Version PDF de ce document (262 Kb)

1. Protection sans précédent dans l’histoire de la Rouge – aucun parc urbain au monde n’est aussi bien protégé

Vue de la ville de Toronto à partir du parc urbain national de la Rouge

C’est bien simple, il n’y a pas d’autre parc urbain sur la planète qui bénéficie de mesures de protection aussi poussées que celles proposées pour le parc urbain national de la Rouge.

2. Mesures permanentes d’application de la loi permettant d’assurer l’entière protection de la faune, des écosystèmes, des paysages culturels, des eaux, des fossiles et des artéfacts

Pour la première fois dans l’histoire de la Rouge, des gardes seront présents à l’année longue dans le parc pour appliquer la loi et empêcher le braconnage, les déversements, la pollution et les autres méfaits. Les gardes vont patrouiller le parc et collaborer avec la police locale pour appliquer différentes mesures visant à assurer la sécurité des visiteurs et la protection des terres agricoles et des autres ressources du parc. Également pour la première fois dans l’histoire de la Rouge, les activités néfastes comme le braconnage, la pollution, les déversements, le vol de fossiles, le harcèlement de la faune, la chasse et l’extraction minière seront directement et expressément interdites en vertu de la Loi sur le parc urbain national de la Rouge.

3. Accent mis sur la remise en état des écosystèmes indigènes, de la faune et des paysages

Un oiseau dans un marais dans le parc urbain national de la Rouge

Alors que plus de 75 % du territoire actuel du parc a été modifié ou perturbé, Parcs Canada s’est engagé à remettre en état les écosystèmes indigènes de la Rouge, y compris les forêts caroliniennes, les marais et les prés. De concert avec des municipalités, des groupes environnementaux et des agriculteurs locaux, Parcs Canada a déjà amorcé des projets de remise en état visant à réintroduire des tortues menacées d’extinction, à faciliter la traverse des routes par la faune du parc et à améliorer la santé des terres humides agricoles.

4. Solide programme scientifique

Deux visiteurs observent la nature dans le parc urbain national de la Rouge

Parcs Canada appliquera son approche scientifique rigoureuse, primée et novatrice à la gestion du parc urbain national de la Rouge. Les plus récentes avancées technologiques seront mises à contribution pour le rétablissement des espèces menacées et l’élimination des espèces envahissantes. Parcs Canada verra à la santé des écosystèmes du parc et de la faune indigène au moyen d’un large éventail d’outils de contrôle, d’évaluation et de production de rapports expressément conçus pour la Rouge.

5. Parcs Canada protégera un parc nettement plus grand

Coucher de soleil sur la plage dans le parc urbain national de la Rouge

Le parc urbain national de la Rouge deviendra l’une des plus grandes zones urbaines protégées au monde. Le parc sera plus grand que les Bermudes, Monaco et Gibraltar, et 22 fois plus grand que Central Park à New York. En accroissant la superficie de la zone actuellement protégée, Parcs Canada réalisera un objectif de conservation visé depuis longtemps, à savoir relier le lac Ontario à la moraine d’Oak Ridges, ce qui permettra d’établir une connexion entre les collectivités et les écosystèmes de toute la région du Grand Toronto.

6. Parcs Canada fait bénéficier la région du Grand Toronto pour la première fois de son approche de gestion des parcs de renommée mondiale

Un interprète de Parcs Canada donne des explications à deux visiteurs dans le parc urbain national de la Rouge

Créé en 1911, Parcs Canada est le premier service national des parcs du monde voué à la conservation. Parcs Canada pourra ainsi miser sur plus d’une centaine d’années d’expérience pour protéger les écosystèmes naturels et les paysages culturels de la Rouge, maintenir sa faune indigène et assurer la santé de ces écosystèmes.

7. Premières mesures législatives protégeant le lieu historique national de la Colline-Bead

La Rouge a été témoin de plus de 10 000 ans d’histoire de l’humanité et on y trouve le lieu historique national de la Colline-Bead et la piste du portage de Toronto, considérée comme un événement d’importance historique nationale. Parcs Canada travaille en étroite collaboration avec les Premières Nations pour s’assurer que leur histoire vivante devienne partie intégrante de l’histoire du parc urbain national de la Rouge.

8. Investissement sans précédent dans la conservation de la Rouge

L’investissement de 143,7 millions de dollars pour une période de 10 ans annoncé en 2012 par le gouvernement du Canada pour la création et le fonctionnement du parc est le plus important jamais consenti pour la conservation de la Rouge. Cet engagement financier sans précédent permettra à Parcs Canada d’investir dans la conservation, la remise en état, l’éducation, le rétablissement des espèces menacées, l’expérience des visiteurs et les initiatives de gérance axées sur les collectivités dans ce premier parc urbain national au Canada.

9. Le parc permettra de protéger la nature, la culture et – pour la première fois dans l’histoire des parcs fédéraux canadiens – l’agriculture

Un peu partout sur la planète, les exploitations agricoles sont en voie de disparition dans les zones urbaines. Le parc urbain national de la Rouge permettra de protéger de vastes étendues de terres agricoles de catégorie 1, les plus rares et les plus fertiles au pays. Les terres agricoles du parc pourront continuer de produire des aliments pour les marchés locaux tout en offrant une expérience aux visiteurs et en contribuant à la santé générale du parc.

10. Ces terres seront protégées à jamais

Deux personnes s’arrêtent sur une promenade en bois dans le parc urbain national de la Rouge

Nous avons ici l’occasion de faire le nécessaire pour assurer l’avenir de la Rouge. Une fois confiées aux soins de Parcs Canada, les terres du parc seront protégées à perpétuité au bénéfice d’innombrables générations futures de Canadiens et de Canadiennes. Parcs Canada se garde également la possibilité d’adjoindre des terres supplémentaires au parc si l’occasion se présente.