< Page précédente  | Table des matières  | Page suivante >


6.0 NOTES ET FICHES DE TERRAIN

Le carnet de notes de terrain contient généralement les données principales de fouille ou de reconnaissance. Il est souvent utilisé conjointement avec une variété de fiches et d’autres médias tels que les données de télédétection, dessins et images. Le carnet de notes de terrain comprend tous les détails et les interprétations ayant trait aux recherches archéologiques et fournit un résumé et des renvois aux documents principaux préparés lors du déroulement général des recherches (fiches, fichiers de données, dessins, images, données des carnets de terrain des assistants, etc.)

Les notes de terrain doivent être enregistrées dans un carnet réservé à cette fin, et si nécessaire, peuvent être complétées par des fiches, données et autres médias dont des exemples sont décrits dans la présente section et ailleurs dans le manuel. Tous les formats de carnets de notes sont acceptables (papier ou fichier électronique), mais selon les normes de gestion des collections, une version imprimée sur papier (non acide) à pH neutre doit être produite une fois les travaux terminés.

6.1 PRINCIPES

  1. Les données doivent être entrées dans les carnets de notes de terrain ou sur fiches au cours de chaque journée travaillée.
  2. Si d’autres types d’enregistrement sont utilisés en plus du carnet de notes de terrain (p. ex., fiches), ce dernier demeure normalement la principale source d’information.
  3. Si nécessaire, Il sera possible de reconstituer toutes les autres sources de données de fouille ou de reconnaissance (p. ex. fiches, fichiers de données électroniques) à partir des notes prises dans les carnets de terrain.

6.2 PRATIQUES EXEMPLAIRES

  • Tous les carnets de terrain contenant des données originales de terrain devraient être sur papier à pH neutre de la meilleure qualité pour l’archivage, ou au minimum, des copies sur papier à pH neutre. Pour l’écriture manuscrite, l’impression ou la copie, les encres stables ou les crayons au plomb sont fortement recommandés. Le papier quadrillé de format standard 8,5 sur 11 pouces (ou leur équivalent métrique) est recommandé.
  • Dès que possible, les notes originales de terrain (format papier ou électronique) doivent être expédiées au dépôt approprié, normalement au centre de services de Parcs Canada dont relève le projet. Des copies doivent être envoyées au bureau administratif provincial ou territorial approprié (p. ex., Prince of Wales Northern Heritage Centre) tel que stipulé dans les conditions du permis de recherche archéologique (p. ex., pour les parcs nationaux du Canada non inscrits dans la Gazette officielle).
  • Toutes les notes de terrain manuscrites et les plans dessinés à la main doivent être lisibles et entièrement intelligibles pour les autres chercheurs.
  • En plus d’une écriture lisible, la pratique la plus utile consiste à utiliser des titres et soustitres dans les carnets de notes de terrain. Un carnet de notes de terrain lisible et bien structuré permettra de réaliser les enregistrements subséquents de façon plus efficace.
  • Une table des matières devrait être incluse au début du carnet de notes de terrain (voir figure 6). Idéalement, un index devrait également être inclus dans le cas des grands projets de fouille ou de reconnaissance.
  • Si possible, la transcription manuelle des notes de terrain et des autres données devrait être évitée. Le transfert direct des données est plutôt recommandé afin d’assurer l’intégrité des données et d’éliminer les erreurs de transcription.
  • Tous les fichiers électroniques importants doivent être copiés et stockés dans un endroit sécuritaire dès que possible.
  • Si possible, une copie supplémentaire des données enregistrées, en particulier des fichiers électroniques de données de terrain, devrait être conservée ailleurs que sur le site.
  • Une liste de référence de toutes les données accumulées au cours d’une recherche archéologique devrait être établie, surtout si de nombreux fichiers de données et de nombreuses fiches sont utilisés.
  • Un numéro de personnel de terrain (section 6.3) devrait être attribué à chaque travailleur participant à un projet et une liste de référence incluant les numéros ou les codes et les descriptions. Cette liste serait la responsabilité d’une personne désignée par le responsable de la GRC dans chaque centre de service.

6.3 NUMÉRO DE PERSONNEL DE TERRAIN

Chaque personne enregistrant des données sur le terrain ou en laboratoire devrait recevoir un numéro d’identification porté sur la liste officielle du centre de services de Parcs Canada (p. ex., 137Q= Jane Doe). Ce numéro de personnel de terrain est une référence unique qui identifie la personne, l’année et la région où cette personne a travaillé. Il peut être apposé à toutes les données et notes de terrain. L’utilisation des numéros de chercheurs de terrain réduit le temps requis pour écrire et facilite la gestion des données. Il s’agit également d’un élément clé dans le système de numérotation des catalogues pour les dessins et autres médias.

6.3.1 Numéro de personnel de terrain : composantes

Le numéro de personnel de terrain comprend généralement trois parties. La première partie représente l’année (quatre caractères, aaaa) suivi d’un trait d’union; la seconde partie est un nombre pouvant varier de 1 à l’infini; et finalement le code alphabétique de la région de l’employé (tableau 6), qui s’ajoute au numéro de personnel de terrain de la personne auquel il est assigné. Selon les circonstances, le préfixe correspondant à l’année peut être omis.

Par exemple, un membre du personnel du Centre de services du Québec ayant reçu le numéro 137 en 2004 utiliserait 2004-137Q comme numéro de personnel de terrain dans ses notes et ses données. La liste de référence du Centre de services du Québec indiquerait qu’à 137Q correspond Jane Doe.

Il est à noter qu’au cours des années passées, le numéro de personnel de terrain était normalement éliminé et réattribué après la fin de chaque saison de terrain. Il devait correspondre à un chiffre entre 1 et 99 (une liste de référence était préparée à chaque saison de terrain). Ceci n’est plus obligatoire. Il est plutôt recommandé d’assigner un numéro de personnel de terrain permanent à un individu (p. ex., 137Q) et de maintenir un dossier permanent au centre de services concerné. Au besoin, le préfixe correspondant à l’année peut être ajouté à ce numéro, tel que décrit ci-dessous.

Les centres de services de Parcs Canada ont élaboré plusieurs systèmes de numérotation des employés de terrain qui peuvent différer du système décrit dans Parcs Canada (1978). Même si les centres de services peuvent continuer d’utiliser leurs systèmes respectifs, le modèle suivant, basé sur celui proposé par Parcs Canada en 1978, est recommandé comme pratique exemplaire.

6.3.1.1 Code alphabétique de la région du travailleur

Tel qu’indiqué au tableau 6, les lettres du code régional du travailleur sont utilisées pour identifier les individus à partir d’une liste de référence mise à jour par le centre de services qui administre les projets archéologiques d’une province ou d’un territoire particulier.

Tableau 6. Code alphabétique des travailleurs selon leur région d’origine

Code Région du Canada Province ou territoire
W Ouest Comprend AB, BC
P Prairies et Nord Comprend MB, SK, NT, NU, YK
H Ontario
Q Québec
A Atlantique Comprend NS, NB, PE, NL

Étant donné que certaines listes peuvent changer, d’année en année, les quatre caractères de l’année (aaaa) précèdent parfois les lettres du code régional des travailleurs et le numéro de personnel de terrain, s’il y a lieu.

Exemples

35H
7P
2003-137Q
2004-137Q

6.3.2 Attribution

Les numéros de personnel de terrain sont attribués par la(es) personne(s) responsable(s) de leur administration dans un centre de services de Parcs Canada particulier, avant le début d’un projet de terrain. Avant le début du projet, il faut s’assurer que toutes les personnes qui enregistrent des données sur un site connaissent le numéro qui leur a été attribué.

Le chercheur principal peut décider que les assistants de terrain de statut temporaire (p. ex., les bénévoles) qui ne font pas partie du personnel ou n’ont pas de contrat peuvent utiliser son propre numéro de personnel de terrain, ou encore leur nom au long. Dans tous les cas, le carnet de notes de terrain doit y faire référence en décrivant l’attribution des noms et des numéros de personnel de terrain.

6.4 CARNET DE NOTES DE TERRAIN

Il n’y a pas de format spécifique pour l’enregistrement des données dans le carnet de notes de terrain; le format de ces notes demeure à l’entière discrétion du chercheur principal. Cependant, les directives et procédures suivantes sont recommandées comme pratiques exemplaires.

6.4.1 Carnet de notes de terrain : directives

  • Le carnet de notes de terrain commence par l’établissement des éléments d’organisation du projet en résumant et explicitant les tâches de chaque participant et en indiquant leur nom au long ou leur numéro de personnel de terrain; l’identification de la personne responsable de la vérification des dossiers de données (s’il y a lieu); la liste des fiches et types de dossiers de données utilisés pour le projet, et la confirmation que des copies des données sont faites et la façon dont elles sont préparées (p. ex., quantités de copies, traitement, etc.).
  • La fonction du carnet de notes de terrain consiste à décrire de manière quotidienne l’avancement des recherches archéologiques. Les notes de chaque jour devraient commencer par les noms ou les numéros de personnel de terrain de l’équipe de la journée et les provenances ou aires dans lesquelles ils vont travailler. À chaque fois qu’un nouveau numéro de provenance est attribué, il devrait être enregistré, en indiquant lorsque les membres de l’équipe sont déplacés d’une tâche à une autre.
  • Les notes devraient être explicites à propos des procédures et de la circulation des données et des objets archéologiques dans le bureau de terrain ou le camp, et devraient être complétées par le chercheur principal ou son délégué. Toutes les données du projet, qu’elles soient écrites ou consignées dans des fichiers électroniques, doivent être mentionnées dans le carnet de notes de terrain.
  • La stratégie de fouille ou de reconnaissance employée par l’archéologue doit être indiquée de même que les notes décrivant l’avancement des travaux. Les changements affectant les hypothèses d’interprétation et le raisonnement sous-jacent devraient être notés.
  • Le carnet de notes de terrain devrait être utilisé pour enregistrer la production de tout dossier ou fichier de données consigné séparément qui doit faire partie intégrante des données archéologiques (p. ex., plan numérisé et fichiers SIG, vidéo numérique ou analogique, données bathymétriques à faisceaux multiples).
  • Le carnet de notes de terrain est une source pour tous les processus de vérification et de corrections d’erreurs, bien que tout ce qui est indexé dans le carnet n’y est pas forcément enregistré au long (p. ex., fichiers de radar pénétrant, fichiers de données GPS ou dessins complets peuvent tous se trouver à l’extérieur du carnet de notes de terrain).
  • Le carnet de notes de terrain peut également servir de journal quotidien pour la personne qui le rédige. Par exemple, le chercheur principal ou son délégué, peuvent ajouter toutes les notes et références destinées au carnet de notes de terrain au journal des enregistrements quotidiens.
  • Une liste officielle de tous les dossiers, fichiers de données, numéros de personnel de terrain, etc. produits au cours d’un projet archéologique devrait être incorporée au carnet de notes de terrain. Un seul individu désigné responsable devrait inscrire les données relatives à l’ensemble des données enregistrées sur la liste officielle, qui peut être incorporée dans une section distincte du carnet de notes de terrain. Le chercheur principal assume généralement cette fonction, mais celui-ci peut déléguer cette responsabilité à une autre personne selon les exigences du projet.

6.4.2 Page

Au haut de chaque page du carnet de notes de terrain sont inscrits le numéro de page et la date des notes prises sur cette page. Le numéro de page est normalement inscrit sur le coin supérieur droit de la page, et comprend le numéro de personnel de terrain incluant l’année, le trait d’union et le numéro de page selon la séquence.

Exemple

La trente-troisième page de notes écrites en 2004 par l’employée de terrain numéro 137Q (Jane Doe) du Centre de services du Québec se lit « 2004-137Q-33 ».

6.4.3 Date

La date complète est entrée en caractères numériques dans le coin supérieur gauche de chaque page, en utilisant le format suivant : aaaa-mm-jj. Le nombre doit être complet (pas d’abréviations).

Exemple

Le trente et unième jour du mois de mai 2004 s’écrit 2004-05-31.

6.4.4 Renvoi aux notes de terrain d’autres employés

Chaque jour, les numéros de pages en cours du carnet de notes de chaque membre de l’équipe doivent être indiqués dans le carnet de notes de terrain du chercheur principal (ou de son délégué).

6.4.5 Provenance

À chaque fois qu’un nouveau numéro de site est attribué, l’information doit être inscrite dans le carnet de notes de terrain ou sur une fiche d’enregistrement identifiée dans le carnet de notes conformément aux normes d’attribution pour l’enregistrement des sites. Lorsqu’un nouveau numéro d’opération est attribué, la définition de cette opération ainsi que la justification de son attribution doivent être inscrites dans le carnet de notes de terrain (voir section 4.0). Lors de la création d’une nouvelle sous-opération ou d’un lot, une mention à cet effet doit être faite dans le carnet de notes de terrain et comprendra une référence à toutes les fiches, cartes ou autres médias produits. Tous les dossiers des provenances doivent être associés aux normes minimales identifiées à la section 4.12 du manuel. Toutes les notes sur la provenance doivent être détaillées, quel que soit le média utilisé (papier, données numériques, etc.)

6.4.6 Images

Pour chaque image prise (impression, diapositive ou image numérique), l’enregistrement complet est effectué sur la fiche de catalogue d’images ou dans le carnet de notes de terrain. Une description des normes d’enregistrement des données et des images ainsi que les procédures pour l’établissement de catalogues d’images se trouvent à la section 7.0.

6.4.7 Dessins, cartes et autres médias

Les dessins pour illustrer quelque sujet abordé dans les notes de terrain peuvent se trouver partout dans le carnet de notes de terrain. Chaque esquisse doit inclure une échelle (p. ex., 1:15) ou indiquer que le dessin n‘est pas à l’échelle, une flèche indiquant le Nord (en précisant s’il s’agit du nord du quadrillage, du nord géographique ou magnétique) ou toute autre référence aux points cardinaux ainsi qu’une légende pour les symboles utilisés dans le dessin.

On doit mentionner dans le carnet de notes de terrain lorsqu’un dessin (carte, plan ou coupe) a été réalisé ailleurs que dans ce carnet de notes. Le dessin de terrain doit être au moins identifié par certains éléments essentiels décrits à la section 8.0.

Les normes et exigences relatives aux dessins, cartes et autres médias de même que les procédures pour la préparation de catalogues de dessins et d’autres médias sont décrites à la section 8.0. Des exigences supplémentaires sont résumées dans le Guide d’utilisation de la fiche d’inventaire des sites archéologiques de Parcs Canada (annexe A).

Certains outils électroniques (appareils de télédétection, caméras vidéo numériques, etc.) comportent leurs propres formats d’enregistrement internes. Une mention doit être inscrite dans le carnet de notes de terrain lorsque de tels appareils sont utilisés. Tous les numéros d’identification attribués par ces appareils doivent être identifiés dans le carnet de notes de terrain et tous les fichiers de données numérisées produits doivent être enregistrés. Les métadonnées pour les appareils numériques devraient être conservées dans le carnet de notes de terrain ou sur des fiches identifiées dans le carnet de notes de terrain. Voir la section 8.4 pour les exigences minimales relatives aux données et métadonnées dans le cas des « autres médias ».

6.4.8 Fiches d’enregistrement

À chaque fois qu’une fiche d’enregistrement est utilisée pour consigner des données ailleurs que dans le carnet de notes de terrain, cela devrait être mentionné dans celui-ci selon les procédures résumées à la section 8.0. Des exemples de fiches et des guides d’utilisation qui y sont associés sont fournis aux annexes A à F :

  • Fiche d’inventaire des sites archéologiques et Guide d’utilisation (annexe A);
  • Fiche de catalogue d’images et Guide d’utilisation (annexe B);
  • Fiche de catalogue de médias et Guide d’utilisation (annexe C);
  • Fiche de résumé de sous-opération (annexe D);
  • Fiche de résumé de lot et Guide d’utilisation (annexe E);
  • Fiche de résumé de la stratigraphie et Guide d’utilisation (annexe F).

6.4.9 Échantillons

On doit indiquer dans le carnet de notes de terrain lorsqu’un échantillon de sol, de charbon, de matériau de construction ou de toute autre substance est prélevé.

6.4.10 Conventions pour l’attribution des noms de fichiers électroniques

Il est fortement recommandé de suivre des conventions pour nommer les fichiers pour tous les fichiers de données électroniques produits dans le contexte d’un projet, comme par exemple les dessins numérisés ou même les notes de terrain. Une telle procédure facilitera la recherche et rendra plus accessibles les fichiers électroniques et améliorera la gestion et l’archivage des données.

Si possible, les numéros de catalogue des médias, dessins ou objets archéologiques doivent être utilisés. L’extension à trois caractères alphabétiques des noms de fichiers permet de compléter l’enregistrement et de faciliter l’extraction et la gestion des fichiers (p. ex., en utilisant des filtres).

Exemple

5H-2004-101H-D1.tiff

La même approche peut être utilisée pour les dossiers électroniques. On doit choisir une étiquette ou un titre de dossier significatif pouvant être compris facilement par les autres chercheurs. Consulter le centre de services de Parcs Canada pour déterminer si des conventions locales pour nommer les fichiers et les dossiers ont déjà été adoptées.

6.5 RÉSUMÉS

À moins d’utiliser des fiches de résumé, après l’achèvement de parties distinctes de la fouille ou de la reconnaissance, un résumé des résultats devrait être enregistré dans le carnet de notes de terrain afin de rassembler et interpréter toutes les données pertinentes. Les résumés des lots, sous-opérations et opérations, de même que les structures, aires, couches stratigraphiques et corrélations lot-stratigraphie devraient figurer dans le carnet de notes de terrain. Les exigences générales ayant trait aux résumés sont présentées ci-dessous. Les détails relatifs aux données sur la provenance et les éléments relatifs aux métadonnées sont résumés à la section 4.12 (Données et métadonnées : normes pour la provenance).

6.5.1 Résumé d’opération

Inscrire la logique d’attribution du numéro d’opération, l’étendue et l’emplacement de l’aire ainsi définie en termes de coordonnées et de nombre de sous-opérations qu’elle renferme.

6.5.2 Résumé de sous-opération

Inscrire la logique d’attribution du numéro de sous-opération, l’étendue et l’emplacement de l’aire ainsi définie en termes de coordonnées et d’altitude du niveau du sol original dans chaque coin et à la base de la partie fouillée, et le nombre de lots qu’elle renferme. Un exemple de fiche de résumé de sous-opération se trouve à l’annexe D comme solution de rechange ou supplément aux notes de terrain.

6.5.3 Résumé de lot

Inscrire la logique d’attribution du numéro de lot, ainsi que la profondeur sous la surface ou l’altitude dans tous les coins ou au centre. Un exemple de fiche de résumé de lot se trouve à l’annexe E comme solution de rechange ou supplément aux notes de terrain.

6.5.4 Résumé de structure/aire

Identifier les structures et les aires d’activités, leur forme générale et leurs dimensions ainsi que toutes les subdivisions qu’elles renferment. De plus, décrire tous les éléments structuraux ou les aménagements constituants, en incluant les dimensions significatives, les matériaux et les méthodes de construction, les relations de la structure avec les autres structures identifiées sur le site et inclure d’autres propositions d’interprétation possibles lors de l’achèvement de la fouille ou de la reconnaissance.

6.5.5 Résumé de stratigraphie (couche/événement)

Identifier l’unité stratigraphique en incluant la description détaillée du sol (p. ex., type de sol, texture, couleur et inclusions). Décrire aussi l’étendue de la strate et sa relation avec d’autres strates et structures. Un exemple de fiche de résumé de stratigraphie se trouve à l’annexe F comme solution de rechange ou supplément aux notes de terrain.

6.6 TABLE DES MATIÈRES

Une fois le carnet de notes de terrain entièrement rempli, une table des matières devrait être créée. Cette table devrait d’abord être organisée par numéro de provenance puis par sujet (p. ex., aménagement, structure, aire, couche, etc.), et accompagnée du numéro de page correspondant (voir fig. 6). La table des matières devrait être insérée au début du carnet de notes de terrain, mais ne doit pas nécessairement être paginée. Si un carnet de note de format électronique est utilisé (p. ex., traitement de texte), la table des matières peut être produite automatiquement. Une autre méthode consiste à créer un tableau tel qu’illustré à la figure 6. Cette méthode permet de passer d’une cellule à l’autre à l’intérieur du tableau. Un tableau semblable ou une méthode équivalente peuvent être adaptés pour l’enregistrement dans un carnet de notes manuscrites.

3K Table des matières [Exemple] 2004-7P-1
SUJET DESCRIPTION PAGE
3K12 Déroulement des sous-opérations 2004-7P-3
3K12A1 4
3K12A2 5
3K12B1 6
3K12C1 7
3K12D1 8
3K12A3 9
3K12B2 10
3K12B3 11
3K12A Notes sur la stratigraphie 12, 13
3K12 Notes sur les altitudes et les coordonnées 14, 15
Puits 16, 17
18, 19
20, 21
3K12C2 21 à 26
3K12B Notes sur la stratigraphie 27, 28
Latrines 29, 30
30, 31
3K12D Notes sur la stratigraphie 33, 34
3K13 Déroulement des sous-opérations 35
3KA1 36
3K13B1 37
3K13C1 38 à 40
3K12C Notes sur la stratigraphie 41, 42
3K13A2 43
3K13B2 44
3K13B3 45
3K13A3 46
3K12 Notes sur la photographie 47, 48
3K13C Notes sur la stratigraphie 49

Figure 6. Exemple de Table des matières d’un carnet de notes de terrain

< Page précédente  | Table des matières  | Page suivante >