5.0 GESTION DE L’ÉCOSYSTÈME

5.1 L’écosystème du canal Rideau

La Politique sur les canaux historiques et la Politique sur la gestion des ressources culturelles exigent la protection des ressources naturelles du canal et des caractéristiques écosystémiques dont certains habitats, les paysages naturels et les ressources, de même que leurs valeurs, et incitent les autres parties prenantes à protéger les caractéristiques naturelles et écologiques sur les terrains contigus, par la coopération active et la gérance privée. Le Règlement sur les canaux historiques, la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, la Loi sur les espèces en péril et la Loi sur les pêches du Canada encadrent la réglementation fédérale en matière de protection des valeurs écologiques sur les terres de réserve du canal et dans ses eaux. Les lois provinciales réglementent la pêche et la chasse, de même que la protection de la qualité de l’eau. On considère que le milieu naturel du canal est un important aspect de sa valeur historique dans l’EIC (Annexe A, sections 4.0 et 11.0).

Compte tenu de sa situation géographique dans trois régions physiographiques et deux bassins hydrographiques, le réseau du canal Rideau présente une diversité biologique remarquable. Sont particulièrement dignes de mention l’étonnante variété de milieux humides, un certain nombre d’importantes communautés végétales et animales, un certain nombre d’espèces de la flore et de la faune jugées en péril, et l’une des communautés halieutiques les plus diversifiées au Canada. Les recherches en cours ne font quces listes et confirmer l’importance des principaux milieux humides du canal, situés dans un cadre où plus de la moitié des rives sont toujours dans leur état naturel, un nombre impressionnant compte tenu de la longue histoire d’utilisation humaine du canal. En outre, 16 % des terres riveraines du canal sont des milieux humides (190 km), et plus de 20 d’entre elles sont jugées importantes à l’échelle provinciale.

Encore qu’en bonne santé générale, l’écosystème du canal Rideau subit diverses agressions écologiques, tels qu’un apport d’éléments nutritifs en provenance des installations publiques et privées d’épuration des eaux usées, un apport d’eaux pluviales, le ruissellement provenant des terres agricoles et l’aménagement des terrains riverains, la perturbation et la fragmentation des habitats fauniques, les pressions de la pêche, les activités récréatives et les effets des espèces exotiques. On estime que l’impact cumulatif à long terme de ces agressions sera important, car ces facteurs de stress devraient persister, voire s’intensifier. Ces constatations soulignent indéniablement la nécessité de réduire les sources de stress sur l’écosystème. Ce sera là une tâche difficile, car les activités qui sont la source des facteurs de stress sur l’écosystème font partie intégrante de l’économie du corridor du canal.

La suburbanisation menace la santé écologique de l'environnement du canal
La suburbanisation menace la santé écologique de l'environnement du canal.
Manuel Stevens, Parcs Canada

5.2  Activités actuelles liées à la gestion de l’écosystème

  • Évaluations environnementales requises par la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale pour la plupart des ouvrages privés ou publics riverains ou en milieu aquatique situés le long du canal, par exemple les quais, les ports de plaisance, la reconstruction des barrages ou des écluses et les autres activités susceptibles de se répercuter sur l’environnement.
  • Application et exécution du Règlement sur les canaux historiques et de la Loi sur les pêches (Canada) afin de protéger les ouvrages riverains ou en milieu aquatique, de même que l’habitat aquatique.
  • Examen des plans officiels des municipalités, des règlements de zonage et d’autres instruments de planification avec d’autres organismes dans le but de les inciter à adopter des politiques de planification respectueuses de l’environnement.
  • Examen des activités de planification, du morcellement des terrains et des autres aménagements dans le but d’évaluer et d’atténuer leurs effets éventuels sur l’environnement.
  • Participation, coordination et conseils techniques pour les projets locaux ou inter-organismes de recherche sur l’environnement (p. ex. planification du bassin versant, étude de la biodiversité, inventaires biologiques, surveillance de la qualité de l’eau et des plantes aquatiques).
  • Communication de messages sur la gestion de l’écosystème et la gérance de l’environnement à la population, aux employés du canal et à d’autres groupes, et information sur différents sujets relatifs à l’environnement.
  • Encouragements dispensés à la population afin qu’elle participe à la gérance de l’environnement.
  • Coopération avec d’autres organismes gouvernementaux, les conseils de gérance, les résidants des lacs et les propriétaires de chalet, et d’autres associations comme la Rideau Waterway Land Trust Foundation et le Centre for Sustainable Watersheds, ainsi que les universités, afin de faire des recherches, de dresser des inventaires et d’assurer la surveillance de l’environnement et ainsi promouvoir la santé des deux bassins hydrographiques.
Peu de rivages naturels comme celui-ci subsistent entre Kars et Long Island
Peu de rivages naturels comme celui-ci subsistent entre Kars et Long Island
Manuel Stevens, Parcs Canada

5.3 Enjeux liés à la gestion de l’écosystème

Les principaux sujets de préoccupation suivants doivent être résolus afin d’assurer la santé écologique à long terme de l’écosystème du canal Rideau.

  • Les contraintes de financement prévues au cours des dix prochaines années pourraient empêcher le LHNC du Canal-Rideau d’élaborer et de mettre en œuvre les stratégies et les programmes nécessaires à la gestion de l’écosystème. Les investissements convenus seront précisés dans le plan d’affaires et seront fondés sur des critères axés sur les plus grands avantages possibles pour l’environnement.
  • Il faut protéger les caractéristiques naturelles de l’écosystème, surtout celles qui se rapportent directement à la construction du canal, parce qu’elles possèdent une valeur historique et naturelle.
  • Il faut prévenir la dégradation de la qualité de l’eau dans un bassin hydrographique, par suite des répercussions cumulatives de l’aménagement foncier et du développement, et fixer des objectifs et des buts réalisables relativement à la qualité de l’eau et à la gestion de l’écosystème.
  • Il faut être en mesure de répondre entièrement aux exigences du mandat relativement aux évaluations environnementales exigées par la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale et d’autoriser, de surveiller et d’exécuter de manière uniforme les activités de construction en milieu aquatique et sur les rives, avec des ressources humaines et financières limitées.
  • Il faut pouvoir disposer de données environnementales permettant de prendre des décisions éclairées, de procéder à une planification à long terme et d’examiner les effets des aménagements sur les habitats aquatiques et riverains du canal.
  • Il faut déterminer et documenter les valeurs importantes de l’écosystème, par exemple les habitats essentiels et les populations fauniques et floristiques rares ou menacées de disparition, afin de conserver la biodiversité dans le corridor du canal.
  • Il faut déterminer les répercussions des espèces exotiques sur la santé générale de l’écosystème, et en particulier la biodiversité aquatique.
  • Il faut dissiper la confusion qui peut régner dans le public en ce qui concerne les rôles des organismes gouvernementaux et des municipalités, et la perception que ces derniers ne collaborent pas ou ne coordonnent pas leurs activités et la planification.
  • Il faut résoudre les effets cumulatifs à long terme de l’aménagement des terrains riverains, des ouvrages de lutte contre l’érosion, des quais, de la navigation de plaisance, de l’utilisation agricole intensive, du lessivage des terres urbaines et des effluents des stations d’épuration des eaux usées, de même que des espèces exotiques sur la santé écologique du canal et des terrains riverains connexes.
  • Il faut entreprendre des recherches et établir un indicateur écologique, de même qu’un programme de surveillance, pour évaluer la santé écologique du canal et résoudre constamment un large éventail de questions liées à la santé de l’écosystème, par exemple les répercussions de l’aménagement des terrains riverains sur cet habitat, la qualité de l’eau, la protection des espèces menacées, vulnérables ou en péril, l’utilisation et le développement touristiques.
La protection des milieux humides et des rives naturelles est essentielle à la santé d'un écosystème.
La protection des milieux humides et des rives naturelles est essentielle à la santé d'un écosystème.
Collection de photographies du canal Rideau

5.4 Objectif stratégique

Protéger les valeurs écologiques du corridor du canal Rideau.

5.4.1 Principales interventions de Parcs Canada
  • Protéger les caractéristiques naturelles de l’écosystème qui sont de la compétence de Parcs Canada, notamment les milieux humides et les habitats essentiels.
  • Évaluer, sous le régime de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, de la Loi sur les pêches et du Règlement sur les canaux historiques, les répercussions environnementales possibles des activités de construction en milieu aquatique, et le cas échéant, d’aménagement des terres riveraines, sur l’écosystème aquatique.
  • Poursuivre le programme de surveillance des activités de construction en milieu aquatique et sur les rives, et appliquer les infractions prévues par le Règlement sur les canaux historiques, la Loi sur les contraventions et la Loi sur les pêches du Canada.
  • Parachever l’inventaire des milieux humides du canal et des autres caractéristiques naturelles importantes qui sont du ressort de Parcs Canada et établir des stratégies de gestion pour en maintenir les valeurs écologiques.
  • Examiner les politiques municipales de planification afin d’encourager les politiques d’utilisation du sol et de gestion de l’environnement qui protégeront les valeurs écologiques et la qualité de l’eau du corridor du canal Rideau.
  • Gérer la végétation aquatique sous-marine par sa récolte dans le chenal de navigation, là où elle nuit à la navigation de plaisance. 
  • Faire preuve de leadership en gérant les activités de Parcs Canada de manière respectueuse de l’environnement.
Nid de balbuzards pêcheurs à l’écluse de Upper Nicholson
Nid de balbuzards pêcheurs à l’écluse de Upper Nicholson - Collection de photographies du canal Rideau

La présence d’espèces telles que le balbuzard pêcheur est un excellent indicateur de la santé d’un écosystème.
5.4.2 Principales interventions de Parcs Canada en collaboration avec d’autres entités
  • Continuer à coopérer avec d’autres organismes et intérêts en matière d’environnement à l’établissement d’un programme commun de gestion des données sur l’environnement à l’échelle du corridor du canal afin de combler les lacunes graves d’information, d’analyser et de gérer les données de manière à faciliter la prise de décisions éclairées et à protéger les valeurs écologiques.
  • Établir et diffuser largement des lignes directrices et des pratiques exemplaires de gestion pour les activités de construction en milieu aquatique et sur les rives.
  • Collaborer avec d’autres organismes, organisations et intervenants afin de cibler les terres sensibles sur le plan écologique, et de mettre en œuvre ainsi les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu pour les cadeaux écologiques. Parcs Canada continuera d’appuyer la détermination des régions situées le long du canal et importantes pour la conservation éventuelle de la biodiversité, en plus des terres déjà ciblées ou désignées, notamment des milieux humides importants, les zones d’intérêt naturel et scientifique, les sanctuaires d’oiseaux migrateurs et de poissons, les îles dominées par des paysages naturels intacts et d’importantes superficies de terres riveraines non aménagées, en particulier dans les régions étroites du canal et près des stations d’éclusage.
  • En collaboration avec d’autres organismes et organisations, déterminer des indicateurs écologiques utilisables et mettre en œuvre un programme de surveillance de l’environnement afin d’évaluer la santé écologique du corridor au fil des ans. Ces indicateurs mesureront le changement environnemental et surveilleront l’effet cumulatif des activités humaines sur la santé de l’environnement du corridor.
  • Préparer et mettre en œuvre une stratégie de conservation pour les espèces en péril.
  • Poursuivre les travaux avec le ministère des Pêches et Océans et le ministère des Richesses naturelles afin de protéger l’habitat halieutique et d’appliquer les règlements qui garantiront le maintien de populations halieutiques durables.
  • Collaborer avec d’autres organismes et des intérêts en matière d’environnement à la surveillance de l’étalement et des effets des espèces exotiques.
  • Appuyer et encourager des projets locaux et inter-organismes de recherche, de recensement, de protection et de surveillance de l’environnement, et y participer au besoin, notamment les initiatives de planification des bassins hydrographiques et la gérance des terrains privés.
  • Sensibiliser le public aux valeurs de l’écosystème et au rôle de tous les intervenants en tant que gérants de l’environnement.
Poste d'éclusage de Merrickville
POSTE D'ÉCLUSAGE DE MERRICKVILLE