Secrétariat des affaires autochtones (SAA)

Travailler Ensemble : Nos Histoires

Meilleures pratiques et leçons retenues en engagement autochtone

Conclusion

Parcs Canada apprécie énormément les partenariats uniques qu’elle a réussi à créer avec les peuples autochtones au cours des dernières décennies. Le fait de travailler en étroite collaboration avec ces partenaires nous aide à prendre des décisions éclairées quant à la façon de protéger, de mettre en valeur et d’utiliser nos ressources naturelles et culturelles. Travailler en partenariat avec les Premières nations, les Inuits et les Métis pour administrer les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et le aires marines nationales de conservation et faire connaître les cultures autochtones améliore considérablement les expériences de séjour dans ces lieux du patrimoine.

Aurores boréales dans le parc national du Canada Elk Island Aurores boréales dans le parc national du Canada Elk Island
© Parcs Canada / Alan Dyer

Partout au pays, de nouveaux liens se créent et d’autres qui existent depuis longtemps retrouvent une certaine vigueur. La gestion coopérative avec les peuples autochtones est une pratique courante à Parcs Canada et les membres de ces comités travaillent de concert avec nous au moment de prendre des décisions importantes concernant la planification et le mode de fonctionnement d’un parc. Ces liens nous aident à mieux collaborer ensemble et à mieux comprendre nos intérêts communs, ce qui nous amène à élaborer des projets spécifiques axés sur la réconciliation et le rétablissement des liens.

Citation : « Les sites gérés par Parcs Canada sont généralement situés dans des endroits qui revêtent une importance toute spéciale pour les peuples autochtones et, sans nier l’importance de ce que l’on apprend en classe, rien ne saurait remplacer l’apprentissage par l’expérience dans un lieu qui est/était tout à fait particulier non seulement pour les Autochtones, mais pour tous les gens du Canada. Voir les aînés, les jeunes et tous ceux qui se situent entre ces deux âges se côtoyer, apprendre et enseigner aux côtés des employés de Parcs Canada a imprimé dans mon esprit une image inoubliable, et m’inspire de l’espoir pour l’avenir de nos lieux si spéciaux. ». - Fred Johnstone, Northern Native Broadcasting Yukon
Protégeons notre patrimoine

Les peuples autochtones sont des partenaires uniques en ce qui a trait à la protection des ressources naturelles et culturelles, qu’il s’agisse de préserver des mats totémiques en Colombie-Britannique ou des espèces de poissons au Canada atlantique, ou de nettoyer d’anciens lieux de sépulture dans un cimetière ancestral dans le nord de l’Alberta. Chacun contribue à sa façon. Ainsi, l’un aura des connaissances sur les plantes médicinales du Canada atlantique, un autre de l’expertise quant à la façon de contrôler les populations de cerf de Virginie, afin de contribuer à rétablir l’équilibre écologique en Ontario, un autre des connaissances inuites qui permettent d’améliorer la surveillance et l’encadrement exercés par Parcs Canada dans les vastes parcs éloignés du Nunavut, dans un milieu en évolution, un autre une tradition orale contribuant à reconnaître l’importance historique d’une personnalité autochtone.

Améliorer l’expérience de séjour
Le camp de base, à la nuit tombée Le camp de base, à la nuit tombée
© Parcs Canada

Faire état des cultures des peuples autochtones à l’intention des 22 millions de visiteurs qui se rendent chaque année dans les parcs nationaux, les lieux historiques nationaux et les aires marines nationales de conservation du Canada contribue grandement à améliorer les expériences de séjour. Les occasions de partager les récits et les différentes cultures des peuples autochtones sont nombreuses : expositions, panneaux d’interprétation, expériences pratiques, etc. Au camp de base kANGIDLUASUk dans le parc national du Canada des Monts-Torngat dans la péninsule du Labrador, et durant le projet pilote Artiste résident dans le lieu historique national du Canada de Port-au-Choix, les visiteurs ont eu l’occasion de découvrir la culture inuite grâce aux récits que les gens ont bien voulu partager. Dans le lieu historique national du Canada York Factory, les Cris sont en train de rétablir les liens avec un lieu où leur patrimoine et leur passé sont fortement ancrés, tandis que dans la réserve de parc national du Canada de l’Archipel-de-Mingan, un rêve vieux de vingt-cinq ans déjà, celui de construire un centre d’accueil où jeunes et moins jeunes pourront se rassembler, est en train de se réaliser.

Ceinture fléché Métis, lieu historique national du Canada de Batoche Ceinture fléché Métis, lieu historique national du Canada de Batoche
© Parcs Canada

Cette culture du partage contribue à perpétuer les traditions, les cultures et les langues des Premières nations, des Inuits et des Métis, tout en permettant aux visiteurs de mieux apprécier et de mieux comprendre cette riche histoire. Les partenariats sont enrichissants et nous permettent de partager nos connaissances, nos expériences, nos forces et nos ressources collectives. Mais la première étape consiste à créer des liens qui reposent sur la confiance et le respect mutuels. Cela prend du temps, de la patience, de la souplesse et une ouverture d’esprit face à de nouvelles idées, de nouvelles possibilités.

Faire participer les groupes autochtones dès le début d’un projet permet à tous les intervenants d’avoir leur mot à dire concernant la façon dont un lieu est mis en valeur et protégé, et la façon dont les histoires sont transmises. Les peuples autochtones auront ainsi des liens uniques avec Parcs Canada et souhaiteront certainement poursuivre sur cette lancée.

Travailler en collaboration pour la réussite d’un projet renforce les liens, permettant ainsi à Parcs Canada de mieux préserver, protéger et mettre en valeur les parcs et lieux historiques nationaux pour tous les Canadiens et Canadiennes, de même que pour les visiteurs internationaux, et pour les générations futures.

Page précédente | Table des matières