La recherche archéologique subaquatique des navire perdus de Franklin : le lieu historique national du HMS Erebus et du HMS Terror

Expédition Franklin

Provisions à emporter en expédition : absolument tout!

Lorsque Franklin et Crozier partent en expédition en 1845, la Royal Navy a déjà acquis une certaine expérience de l'exploration des extrémités nord et sud de la planète, et elle a équipé les navires et les marins en fonction du climat polaire. La proue du HMS Erebus et du HMS Terror a été renforcée à l'aide de plaques de fer, et des poutres de soutien de 10 po (25 cm) ont été ajoutées à l'intérieur des parois de la coque pour la protéger de la pression écrasante créée par la banquise. L' Erebus a également été renforcé à l'aide d'entretoises de fer installées en diagonale dans sa coque. Les deux bâtiments ont été équipés d'un dispositif de propulsion à la vapeur pour les aider à naviguer dans la glace. Dans le cas de l' Erebus , une locomotive de type « Planet » de 15 tonnes et de 25 chevaux-vapeur a été achetée à la London & Greenwich Railway. Ses roues ont été démontées, et elle a été installée dans la cale du navire. Le Terror a quant à lui été équipé d'une locomotive de 20 chevaux-vapeur, mieux adaptée aux petites dimensions du navire. Chaque bâtiment est muni d'une hélice propulsive et d'un gouvernail spécialement conçus qui peuvent être escamotés à l'intérieur de la coque pour éviter qu'ils ne soient endommagés par la glace. D'autres appareils de pointe ont également été installés pour accroître le confort des officiers et de l'équipage. Des dispositifs de dessalement intégrés aux poêles « Fraser » dans la cuisine et reliés à une grande cuve au-dessus de la cuisine transforment l'eau de mer en eau douce. Les navires doivent absolument être en mesure de produire de grandes quantités d'eau douce, car les moteurs à vapeur, lorsqu'ils sont en fonction, consomment près d'une tonne métrique d'eau à l'heure. Une chaudière tubulaire, également conçue par Fraser, est installée dans chaque navire et fait circuler l'eau chaude dans des tuyaux afin de chauffer l'intérieur des cabines d'équipage.

Les membres de l'expédition sont également équipés d'un appareil photographique daguerréotype afin de documenter leurs découvertes. Inventé seulement quelques années auparavant, le daguerréotype prend des photos au moyen d'une réaction chimique qui fixe l'image sur une plaque d'argent. Les deux navires emportent aussi une bibliothèque de plus de 2 900 livres, notamment des manuels techniques, les comptes rendus d'explorations antérieures, des bibles et d'autres ouvrages religieux, les pièces de Shakespeare, des publications à succès comme le magazine Punch , et l'œuvre de Charles Dickens. Des pupitres en acajou ont été installés pour les officiers, et des fournitures scolaires servent à l'instruction des marins. Les navires emportent également des instruments pour faire des recherches en géologie, en botanique et en zoologie ainsi que pour prendre des mesures magnétiques. Chacun est aussi muni d'un orgue de Barbarie pouvant jouer 50 mélodies différentes, dont dix hymnes, pour divertir l'équipage.

Le HMS Erebus et le HMS Terror emportent des vivres pour trois ans, la durée prévue de la mission : plus de 61 000 kg de farine, 29 000 kg de bœuf et de porc salé, 4 200 kg de chocolat, 16 700 kg de spiritueux, 900 litres de « vin pour les malades », 1 069 kg de thé, 4 200 kg de jus de citron (pour prévenir le scorbut), 91 kg de poivre et 8 000 boîtes de conserve contenant de la viande, de la soupe et des légumes. Ils partent également avec 3 200 kg de tabac, 1 650 kg de savon, 1 225 kg de chandelles et des dizaines de couvertures en peau de loup.

Après la première expédition désastreuse qu'il avait effectuée dans l'Arctique de 1819 à 1822, pendant laquelle l'équipage avait souffert de la faim, Franklin croit que les explorateurs qui se rendent dans cette région doivent être autosuffisants plutôt que d'essayer de trouver de la nourriture sur place. L'expédition de 1845 de Franklin est l'exemple parfait du concept selon lequel il faut tout emporter avec soi!

Références :

  • WILSON, John. John Franklin: Traveller on Undiscovered Seas , Montréal, XYZ Pub., 2001.
  • BEATIE, Owen Beverly. Frozen in time: Unlocking the Secrets of the Franklin Expedition, Saskatoon, Western Producer Prairie Books, 1988.
  • PAINE, Lincoln P. Ships of the World: An Historical Encyclopedia , Boston, Houghton Mifflin Co, 1997.
  • MOORE, Charles. « Irish-Canadian Franklin Search Expedition, 2004, Report of Field Survey Results », Maritime Heritage Consulting, Vancouver, 2004.
  • LYON, David. The Sailing Navy List. All the Ships of the Royal Navy - Built, Purchased and Captured - 1688-1860 , Conway Maritime Press, Londres, 1993.