La recherche archéologique subaquatique des navire perdus de Franklin : le lieu historique national du HMS Erebus et du HMS Terror

Expéditions passées

Expédition 2010

En 1992, le gouvernement du Canada a déclaré les épaves comme lieu historique national du Canada. Cette désignation est le fait de leur association avec la dernière expédition de Franklin, par son rôle dans l'histoire de l'exploration du nord canadien et du développement du Canada en tant que nation.

Un protocole d'entente (PE) a été signé en août 1997 entre la Grande-Bretagne, en tant que propriétaire des navires, et le Canada, en tant que nation dans les eaux de laquelle les navires ont fait naufrage. Si on les découvre, le PE attribue au Canada le contrôle de l'enquête sur le terrain, de l'excavation ou de la récupération des deux épaves ou de leur contenu. Mandaté pour protéger et mettre en valeur les sujets déclarés d'importance nationale, Parcs Canada a été désigné en tant qu'organisme fédéral responsable de la recherche et de la conservation subséquente des navires.

La recherche des navires HMS Erebus et HMS Terror se révèle extrêmement complexe en raison de l'étendue et des dures conditions de l'Arctique, en plus des diverses interprétations de l'expédition perdue de Franklin. Même si de nombreuses tentatives pour retrouver les HMS Erebus et HMS Terror ont échoué à ce jour, une zone générale de recherche a été établie en se fondant sur une interprétation particulière s'appuyant sur les connaissances des Inuits.

H.M.S. Terror au lever du soleil Dessin illustrant la position du HMS Terror au lever du soleil le 14 juillet 1837
Bibliothèque et Archives Canada/Album de Mary Montagu/C-006125

Le Service d'archéologie subaquatique (SAS) de Parcs Canada dirigera pour une deuxième saison l'exploration archéologique de recherche du HMS Erebus et du HMS Terror, au large de la côte du Nunavut, qui sera menée vraisemblablement du 6 au 31 août 2010. La première expédition a été effectuée en août 2008. Cette expédition canadienne constitue un projet de collaboration entre Parcs Canada, le Service hydrographique du Canada (SHC), la Garde côtière canadienne et le gouvernement du Nunavut. Ce partenariat s'accompagne d'une vaste expertise et permettra inévitablement de trouver de nouveaux éléments d'information qui viendront enrichir le corpus de recherches sur le sort de ces navires. L'expédition durera environ trois semaines. Une troisième expédition est provisoirement prévue à l'été de 2011, si cela s'avère nécessaire.

En août 2008, la première expédition a mené à l'établissement de cartes marines d'un corridor d'approche de 65 km de long depuis le principal chenal de navigation jusqu'à la zone ciblée, garantissant un accès sécuritaire à l'équipe de recherche et permettant de préparer le terrain pour les saisons ultérieures. Les objectifs du SHC pour les projets de 2008 et 2010 consistaient entre autres à faire une reconnaissance bathymétrique de la zone de recherche ainsi que des levés de corridor des principales routes de navigation du passage du Nord-Ouest. Le SHC a réalisé un nombre important de travaux de reconnaissance en 2008, notamment le positionnement de précision des aides à la navigation des rives, les mesures des marées et la cartographie hydrographique. Le personnel du SAS de Parcs Canada soutiendra le SHC dans ces travaux.

Navire de la Garde côtière canadienne Navire de la Garde côtière canadienne Sir Wilfrid Laurier, un navire du Service hydrographique du Canada au premier plan. Recherche de 2008 du HMS Erebus et du HMS Terror
© Parcs Canada

Pour l'aider dans ses recherches, l'équipe d'expédition se servira d'un sonar latéral, qui permet de recueillir des images acoustiques et peut couvrir une vaste zone de recherche. Si les épaves sont trouvées, toutes les futures recherches archéologiques seront à nouveau dirigées par Parcs Canada. L'expédition est menée à partir du NGCC Sir Wilfrid Laurier, un brise-glace de la Garde côtière canadienne.

Les HMS Erebus et HMS Terror ont une importance historique et culturelle pour les Inuits locaux, qui font référence dans leur histoire orale à l'un des navires, qui aurait été aperçu au nord-ouest de la presqu'île Adélaïde avant qu'il ne coule. L'équipe de l'expédition a travaillé en étroite collaboration avec les Inuits pour réaliser la recherche et pour la planifier. On estime que la clé qui ouvrirait la voie à la découverte des HMS Erebus et HMS Terror se trouve dans la recherche et dans l'histoire orale des Inuits.

La découverte de l'une ou l'autre, ou encore des deux épaves, ou de leur contenu, donnerait des renseignements sans précédent sur la recherche du passage du Nord-Ouest, l'exploration du Nord canadien et le sort de sir John Franklin, des HMS Erebus et HMS Terror et de leur équipage : tous des éléments cruciaux de l'histoire commune du Canada et de la Grande-Bretagne.