Expéditions 2010 dans l'Arctique

Notes prises sur le terrain

Mise à jour : Projet de redécouverte du HMS Investigator

août 2010

Ryan Harris et Jonathan Moore
Service d’archéologie subaquatique
Parcs Canada

L’étude archéologique de l’épave du HMS Investigator s’est poursuivie pendant le reste du projet, malgré une couche de glace persistante sur la baie Mercy et des vents forts du nord et du sud. Les travaux ont dû être interrompus pendant deux jours à la suite de la découverte de l’épave, en raison de la couche de glace, mais l’équipe a ensuite été en mesure d’enregistrer d’autres images détaillées de l’Investigator à l’aide d’un sonar à balayage latéral.

L’étape suivante consistait à faire des observations visuelles de l’épave, ce qu’ont entrepris Ryan Harris et Jonathan Moore lors d’une inspection en plongée libre. Même si les membres du Service d’archéologie subaquatique n’avaient pas emporté d’équipement de plongée autonome (principalement en raison des limites de poids imposées par le transport aérien), ils avaient tout de même avec eux des combinaisons étanches et du matériel de plongée libre, notamment des cagoules, des mitaines, des palmes, des masques et des tubas. La plongée libre a permis, pour la première fois, de confirmer visuellement le degré exceptionnel de conservation de l’épave. Un des moments forts du projet a été lorsque l’équipe a emmené le ministre Prentice faire de la plongée libre au-dessus de l’Investigator, alors que des floes de glace parsemaient encore la baie. Il s’est muni d’une combinaison étanche et d’autres pièces d’équipement, et pendant qu’il se tenait au bateau pneumatique, l’équipe a été en mesure de le diriger au-dessus de l’Investigator à deux reprises, d’où il a pu très bien voir l’épave, de la proue à la poupe. L’exploration de l’épave par des archéologues de Parcs Canada devra attendre le levé de suivi prévu.

Ensuite, une série de plongées à l’aide de véhicules téléguidés ont été menées pendant deux jours et ont permis de couvrir toute l’épave. Ces plongées ont donné des images remarquables, mises en évidence dans les séquences vidéo publiées sur le présent site Web. Il convient tout particulièrement de remarquer les images de la poupe de l’Investigator, où l’on peut voir une échelle de tirant d’eau, des fixations pour le gouvernail et des pièces du revêtement en cuivre de la coque. D’autres images montrent les amortisseurs en bois du navire, conçus pour absorber le choc de la glace, et les plaques de fer qui protégeaient sa proue. Le ministre Prentice et des membres de l’équipe ont été en mesure d’examiner les images vidéo une fois de retour sur le rivage et de partager les résultats des plongées des véhicules téléguidés avec le reste de l’équipe de projet. Fait intéressant, Ryan a été en mesure de comparer les images captées par le véhicule téléguidé avec des copies numériques de plans en couleurs de l’Investigator, que possède le National Maritime Museum, en Angleterre. Ces plans détaillés ont été réalisés en 1848 par des charpentiers de marine de la Royal Navy avant le départ de l’Investigator en 1850; ils montrent les modifications qui ont été apportées au navire pour l’exploration de l’Arctique.

Restait une dernière étape à réaliser avant la fin du projet. Alors qu’une couche de glace s’apprêtait à recouvrir à nouveau la baie Mercy, les membres du Service d’archéologie subaquatique ont soigneusement cartographié, avec un sonar à balayage latéral, le plancher sous-marin entourant l’épave. Ce travail visait à chercher des sections détachées du navire, des parties du gréement ainsi que les ancres du bateau. Il visait également à délimiter tout champ de débris plus vaste.

L'équipe de Parcs Canada durant une tempête à la fin du projet : (dernière rangée, à bord du bateau, de gauche à droite) Ryan Harris, Jonathan Moore, Thierry Boyer; (première rangée, de gauche à droite) Mervin Joe, Joe Kudlak, Henry Cary, John Lucas, Letitia Pokiak
L'équipe de Parcs Canada durant une tempête à la fin du projet : (dernière rangée, à bord du bateau, de gauche à droite) Ryan Harris, Jonathan Moore, Thierry Boyer; (première rangée, de gauche à droite) Mervin Joe, Joe Kudlak, Henry Cary, John Lucas, Letitia Pokiak
© Edward Eastaugh

Durant les deux derniers jours du projet, le camp a été touché par des vents violents, venant d’abord du nord, puis du sud. Comme les rafales menaçaient de souffler toutes les tentes, ces dernières ont été lestées avec tout le matériel lourd dont disposait l’équipe, dont des barils remplis de pierres, des moteurs hors-bord, du gros équipement sonar et l’ancre du bateau. Le vent a fini par se calmer, et les membres de l’équipe ont été transportés par hélicoptère au refuge Polar Bear, d’où ils ont pris un avion Twin Otter le 4 août 2010.