Guerre de 1812 - activités éducatives

Le langage des fortifications

PDF version
(184 Kb,
2 pages)

Le fort Wellington a été construit à Prescott, Ontario, pendant la guerre de 1812, pour défendre le corridor du fleuve Saint-Laurent contre une attaque américaine. À l'époque, le Saint-Laurent était la principale « artère » menant dans le Haut-Canada et Prescott était un important point d'arrêt pour les troupes et les marchandises en transit dans les Grands Lacs. Les cours d'eau à la frontière des États-Unis étaient des zones de combat importantes, non seulement parce que l'ennemi était proche, mais aussi parce que celui-ci s'en servait souvent pour ses déplacements. Le fort Wellington fit feu sur les troupes américaines qui descendaient le fleuve pour aller attaquer Montréal à l'automne de 1813. L'avance américaine fut stoppée à la bataille de la ferme Crysler, qui eut lieu près de Morrisburg, le 11 novembre 1813. De nos jours, le fort Wellington préserve des éléments du premier bâtiment construit pendant la guerre de 1812, ainsi que des bâtiments érigés suite aux rébellions de 1837 au Canada.

Cette activité peut être faite individuellement ou en groupe.

Pour parler des défenses du fort Wellington, francophones et anglophones utilisent beaucoup de mots français. Le fort a été construit par les Britanniques pendant la guerre de 1812 à partir d'un plan français, ce qui explique l'utilisation de ces mots.

Devinez quels éléments du fort sont décrits ci-après et inscrivez le numéro correspondant sur la photo du fort.

1. La fraise
Cet élément de fortification ressemble à la collerette verte de la queue d'une fraise; on pourrait aussi le comparer à un collet à pointes (une fraise) entourant le fort. Le voyez-vous sur la photo?

2. Le glacis
Cet élément tire son nom du fait qu'il est plat et lisse comme de la glace. Pouvez-vous repérer les étendues de terrain les plus lisses autour du fort?

3. Les épaulements
Les deux murs de terrassement reposent sur les « épaules » du fort. Un indice : imaginez que la zone triangulaire de la porte, au haut de la photo, forme la « tête » des fortifications.

4. La caponnière
Cette « cage à chapons » (ou à poulets) n'a pas été construite pour les poules! Elle servait à protéger les soldats quand ils tiraient dans le fossé autour du fort.