Certaines plantes qui croissent dans le parc urbain national de la Rouge peuvent être dangereuses. Apprenez à les identifier et à les éviter.


Herbe à puce
Herbe à puce

Des colonies d’herbe à puce sont souvent observées en bordure des sentiers du parc. Le contact avec la plante entraîne le transfert sur la peau d’une résine appelée urushiol, ce qui cause une éruption cutanée accompagnée de démangeaisons et l’apparition de cloques. L’herbe à puce peut être identifiée par la forme de ses feuilles, divisées en trois folioles, la foliole du centre ayant une tige plus longue que celle des deux folioles latérales. L’herbe à puce peut pousser en petites colonies sur le sol ou grimper comme une vigne le long de troncs d’arbres ou d’arbustes ou sur des poteaux. Les feuilles de la plante sont rougeâtres au printemps, vertes en été, et rouges, orange ou jaunes à l’automne. Pour éviter tout contact avec l’herbe à puce, demeurez sur les sentiers et tenez votre chien en laisse afin de réduire le risque de transfert de la résine toxique de la fourrure de votre chien à votre peau.


Grande ortie
Grande ortie

La grande ortie est couverte de minuscules poils creux appelés trichomes. Ces trichomes se détachent lorsque vous vous frottez à la plante et agissent comme de petites aiguilles qui injectent une substance chimique dans votre peau, ce qui cause une douloureuse sensation de brûlure. La grande ortie peut atteindre un mètre de hauteur et a des feuilles dentelées, ovoïdes ou en forme de cœur, qui poussent en paires opposées le long de la tige de la plante. Demeurez sur les sentiers du parc pour éviter tout contact accidentel.


Berce laineuse
Berce laineuse

La sève de cette plante contient une phototoxine qui réagit avec les rayons UV. Elle peut causer une éruption cutanée si elle entre en contact avec votre peau lorsque vous êtes au soleil. La berce laineuse peut atteindre un à trois mètres de haut et se caractérise par des grappes de petites fleurs blanches, des tiges épaisses et de grandes feuilles composées.