Rapport Périodique sur l'application de la
Convention du Patrimoine Mondial

Section II

Rapport sur l'État de conservation de
Parc international de la paix Waterton-Glacier
 

1 INTRODUCTION
 

1a État partie
CANADA
1b Nom du bien du patrimoine mondial
Parc international de la paix Waterton-Glacier
1c Coordonnées géographiques
Canada: Latitude 49°00' - 49°12' N / Longitude 113°40' - 114°10' O
États-Unis: Latitude 48°15' - 49°00' N / Longitude 113°15' - 114°30' O
1d Date d'inscription
09/12/95
1e Date d'agrandissement(s) subséquent(s)
Sans objet

1f Organisation(s) responsable(s) de la préparation du rapport

Nom de l'organisation : US Department of the Interior
Nom : Holm, Michael O.
Titre : Superintendent, Glacier National Park
Adresse : P.O. Box 128
Ville : West Glacier, Montana
Code postal : 59936
Téléphone : 406 888-7901
Télécopieur : 406 888-7904
Courriel :
 

Nom de l'organisation : Parcs Canada
Nom : Lamb, Peter
Titre : Directeur d'unité de gestion, Unité de gestion des Lacs-Waterton
Adresse : C.P. 50
Ville : Waterton Park, Alberta
Code postal : T0K 2M0
Téléphone : 403 859-5116
Télécopieur : 403 859-2650
Courriel : peter.lamb@pc.gc.ca
 

Haut de la page

2 DÉCLARATION DE VALEUR

2a Justification de l'inscription initiale
La proposition d'inscription par les États parties indique que les sites conjoints méritent d'être inclus dans la Liste du patrimoine mondial étant donné qu'ils satisfont aux quatre critères établis pour les mises en candidature d'aires naturelles. En particulier, elle indique : (i) le parc international de la paix Waterton-Glacier est un exemple exceptionnel représentant les principaux stades de l'évolution de la terre, y compris le chevauchement de Lewis très bien préservée, les roches sédimentaires protérozoïques intactes et six espèces de fossiles stromatolithes; (ii) le parc international de la paix Waterton-Glacier occupe une place centrale dans les cordillères pacifiques de l'Amérique du Nord, qui ont donné lieu à l'évolution de communautés végétales et à des complexes écologiques qui ne se retrouvent nulle part ailleurs au monde; (iii) le parc national des Lacs-Waterton et Glacier National Park sont désignés comme parcs nationaux en raison du décor montagneux superbe, du relief topographique élevé, du paysage glaciaire, des lacs vierges et de la faune et de la flore abondamment diversifiées; et (iv) le parc international de la paix Waterton-Glacier offre un habitat d'importance cruciale pour les populations autosuffisantes de grizzlis, de loups gris, de carcajous et de pygargues à tête blanche nicheurs et constitue une halte migratoire pour les faucons pèlerins; on y trouve deux espèces de poissons endémiques et 24 plantes rares et endémiques.
 

2b Critères de l'inscription initiale
Critère culturel :
Critère naturel :

ii
iii
 

2c Déclaration de valeur retenue
Au moment de l'inscription, le Comité du patrimoine mondial a approuvé une Déclaration de valeur.
Déclaration de valeur proposée
Le Comité du patrimoine mondial a inscrit le site sur la Liste du patrimoine mondial en vertu des critères (ii) et (iii).

Le parc international de la paix Waterton-Glacier présente un climat distinctif, un cadre physiographique, un agencement montagne-prairie et une ligne de partage des eaux triocéanique ainsi que des valeurs panoramiques et une importance culturelle justifiée par sa désignation de parc international de la paix.
 

2d Critères ajoutés après l'inscription initiale
Depuis l'inscription originale, le Comité du patrimoine mondial n'a pas ajouté de critères additionnels à l'inscription.
 

Haut de la page

3 DÉCLARATION D'AUTHENTICITÉ/D'INTÉGRITÉ

3a Évaluation initiale d'authenticité/d'intégrité
En 1994, les États parties ont indiqué que des initiatives de gestion des écosystèmes ont été entreprises avec succès des deux côtés de la frontière canado-américaine pour améliorer l'intégrité de l'écosystème qui est au centre du parc international de la paix. Les Principes directeurs et les politiques de gestion de Parcs Canada ont permis de codifier l'approche du soutien de ces initiatives. De même, les Politiques de gestion du US National Park Service (NPS) offrent une orientation claire aux gestionnaires des parcs pour participer aux initiatives de gestion des écosystèmes, particulièrement à la planification de l'utilisation régionale des terres, afin de protéger les espèces migratrices, de préserver les points de vue panoramiques et de maintenir la qualité de l'air et de l'eau. Dans la proposition d'inscription de 1994, les États-Unis et le Canada ont mentionné neuf initiatives visant les écosystèmes d'un parc ou des deux parcs afin d'améliorer l'intégrité du parc international de la paix.

En 1995, l'UICN a indiqué que la couverture de l'écosystème du parc international de la paix Waterton-Glacier était moins complète que celle d'autres sites du patrimoine mondial de la région et que sa petite taille, par rapport aux limites de l'écosystème, pourrait rendre le site plus sujet à la perte d'espèces à long terme, à moins qu'un effort supplémentaire soit fait pour gérer en collaboration les terres publiques et privées adjacentes au parc. L'UICN a indiqué qu'il manque à la zone Waterton-Glacier la zone adjacente Akamina/Kishinena, en Colombie-Britannique, dont une portion a obtenu la protection d'un parc provincial et elle a recommandé que l'on encourage les autorités à poursuivre la création d'une unique Réserve de la biosphère transfrontalière des montagnes Rocheuses. Le Comité du patrimoine mondial a recommandé que « le site soit éventuellement élargi avec la collaboration du gouvernement de la Colombie-Britannique pour inclure la zone adjacente protégée dans le parc Akamina-Kishinena ».
 

3b Modifications importantes de l'authenticité / l'intégrité
Depuis l'inscription, on a considérablement modifié l'authenticité / l'intégrité du site.
Description des changements apportés à l'authenticité / l'intégrité

Proposition pour agrandir le parc national des Lacs-Waterton : en octobre 2002, le Premier ministre du Canada a annoncé son intérêt pour élargir la limite ouest du parc national des Lacs-Waterton au-delà de la ligne de partage continentale dans le drainage de la rivière Flathead en Colombie-Britannique. Cette expansion engloberait des terres présentant une importante diversité biologique, dont un habitat très productif de l'ours grizzli. En plus d'agrandir le parc international de la paix Waterton-Glacier, cette expansion offrirait une sécurité accrue au Glacier National Park adjacent et à la portion existante du parc national des Lacs-Waterton. Une décision finale d'élargir le parc national des Lacs-Waterton dépend du soutien de la province de Colombie-Britannique et des Premières nations. Si l'expansion est appuyée, le processus nécessiterait de cinq à dix ans.

Plans de gestion : le Glacier National Park a adopté un nouveau plan générale de gestion en 1999 qui guidera la gestion du parc pendant les 20 prochaines années. Ce plan de gestion maintiendra le caractère classique de parc pacifique. Plus de 95 % du parc seraient gérés pour sa nature sauvage et pour l'intégrité de son patrimoine culturel et naturel uniques. Le plan de gestion de 2000 du parc national des Lacs-Waterton désigne légalement environ 84 % du parc comme nature sauvage.

Partenariat des gestionnaires des écosystèmes continentaux : en 2001, les deux directeurs du parc international de la paix ont invité 20 gestionnaires des terres et des ressources adjacentes pour discuter de leurs responsabilités respectives et explorer les possibilités d'une meilleure coopération entre organismes. Un résultat de cet atelier de deux jours a été la formation d'un partenariat des gestionnaires qui s'intéressent aux cinq questions d'intégrité qu'il est plus facile d'aborder au niveau régional ou écosystémique: collaboration pour le partage des données et normalisation des méthodes d'évaluation; effets cumulatifs de l'activité humaine dans l'ensemble de l'écosystème; intérêt public accru quant à la gestion des terres publiques; demandes récréatives et touristiques accrues; et maintien et viabilité des populations fauniques communes. Un comité directeur mixte nommé par les membres du partenariat des gestionnaires a mis au point un plan de travail pour s'attaquer à ces questions et préparer un rapport à l'intention de ces gestionnaires. Le comité directeur est assisté dans ses efforts par le Miistakis Institute for the Rockies et par le Transboundary Policy, Planning and Management Program des universités du Montana et de Calgary.

Plans d'utilisation des terres, comté de Flathead, Montana : des plans locaux d'utilisation des terres ont été adoptés en 1994 et en 1998 pour les terres privées des deux vallées fluviales des limites ouest et sud du parc. Les plans limitent la taille minimale des lotissements résidentiels et prévoient des exigences de recul minimal pour toute nouvelle construction près des cours d'eau (résolution 1049A du 29 décembre 1994 et résolution 1349A du 28 octobre 1998 par le Flathead County Board of Commissioners).

Le plan de gestion des Rocheuses du Sud a été préparé récemment par la province de Colombie-Britannique. Le plan vise la gestion d'une vaste zone de terres provinciales s'étendant du parc international de la paix au parc provincial de la hauteur des Rocheuses, juste au sud du parc national Banff. Pour la première fois, le plan limite l'accès des véhicules récréatifs dans la zone de planification. Il est prévu que cette orientation offrira une meilleure sécurité à l'habitat des populations fauniques communes.

Conservation des terres privées : en 1997, la Société canadienne pour la conservation de la nature (SCCN), avec l'appui du parc national des Lacs-Waterton, a lancé le Waterton Front Project pour protéger environ 14 164 hectares (34 999 acres) de terres agricoles de la subdivision et contrôler les pressions du développement. La SCCN a protégé environ 70 % de la zone du projet par des servitudes du patrimoine et l'achat de terres.
 

  Haut de la page

4 GESTION

RÉGIME DE GESTION
4a Propriété/Gestion

Gestion en vertu de mesures législatives de protection
Description : Gestion en vertu de mesures législatives de protection

Description: Le Glacier National Park est géré sous l'autorité du National Park Service Organic Act du 25 août 1916 et des politiques de gestion associées. Le parc appartient au gouvernement des États-Unis au nom du peuple américain. Il est géré par le National Park Service, une agence fédérale. En tant que parc national, il reçoit le plus haut niveau de protection du patrimoine accordé par la loi fédérale des États-Unis. Le parc national des Lacs-Waterton est géré sous l'autorité de la Loi sur les parcs nationaux du Canada et de la Loi sur l'Agence Parcs Canada, en plus des principes directeurs et des politiques de gestion de Parcs Canada.
 

4b Échelon de gestion
National
Description : Voir 4c et 4e.
 

4c Statut juridique
Le Glacier National Park fait partie du NPS des États-Unis d'Amérique. Ce parc a été créé par une loi du Congrès des États-Unis le 11 mai 1910 (36 Stat. 354). Sauf pour quelques petites parcelles privées, toutes les terres du parc appartiennent au gouvernement américain et sont gérées par ce gouvernement.

Le parc national des Lacs-Waterton fait partie du réseau des parcs nationaux du Canada. Il avait été désigné comme parc forestier en 1895. Toutes les terres du parc appartiennent et sont gérées par le gouvernement canadien et le parc est consacré à la population du Canada pour son avantage, son éducation et sa jouissance.
 

4d Organisme/organismes responsable(s) de la gestion du bien

Nom de l'organisme : US Department of the Interior
Nom : Holm, Michael O.
Titre : Superintendent, Glacier National Park
Adresse : P.O. Box 128
Ville : West Glacier, Montana
Code postal : 59936
Téléphone : 406 888-7901
Télécopieur : 406 888-7904
Courriel :
 

Nom de l'organisme : US National Park Service
Nom : Mainella, Fran P.
Titre : Director, US National Park Service
Adresse : Department of the Interior
Ville : Washington, DC
Code postal : 20240
Téléphone : 202 208-4621
Télécopieur : 202 208-7889
Courriel :
 

Nom de l'organisme : Parcs Canada
Nom : Lamb, Peter
Titre : Directeur d'unité de gestion, Unité de gestion des Lacs-Waterton
Adresse : C.P. 50
Ville : Waterton Park , Alberta
Code postal : T0K 2M0
Téléphone : 403 859-5116
Télécopieur : 403 859-2650
Courriel : watertoninfo@pc.gc.ca
 

Nom de l'organisme : Parcs Canada
Nom : Latourelle, Alan
Titre : Directeur générale de l'agence
Adresse : 25, rue Eddy, 7ième étage
Ville : Gatineau, Québec
Code postal : K1A 0M5
Téléphone : 819 997-9525
Télécopieur : 819 953-9745
Courriel : alan.latourelle@pc.gc.ca
 

Haut de la page

4e Mesures de protection et méthodes de mise en oeuvre
Pour le Glacier National Park :

  • Une loi du 11 mai 1910 (36 Stat. 354) a établi le Glacier National Park « comme parc public ou aire de loisirs pour l'avantage et la jouissance de la population... et pour la préservation du parc à son état naturel... et pour la protection du poisson et du gibier dans les limites du parc ».
  • Une loi du 25 août 1916 (39 Stat. 535) qui établit le NPS des États-Unis et qui stipule que le but fondamental des parcs nationaux est « ... de conserver le décor et les objets naturels et historiques ainsi que la faune du parc pour leur jouissance d'une manière qui les laissera intacts pour la jouissance des générations à venir ».
  • Le National Parks and Recreation Act de 1978 (Public Law 95-625) qui exige que toutes les unités du NPS aient un plan de gestion générale à jour.
  • Le National Park Service Concession Management Improvement Act de 1998 (titre 4 du la Public Law 105-391).
  • Le National Historic Preservation Act de 1966 (16 U.S.C. 470 telle que modifiée par P.L. 96-575).
  • Le National Environmental Policy Act de 1969 (42 U.S.C. 4321, etc.).
  • Le Federal Water Pollution Control Act (33 U.S.C. 208, 303, 401, 402, 404, 405, 407, 511, 1288, 1314, 1341, 1342, 1344).
  • Le Endangered Species Act de 1973, telle que modifiée (16 U.S.C. 1531, etc.).
  • Le Clean Air Act, telle que modifiée (42 U.S.C. 7401, etc.).
  • L'American Indian Religious Freedom Act (42 U.S.C. 1966).
  • Le Code Federal Regulations, titre 36, chapitre 1, National Park Service, Department of Interior.

Pour le parc national des Lacs-Waterton :

  • La Loi sur les parcs nationaux du Canada (2000) stipule que « le maintien ou la restauration de l'intégrité écologique, par la protection des ressources naturelles et des phénomènes naturels, sera la première priorité du ministre en considérant tous les aspects de la gestion des parcs ».
  • La Loi sur l'Agence Parcs Canada (1998) a établi une agence « dans le but de s'assurer que les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et les aires patrimoniales du Canada sont protégés et représentés pour la présente génération et les générations à venir et afin de réaliser l'intérêt national en ce qui concerne ces parcs, lieux et aires patrimoniales et les programmes connexes ».
    • Principes directeurs et politiques de gestion de Parcs Canada.
    • Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (1992).
    • Loi sur les espèces en péril (2002).
    • Loi sur les pêches (1985).
    • Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs (1994).
       

    4f Dispositions administratives et de gestion
    Pour le Glacier National Park :
    Le Glacier National Park est une unité du NPS des États-Unis. La gestion quotidienne est assurée par le surintendant du parc qui supervise un personnel de 101 employés à plein temps organisés en six divisions (administration, interprétation, gestion des ressources, gestion des installations, gestion des projets et gestion des concessions). Le surintendant supervise la gestion du parc au jour le jour. Le surintendant relève d'un directeur régional qui relève du directeur du NPS.

    L'orientation de la gestion du parc découle des lois et règlements mentionnés dans la section 4e. L'orientation de la gestion découle également des politiques administratives préparées par le bureau central du NPS (Department of Interior, National Park Service, 2000, Management Policies - 2001, Washington DC).

    Le Glacier National Park est un parc d'une superficie totale de 410 187 hectares (1 013 594 acres). Le propriétaire du parc est le gouvernement des États-Unis, à l'exception d'environ 155 hectares (387 acres) qui demeurent des lots privés. Les propriétaires situés dans le parc payent les taxes foncières locales et sont assujettis aux instances locales pour le zonage, l'eau, les égouts, etc.
    La Commission de la frontière internationale exerce le pouvoir administratif sur les 63 kilomètres (39 milles) de frontière internationale entre les deux parcs. Ce pouvoir est limité à une bande de six mètres (20 pieds), dans le Glacier National Park du côté américain de la frontière et dans le parc national des Lacs-Waterton du côté canadien de la frontière.

    Le Montana Department of Transportation exerce le pouvoir administratif sur 6 kilomètres (3,7 milles) d'autoroute fédérale (US Highway 2) dans le parc et situés près de la frontière sud du parc. L'emprise de cette route est de 18 mètres (66 pieds).

    Aux fins de l'application des lois, le gouvernement fédéral a une compétence exclusive sur toutes les terres dans les limites du parc à l'exception des 6 kilomètres de la US Highway 2 où l'État du Montana et le gouvernement fédéral ont une compétence conjointe.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :
    La gestion quotidienne du parc national des Lacs-Waterton est assurée par le directeur de l'unité de gestion qui relève du directeur général des parcs des Rocheuses et du directeur général de l'Ouest et du Nord relevant du directeur général de l'Agence Parcs Canada. L'orientation de la gestion du parc découle des lois et règlements mentionnés dans la section 4e ainsi que des principes directeurs et des politiques de gestion (1994) et du plan de gestion du parc national des Lacs-Waterton (2000).

    Le parc national des Lacs-Waterton est d'une superficie totale de 52 500 hectares (129 728 acres). Le propriétaire de ce parc est le gouvernement du Canada. Toutes les terres occupées privément dans le parc sont louées du gouvernement. Toutes les routes appartiennent au gouvernement du Canada qui les entretient.

    Pour le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier :
    Un protocole d'entente entre le NPS des États-Unis et l'Agence Parcs Canada prévoit la coopération pour la gestion, la recherche, la protection, la conservation et la présentation du parc international de la paix et du site du patrimoine mondial. La gestion et les opérations des deux parcs sont coordonnées.
     

    4g Modifications importantes apportées au régime de gestion depuis l'inscription
    Aucun à Glacier National Park.

    Le parc national des Lacs-Waterton est géré conformément à la Loi sur les parcs nationaux du Canada de 2000 qui renforce l'engagement envers la préservation de l'intégrité écologique.
     

    4h Plan de gestion
    Il existe un plan de gestion pour le site.
    Résumé du plan de gestion
    Il n'existe pas un plan de gestion intégré pour le site du patrimoine mondial mais les objectifs et les politiques de gestion des deux parcs sont semblables et la gestion est coordonnée.

    Pour le Glacier National Park :
    Les plans de gestion sont exigés par la loi pour tous les parcs nationaux américains. Le plan de gestion de 1999 du Glacier National Park prévoit que le parc continuera d'être géré pour son caractère de nature sauvage et pour l'intégrité du patrimoine naturel et culturel uniques du parc tout en continuant d'offrir les installations et les services traditionnels aux visiteurs. Environ 95 % du parc continueront d'être gérés comme une aire de nature sauvage (Department of Interior, National Park Service, 1999, Glacier National Park, Final General Management Plan (plan de gestion générale) et Environmental Impact Statement (énoncé des impacts environnementaux)). Le plan de gestion met l'accent sur huit aspects critiques du parc au cours des 20 prochaines années et offre une orientation quant à la façon d'aborder chaque aspect par les gestionnaires du parc : usage des visiteurs sur la route Going-to-the-Sun, préservation de la route Going-to-the-Sun, préservation des hôtels historiques et des services aux visiteurs, élimination des excursions aériennes au-dessus du parc, interdiction des embarcations personnelles sur toutes les eaux du parc, gestion de l'usage accru en hiver, enlèvement des bâtiments de la plaine inondable Divide Creek, et construction d'un centre de découverte et d'un musée du côté ouest. Une copie complète du plan de gestion de 1999 est accessible à www.nps.gov/glac/home.htm.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :
    Tous les parcs nationaux canadiens sont requis par la loi d'avoir un plan de gestion à jour qui est examiné au moins tous les cinq ans. Le plan de gestion le plus récent du parc national des Lacs-Waterton a été approuvé en mai 2000. Ce plan insiste sur le maintien et la restauration de l'intégrité écologique, encourage la coordination régionale et impose une limite aux aménagements dans le parc. Ce plan de gestion révisé guidera l'orientation globale du parc pour les 10 à 15 prochaines années. Les objectifs du plan sont les suivants :

    • établir une vision de l'avenir;
    • préserver et renforcer l'intégrité écologique du parc de manière à intégrer les valeurs écologiques, sociales et économiques;
    • promouvoir des expériences de grande qualité des visiteurs basées sur le patrimoine écologique et culturel du parc;
    • établir des limites précises quant aux aménagements associés à des activités appropriées;
    • soutenir l'initiative de Parcs Canada pour renouveler la présentation du patrimoine; et
    • faire participer les autres intervenants à la protection de l'écosystème commun.

    Parcs Canada a adopté la « gestion écosystémique ». Il s'agit d'une approche globale qui nécessite de travailler avec les autres pour réaliser des objectifs communs. De nature multidisciplinaire, cette gestion cherche à intégrer l'information biologique, physique et sociale. L'objectif est un parc en santé au niveau environnemental, économique et social dans un paysage régional élargi.

    Le plan de gestion du parc est accessible à : http://www.parkscanada.gc.ca/pn-np/ab/waterton/plan/plan1F
     

    RESSOURCES FINANCIÈRES
    4i Budget annuel d'exploitation

    11 103 000 $ (dollars américains pour l'exercice 2003) (Glacier); 4 104 000 $ (dollars canadiens pour l'exercice 2003) (Lacs-Waterton).
     

    NIVEAUX DE DOTATION (RESSOURCES HUMAINES)
    4j Niveaux de dotation
    Temps plein : 153
    Temps partiel : 10
    Saisonnier : 140
    Autre : 109

    Temps plein : 153
    Temps partiel : 10
    Saisonnier : 410
    Autre : 109
    Description des employé(e)s, des compétences spécialisées et d'expertise

    Ces chiffres représentent les totaux du niveau de dotation combiné pour le parc national des Lacs-Waterton et le Glacier National Park.

    Plein temps : 117 à Glacier, 36 à Waterton
    Temps partiel : 5 à Glacier, 5 à Waterton
    Saisonnier : 380 à Glacier, 30 à Waterton
    Autres : 32 à Glacier, 77 à Waterton

    Le personnel du Glacier National Park est organisé en six divisions : administration (21 employés), interprétation et éducation (11 employés), sciences et gestion des ressources (18 employés), gestion des installations (64 employés), gestion des concessions (3 employés) et services aux visiteurs (37 employés). De plus, environ 100 personnes travaillent comme bénévoles saisonniers et environ 750 employés travaillent en saison pour les entreprises commerciales concédées.

    Le personnel du parc national des Lacs-Waterton est organisé comme suit : administration (15 postes), conservation des ressources (40 postes), services aux visiteurs et communications (44 postes), services résidentiels et techniques (19 postes). La catégorie « autres » comprend des bénévoles et des étudiants.
     

    SOURCES DE COMPÉTENCES ET DE FORMATION EN MATIÈRE DE TECHNIQUES DE CONSERVATION ET DE GESTION
    4k Sources d'expertise, de formation et de services spécialisés

    Pour le Glacier National Park :

    • Denver Service Center (personnel régional du NPS américain possédant une expertise spécialisée dans des domaines comme les ressources culturelles, la conformité, l'ingénierie, la rédaction et l'édition).
    • Rocky Mountain Cooperative Ecosystem Study Unit (offre d'une aide à la recherche et à la gestion des ressources au Glacier National Park par les étudiants de la faculté et les diplômés des universités et collèges participants).
    • Northern Rocky Mountain Science Center du US Geological Survey (chercheurs scientifiques en poste au Glacier National Park se spécialisant en sciences naturelles).
    • Flathead Lake Biological Station (chercheurs de l'université du Montana se spécialisant dans la recherche écologique sur les eaux douces).
    • Harpers Ferry Center (unité du NPS américain qui élabore des documents d'interprétation pour les parcs).
    • Mather and Albright Training Centers (pour les employés du NPS américain).
    • Miistakis Institute for the Rockies (organisation affiliée de l'université de Calgary offrant des services sur les écosystèmes aux gouvernements, à l'industrie et à la communauté de la conservation).
    • De nombreux employés permanents du Glacier National Park détiennent des diplômes spécialisés, particulièrement en sciences biologiques. Actuellement, deux membres permanents du personnel sont titulaires d'un PhD, un en pêcheries et un en océanographie.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :

    • Centre de services de l'Ouest du Canada (personnel régional des parcs nationaux ayant une expertise spécialisée dans les domaines des ressources culturelles, des évaluations environnementales, de l'urbanisme, etc.).
    • Bureau national de Parcs Canada (personnel des parcs ayant une expertise spécialisée en élaboration de politiques, en relations internationales, etc.).
    • Miistakis Institute for the Rockies
      Diverses universités grâce à un protocole d'entente et des possibilités de recherche dirigée.
    • Alberta Sustainable Resource Development (personnel du gouvernement provincial qui entreprend des sondages sur la faune commune).
       

    FRÉQUENTATION
    4l Statistiques disponibles sur la fréquentation

    Il existe des statistiques sur la fréquentation du site.
    Nombre de visites annuelles, méthodologie et tendances
    Les visites au Glacier National Park en 2002 ont été de 1 905 681. La tendance du nombre de visites de ce parc depuis son inscription en 1995 est demeurée relativement stable, se situant de 1 680 000 à 1 900 000 sans tendance précise à la baisse ni à la hausse. Des compteurs de trafic sont installés aux huit entrées du Glacier National Park; le nombre est réduit par les bicyclettes, les véhicules non récréatifs et les entrées en double (un multiplicateur de 2,9 visiteurs ou véhicules est appliqué à la plupart de ces entrées). Les statistiques sur les visites et la méthodologie pour les calculer au Glacier National Park sont accessibles sur le site web à www.nature.nps.gov/stats.

    Les visites au parc national des Lacs-Waterton en 2002 ont été de 406 081. Depuis 1995, les visites ont augmenté d'environ 6 %, avec une pointe évidente en 1999, le nombre de visites étant de 347 000 à 425 000. Un compteur de trafic est installé à une entrée du parc national des Lacs-Waterton et le nombre réel de cyclistes et de passagers des autobus est également consigné.
     

    4m Installations pour les visiteurs
    Les secteurs de services aux visiteurs du parc international de la paix sont indiqués sur une carte dans le guide de Waterton-Glacier. Ce guide peut être examiné par les visiteurs aux entrées, aux centres des visiteurs et au bureau central du parc. Une copie de ce guide est incluse et est également accessible sur le site web du Glacier National Park (http://www.nps.gov/glac/home.htm) (pour voir le guide, cliquez sur « maps and brochures »). Le guide est une brochure de renseignements généraux sur le parc qui est mise à jour trois fois par année. Le Glacier National Park peut recevoir environ 1 700 invités aux installations d'hébergement accessibles par automobile. Le parc national des Lacs-Waterton peut recevoir environ 1 300 personnes dans les gîtes publics du parc. Le Glacier National Park offre 1 021 places de camping accessibles en automobile. Le parc national des Lacs-Waterton compte 391 places de camping situées dans trois terrains de camping accessibles par la route. Les emplacements des terrains de camping sont indiqués dans le guide de Waterton-Glacier. De plus, le Glacier National Park maintient deux chalets en arrière-pays accessibles seulement par le sentier, qui offrent un hébergement pour la nuit. Le Glacier National Park entretient 1 202 kilomètres (747 milles) de sentiers en arrière-pays et 65 terrains de camping en arrière-pays. Les descriptions de ces terrains de camping se trouvent dans le Backcountry Guide du parc. Une copie de ce guide est accessible sur le site web http://www.nps.gov/glac/activities/bcguide1.htm. Le parc national des Lacs-Waterton entretient 210 kilomètres (130 milles) de sentiers et neuf terrains de camping en arrière-pays. Les autres installations et services sont les routes, des écuries de randonnée, des excursions en bateau, des restaurants, des épiceries et des boutiques de souvenirs.

    Voir également la section 4t.
     

    4n Plan de gestion du tourisme/des visiteurs
    Il existe un plan de gestion du tourisme/des visiteurs pour le site.
    Résumé du plan de gestion du tourisme/des visiteurs
    Le plan de gestion du tourisme et des visiteurs du site fait partie des plans de gestion des deux parcs nationaux.

    Pour le Glacier National Park :
    Le plan de gestion générale de 1999 et l'énoncé des impacts environnementaux indiquent que l'usage des visiteurs sera géré pour préserver les ressources du parc ainsi que la vaste gamme de possibilités d'expérimenter, de comprendre, d'apprendre et de profiter du parc. Le plan divise le parc en six zones géographiques, chacune ayant sa propre philosophie de gestion et offrant une expérience particulière. Les six zones géographiques sont divisées en quatre secteurs : services aux visiteurs, usage de jour, secteur rustique et arrière-pays.

    Plusieurs des questions critiques pour lesquelles une orientation de la gestion est fournie dans le plan de gestion générale concernent spécifiquement la gestion du tourisme et des visiteurs.

    • Usage des visiteurs sur la route Going-to-the-Sun. Le NPS continuera de protéger cette route comme un jalon historique national, conservant le caractère historique de la route et maintenant ainsi son usage traditionnel. Les visiteurs continueront d'être libres de conduire leur véhicule personnel. Un système de transport public efficient continuera d'être amélioré. Un plan d'utilisation complet sera élaboré pour gérer l'usage croissant de la route.
    • Préservation des hôtels historiques et des services aux visiteurs. Le NPS assurera l'intégrité des structures historiques et la préservation de ces éléments importants du patrimoine culturel américain. Des fonds seront demandés pour un effort de restauration complète afin de préserver les jalons historiques nationaux et les autres installations d'hébergement historiques du parc. Le NPS explorera des solutions de rechange pour financer la restauration des bâtiments. Un plan de services aux visiteurs sera mis au point, intégrant la faisabilité économique des services d'hébergement. La valeur de l'intérêt possessoire des concessionnaires sera déterminée. Le NPS assurera l'intégrité conceptuelle de toutes les nouvelles installations en regard des structures historiques et améliorera les services publics, le logement des employés des concessions, l'accessibilité et l'infrastructure s'il y a lieu.
    • Excursions aériennes. Le NPS demandera que la Federal Aviation Administration interdise toutes les visites touristiques commerciales au-dessus du parc. Un plan de gestion des excursions aériennes sera élaboré si la loi le demande.
    • Motomarines. Le NPS interdira de façon permanente l'usage des motomarines sur toutes les eaux du parc.
    • Usage en hiver. Le NPS répondra à une augmentation de l'usage en hiver seulement dans les installations et l'infrastructure existantes. Des installations de stationnement et de toilettes adéquates seront offertes au besoin. Le NPS atténuera les impacts sur la faune pouvant découler de l'usage accru des visiteurs en hiver.
    • West Side Discovery Center and Museum. Le NPS construira un centre de découverte et un musée à l'intérieur du parc dans le voisinage de l'intersection en T au nord de l'entrée du Glacier Ouest qui concentreront l'aménagement dans le secteur Apgar. Le centre servira également les besoins d'éducation et d'interprétation pour initier les visiteurs aux valeurs du parc.

    Une copie complète du plan de gestion de 1999 est accessible à www.nps.gov/glac/home.htm.

    Le plan des services commerciaux et l'énoncé des impacts environnementaux (PSC) de 2004 aideront le Glacier National Park à déterminer la combinaison, les types et les niveaux de services à offrir aux visiteurs dans les divers secteurs du parc ainsi qu'à déterminer le nombre maximum de chambres à offrir dans le parc. Le PSC et les études connexes fourniront une stratégie de mise en oeuvre pour la restauration des hôtels historiques et des installations commerciales du parc. Le plan offre également de l'information et la conformité environnementale lui permettant de procéder aux efforts de restauration. Le PSC met en oeuvre une des décisions du plan de gestion du parc et sera utilisé pour guider la gestion du parc pendant les 20 prochaines années ou plus. Le PSC du Glacier National Park est actuellement accessible sur le site web à www.nps.gov/glac/home.htm.

    Le PSC définit les services commerciaux qui sont nécessaires et appropriés, présente des solutions de rechange pour ces services et analyse les impacts de la prestation de ces services dans le parc. Il présente également des solutions de rechange pour chaque secteur aménagé qui contient des services commerciaux, y compris des solutions de rechange pour l'hébergement et les autres besoins de soutien. Les solutions de rechange sont également analysées dans le PSC pour les services commerciaux qui ne sont pas limités à un emplacement géographique spécifique comme la plongée sous-marine guidée, les randonnées de jour et les excursions pédestres. Les solutions de rechange sont également analysées pour les services commerciaux et leurs besoins de soutien dans chacun des secteurs aménagés du parc. Les changements les plus importants proposés par ce plan comprennent le logement des employés supplémentaires à Many Glacier, la réorganisation de l'hébergement des invités et du logement des employés au lac McDonald, Rising Sun et Swiftcurrent, l'achèvement des boucles de cabines historiques au Swiftcurrent Motor Inn et des niveaux alternatifs de services pour le Granite Park Chalet. D'autres changements comprennent l'autorisation que des guides accompagnent les visiteurs dans leur véhicule personnel, limitant la taille des groupes pour les randonnées guidées et les excursions à bicyclette, ajoutant des services de plongée sous-marine guidée et offrant la vente de bois pour les feux de camp dans les terrains de camping.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :
    Une orientation de la gestion des visiteurs fait partie du plan de gestion du parc national des Lacs-Waterton portant sur les possibilités de compréhension, d'appréciation et de jouissance du public tout en maintenant l'intégrité écologique. Voici certains des objectifs stratégiques :

    • Une industrie touristique bien informée respecte les valeurs sociales et écologiques du parc national des Lacs-Waterton. Des installations et des services appropriés permettent aux visiteurs ayant des intérêts variables de profiter du parc.
    • Les Canadiens et leurs invités internationaux apprécient et comprennent la nature et l'histoire du parc national des Lacs-Waterton, le rôle que le parc joue dans le réseau des parcs nationaux et son importance internationale.
    • Les visiteurs font l'expérience du parc sans entraver son intégrité écologique et commémorative.

    Le plan indique les aires de pique-nique, les terrains de camping, les stationnements, le terrain de golf, les possibilités de randonnées pédestres et à cheval et de canotage sur les lacs Waterton et Cameron.

    Pour le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier :
    En 1999, la stratégie de tourisme patrimonial du parc international de la paix Waterton-Glacier a été élaborée par le conseil du tourisme patrimonial du parc international de la paix Waterton-Glacier, qui est un partenariat des deux parcs nationaux et de nombreux intéressés, dont les associations et les entreprises touristiques régionales, les groupes autochtones et les agences provinciales et étatiques. Le principal but de la stratégie est de soutenir le parc international de la paix comme une destination touristique en préservant et en célébrant la beauté et l'intégrité écologique du site et en encourageant le même objectif dans les environs. Voici les quatre objectifs interreliés de la stratégie :

    • Rendre tous les visiteurs et tous les résidants conscients qu'ils sont dans un parc national, un parc international de la paix et sur un site du patrimoine mondial en favorisant activement l'appréciation et la compréhension de la nature, de l'histoire et de la culture du parc de la paix et des environs;
    • Protéger l'écosystème continental en encourageant des initiatives d'intendance de l'environnement dont dépend le tourisme patrimonial durable;
    • Encourager, développer et promouvoir des possibilités, des produits et des services viables lorsqu'ils sont appropriés et compatibles avec les valeurs patrimoniales et environnementales; et
    • Renforcer les programmes d'orientation, de formation et d'accréditation des employés en ce qui concerne le partage de la compréhension du patrimoine avec les visiteurs.
       
    Haut de la page

    ÉTUDES SCIENTIFIQUES
    4o Principales études scientifiques et principaux programmes de recherche

    Pour le Glacier National Park :

    • Surveillance des populations d'ours dans le PNG et les zones environnantes de la ligne continentale de partage des eaux du Nord à l'aide de l'ADN
    • Écologie et conservation du mouflon d'Amérique dans le Glacier National Park
      Recherche sur le changement climatique mondial en mettant l'accent sur les écosystèmes montagneux
    • Évaluation du brûlage après incendie par la télédétection
    • Recul des glaciers dans le Glacier National Park
    • Initiative de surveillance de la recherche sur les amphibiens dans les Rocheuses
    • Écologie du pin à écorce blanche et du pin souple
    • Restauration des peuplements de pins à écorce blanche et de pins souples dans le Glacier National Park
    • Biocomplexité dans l'environnement : propriétés émergentes des plaines inondables des rivières alluviales
    • Études sur l'écologie des prédateurs et des proies dans la fourche nord de la vallée de la rivière Flathead.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :

    • Classification des terres écologiques du parc national des Lacs-Waterton; description intégrée des ressources et faune
    • Rôle historique des incendies dans le parc national des Lacs-Waterton
    • Estimation de la taille de la population des ours grizzlis à l'aide de l'empreinte génétique dans le sud de l'Alberta
    • Mouvement et situation de l'omble à tête plate dans la rivière Belly en Alberta et au Montana
    • Structure de la population génétique de la truite fardée et de la truite arc-en-ciel dans les parcs nationaux Banff et des Lacs-Waterton
    • Projet d'inventaire de l'Arachnida dans le parc national des Lacs-Waterton
    • Études en cours de la géologie sédimentaire d'unités stratigraphiques sélectionnées du Belt-Purcell Supergroup du parc national des Lacs-Waterton
    • Biodiversité des invertébrés et du zooplancton dans les lacs, les étangs et les rivières du parc national des Lacs-Waterton
    • Investigations dendroclimatologiques du pin de Douglas dans le parc national des Lacs-Waterton

    Pour le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier :

    • Projet de cartographie de la végétation du parc international de la paix

    Utilisation des résultats des études scientifiques et des programmes de recherche
    Les gestionnaires du site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier utilisent les résultats des études scientifiques pour de nombreux aspects de leur travail, notamment :

    • Protection des espèces menacées et en péril (études sur l'écologie prédateur-proie chez le loup gris; études sur les populations d'ours grizzlis).
    • Restauration des ressources (études sur l'écologie du pin à écorce blanche et du pin souple et leur restauration; planification des incendies dirigés; évaluations des brûlages après incendie).
    • Protection des ressources culturelles (études qui ont conduit à la désignation de la route Going-to-the-Sun comme jalon historique national et l'ajout de plus de 100 structures de parc du Registre national des endroits historiques).
    • Interprétation des ressources pour les visiteurs du parc (études sur le changement climatique, études ethnographiques).
    • Surveillance et gestion de l'habitat faunique (projet de cartographie de la végétation).
    • Régimes de succession de la végétation.

    Rôle de la désignation de SPM dans la conception des études scientifiques et des programmes de recherche
    Le Glacier National Park a utilisé la désignation de site du patrimoine mondial pour justifier de nouveaux projets et programmes de recherche. Parmi des exemples, mentionnons le Crown of the Continent Learning Center et le programme de planification et de gestion transfrontalier ainsi que le programme de recherche sur le changement climatique mondial mentionnés dans la section 4o de ce rapport. De nombreux chercheurs misent sur la possibilité d'entreprendre en collaboration des recherches dans les deux parcs. Le parc national des Lacs-Waterton met en lumière le site du patrimoine mondial dans les discussions entre agences avec les instances voisines afin de mettre l'accent sur l'importance de l'intégrité écologique et la nécessité de la recherche et de la gestion coordonnées des ressources.
     

    ÉDUCATION, INFORMATION ET RENFORCEMENT DE LA SENSIBILISATION
    4p Plaque de SPM au site

    Il y a une plaque sur place indiquant qu'il s'agit d'un site du patrimoine mondial.
     

    4q Utilisation du logo de la CPM dans toutes les publications
    Le logo de la Convention du patrimoine mondial ne figure pas sur toutes les publications du site.
     

    4r Programmes éducatifs pour les établissements scolaires
    Il existe des programmes éducatifs sur les valeurs patrimoniales du site destinés aux établissements scolaires.
    Description des programmes éducatifs
    Les programmes couvrent la gamme complète des thèmes des parcs nationaux et comprennent des références au statut de site du patrimoine mondial.

    Pour le Glacier National Park :

    • Programme d'écologie en hiver pour les écoles locales - excursions quotidiennes en raquettes au printemps et à l'automne offertes par le personnel du Glacier National Park.
    • Présentations par le personnel du Glacier National Park dans les écoles locales, y compris celles de la Blackfeet Indian Reservation (Premières nations); cours sur l'environnement du Glacier Institute dispensés dans le Glacier National Park.
    • Élaboration d'un programme d'éducation scientifique appelé « Work House » concernant les aspects naturels et humains du Glacier National Park élaboré pour utilisation dans les classes américaines autochtones.
    • Établissement d'un Crown of the Continent Learning Center au Glacier National Park qui comprend un important élément de sensibilisation pour les écoles locales ainsi que des possibilités d'apprentissage dans le parc, des ateliers pour les enseignants, un laboratoire informatique et des stages pour les étudiants.

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :

    • Le parc national des Lacs-Waterton offre des programmes dans le parc et en classe pour les écoles locales et régionales sur une variété de sujets; des guides à l'intention des enseignants sont disponibles, offrant de l'information ainsi que des suggestions d'activités avant et après la visite.
    • Le guide des ressources de Waterton constitue une source complète de documents de référence sur le parc; il est disponible dans les deux langues officielles et dans trois versions différentes pour usage éducatif.
    • Le site web du parc national des Lacs-Waterton est conçu pour offrir aux éducateurs un accès rapide et facile à l'information sur l'histoire naturelle et culturelle du parc, à des cartes, à des renseignements sur les loisirs et à des liens avec d'autres ressources connexes.
       

    4s Manifestations spéciales et expositions
    Il existe des manifestations spéciales et des expositions sur les valeurs patrimoniales du site.
    Description des manifestations spéciales et des expositions
    Pour le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier :

    • Une randonnée annuelle de trois jours des directeurs du parc international de la paix Waterton-Glacier (intervenants locaux invités des États-Unis et du Canada).
    • Assemblée annuelle du Rotary au parc international de la paix (parrainée par les clubs internationaux Rotary de Great Falls, du Montana et de Calgary).
    • Randonnée du parc international de la paix sur le sentier longeant le lac Waterton Supérieur qui traverse la frontière internationale (la randonnée est dirigée par un interprète du Glacier National Park et un interprète du parc national des Lacs-Waterton).
    • Échanges d'interprètes pour les programmes publics entre Glacier et Waterton.
    • Programme des ambassadeurs du parc international de la paix Waterton-Glacier (qui offre de l'information sur le parc international de la paix, notamment le but, l'importance et les désignations spéciales, utilisée également dans les programmes d'orientation du personnel).
    • Année du Grand Ours, une initiative internationale pour mettre en lumière l'importance des Rocheuses pour la protection de l'ours grizzli;
    • Année internationale des montagnes Rocheuses, un programme des Nations Unies pour reconnaître l'importance écologique et culturelle des montagnes.
    • Année internationale de l'eau douce et initiative des merveilles de l'eau, un programme des Nations Unies pour reconnaître la valeur universelle de l'eau.
       

    4t Équipements, centre d'accueil, musée, sentiers, guides et matériel d'information
    Le Glacier National Park compte deux installations muséales et archivistiques logeant un total d'environ 400 000 pièces de collection et d'archive. La collection d'archives du parc national des Lacs-Waterton compte environ 100 objets historiques et 7 000 photographies historiques, négatifs, photographies aériennes et autres documents. De plus, il y a plus de 13 648 objets dans la collection de spécimens archéologiques, floraux et fauniques du parc.

    Les centres des visiteurs offrent une gamme complète de documents d'interprétation et d'information.

    Pour le Glacier National Park :
    Apgar Visitor Center
    Logan Pass Visitor Center
    St. Mary's Visitor Center

    Pour le parc national des Lacs-Waterton :
    Centre de réception des visiteurs du parc national des Lacs-Waterton
     

    4u Rôle de la désignation de SPM dans les activités d'éducation, d'information ou de sensibilisation
    Le sens et l'importance de la désignation de site du patrimoine mondial sont expliqués de plusieurs manières importantes aux visiteurs du parc international de la paix Waterton-Glacier. Les deux parcs utilisent la désignation pour mettre en lumière les valeurs du site auprès de divers groupes.

    • Dans le texte du guide de Waterton-Glacier qui est fourni à tous les visiteurs du parc.
    • Dans le texte du programme des ambassadeurs du parc international de la paix. Ce programme est un court guide qui offre une compréhension de base du but et de l'importance du parc international de la paix et de son patrimoine naturel et culturel. Le guide du programme des ambassadeurs est utilisé comme source de formation et de référence pour le personnel du parc international de la paix ainsi que pour les concessionnaires et d'autres qui offrent des services aux visiteurs dans le parc international de la paix et les environs.
    • Un élément de la stratégie de tourisme patrimonial de Waterton-Glacier favorise le lien des écosystèmes durables et des entreprises viables dans le secteur de Waterton-Glacier.
    • Un sujet de la randonnée du parc international de la paix est dirigé par des interprètes des deux parcs; durant cette randonnée, les interprètes explorent avec les participants le sens de désignations comme celles du parc international de la paix, de réserve de la biosphère internationale et de site du patrimoine mondial.
    • Dans les programmes d'interprétation à l'intention du public et dans des présentations au public et aux intervenants pour mettre en lumière l'importance du secteur.
       
    Haut de la page

    5 FACTEURS AFFECTANT LE BIEN

    5a Pressions dues au développement
    La proposition d'inscription du site du patrimoine mondial indiquait des menaces externes présentant le potentiel d'affecter défavorablement les populations fauniques, la qualité de l'air et de l'eau et les valeurs esthétiques du parc, notamment l'exploitation forestière et la prospection des gisements d'hydrocarbures le long de la périphérie et une mine de charbon à ciel ouvert proposée près de la périphérie du parc international de la paix Waterton-Glacier. La mise en candidature mentionne également la mortalité causée par les déversements de grain sur les voies ferroviaires le long de la frontière sud du Glacier National Park et les mesures prises par le parc international de la paix à l'appui de la planification régionale de l'utilisation des terres.

    Mesures et plans pour atténuer ces facteurs :

    Exploitation forestière et prospection des gisements d'hydrocarbures :
    Certaines des terres adjacentes au parc international de la paix sont gérées pour un usage multiple, dont l'exploitation forestière et la prospection des gisements d'hydrocarbures. Ces terres comprennent celles gérées par des propriétaires autochtones (Premières nations), provinciaux, étatiques, fédéraux et privés. Au cours des huit années écoulées depuis l'inscription, l'exploitation forestière et la prospection des gisements d'hydrocarbures sur les terres adjacentes sont demeurées stables à l'exception d'une augmentation à court terme de l'exploitation complémentaire sur des terres adjacentes au Glacier National Park brûlées par des feux de friches récents.

    Les gestionnaires du parc international de la paix sont responsables de l'exploitation forestière et de la prospection des gisements d'hydrocarbures en participant aux processus de planification des agences responsables de ces terres et en participant aux initiatives de gestion de l'écosystème décrites dans la section 3b1. Par exemple, ils offrent des commentaires techniques sur les modifications proposées au Flathead National Forest Plan (États-Unis) et ils participent aux réunions provinciales concernant l'élaboration du plan de gestion des Rocheuses Sud pour la région de Kootenay en Colombie-Britannique (Canada).

    Mine de charbon à ciel ouvert :
    Au début des années 1980, une exploitation à ciel ouvert a été proposée dans la province de Colombie-Britannique, près de la limite ouest du Glacier National Park. Cet aménagement aurait inclus deux grandes mines de charbon à ciel ouvert sur Cabin Creek, un tributaire de la rivière Flathead qui forme une limite du parc. Le Canada et les États-Unis ont convenu de renvoyer la question à la Commission mixte internationale (CMI). Ils ont demandé à la Commission d'étudier la question et de faire rapport aux deux gouvernements nationaux. Le rapport de la Commission de 1989, après quatre ans d'étude, conseillait de ne pas aménager la mine à cause de l'incertitude de l'atténuation et du potentiel de dégradation à long terme. La CMI insistait également sur la nécessité d'une initiative binationale pour élaborer des stratégies de gestion viable de l'ensemble du bassin hydrographique.

    Par conséquent, la mine à ciel ouvert proposée n'a pas été aménagée et les recommandations de la CMI ont jouté un rôle essentiel dans l'adoption de la gestion écosystémique des deux côtés de la frontière. Deux de ces initiatives sont la Flathead Basin Commission et le processus de planification stratégique de la fourche nord de la Flathead. Suite à l'inscription, la province de la Colombie-Britannique a complété un processus de planification intensive des terres qui comprend le drainage de la rivière Flathead au Canada. Ce processus a eu pour résultat une plus grande prévisibilité quant à la façon dont les terres seraient gérées dans ce bassin hydrographique et a donné lieu à des commentaires des deux parcs et de la Flathead Basin Commission. Également suite à l'inscription, l'État du Montana et la province de la Colombie-Britannique ont signé un accord de coopération environnementale qui a donné lieu à un plan de travail élaboré pour régler les problèmes environnementaux transfrontaliers, notamment par la gestion de la rivière Flathead en Colombie-Britannique et au Montana.

    Mortalité des ours causée par les déversements de grain sur les voies ferroviaires :
    Le chemin de fer Burlington Northern Santa Fe fait partie de la limite sud du parc international de la paix. Les problèmes de déversements de grain le long de ces voies ferroviaires ont causé un accroissement de la mortalité des ours grizzlis et des ours noirs. Le Glacier National Park a encouragé le chemin de fer à améliorer la qualité des voies ferrées dans ce corridor et à nettoyer intensivement les déversements de grain. Le parc a également assuré le leadership en établissant le partenariat du Burlington Northern Environmental Stewardship Area (depuis renommé Great Northern Environmental Stewardship Area (GNESA)) établi en 1991 et, subséquemment, en obtenant des fonds pour un spécialiste de l'ours grizzli. Ce spécialiste travaille avec la compagnie de chemin de fer et d'autres intéressés pour coordonner les efforts de gestion de l'ours grizzli dans le secteur. Le partenariat comprend les agences gouvernementales étatiques, fédérales et locales, les entreprises locales et les résidants. Les efforts de ce partenariat ont aidé à réduire le nombre de morts chez les ours dans le corridor ferroviaire et routier qui longe la limite sud du Glacier National Park. Depuis l'inscription, le GNESA a également obtenu du financement pour employer un directeur général. Les récentes réalisations sont le financement d'un biologiste pour la gestion des ours, la coordination d'une conférence d'approbation de permis pour la rivière, le lancement d'un projet de cartographie complète, l'utilisation de nouvelles technologies pour éloigner les ours des tréteaux ferroviaires et l'obtention de fonds pour un programme d'éducation concernant la façon dont les résidants de ce corridor peuvent minimiser les conflits entre les ours et les humains sur leur propriété.

    Planification territoriale régionale :
    Certaines terres de propriété privée adjacentes au parc international de la paix sont subdivisées et aménagées pour usage résidentiel et commercial. Depuis l'inscription, les mesures prises pour aborder cette question sont :

    • la participation continue du parc international de la paix aux processus de planification des gouvernements locaux pour les terres privées adjacentes au parc international de la paix. Le NPS des États-Unis continue d'assurer la protection de l'habitat riverain, des aires d'hivernage, des trajets de passage de la faune, des valeurs esthétiques ainsi que la qualité de l'air et de l'eau. Depuis 1994, des règlements de zonage ont été adoptés pour les terres privées du drainage de la rivière Flathead adjacente au Glacier National Park (voir la section 3b1). L'approche du parc national des Lacs-Waterton a été d'influencer le maintien du paysage agricole et de minimiser l'aménagement résidentiel fragmenté.
       
    • Le parc international de la paix collabore avec la Société canadienne pour la conservation de la nature et la Nature Conservancy of Montana pour chercher des solutions non gouvernementales afin de protéger l'intégrité naturelle des terres privées adjacentes au Parc internationales de la paix. Le personnel du parc travail avec ces organisations non gouvernementales pour déterminer les valeurs à risque et offrir des possibilités éducatives aux donateurs éventuels. Les organisations non gouvernementales ont demandé et obtenu des fonds de sources privées pour acheter des propriétés et ou les protéger par des servitudes de conservation.
       
    • Il y a eu la formation du Crown of the Continent Ecosystem Managers Partnership en 2001 (voir la section 3b1)
       
    • On continue de soutenir la Waterton Biosphere Association et des initiatives connexes.
      Le travail se poursuit par rapport à ces diverses initiatives et aucune nouvelle préoccupation ne se présente.
       

    5b Contraintes liées à l'environnement
    La proposition d'inscription du parc international de la paix Waterton-Glacier comme site du patrimoine mondial n'indique pas de pressions environnementales. Les pressions actuelles sur le parc international de la paix sont les suivantes :

    Qualité de l'air : relativement au critère (iii). Actuellement, la qualité de l'air dans le parc international de la paix est bonne, mais la visibilité est parfois brouillée par des particules en suspension dont la fumée et la poussière. Les composés sulfuriques des émissions industrielles peuvent également contribuer à une brume locale et à des problèmes de santé. Glacier est désigné comme zone de classe I selon le Clean Air Act des États-Unis, ce qui donne au gestionnaire du parc une obligation expresse de protéger les ressources atmosphériques des effets externes. Les gestionnaires du parc international de la paix s'efforcent de maintenir la qualité de l'air en participant aux processus d'autorisation des agences et des industries adjacentes. Les changements de la qualité de l'air sont détectés par un programme de surveillance intensive (voir 6b1).

    Qualité de l'eau : relativement au critère (ii). Actuellement, la qualité de l'eau dans le parc international de la paix est bonne. En majeure partie, le parc international de la paix occupe les parties supérieures des bassins de drainage. La surveillance de base de 1984 à 1990 (voir 6b1) a permis de documenter que les lacs du Glacier National Park tendent à avoir peu de solides en dissolution et une faible capacité tampon, les rendant ainsi sensibles aux dépôts acides et à la charge en phosphore. Les gestionnaires du parc s'efforcent de maintenir la qualité de l'eau en participant aux processus d'autorisation des agences et des industries adjacentes, dont la Flathead Basin Commission, un partenariat régional de gestion de la qualité de l'eau.

    Il existe de l'information détaillée sur la surveillance de la qualité de l'eau des lacs Waterton remontant à 1972 à 1986 et pour 1989-1990. En général, la qualité de l'eau dans le parc est de bonne à excellente, sans détérioration (et avec une certaine amélioration) constatée au cours de la période de surveillance. Les préoccupations particulières comprennent certaines accumulations de pesticides à l'état de trace dans les lacs du parc provenant de sources atmosphériques.

    Changement climatique : relativement au critère (ii). Le changement climatique a eu et continuera d'avoir des impacts importants sur les ressources naturelles du parc international de la paix. Les données scientifiques recueillies dans le Glacier National Park indiquent que les glaciers du parc se sont rétrécis radicalement au cours du dernier siècle, que la limite forestière s'élève, que la zone de toundra alpine se rétrécit et que les prairies subalpines se remplissent d'espèces d'arbres. L'importance écologique de la perte des glaciers du parc est susceptible d'avoir un effet sur le débit des cours d'eau à la fin de l'été et d'augmenter les températures de l'eau, influençant ainsi la distribution et le comportement des organismes aquatiques et des réseaux trophiques. Bien que les gestionnaires du parc international de la paix ne soient pas en mesure d'avoir un impact sur le changement climatique global par leurs mesures de gestion, la surveillance intensive dans le Glacier National Park (voir 6b1) aidera à clarifier les impacts du changement climatique sur le parc et aidera ainsi les États parties à prendre des mesures pour ralentir ou inverser ce problème global.
     

    5c Catastrophes naturelles et planification préalable
    Dans la proposition d'inscription du parc international de la paix Waterton-Glacier comme site du patrimoine mondial, on ne parle pas de catastrophes naturelles et de préparation. Les catastrophes naturelles pouvant toucher le parc international de la paix sont les feux de forêt, les inondations et les avalanches. Elles peuvent en particulier influer sur les critères (ii) et (iii). Comme il s'agit de phénomènes naturels, les résultats ne sont pas nécessairement négatifs.

    Mesures et plans pour ces facteurs :
    Dans le Glacier National Park :

    • Plans pour supprimer les installations administratives, de logement et d'entretien de la plaine inondable du Divide Creek afin de réduire la manipulation des processus fluviaux.
    • Plans pour supprimer les abris de repos de la plaine inondable du Snyder Creek afin de réduire la manipulation des processus fluviaux.
    • Plans pour la stabilisation des rives dans les secteurs de Rising Sun et de Two Medicine Developed.

    Dans le parc national des Lacs-Waterton :

    • Réinstallation de l'entrepôt de Parcs Canada de la formation alluvionnaire de Blakiston Creek au complexe gouvernemental pour réduire la manipulation des processus fluviaux.
    • Accès continu à la formation de Blakiston pour utiliser les installations de jour d'une manière qui respecte la nature dynamique de la formation alluvionnaire.
       

    5d Contraintes dues aux flux de visiteurs et au tourisme
    La proposition d'inscription de site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier indiquait que la croissance des visites a eu pour résultat la demande de nouvelles installations d'hébergement, d'égouts et une expansion administrative. Cette demande peut influencer les critères (ii) et (iii). Les plans de gestion des deux parcs comportent des objectifs concernant des installations qui minimisent la perturbation des phénomènes naturels.

    Depuis l'inscription en 1995 :

    • Aucun changement important du nombre d'installations d'hébergement dans le Glacier National Park et aucun changement important prévu dans l'avenir. Le plan des services commerciaux du Glacier National Park prévoit l'existence continue d'environ 500 à 540 unités d'hébergement dans l'ensemble du parc, en plus de l'hébergement offert par les chalets en arrière-pays et les unités d'hébergement des terres privées situées dans le parc (www.nps.gov/glac/home.htm).
    • Plusieurs nouvelles installations d'hébergement ont été construites dans les collectivités adjacentes au parc de Kalispell, Whitefish et Columbia Falls. On prévoit que cette croissance se poursuivra.
    • Le Glacier National Park construit actuellement une nouvelle usine de traitement des eaux usées pour les installations publiques et privées du secteur du lac McDonald. De nouvelles conduites d'eau et d'égout sont installées dans ce même secteur. D'autres installations d'égout et d'eau partout dans le parc ont été entretenues régulièrement.
    • 110 unités d'hébergement supplémentaires avec des toits ont été construites dans la collectivité de Waterton en 1997 (portant le total à 415 unités). Cet aménagement a été limité à la collectivité existante. Une proposition visant à doubler la capacité du Prince of Wales Hotel à l'extérieur des limites de la collectivité a été rejetée.
    • En 2000, Parcs Canada a mis en place une législation et une réglementation pour prévenir les futures augmentations de l'aménagement commercial.
    • Afin de minimiser l'impact du déplacement de l'aménagement commercial, le parc national des Lacs-Waterton a travaillé en étroite collaboration avec les organisations non gouvernementales et les propriétaires terriens pour prévenir l'aménagement de la propriété privée près des limites du parc voir 3b1 ci-dessus).
    • Le plan de gestion du parc national des Lacs-Waterton requiert l'étude des options pour utiliser les eaux usées pour l'irrigation du terrain de golf du parc national des Lacs-Waterton et éliminer les déversements dans les cours d'eau.
       

    5e Nombre d'habitants à l'intérieur du bien, dans la zone tampon
    Il y a une petite population stable sur le site du patrimoine mondial. Les secteurs environnants situés à quelques heures de route du site connaissent une croissance démographique constante. La plupart des visiteurs proviennent de ces secteurs et on prévoit une augmentation constante du nombre de visiteurs. Une attention continue de la gestion est nécessaire pour s'assurer de l'absence d'effet défavorable sur les critères (ii) et (iii). Les mesures sont détaillées dans les sections 3b1, 4h1, 4n1, 4o1 et 4u.

    • En 2003, il y avait environ 50 résidants permanents dans le Glacier National Park et 60 résidants permanents dans le parc national des Lacs-Waterton.
    • Le Glacier National Park est inclus dans les comtés de Flathead et Glacier du Montana aux États-Unis. En 2000, les populations de ces comtés étaient de 74 471 et 13 247, respectivement. La population du comté de Flathead a augmenté de 25,8 % entre 1990 et 2000 alors que celle du comté de Glacier a augmenté de 9,3 % au cours de la même période.
    • La région du sud-ouest de Kootenay en Colombie-Britannique comptait une population estimée à 18 000 en 2000. Cette région longe le parc national des Lacs-Waterton et le Glacier National Park vers l'ouest et le nord-ouest.
    • La population des villages et des municipalités rurales du sud-ouest de l'Alberta (Pincher Creek, Cardston, Willow Creek, Crowsnest Pass et First Nations) est d'environ 36 000 résidants. La ville de Lethbridge compte environ 72 000 personnes (à 130 kilomètres du parc) alors que la ville de Calgary compte environ un million de résidants (à 250 kilomètres du parc).
       

    5f Autres Facteurs
    Sans objet

    Haut de la page

    6 SUIVI

    DISPOSITIONS ADMINISTRATIVES CONCERNANT LE SUIVI DU BIEN
    6a Programme officiel de suivi

    Il existe un programme officiel de suivi pour le site.
    Description du programme officiel de suivi

    1. Qualité de l'air
      La surveillance de la qualité de l'air au Glacier National Park nécessite la participation de plusieurs partenaires dont la Division de la qualité de l'air du Service des parcs nationaux, l'État du Montana, la US Environmental Protection Agency, le Natural Resource Ecology Laboratory de l'université d'État du Colorado, le National Atmospheric Deposition Program du Water Survey de l'Illinois et la Columbia Falls Aluminium Company. La surveillance de la qualité de l'air au Glacier National Park a commencé en 1970 lorsqu'un programme de surveillance des fluorures a été établi.
       
      Pour le Glacier National Park :
      Les données sur les dépôts secs sont accessibles à http://www.epa.gov/castnet
      Les données sur les dépôts humides sont accessibles à http://nadp.sws.uinc.edu
      Les données sur la visibilité sont accessibles à http://vista.cira.colostate.edu/IMPROVE/Data/DataQuery/ IMP_Aer_Data_Access.asp
      Les données sur l'ozone sont accessibles à http://www2.nature.nps.gov/ard/gas/netdata1.htm
      Les données sur les fluorures sont archivées au PNG :
       
    2. Qualité de l'eau
      La surveillance de la qualité de l'eau du Glacier National Park se fait avec les partenaires suivants : La Flathead Lake Biological Station (université du Montana), la US Environmental Protection Agency, l'État du Montana, la Flathead Basin Commission et des citoyens bénévoles. Un important document d'information s'intitule « Monitoring of selected lakes in Glacier National Park from 1984-1990 (Ellis, B.K., J.A. Stanford et al, 1992, Open File Report 129-92, National Park Service, Glacier National Park, West Glacier, Montana, Flathead Lake Biological Station, Université du Montana, Polson). L'échantillonnage périodique de lacs et cours d'eau sélectionnés du Glacier National Park de 1997 à maintenant se trouve sur les sites web suivants :
      http://www.umt.edu/biology/flbs/Research/WaterQual.htm et
      http://www.umt.edu/biology/flbs/Sentinel/WaterQual.htm#VMP
       
      Le parc national des Lacs-Waterton surveille les coliformes fécaux en huit endroits en saison et en trois endroits à l'automne et en l'hiver.
       
    3. Amphibiens
      Le Glacier National Park surveille les changements du nombre de sites de reproduction du crapaud boréal. Partenaires : Région des Rocheuses, US Geological Survey, Northern Rocky Mountain Science Center, Missoula, Montana http://www.fort.usgs.gov/research/rarmi/rarmi_intro.asp
       
      Le parc national des Lacs-Waterton surveille 20 sites quant à la présence ou à l'absence d'une série d'espèces amphibiennes : le crapaud boréal, la salamandre à longs doigts, la grenouille léopard, la grenouille maculée, la salamandre tigre et la rainette faux-criquet du nord. Un rapport annuel est disponible au parc national des Lacs-Waterton.
       
    4. Surveillance des sentiers, des aires de camping et des rivières
      Au Glacier National Park, les paramètres suivants sont surveillés chaque année : utilisation de plus de 24 heures, utilisation de jour, conditions des sentiers, conditions des terrains de camping en arrière-pays, limites des normes de changement acceptables sur la rivière sauvage et panoramique Flathead. Le US Forest Service et Flathead National Forest sont des partenaires de la surveillance de cette rivière. (U.S. National Park Service, Glacier National Park, State of the Backcountry Reports, 1992-2002, West Glacier, Montana, au dossier au PNG.)
       
    5. Changement climatique
      Dix stations climat sont actuellement en opération au Glacier National Park, prenant les lectures horaires de l'heure, de la vitesse du vent, de la direction du vent, de la température, de la température et de l'humidité du sol, du Rh, de l'irradiation solaire - certaines stations possèdent également des détecteurs de la profondeur de neige et des précipitations. (Fagre, D.B.P., L. Comanor, J.D. White, F.R. Hauer, et S.W. Running, 1997. Watershed responses to climate change at Glacier National Park. Journal of the American Water Resources Association, 33(4) :755-765; White, J.D., S.W. Running, P.E. Thornton, R.E. Keane, K.C. Ryan, D.B. Fagre, et C.H. Key, 1998. Assessing simulated ecosystem processes for climate variability research at Glacier National Park, USA. Ecological Applications, 8(3) :805-823.)
       
      Il existe six stations météorologiques au parc national des Lacs-Waterton. Deux de ces stations sont des stations météorologiques générales exploitées par le Service météorologique du Canada. Trois des stations sont des stations d'information sur les incendies dans le parc (deux durant toute l'année et une l'été seulement). Une station est en opération l'hiver seulement aux fins de la prévision des avalanches. L'information des stations climat en direct est accessible à Environnement Canada à http://www.msc-smc.ec.gc.ca/climate/station_catalogue/index_e.cfm. La station climat de Waterton possède des dossiers remontant à 1942. Deux des stations climat ont été automatisées depuis 1988. Selon la station, l'information suivante est consignée : température, précipitation, humidité relative, vitesse du vent, direction du vent, épaisseur de neige et neige accumulée.
       
    6. Études sur les glaciers
      Les études sur les glaciers au Glacier National Park comprennent les mesures du périmètre, de la superficie et du bilan massique. La photographie répétitive a également été utilisée pour documenter plusieurs des glaciers du Glacier National Park. (Hall, M.P. et D.B. Fagre, 2003, Modeled climate-induced glacier change in Glacier National Park, 1850-2100. Bioscience, 53(2) :131-140. Key, C.H., D.B. Fagre et R.K. Menicke, 2002. Glacier retreat in Glacier National Park, Montana. Pages J365-J381 in R.S. Jr. Williams et J.G. Ferrigno, éditeurs. Satellite Image Atlas of Glaciers of the World, Glaciers of North America - Glaciers of the Western United States. United States Government Printing Office, Washington, DC, USA.)
       
    7. Débit des cours d'eau
      Les mesures horaires du débit des cours d'eau sont relevées en huit endroits au Glacier National Park. (Hauer, F.R., D.B. Fagre et J.A. Stanford, 2003. Climatic patterns, hydrologic processes and nutrient dynamics in a pristine montane catchment in northwest Montana, USA, Verh. Internat. Verein. Limnol). Les mesures du débit des cours d'eau sont relevées aux rivières Waterton et Belly et près du parc national des Lacs-Waterton, conjointement par Environnement Canada et Alberta Environment (prévision pour les rivières). Voir http://www3.gov.ab.ca/env/water/ et http://www.climate.weatheroffice.ec.gc.ca. De plus, une jauge hydrologique est en place au lac Waterton Supérieur.
       
    8. Surveillance des vertébrés
      Le parc national des Lacs-Waterton entreprend la surveillance annuelle des passereaux nicheurs, des spermophiles du Columbia, des nids des oiseaux de proie (balbuzard pêcheur, faucon des prairies, aigle royal et pygargue à tête blanche), des oiseaux du littoral (canard arlequin et cincle plongeur) et des oiseaux des milieux humides (grue du Canada, harle couronné, garrot d'Islande, fuligule à collier, huard à collier, grèbe jougris, canard branchu et grand harle).
       
  • INDICATEURS CLÉS PERMETTANT DE MESURER L'ÉTAT DE CONSERVATION
    6b Indicateurs clés convenus

    On n'a pas établi d'indicateurs clés pour mesurer l'état de conservation des valeurs patrimoniales du site.
    Élaboration à venir d'indicateurs clés
    Les gestionnaires du site élaborent des programmes de surveillance complète pour chaque parc national qui permettront de faire rapport sur l'état des valeurs des site du patrimoine mondial, particulièrement pour le critère (ii).

    En plus de la surveillance actuelle décrite dans la section 6a1, le Glacier National Park élabore un programme de surveillance complète dans le cadre du Natural Resource Challenge du NPS américain - une initiative stratégique quinquennale qui comprend un élément de surveillance des signes vitaux. Le financement pour entamer ce programme a été accordé par le Congrès américain. Les objectifs de l'initiative des signes vitaux sont les suivants :

    • Déterminer la situation et les tendances d'indicateurs sélectionnés de l'état des écosystèmes du parc pour permettre aux gestionnaires de prendre des décisions mieux informées et de travailler plus efficacement avec d'autres agences et personnes à l'avantage des ressources du parc.
    • Offrir un avertissement précoce des conditions anormales de ressources sélectionnées pour aider à élaborer des mesures d'atténuation efficaces et à réduire les frais de gestion.
    • Offrir des données pour mieux comprendre la nature dynamique et la condition des écosystèmes du parc et fournir des points de référence pour les comparaisons avec d'autres environnements modifiés.
    • Fournir des données pour s'acquitter des mandats législatifs relatifs à la protection des ressources naturelles et à la jouissance des visiteurs.
    • Offrir un moyen de mesurer les progrès en regard des objectifs de rendement.

    Une liste éventuelle d'indicateurs des signes vitaux pour le Glacier National Park comprend (1) les indicateurs nécessaires à inclure dans le programme de surveillance pour des raisons légales (ex., les espèces menacées et en péril), (2) les indicateurs nécessaires pour les rapports sur la gestion du rendement ou parce que le financement est fourni à une fin spécifique, et (3) les indicateurs sélectionnés par les réseaux du parc à partir d'une liste de signes vitaux recommandés ou identifiés comme une priorité par le réseau. La sélection officielle des indicateurs des signes vitaux du Glacier National Park est prévue pour 2004.

    Le Glacier National Park produit un rapport annuel du directeur.

    La stratégie de surveillance du parc national des Lacs-Waterton a été conçue dans le cadre du plan de conservation des écosystèmes de ce parc (1998). Plusieurs de ces mesures ont depuis été intégrées au plan de gestion du parc (2000). Certains des indicateurs sont maintenant surveillés (voir les sections suivantes), mais d'autres ne l'ont pas encore été. Les objectifs d'intégrité écologique ont été déterminés pour la surveillance et pour la recherche, et les indicateurs clés correspondent aux objectifs suivants :

    • Les populations viables d'espèces indigènes comprennent la gamme complète de la diversité génétique;
    • Tous les niveaux trophiques sont pleinement représentés dans l'écosystème régional, y compris les producteurs primaires, les herbivores, les prédateurs et les décomposeurs;
    • Les populations d'espèces indigènes qui sont devenues réduites, ont perdu leur diversité génétique significative ou sont menacées ou en péril, sont rétablies à un état viable;
    • Le paysage contient les séquences de succession complètes des types de communautés terrestres et aquatiques et les processus écologiques qui les soutiennent;
    • Les processus écologiques qui ont été réduits ou éliminés des écosystèmes fonctionnent dans l'ordre normal de la variation;
    • Les liens écologiques fonctionnent dans le paysage élargi pour permettre le flux génétique parmi les populations;
    • Un habitat non fragmenté suffisant existe pour permettre aux populations d'espèces indigènes de survivre à des niveaux viables;
    • Les influences humaines sur l'écosystème (y compris la récolte, la perturbation et les polluants) sont à des niveaux où les populations végétales et animales indigènes demeurent viables et où les processus fonctionnent selon l'ordre naturel historique de la variabilité; et
    • Des services de qualité et du type approprié permettent aux visiteurs du parc et aux résidants de la région de comprendre l'écosystème, d'en profiter et d'apprécier son rôle à l'appui de la durabilité régionale.

    L'information recueillie grâce à ces programmes de surveillance est utilisée par Parcs Canada dans le Rapport national sur l'état des aires patrimoniales protégées, publié tous les deux ans, et le Rapport sur l'état du parc pour le parc national des Lacs-Waterton, préparé tous les cinq ans, conjointement avec un examen du plan directeur. Le programme de surveillance du parc national des Lacs-Waterton est examiné dans le cadre d'un effort dans tout le réseau des parcs nationaux afin d'améliorer les programmes de surveillance et de rapports des parcs.
     

    RÉSULTATS DES PRÉCÉDENTS EXERCICES DE SOUMISSIONS DE RAPPORTS
    6c Mesures prises par l'État partie suite aux recommandations du Comité du patrimoine mondial

    Au moment de l'inscription, le Comité du patrimoine mondial a recommandé que :

    1. Les États parties envisagent de créer une seule « réserve de la biosphère » à partir des trois réserves de la biosphère existant déjà dans la région;
    2. Le site du patrimoine mondial soit élargi avec la coopération du gouvernement de la Colombie-Britannique pour inclure l'aire protégée adjacente de Akamina/Kishinena; et
    3. Une cérémonie de reconnaissance du patrimoine mondial soit organisée.

    Il est peu probable qu'une mesure sur la première recommandation soit prise dans un proche avenir.

    L'expansion proposée du parc national des Lacs-Waterton dans la vallée de la Flathead en Colombie-Britannique a été retardée en considération de la deuxième recommandation. L'expansion proposée comprendrait le parc provincial Akamina-Kishinena, tel que recommandé par le Comité du patrimoine mondial.

    Une cérémonie de reconnaissance du site du patrimoine mondial a eu lieu à East Glacier, Montana, le 19 septembre 1998.
     

    Haut de la page

    7 CONCLUSIONS

    VALEURS DE PATRIMOINE MONDIAL
    7a Principales conclusions sur l'état des valeurs du patrimoine mondial du bien

    Le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier continue de conserver et de protéger les valeurs pour lesquelles il a été désigné. Les changements depuis l'inscription sont positifs et améliorent la protection du site. En voici quelques exemples :

    • Les plans de gestion récents des deux parcs réaffirment qu'environ 95 % du site du patrimoine mondial seront gérés pour leur caractère de nature sauvage.
    • Le plan de gestion générale du Glacier National Park établit une importante orientation pour des questions comme les vols commerciaux et l'utilisation durant l'hiver ainsi que le réinvestissement dans l'infrastructure.
    • Le plan de gestion du parc national des Lacs-Waterton limite l'aménagement commercial et met l'accent sur le renforcement de l'intégrité écologique.
    • Il y a eu un investissement considérable dans la conservation des terres privées adjacentes.
    • Parcs Canada a annoncé son désir d'agrandir le parc national des Lacs-Waterton par l'ajout de terres dans la vallée de la Flathead de la Colombie-Britannique.
       

    GESTION ET FACTEURS AFFECTANT LE SITE
    7b Principales conclusions relatives à la gestion et aux facteurs affectant le bien

    Le parc international de la paix Waterton-Glacier est établi dans un écosystème régional élargi appelé Crown of the Continent Ecosystem (couronne de l'écosystème continental). Les deux parcs contribuent aux valeurs sociales, économiques et écologiques de cet écosystème. Toutefois, l'intégrité écologique des deux parcs est influencée par des pressions internes et externes. Plus particulièrement :

    • Les changements rapides de l'utilisation des terres et des pressions du développement sur les terres privées demeurent une préoccupation pour le site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier. Toutefois, les progrès réalisés par les organisations non gouvernementales pour protéger les terres privées (par l'achat et des servitudes de conservation) ont réduit considérablement le risque pour le site du patrimoine mondial.
    • La vallée de la Flathead en Colombie-Britannique (Canada) demeure une importante zone de conservation des ressources fauniques communes dans le parc international de la paix Waterton-Glacier. Le gouvernement du Canada a exprimé son intérêt pour agrandir le parc national des Lacs-Waterton dans la vallée de la Flathead. Toutefois, les progrès de cet engagement ne se réaliseront pas sans l'appui de la Colombie-Britannique et des Premières nations.
    • Les limitations de la croissance commerciale et de l'empreinte associée aux baux et aux possessions privées sont définies dans les plans de gestion du parc national des Lacs-Waterton et du Glacier National Park. La restauration des phénomènes écologiques importants (feu et inondation) et de la biodiversité indigène est reconnue comme une priorité de gestion importante dans les plans de gestion des deux parcs.

    Tel qu'indiqué dans la section 4f, un protocole d'entente soutient la coopération des deux administrations des parcs, particulièrement quant aux relations avec les partenaires dans l'écosystème élargi.
     

    PROPOSITION D'ACTION(S) FUTURE(S)
    7c Actions futures approuvées

    Les gestionnaires du site du patrimoine mondial du parc international de la paix Waterton-Glacier continuent d'appliquer les recommandations du Comité du patrimoine mondial et de protéger les valeurs pour lesquelles le site a été désigné.

    • Parcs Canada poursuivra les tentatives pour élargir le parc national des Lacs-Waterton dans la vallée de la Flathead. Si le projet réussit, cela offrira la possibilité d'élargir le site du patrimoine mondial. Si les tentatives échouent, la province de la Colombie-Britannique sera invitée à désigner le parc provincial Akamina-Kishinena comme un ajout du site du patrimoine mondial.
    • Les deux parcs nationaux poursuivront la mise en oeuvre de leurs plans de gestion et l'accent sur la conservation du caractère de nature sauvage du SPM; les plans soutiennent la conservation des valeurs géologiques, écologiques et esthétiques pour lesquelles le site a été désigné.
    • Les deux parcs nationaux continueront de travailler avec les organisations non gouvernementales pour protéger les terres privées adjacentes de tout aménagement incompatible; ces mesures compensent pour la petite taille et la vulnérabilité du site.
       

    INSTITUTION(S) RESPONSABLE(S) DE LA MISE EN OEUVRE)
    7d Institution(s) responsable(s) de la mise en oeuvre des actions

    Nom de l'institution : US Dept. of the Interior
    Nom : Holm, Michael O.
    Titre : Superintendent, Glacier National Park
    Adresse : P.O. Box 128
    Ville : West Glacier, Montana
    Code postal : 59936
    Téléphone : 406 888-7901
    Télécopieur : 406 888-7904
    Courriel :
     

    Nom de l'institution : Parcs Canada
    Nom : Lamb, Peter
    Titre : Directeur d'unité de gestion, Unité de gestion des Lacs-Waterton
    Adresse : C.P. 50
    Ville : Waterton Park, Alberta
    Code postal : T0K 2M0
    Téléphone : 403 859-5116
    Télécopieur : 403 859-2650
    Courriel : watertoninfo@pc.gc.ca
     

    ÉCHÉANCIER DE MISE EN OEUVRE
    7e Échéancier de mise en oeuvre des actions

    L'échéancier pour le parc national des Lacs-Waterton est de 5 à 10 ans et celui du Glacier National Park est de 1 à 20 ans.
     

    BESOINS D'ASSISTANCE INTERNATIONALE
    7f Demandes prévues d'assistance internationale

    Il n'est pas prévu de demander une assistance internationale par l'intermédiaire du Fonds du patrimoine mondial.
     

    DÉCISIONS ÉVENTUELLES DU COMITÉ DU PATRIMOINE MONDIAL
    7g Décisions éventuelles du Comité du patrimoine mondial

    • Modification de la déclaration de valeur