'environnement
Le climat et la géomorphologie de la région produisent des vents de l'ouest relativement constants et souvent très élevés, ce qui donne lieu à un taux élevé de dépôts éoliens qui ont conduit au recouvrement du site de fines couches de silt au fil des ans. Le climat est également aride mais peut être ponctué d'épisodes de pluie forte. D'une part, cela peut conduire à l'amincissement de la végétation et à une augmentation de l'érosion par le vent; d'autre part, les périodes pluvieuses peuvent contribuer à l'érosion des dépôts dans les quelques premiers centimètres de sol. Dans les deux cas, l'impact sur les dépôts archéologiques demeure assez faible. Dans tous les cas, les objets culturels qui font surface périodiquement sont examinés par l'Archaeological Survey.

Les difficultés de drainage créées autour du centre des visiteurs enfoui ont été réglées en refaisant la pente du sol près des murs pour permettre un régime d'écoulement naturel afin de protéger le sol et le bâtiment.

L'érosion des voies d'accès a augmenté avec le temps et à cause des régimes météorologiques extrêmes au cours de la dernière décennie. Les premiers travaux de réparation destinés à rehausser la sécurité du site et à prévenir l'érosion ont consisté à reconstruire une voie d'accès au début de 2004. On surveillera les résultats de cette mesure. Le réseau de voies d'accès le long des sentiers inférieurs essentiels sera réparé et leur surface sera refaite à neuf, afin de prévenir l'érosion du sol par le vent ou l'eau.

5c Catastrophes naturelles et planification préalable
Effondrement : Les falaises du précipice à bisons Head-Smashed-In se sont effondrées au moins deux fois à des ères connues de l'histoire géologique et humaine. C'est l'histoire naturelle du site. Un bloc en particulier se trouvant au-dessus du site d'abattage principal (Le précipice à bisons Head-Smashed-In même) semble être le prochain à s'effondrer, car il a commencé à se séparer de la falaise principale. L'examen géologique indique que ce n'est pas encore éminent à l'échelle humaine, mais qu'il finira par tomber, à l'échelle des temps géologiques. Aucun plan n'a été établi ou n'est susceptible d'être établi pour parer à ce danger ou tenter de stabiliser la structure par des moyens mécaniques ou le terrassement.

Des fluctuations importantes de la nappe phréatique comprennent des cycles climatiques secs et mouillés : L'histoire naturelle du site a été ponctuée d'une alternance de cycles secs et mouillés. Entre temps, les régimes météorologiques peuvent interrompre ces cycles brièvement mais sans conséquences dramatiques, la plus importante étant l'augmentation et la réduction de la nappe phréatique affectant les modèles d'écoulement souterrain et la présence de sources de surface et souterraines. Ces facteurs sont d'une conséquence minime pour les ressources culturelles historiques du site sauf pour ce qui est du pouvoir d'érosion de l'écoulement sur les pentes de l'eau pluviale lorsqu'elle tombe en quantités trop grandes pour que le sol puisse l'absorber. Dans ces cas, l'érosion par l'eau près des sites d'abattage exposera et déplacera souvent des petits artefacts culturels comme des pointes de flèche et des flocons lithiques.

Les gestionnaires du site ont procédé au nivelage du sol près du bâtiment et au resurfaçage des voies d'accès critiques le long des sentiers inférieurs afin de prévenir les problèmes. Certaines manifestations climatiques extraordinaires (cycles de sécheresse et de pluies fortes) ont eu un impact sur le sol, qui n'a pas été jugé assez sérieux pour exiger qu'on prenne des mesures pour protéger le site de ces effets.

5d Contraintes dues aux flux de visiteurs et au tourisme
Il s'agit principalement de la préoccupation concernant l'augmentation du nombre de visiteurs à mesure que le précipice à bisons Head-Smashed-In devient plus connu, ce qui a conduit à la construction des installations pour les visiteurs sous la forme d'un centre d'interprétation souterrain, complet avec des toilettes, une boutique de souvenirs et une cafétéria. Le centre est le principal moyen de contrôle, servant de point central de l'expérience des visiteurs au site, contrôlant l'accès au sommet de la falaise, assurant le traitement approprié de la circulation automobile et minimisant les impacts sur la flore et la faune ainsi que sur les dépôts archéologiques en maintenant un respect strict de l'utilisation des sentiers construits sur des alignements bien dégagés pour la surveillance archéologique. On demande aux visiteurs de ne pas prendre d'artefacts exposés. La collection occasionnelle est découragée partout en Alberta. En raison de la désignation de ce site, même la collection occasionnelle est strictement interdite. Au précipice à bisons Head-Smashed-In, l'interdiction originale contre toute collection, occasionnelle ou autrement, demeure en vigueur. Les visiteurs sont amplement informés de cette politique dans la documentation du site, sur les affiches d'interprétation et par les communications verbales.

Au cours des huit dernières années (1986 à 1993 inclusivement), le nombre de visiteurs a diminué et c'est une tendance qui se retrouve dans toute l'Amérique du Nord.

5e Nombre d'habitants à l'intérieur du bien, dans la zone tampon
Bien qu'il y ait beaucoup de pâturages dans la région du précipice et que le gouvernement loue des pâturages adjacents, parfois uniquement pour lutter contre l'incendie et réduire la quantité de combustible, la population du secteur demeure minime (deux familles principales). Leurs activités dans le passé ont été la construction de bâtiments de ranchs, de clôtures, de mares artificielles, de chemins, et l'ensemencement, principalement pour la nourriture des animaux. Aucun changement à ces activités n'a été noté dans le secteur du site et il n'y a eu aucun autre établissement depuis l'année de l'inscription.

Des baux ont été établis pour permettre le pâturage contrôlé des terres de la Couronne, les désignations par la province ont amené les 890 hectares (2 200 acres) sous un contrôle strict, et la coopération a été encouragée avec les fermiers et le district municipal pour se prémunir contre un aménagement inapproprié.

L'impact des activités des résidents locaux est demeuré statique depuis la date de l'inscription.

5f Autres Facteurs
Aucun
 

6 SUIVI

Dispositions administratives concernant le suivi du bien

6a Programme officiel de suivi
Il existe un programme officiel de suivi pour le site.
Description du programme officiel de suivi
L'Archaeological Survey of Alberta est responsable d'examiner tous les plans d'aménagement au site et des visites annuelles du site au printemps pour déterminer si des phénomènes naturels (fortes pluies ou grands vents) ont eu un impact sur les secteurs de faible profondeur du site. De même, parce que, en partie, le site est géré selon un arrangement de cession-bail avec les propriétaires originaux aux fins de pâturage (pour la gestion des parcours et la prévention des incendies), les représentants de cet organisme évaluent également si des dommages ont été causés par le bétail. Les régimes de pâturage sont examinés pour s'assurer que les animaux ne mangent pas trop la végétation et n'altèrent pas physiquement la surface de façon à ne pas perturber les dépôts culturels sous terre.

Étant donné que l'altération physique ou l'intrusion sur le site désigné font l'objet d'un contrôle très strict, les autres indicateurs clés sont l'érosion du sol (vent, pluie, gel et dégel, pâturage) et les impacts visuels du développement commercial ou agricole visible mais distant.

Indicateurs clés permettant de mesurer l'état de conservation


6b Indicateurs clés convenus
On n'a pas établi d'indicateurs clés pour mesurer l'état de conservation des valeurs patrimoniales du site.
Élaboration à venir d'indicateurs clés
La province de l'Alberta n'a pas l'intention d'établir des indicateurs clés pour les valeurs du patrimoine mondial du site.

L'Alberta croit que l'état du site au moment de sa désignation comme ressource historique provinciale offre une base pour surveiller l'état de conservation. L'activité physique sur le site, dans le cadre des installations d'interprétation et pour les visiteurs, a été examinée de très près quant à la perturbation des éléments culturels. Ceux-ci ont été consignés, préservés et, dans certains cas, analysés et présentés dans des rapports. L'évitement et le recouvrement ont été utilisés intensivement comme moyen de préserver l'intégrité du site.

L'activité physique a été limitée au plan d'aménagement approuvé de 1985 pour le centre d'interprétation qui a ouvert ses portes au début de l'été 1987. Dans ce plan d'aménagement, aucune expansion n'est autorisée et les plans d'entretien d'immobilisations sont examinés en détail pour assurer que le site demeure dans son état actuel.


Résultats des précédents exercices de soumissions de rapports

6c Mesures prises par l'État partie suite aux recommandations du Comité du patrimoine mondial
Sans objet
 

7 CONCLUSIONS

Valeurs de patrimoine mondial

7a Principales conclusions sur l'état des valeurs du patrimoine mondial du bien
Les valeurs du patrimoine mondial du site sont demeurées pratiquement intactes depuis la date de l'inscription. Les seuls changements au site tournent autour de l'aménagement sensible des installations d'interprétation, dont un centre d'interprétation souterrain, des sentiers en haut et en bas de la falaise, des stationnements hors du site mais à proximité. Une route pavée recouvrant les ressources du sol et du sous-sol conduit du stationnement principal au centre des visiteurs, et ceux-ci peuvent prendre l'escalier ou l'ascenseur à la base des falaises pour monter au sommet. Seulement 20 % de ce bâtiment de 7 étages est visible ou au-dessus du sol. Le pourcentage visible de la structure est construit de béton couleur grès de façon à se fondre esthétiquement aux strates de grès environnantes et à la végétation des prairies. Visuellement, la route pavée et la place de béton devant le bâtiment et le trottoir de béton du sentier supérieur sont les éléments les plus intrusifs du site, mais ils ont été conçus pour la plupart pour protéger les éléments culturels qui peuvent se trouver dessous.

Le terrain lui-même, y compris le bassin de captage, les parcours, les divers sites d'abattage et le campement demeure pratiquement inchangé depuis le moment de l'inscription. Il y a des terres agricoles pour le pâturage de diverses races de bétail, y compris maintenant des troupeaux de bisons. Il s'agit d'une forme traditionnelle de gestion des grands pâturages qui remonte au cours naturel des anciens troupeaux de bisons.

Gestion et facteurs affectant le site

7b Principales conclusions relatives à la gestion et aux facteurs affectant le bien
Presque 890 hectares (2 200 acres) appartenant à la province ont été réservés pour protéger le site du patrimoine mondial. Ils correspondent à la désignation de lieu historique national par le Canada et sont protégés légalement comme ressource historique provinciale par l'Alberta. Les terres combinées ont également été désignées par la province dans le cadre du projet Special Places 2000 qui vise à identifier et à surveiller les terres spéciales du patrimoine. La désignation provinciale porte le poids d'une législation punitive dans le cas d'activités qui affectent les qualités physiques et esthétiques du paysage et des ressources historiques qu'il contient. Le projet Special Places 2000 ajoute à la surveillance d'une utilisation des terres qui affecterait défavorablement la qualité de l'environnement des prairies de fétuque scabre. La planification municipale a zoné la majeure partie du territoire agricole en imposant des restrictions quant à l'utilisation inappropriée et la possibilité du zonage de contrôle direct ajoute à la protection législative ou réglementaire.

Les prairies du précipice à bisons sont sous des régimes de gestion des parcours, y compris des baux des terres de la Couronne au site du précipice lui-même qui ont offert un degré important de protection contre l'incendie grâce au pâturage de terres qui ont été broutées depuis des temps immémoriaux.

Le site et le centre des visiteurs sont gérés par la province de l'Alberta selon un système de consultation officielle avec les Premières nations à proximité, les villages et la municipalité rurale. L'expérience des 22 dernières années selon ce régime a été un contrôle efficace et efficient des effets nuisibles, humains ou naturels, sur les ressources culturelles et le paysage.

Proposition d'action(s) future(s)

7c Actions futures approuvées
Les aspects susceptibles de faire l'objet d'améliorations ou pour lesquels des mesures plus officielles celles qui existent actuellement sont envisagées sont : les mesures de dotation, la formation du personnel, la réfection et/ou la modification des installations pour les visiteurs et le plan d'intervention en cas d'urgence.

Le fait de combler les postes vacants et de recourir à des contrats de services personnels par le biais de la Friends Society améliorera la dotation au précipice à bisons Head-Smashed-In. De plus, les fonctions d'éducation et d'interprétation sont officiellement combinées, tandis qu'on procède actuellement à l'embauche d'un interprète pour les questions scientifiques.

Prestation de la formation : Les changements comprennent un accent accru sur la formation en sciences (géologie, archéologie) faisant partie du programme d'interprétation du site.

Réfection et modification des installations pour les visiteurs : De nouvelles galeries soulignant le rôle des anciens dans la société autochtone et l'importance de l'histoire naturelle de la région sont déjà ouvertes ou le seront plus tard. La réparation des sentiers est en cours afin d'améliorer l'accès. Un système d'éclairage modifié permettra aux visiteurs de mieux apprécier l'interprétation du site et l'accès pour les personnes handicapées a récemment été porté au niveau de la norme provinciale.

Préparation en cas d'urgence : Les plans de préparation en cas d'urgence seront consolidés et officialisés dans l'année.

Institution(s) responsable(s) de la mise en œuvre

7d Institution(s) responsable(s) de la mise en œuvre des actions
Nom de l'institution : Alberta Community Development
Nom : Whalley, Catherine
Titre :
Adresse : 8820-112 Street
Ville : Edmonton, Alberta
Code postal : T6G 2P8
Téléphone : 780 431-2306
Télécopieur : 780 427-5598
Courriel : catherine.whalley@gov.ab.ca

Échéancier de mise en oeuvre

7e Échéancier de mise en œuvre des actions
Les arrangements relatifs à la dotation sont adaptés chaque année à mesure que les besoins se présentent et que les ressources sont disponibles.

Les programmes de formation du personnel sont examinés chaque année suite aux renseignements nouveaux et aux nouvelles méthodologies.

La recapitalisation des installations pour les visiteurs a été entreprise selon une philosophie d'amélioration constante, à l'aide des ressources disponibles à réinvestir dans la qualité des installations du site.

Le plan d'intervention d'urgence sera officiellement élaboré dans l'année.

Besoins d'assistance internationale

7f Demandes prévues d'assistance internationale
Il n'est pas prévu de demander une assistance internationale par l'intermédiaire du Fonds du patrimoine mondial.

Décisions éventuelles du Comité du patrimoine mondial

7g Décisions éventuelles du Comité du patrimoine mondial
  • Modification des critères d'inscription
  • Déclaration de valeur proposée, si manquante