1.0 INTRODUCTION

1.1 Objet du plan

Le présent plan directeur établit, conformément aux exigences des lois et des politiques et en fonction de la participation du public, l’orientation stratégique à long terme du lieu historique national du Canada du Canal-Rideau (ci-après appelé le LHNC du Canal-Rideau, le canal Rideau ou simplement le canal). Un plan directeur a pour objet d’assurer l’intégrité commémorative d’un lieu historique national, d’orienter l’utilisation appropriée par la population, de veiller à ce que la prise de décisions soit fondée sur l’application des principes et des pratiques de gestion des ressources culturelles, et de conserver les valeurs naturelles du canal. C’est en mettant en œuvre le plan directeur que Parcs Canada s’acquitte de ses obligations et réalise son mandat en tant que gérant des lieux historiques nationaux du Canada.

Étant de nature stratégique, le plan constitue le cadre dans lequel se dérouleront les activités ultérieures de gestion, de planification et de mise en œuvre. Nous décrivons dans le plan le canal tel qu’il pourrait exister dans l’idéal d’ici 15 ans, énonçons une série de principes susceptibles d’orienter les mesures de tous ceux qui exercent une influence sur le LHNC du Canal-Rideau et enfin, présentons les objectifs stratégiques que Parcs Canada et d’autres entités doivent se fixer, ainsi que les interventions auxquelles ils doivent s’astreindre pour concrétiser cette vision. La mise en œuvre du plan directeur se fera par le biais du plan d’affaires de l’unité de gestion de l’Est de l’Ontario, dans lequel seront définies les ressources nécessaires aux interventions prévues dans le plan.

Le plan directeur met à jour et remplace le premier plan préparé en 1996. Si l’orientation stratégique n’a pas changé, pas plus que l’exploitation et la gestion du canal Rideau, le nouveau plan est axé sur des stratégies clés et s’assortit d’interventions faciles à mesurer. Le plan directeur révisé est censé avoir une durée utile de cinq ans, après quoi il sera examiné et révisé, le cas échéant, compte tenu de l’évolution de la situation. Le plan, ainsi que les versions remaniées ultérieures, sont déposés devant le Parlement du Canada.

Le plan directeur oriente la préservation des ressources culturelles du canal, telles que les écluses à Jones Falls
Le plan directeur oriente la préservation des ressources culturelles du canal, telles que les écluses à Jones Falls,
Collection de photographies du canal Rideau

1.2 Structure du plan directeur

Le plan se compose de cinq parties. La section 1 décrit des renseignements de base qui définissent le contexte qui permet de comprendre le reste du plan. La section 2 présente un aperçu des valeurs du LHNC du Canal-Rideau, par le biais d’un résumé de l’énoncé d’intégrité commémorative. La section 3 décrit la vision et les principes directeurs. Les sections 4 à 12 forment le cœur du plan et définissent les défis à relever, les principales stratégies et interventions nécessaires pour concrétiser la vision du LHNC du Canal-Rideau, définie par Parcs Canada, en collaboration avec d’autres entités. La section 13 est un sommaire de l’évaluation environnementale et la section 14, le calendrier quinquennal de mise en œuvre.

1.3 Défis dans l’avenir

L’histoire du canal Rideau est une histoire truffée de défis relevés avec succès. Le lieutenant-colonel John By, constructeur du canal Rideau, avait une formidable tâche à accomplir lorsqu’on lui a confié le soin de construire le canal Rideau. En seulement six ans, il a supervisé la conception et la construction de 47 écluses en maçonnerie et de 52 barrages répartis le long d’une route longue de 202 km, située dans des régions sauvages. Selon Robert Legget, éminent historien du canal : « Même aujourd’hui, compte tenu de toutes les constructions modernes, il s’agirait d’une entreprise d’envergure. Il y a 150 ans, il s’agissait d’une réalisation sans précédent, digne d’être classée parmi les plus grands ouvrages de génie civil jamais réalisés en Amérique du Nord. » [traduction libre] (Robert Legget, John By: Builder of the Rideau Canal, Founder of Ottawa, Ottawa : Société historique d’Ottawa, 1982).

Tout au long des 130 années qui ont suivi l’achèvement du canal en 1832, l’administration a dû surmonter diverses difficultés pour que le canal reste ouvert, même s’il était moins utilisé et si les ressources se faisaient rares.

Dans les années 1960, la valeur du canal, en tant que lieu historique national et voie navigable de plaisance, s’est faite plus évidente, mais l’administration a alors eu à relever un nouveau défi, c’est-à-dire trouver un équilibre entre l’utilisation récréative accrue et l’aménagement des rives du canal d’une part, et la préservation de son caractère patrimonial culturel et naturel d’autre part.

Parcs Canada a pour objectif de préserver les valeurs culturelles et naturelles du canal et de son emplacement, tout en permettant l’aménagement durable des terres situées en bordure et l’utilisation récréative du canal proprement dit. Tenter de trouver l’équilibre entre ces activités souvent concurrentes est le défi que doivent relever Parcs Canada, les municipalités, d’autres organismes gouvernementaux et les résidants du corridor du canal.

Le présent plan définit un programme à long terme pour Parcs Canada, en collaboration avec d’autres partenaires, afin de trouver cet équilibre entre l’utilisation et la protection des valeurs naturelles et culturelles du canal, assurant ainsi la pérennité du canal, au profit des générations futures de Canadiennes et de Canadiens.

Le colonel By observant les travaux de construction du canal Rideau
Le colonel By observant les travaux de construction du canal Rideau,
C.W. Jeffrey, Canadien National

Cette aquarelle de C.W. Jeffreys illustre les techniques employées pour la construction du canal. L’artiste représente le colonel By, en uniforme de grande tenue, procédant à une inspection des travaux en compagnie de l’entrepreneur Thomas McKay, tandis que les Royal Sappers and Miners peinent plus bas.

1.4 Le défi de la protection des ressources historiques du canal Rideau

Selon le Rapport de 1999 sur l’état des aires patrimoniales protégées, le patrimoine bâti du canal est jugé dans un état de passable à bon. Cet état résulte en grande partie des investissements dans la conservation et l’entretien des biens dans les années 1970 et 1980, qui ont permis d’atténuer les menaces qui pesaient sur l’intégrité commémorative des ressources patrimoniales du canal.

Par suite de la réduction générale des fonds disponibles pour entretenir les ressources culturelles du canal, les travaux entrepris se sont limités aux ressources dont la détérioration pouvait entraîner la perte de la trame historique. De plus, le LHNC du Canal-Rideau doit, dans ses investissements, accorder la priorité à la sécurité du public qui utilise les installations et au maintien de la navigation de transit. Dans de nombreux cas, il est possible d’atteindre fructueusement ces objectifs multiples par une approche intégrée de la gestion des biens. Si le niveau actuel de financement se maintient, Parcs Canada prévoit qu’il deviendra de plus en plus difficile de garantir l’intégrité commémorative.

Échafaudages dans l’écluse supérieure à Long Island
Échafaudages dans l’écluse supérieure à Long Island, Bill Pratt
L’entretien du canal est une activité continue.

1.5 Contexte financier du plan directeur

Parcs Canada ne prévoit pas, au cours des cinq prochaines années, disposer de ressources autres que celles que prévoit déjà le budget de l’unité de gestion pour la mise en œuvre du plan directeur. Parcs Canada s’efforcera d’assurer la protection des ressources culturelles de niveau 1, en particulier les ouvrages de génie qui ont le plus besoin de travaux pour sauvegarder leur valeur historique et garantir la sécurité et la fiabilité de la navigation. En outre, le canal continuera d’offrir des services de qualité au moyen des ressources existantes et de partenariats avec d’autres entités. Le tableau de mise en œuvre de la section 14 du plan montre qu’un grand nombre des interventions prévues seront réalisées au cours des cinq prochaines années, à l’aide des ressources humaines et financières existantes. Parcs Canada ne pourra entreprendre d’autres projets que s’il obtient des fonds additionnels.

1.6 Rôle de Parcs Canada

Il incombe à Parcs Canada d’assurer le leadership et la gérance dans la protection et la mise en valeur des aires patrimoniales d’importance nationale. Pour ce faire, il lui faut gérer les aires patrimoniales qui relèvent de sa compétence selon les normes les plus élevées, collaborer avec d’autres entités, et les aider à protéger et à mettre en valeur les autres aires patrimoniales d’importance nationale.

Barrage-voûte en pierre à Jones Falls
Barrage-voûte en pierre à Jones Falls,
Collection de photographies du canal Rideau

Le plus grand barrage en Amérique du Nord à l’époque de sa construction, il illustre remarquablement la nécessité d'ériger de grandes structures pour retenir les plans d’eau du canal Rideau.

1.7 Fondements législatifs et politiques du plan

La Loi portant création de l’Agence Parcs Canada a imposé la préparation d’un plan directeur aux lieux historiques nationaux, y compris les canaux historiques, administrés par Parcs Canada, ainsi que l’obligation de revoir ce plan tous les cinq ans. Les programmes de Parcs Canada sont régis par ses Principes directeurs et politiques de gestion. On voit dans ce document comment le gouvernement fédéral exécute ses programmes nationaux de désignation, de protection et de mise en valeur du patrimoine naturel et culturel. Tirés de ce document, les objectifs des politiques, décrits ci-dessous, orientent la préparation du plan directeur et la gestion du LHNC du Canal-Rideau.

Objectifs de la politique sur les lieux historiques nationaux :

  • favoriser la connaissance et l’appréciation de l’histoire du Canada grâce à un programme national de commémoration historique;
  • assurer l’intégrité commémorative des lieux historiques nationaux administrés par Parcs Canada et à cette fin, les protéger et les mettre en valeur pour le bénéfice, l’éducation et la jouissance des générations actuelles et futures, avec tous les égards que mérite l’héritage précieux et irremplaçable que représentent ces lieux et leurs ressources;
  • encourager et appuyer les initiatives visant la protection et la mise en valeur d’endroits d’importance historique nationale qui ne sont pas administrés par Parcs Canada.

Objectif de la politique sur les canaux historiques :

  • favoriser la connaissance et l’appréciation des canaux historiques du Canada par le maintien de la navigation, la protection et la mise en valeur des ressources culturelles et naturelles et des utilisations compatibles.  

Objectif de la politique sur la gestion des ressources culturelles :

  • gérer les ressources culturelles relevant de Parcs Canada en adhérant à des principes de valeur, d’intérêt du public, de compréhension, de respect et d’intégrité. Toutes les ressources culturelles dont Parcs Canada assure la gérance sont gérées conformément à la Politique sur la gestion des ressources culturelles.

Règlement sur les canaux historiques :

  • ce règlement adopté en application de la Loi sur le ministère des Transports régit et encadre la gestion, l’utilisation et la protection du canal Rideau, conformément à la Politique sur les canaux historiques et au plan directeur.

Objectif de la politique sur le Réseau des rivières du patrimoine canadien :

  • favoriser la conservation d’exemples remarquables de rivières canadiennes dans un réseau coopératif de rivières du patrimoine national et favoriser chez le public la connaissance, l’appréciation et la jouissance du patrimoine naturel et humain.
Brewers Lower Mill 1831-32
Brewers Lower Mill 1831-32,
Thomas Burrows, Archives publiques de l’Ontario

Cette esquisse représentant l’achèvement des ouvrages de maçonnerie et les travaux de déblaiement illustre fort bien la construction d’une écluse type.

1.8 Rôle du lieu historique national du Canada du Canal-Rideau

1.8.1 En tant qu’élément du réseau canadien des lieux historiques nationaux : 

Le LHNC du Canal-Rideau fait partie d’un grand réseau de plus de 890 lieux historiques nationaux qui contribuent à la connaissance du Canada, au sentiment d’identité nationale de la population canadienne et à la fierté que l’appartenance au Canada lui inspire. Ces symboles nationaux sont des liens tangibles avec notre passé; ils décrivent notre diversité, nos réalisations, nos valeurs communes, et sont des exemples de ce que le Canada a apporté à la préservation du patrimoine mondial.                                             
Dans le réseau des lieux historiques nationaux, le LHNC du Canal-Rideau joue un rôle commémoratif, dont les sous-thèmes sont les suivants :

  1. la technologie et le génie (qui fait partie du thème Économies en développement)
  2. les communications et les transports (qui fait partie du thème Économies en développement)
  3. l’armée et la défense (qui fait partie du thème Gouverner le Canada)
Lac Opinicon, perspective nord-ouest, novembre 1840
Lac Opinicon, perspective nord-ouest, novembre 1840,
Thomas Burrows, Archives publiques de l’Ontario

Le Hunter était l’un des vapeurs qui parcouraient régulièrement le canal, voie de transport majeure jusqu’en 1850.
1.8.2 En tant que canal historique, le Canal-Rideau :
  • protège les ressources culturelles dont la gérance lui est confiée;
  • protège les ressources naturelles du canal;
  • fait comprendre au public les valeurs importantes du canal;
  • assure un réseau de navigation de plaisance sûr et agréable;
  • contribue à la santé écologique des bassins hydrographiques Rideau et Cataraqui;
  • encourage l’utilisation compatible et appropriée;
  • fait participer d’autres entités à la protection du canal et de son cadre, et à la fourniture d’installations et de services destinés au public;
  • protège, par la coopération, les valeurs patrimoniales de la voie navigable Rideau, dans le cadre du Réseau des rivières du patrimoine canadien.
Blockhaus d’écluse à Narrows, la première descente de Summit vers Bytown
Blockhaus d’écluse à Narrows, la première descente de Summit vers Bytown,
Thomas Burrows, Archives publiques de l’Ontario

Le blockhaus de Narrows, qui servait à défendre le poste d’éclusage vulnérable, compte parmi les nombreuses fortifications érigées le long du canal et à Kingston.

1.9 La voie navigable Rideau, rivière du patrimoine canadien

Le Réseau des rivières du patrimoine canadien a été créé par le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux afin de reconnaître les rivières exceptionnelles du Canada et de leur assurer à l’avenir une gestion qui les protégera et renforcera leurs valeurs patrimoniales importantes dans l’intérêt et pour la jouissance à long terme de la population canadienne.

La voie navigable Rideau a été désignée Rivière du patrimoine canadien en février 2000 en raison du patrimoine humain remarquable de cette rivière et de ses valeurs récréatives exceptionnelles. Ces valeurs comprennent le réseau du canal, son emplacement historique, l’importante variété d’activités nautiques récréatives et la qualité de l’eau qui permet les activités récréatives. On trouvera à l’annexe C, le Document de mise en candidature de la voie navigable Rideau à titre de rivière du patrimoine canadien, Résumé des valeurs, qui donne un aperçu détaillé de ses valeurs en tant que rivière du patrimoine canadien.

La Commission des rivières du patrimoine canadien a reconnu que le plan directeur du lieu historique national du Canada du Canal-Rideau constituait un ensemble de principes qui devait orienter la gestion des valeurs patrimoniales et récréatives de cette rivière du patrimoine. Les mesures collectives prises pour mettre en œuvre le plan directeur garantiront le maintien des valeurs pour lesquelles la voie navigable a été mise en candidature.

Remises à bateaux à Chaffeys
Remises à bateaux à Chaffeys, Jim Reynolds

Cette vue des remises à bateaux historiques à Chaffeys reflète le patrimoine humain et les valeurs récréatives du canal Rideau.

1.10 Rôle d’autres organismes gouvernementaux et des municipalités

Les trois ordres de gouvernement - fédéral, provincial et municipal - ont un rôle à jouer dans la protection du caractère patrimonial du canal et son utilisation optimale à des fins récréatives. L’entente fédérale-provinciale sur la désignation du canal Rideau comme rivière du patrimoine canadien est un exemple récent de la façon dont le gouvernement du Canada, celui de l’Ontario, l’Office de protection de la nature de la vallée Rideau et la Cataraqui Region Conservation Authority ont collaboré afin de protéger le canal et son cadre.

Bien que les responsabilités des organismes gouvernementaux et des municipalités aient changé depuis le plan de 1996, le principe de collaboration demeure. De fait, il ne serait pas possible de réaliser pleinement la vision du canal sans la participation de tous les ordres de gouvernement engagés envers les principes directeurs du plan.

Les municipalités sont les plus importants partenaires de la réalisation de la vision pour le canal. Les sept municipalités récemment fusionnées ont la responsabilité de la planification de l’utilisation des terres riveraines et de la gestion de l’aménagement, de même que de la protection des caractéristiques naturelles et culturelles. La Cataraqui Region Conservation Authority (CRCA) et l’Office de protection de la nature de la vallée Rideau (OPNVR) réglementent l’aménagement des terres de la plaine inondable et des terres contiguës, des pentes instables, et elles participent activement aux questions liées à l’aménagement des rives, par leur participation au groupe d’examen de l’aménagement de la voie navigable Rideau. La Loi sur les pêches (Canada) a délégué aux deux administrations de conservation le pouvoir de protéger l’habitat des poissons. L’OPNVR s’est montré tout particulièrement actif et a adopté le Tay River Watershed Management Plan (plan directeur du bassin hydrographique de la rivière Tay) et le Rideau Valley Clean Water Program (programme Eaux propres de la vallée Rideau).

Le ministère des Richesses naturelles réglemente la chasse et la pêche dans le corridor du canal et participe à l’examen des plans officiels des municipalités. Le ministère de l’Environnement réglemente les installations municipales d’épuration des eaux usées et a la responsabilité d’appliquer la législation antipollution. Le ministère de la Culture apporte son soutien aux musées et aux groupes de protection du patrimoine.


Burritt’s Rapids, Simon Lunn

Burritt’s Rapids est l’un des nombreux petits villages patrimoniaux établis le long du canal.
Kilmarnock - Milieux humides Easton
Kilmarnock - Milieux humides Easton, Simon Lunn

Les milieux humides, les terres agricoles et le poste d’éclusage historique de Kilnarnock témoignent de la diversité des paysages le long du canal.

1.11 Contexte régional

Le canal Rideau consiste en une chaîne de lacs, de cours d’eau et de tranchées qui serpente sur 202 kilomètres entre Kingston, sur le lac Ontario, et Ottawa, la capitale nationale. Il fait partie d’un grand réseau de canaux de plaisance qui, en Ontario, au Québec et dans l’État de New York, offre des possibilités inégalées de plaisance dans les eaux intérieures et de tourisme patrimonial.

Le canal Rideau relie les rivières Rideau et Cataraqui par une série de 47 écluses situées à 21 postes d’éclusage et par 18 kilomètres de tranchées pratiquées pour créer une voie navigable entre la rivière des Outaouais et le lac Ontario. Le point le plus haut du canal est le lac Upper Rideau, qui se trouve à 123 mètres au-dessus du niveau de la mer. De là, le canal descend de 83 mètres jusqu’à Ottawa et de 49 mètres jusqu’à Kingston. Le canal Tay est relié au canal Rideau et offre un chenal de navigation jusqu’à la ville de Perth.

Le canal Rideau se trouve au cœur d’un corridor de terres de part et d’autre du canal. Le corridor du canal Rideau est depuis longtemps reconnu comme une région d’intérêt spécial en raison de l’amalgame unique de valeurs culturelles, naturelles et récréatives. Même s’il ne s’agit ni d’une région administrative ni d’une région officielle de planification, le concept d’un corridor est utile pour reconnaître qu’on ne peut séparer le canal de son cadre et que l’utilisation des terres influence l’intégrité des valeurs naturelles et culturelles du canal et ses valeurs récréatives. La carte numéro 1 montre le canal Rideau (l’endroit désigné) dans le contexte du paysage voisin du corridor.

Le paysage du corridor du canal se caractérise par une mosaïque de terres agricoles productives, marginales ou abandonnées, de terrains boisés et de vastes forêts, de milieux humides, de lacs et de rivières, de terrains riverains pittoresques et un large éventail d’agglomérations dont la taille varie entre celle de la ville d’Ottawa et celle de petits villages historiques. C’est la diversité même du paysage et des ressources historiques qui confère son importance historique nationale au canal.

Carte du Canal Rideau
Carte du Canal Rideau
Cliquez ici pour obtenir une version agrandie. La largeur de cette image

© Parcs Canada

1.12 Programme d’examen du plan directeur

1.12.1 Historique de la planification

Devant le succès croissant des loisirs en plein air qui marqua les années 1960, les gouvernements du Canada et de l’Ontario se rendirent compte qu’il y avait lieu de gérer le canal en tant que lieu historique et voie de plaisance. C’est dans ce but que le canal fut cédé par le ministère des Transports à Parcs Canada en 1972. Par la suite, les deux gouvernements s’entendirent pour assurer de concert la sauvegarde et l’utilisation récréative optimale des corridors du canal Rideau et de la voie navigable Trent-Severn. C’est ainsi que furent créés des parcs provinciaux et des aires de conservation et que Parcs Canada acheta plusieurs îles, modernisa les installations prévues pour les visiteurs, élabora des programmes d’interprétation et restaura les écluses, les barrages et les bâtiments historiques.

En 1988, devant les pressions des plaisanciers et des promoteurs immobiliers, Parcs Canada élabora des politiques relatives au LHNC du Canal-Rideau qui orientèrent la gestion de ce dernier, en l’absence de plan directeur. Le premier plan directeur fut entamé en 1990 et achevé en 1996.

Le présent plan directeur a été préparé en vertu du paragraphe 32(1) de la Loi sur l'Agence Parcs Canada et fera l'objet d'un examen en vertu du paragraphe 32(2) de cette loi en 2010.

1.12.2 Nécessité d’une mise à jour du plan directeur de 1996

Le premier plan directeur du lieu historique national du Canada du Canal-Rideau prévoyait un programme exhaustif de conservation et de mise en valeur des valeurs culturelles et naturelles du canal et précisait le rôle de Parcs Canada dans l’aménagement des terres riveraines, la gestion de l’écosystème, l’utilisation du canal par le public et le tourisme régional. Depuis cette époque, un certain nombre d’exigences liées au plan directeur ont nécessité une révision approfondie de la présentation du plan, parce qu’il fallait établir une orientation stratégique à long terme de la gestion du canal, assurer la cohérence par rapport aux exigences des plans directeurs, définies dans le Guide pour l’élaboration des plans directeurs à Parcs Canada, et déterminer les interventions qui vont sauvegarder l’intégrité commémorative.

L’annexe B décrit les interventions prévues dans le plan de 1996, ce qui a été réalisé et ce qui est prévu dans le plan directeur révisé.

1.12.3 Processus d’examen du plan

Le processus de planification a été conçu de telle sorte que Parcs Canada puisse examiner le plan directeur de 1996 et préparer un plan révisé, conforme aux lois et aux politiques fédérales en vigueur, de même qu’à la situation dans laquelle évolue le canal Rideau. Le processus a consisté à examiner le plan actuel, à définir les nouveaux enjeux et tendances dont il faut tenir compte, à consulter le public et à préparer un plan final.

Le programme de consultation publique a été conçu pour que le personnel, la population et les organismes gouvernementaux participent à la préparation du plan. Il a été mis en œuvre de la façon suivante :

  • participation des employés du canal à la préparation de l’ébauche du plan;
  • examen de tous les travaux de planification réalisés par le Comité consultatif du canal Rideau;
  • discussions avec les organismes provinciaux et fédéraux ainsi que les municipalités afin de s’assurer que le plan s’harmonise avec les politiques et les interventions de ces organismes, et de solliciter leur appui en faveur du plan;
  • examen des projets d’intervention stratégique et de l’ébauche de plan par les parties prenantes du corridor du canal;
  • participation du grand public sous forme de journées d’accueil et par le biais du site Web;
  • demande de commentaires aux députés et à l’assemblée législative de la province.
Poste d'éclusage de Hogs Back
POSTE D'ÉCLUSAGE DE HOGS BACK