Préface

...la dégradation ou la disparition d'un bien du patrimoine culturel et naturel constitue un appauvrissement néfaste du patrimoine de tous les peuples du monde.

(Convention pour la protection du patrimoine mondial, UNESCO)




Identité canadienne et patrimoine

En tant que Canadiens, nous apprécions la beauté de notre environnement naturel et la richesse de notre histoire. Ces éléments contribuent à façonner le sens collectif de l'identité et de la fierté nationales au Canada. Ils nous unissent comme peuple tout en exprimant la diversité du pays. Les Canadiens partagent ce patrimoine entre eux et invitent les autres à l'apprécier, à le respecter et à le connaître. Nous célébrons ce précieux patrimoine par les lieux historiques nationaux, les réserves et les parcs nationaux, les gares ferroviaires patrimoniales, les canaux historiques, les aires marines nationales, les rivières du patrimoine canadien, les édifices fédéraux à valeur patrimoniale et les plaques historiques.

Ces symboles nationaux contribuent à notre identité canadienne de plusieurs façons. Ils dépeignent une diversité de cultures et d'environnements naturels. Ceux-ci peuvent être situés n'importe où au pays, dans les milieux urbains, ruraux et éloignés. Ce sont des liens tangibles non seulement avec le passé et le présent mais aussi avec le futur. Ces endroits patrimoniaux nous ouvrent une fenêtre sur le monde et démontrent notre responsabilité d'assurer de façon continue, la protection et la mise en valeur d'un patrimoine d'importance nationale et internationale.

L'environnement canadien est constitué d'un large éventail d'écosystèmes marins et terrestres, de la toundra arctique aux montagnes Rocheuses, des Prairies au Bouclier précambrien, des hautes-terres de l'Est et des eaux des Grands Lacs aux côtes de l'Atlantique, de l'Arctique et du Pacifique. Cet environnement comprend également des aires et des paysages intimement liés au patrimoine humain. Ces aires historiques, qui recèlent des milliers d'années d'histoire et qui comprennent des édifices consacrés au travail et au culte, au commerce et à la culture, à la justice et aux loisirs, évoquent notre passé, nos aspirations et nos valeurs.




Stratégies de conservation et développement durable

Les aires du patrimoine doivent être gérées d'une façon qui permet de les préserver et qui respecte leurs valeurs intrinsèques.

Les aires du patrimoine contribuent au développement durable dans son ensemble et à des stratégies de conservation de la façon suivante :

  • en préservant l'intégrité écologique et la biodiversité des espaces naturels;
  • en préservant l'intégrité commémorative des aires historiques;
  • en mettant de l'avant une éthique de la conservation, un civisme basé sur le respect de l'environnement et du patrimoine et une gestion des écosystèmes et des ressources culturelles; et
  • en faisant la démonstration des principes et des approches de conservation exposés dans différents rapports de l'Organisation des Nations Unies (ONU).



Convention du patrimoine mondial et endroits patrimoniaux

Le Canada a joué un rôle primordial lors de la rédaction de la Convention concernant la protection du patrimoine culturel et naturel mondial. Les objectifs de la Convention, qui a été ratifiée en 1972, sont de protéger, conserver et mettre en valeur le patrimoine culturel et naturel d'une importante valeur universelle. En accord avec les énoncés de la Convention, le Canada s'est engagé à identifier et à délimiter, à l'intérieur de ses frontières, des sites du patrimoine culturel et naturel mondial; à adopter une politique générale visant à assigner une fonction au patrimoine culturel et naturel dans la vie collective de ses communautés; à instituer un ou plusieurs services de protection, de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine; à prendre des mesures juridiques, scientifiques, techniques, administratives et financières ainsi qu'à favoriser la création de centres nationaux de formation; à atteindre les objectifs de la Convention; et à ne prendre délibérément aucune mesure susceptible d'endommager le patrimoine culturel et naturel. La Convention met aussi en place un système de coopération et d'assistance internationales.




La diversité biologique et les aires patrimoniales protégées

L'administration des aires patrimoniales protégées par Parcs Canada joue un rôle important dans la mise en oeuvre de la Convention sur la diversité biologique adoptée à Rio de Janeiro en 1992. Les aires protégées comme les réserves et les parcs nationaux, les aires marines de conservation, et certains lieux historiques nationaux peuvent apporter une contribution directe à la conservation sur place de la diversité biologique, et donc à la stratégie nationale du Canada pour la conservation et l'utilisation durables de la diversité biologique.

En poursuivant sa mission à cet égard, Parcs Canada encourage la protection des écosystèmes et des habitats naturels, le maintien et le rétablissement de populations sauvages viables de différentes espèces dans leur environnement naturel, et la bonne gestion environnementale des aires environnantes ou voisines.

Le but premier des lieux historiques nationaux et des autres sites du patrimoine culturel n'est pas de conserver la diversité biologique, mais un bon nombre de ces sites peuvent contribuer à la diversité biologique à cause de leurs dimensions ou de leurs caractéristiques écologiques. Une bonne gérance environnementale se préoccupe autant des endroits qui reflètent le patrimoine humain que de ceux qui relèvent du patrimoine biophysique.




Les débuts

Depuis plus d'un siècle, le gouvernement du Canada participe à la protection d'aires naturelles exceptionnelles et à la commémoration d'aspects importants de l'histoire du Canada. Cette large expérience a permis au Canada d'être reconnu internationalement comme un chef de file mondial dans le domaine de la gestion du patrimoine.

Le réseau de parcs nationaux du Canada a vu le jour en 1885, avec la création d'un secteur de 26 kilomètres carrés, réservé à l'usage du public, autour des sources thermales près de la station de Banff en Alberta. La Loi sur le Parc des Montagnes-Rocheuses de 1887 définissait les premiers parcs comme des parcs publics et terrains de loisirs dédiés au peuple canadien pour son bénéfice et sa jouissance. La Loi sur les parcs nationaux, promulguée pour la première fois en 1930, dédie les parcs nationaux au peuple canadien pour son bénéfice, son instruction et sa jouissance, et comporte des dispositions pour les conserver intacts pour la jouissance des générations futures.

La création, en 1917, du lieu historique national du Fort-Anne, à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, suivie, en 1919, de la formation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, ont jeté les fondations de l'actuel réseau canadien de lieux historiques nationaux. La Loi sur les parcs nationaux de 1930 fournissait également un cadre statutaire pour la préservation de terres fédérales à des fins historiques. La Loi sur les lieux et monuments historiques de 1953, reflétant le profond sentiment de détermination nationale qui a marqué les années d'après-guerre, fournissait les pouvoirs légaux permettant de désigner des lieux historiques nationaux - sans égard à la propriété - ainsi qu'un fondement statutaire pour l'acquisition de ces sites et la contribution directe à leur préservation et à leur entretien.




Le présent

Les aires patrimoniales protégées de Parcs Canada jouent un rôle important dans la mise en oeuvre des objectifs du gouvernement du Canada :

  • l'achèvement du réseau des parcs et la protection du patrimoine naturel du Canada, ce qui inclut la participation à la protection de 12 p. 100 de la superficie du pays; et
  • la commémoration du patrimoine historique important pour tous les Canadiens.



L'avenir

Parcs Canada s'est engagé à créer un réseau complet d'aires patrimoniales protégées représentatives du patrimoine naturel et culturel du Canada. Pour atteindre ce but, Parcs Canada a besoin de la collaboration et de la participation de tous les intervenants.

Tous les efforts seront faits pour gérer les aires naturelles protégées d'une façon écosystémique, tout en cherchant à répondre aux besoins sociaux et économiques compatibles et en préservant l'état naturel de ces aires. Les aires du patrimoine culturel seront gérées selon les principes et pratiques de gestion des ressources culturelles, de sorte que leur intégrité commémorative sera assurée et que la vie socio-économique des communautés où elles sont situées sera améliorée.

Les aires patrimoniales protégées peuvent mettre en évidence l'interdépendance des êtres humains et de l'environnement, et elles peuvent ainsi offrir d'excellentes occasions d'éducation et d'interprétation. Les valeurs patrimoniales du Canada devraient donc être de mieux en mieux reconnues comme faisant partie d'une éthique qui rassemble tous les Canadiens.

Voilà donc les défis de l'avenir.