Vous ne serez pas seul dans la nature. La possibilité d'observer les animaux sauvages dans leur habitat naturel est l'une des expériences les plus fascinantes qu'offrent les parcs nationaux du Canada. Cette possibilité apporte toutefois son lot de responsabilités, comme celle de traiter les animaux sauvages avec le respect qu'ils méritent et dont ils ont besoin.
  • S'ils se sentent coincés ou importunés, ou si vous les approchez de trop près, tous les animaux sauvages que vous rencontrerez à Kejimkujik peuvent devenir dangereux, particulièrement les phoques.
  • Pour ne pas attirer les animaux sur votre emplacement de camping, ne les nourrissez pas, assurez-vous que votre nourriture et vos déchets sont bien rangés dans des contenants comportant un couvercle.
  • Gardez vos animaux de compagnie en laisse en tout temps.
  • En voiture, roulez lentement.
  • On trouve des ours noirs et les coyotes dans les régions intérieures et côtières de Kejimkujik. Consultez la page vous êtes au pays de l'ours noir et les coyotes et la sécurité en randonnée ou demandez ces renseignements au centre d'accueil.
  • Insectes

    Au printemps et en été, vous devez être préparé contre les piqûres d'insectes tels les mouches noires et les moustiques. Couvrez-vous ou portez des vêtements anti insectes conçus à cet effet. Utilisez un insectifuge. Apprenez plus sur le virus du Nil occidental (Agence de la santé publique du Canada).

    Herbe à puces

    L'herbe à puces, plante grimpante de la famille des sumacs, pousse dans certains secteurs de Kejimkujik. Elle croît sur les berges sablonneuses, pierreuses ou rocailleuses, dans les fourrés, dans les clairières et à la lisière des bois. Sa sève contient une oléorésine qui cause une douloureuse irritation de la peau chez la plupart des personnes. Apprenez plus sur l'herbe à puces (Santé Canada).

    Herbe à puces © Parcs Canada/J. Brownlie

    Tiques

    La présence de tiques à pattes noires et de la bactérie responsable de la maladie de Lyme a été signalée dans la Nouvelle-Écosse continentale et au Kejimkujik.

    Afin de réduire les risques d'entrer en contact avec des tiques, on recommande aux gens de rester sur les sentiers aménagés des aires naturelles avec leurs animaux de compagnie, et d'éviter les zones à herbe haute, les buissons, ainsi que l'orée des bois. Il est préférable de ne pas laisser les chiens en liberté, car les tiques peuvent s'accrocher à eux puis être transmises aux humains. Les chiens pourraient également transporter des tiques dans d'autres régions.

    On recommande également aux gens de porter des vêtements de couleur pâle (sur lesquels il est plus facile de détecter les tiques), des chandails à manches longues bien ajustées aux poignets et des pantalons longs insérés dans les chaussettes ou les bottes, d'utiliser un insectifuge qui contient du DEET et de surveiller la présence de tiques sur leurs vêtements et leur peau. Une vérification quotidienne complète du corps est recommandée.

    Les tiques à pattes noires sont très petites (la taille d'une graine de sésame) et peuvent être difficiles à repérer sur un chien. En général, leur piqûre n'est pas douloureuse ou ne provoque qu'une légère sensation de picotement. Surveillez les nouvelles « taches de rousseur ». Une inspection quotidienne complète du corps et le retrait rapide des tiques qui y sont accrochées (à savoir dans les 18 à 24 heures) peuvent réduire le risque d’infection dans le cas de la maladie de Lyme.

    American Dog Tick

    Comment enlever une tique?

    Pour retirer une tique, servez-vous de pinces à épiler pour saisir fermement le corps de la tique le plus près de la peau possible et retirez-la doucement sans la faire tourner ou pivoter. Assurez-vous d'extraire le rostre (parties buccales) car il peut causer une irritation et une inflammation locales. N'essayez pas d'extraire la tique en la pinçant, en y appliquant un produit ou en la brûlant. Appliquez un antiseptique sur la piqûre.

    Comment prévenir la maladie de lyme?

    La seule façon connue de contracter la maladie de Lyme est d'être piqué par une tique à pattes noires infectée. Les premières mesures préventives à appliquer sont les suivantes : connaître les régions où des tiques infectées sont établies et éviter ces régions, prendre les moyens pour éviter d'entrer en contact avec des tiques et, si une tique vous pique, l'extraire sans délai.

    Connaissez les symptômes de la maladie de Lyme. Si vous êtes allé dans une région où les tiques à pattes noires sont établies et montrez des signes d'infection, notamment une éruption cutanée de forme circulaire à l'endroit mordu par la tique ou les symptômes d'une grippe, ne tardez pas à consulter un médecin pour vous faire examiner et traiter. Si vous êtes atteint de la maladie de Lyme, vous devrez prendre des antibiotiques le plus tôt possible pour prévenir les complications. Si elle n'est pas traitée, la maladie peut s'attaquer au cœur, au système nerveux et aux articulations.

    Qu’en est-il des tiques du chien?

    La présence des tiques du chien a été signalée dans la région de Kejimkujik. Des tiques du chien ne sont pas porteurs de la maladie de Lyme. La présence des tiques du chien dépend beaucoup des conditions météorologiques. Les tiques du chien diminuent en nombre lorsque l'été chaud commence (souvent à la fin de juin/au début de juillet) et restent présents à des niveaux réduits pendant l’été.


    Pour de plus amples renseignements :

    L'Agence de santé publique du Canada : Maladie de Lyme - Fiche de renseignements
    Le ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse : Tick Information (en anglais seulement)

    Cette fiche d'information fournit uniquement des renseignements de base. Elle ne doit en aucune circonstance remplacer les conseils, le diagnostic ou le traitement d'un professionnel de la santé.

    D'après l'information fournie par le Parc national des Îles-du-Saint-Laurent et Parc national du Canada des Mille-Îles.


    Coyotes

    Parcs Canada travaille avec des spécialistes en comportement du coyote, en gestion de la faune et en comportement et pédagogie des humains en vue d’élaborer et de mettre en œuvre des pratiques exemplaires en sécurité publique. Les visiteurs de parcs ou d'autres aires naturelles devraient être préparés en cas de rencontre avec des animaux sauvages.

    Voici ce que vous pouvez faire pour améliorer votre propre sécurité :

    • Ne nourrissez pas les coyotes et assurez-vous de jeter vos déchets et toute autre source d'aliments de façon appropriée. Les coyotes qui ont accès à nos aliments perdent leur crainte des humains.
    • Partez en randonnée avec des amis ou munissez-vous d'un solide bâton de marche.

    Si vous voyez un coyote à bonne distance :

    • Restez où vous êtes, sans tenter de vous en approcher.
    • Observez-le avec soin pour évaluer son comportement (p. ex. L’animal semble-t-il vous suivre, agir sans crainte et de façon visiblement agressive ou avec crainte et méfiance, etc.)

    Si le coyote s'approche ou s'il est près de vous :

    • Ne vous enfuyez JAMAIS en courant. (Les coyotes courent bien plus vite que les humains.)
    • Restez à bonne distance en vous éloignant tranquillement. Ne vous retournez pas.
    • Restez en groupe et essayez d'effrayer l'animal.
    • Faites du bruit, brandissez des bâtons en l’air en faisant des gestes amples et affichez un comportement agressif.

    Si un coyote passe à l'attaque :

    • Résistez-lui. Criez, donnez-lui des coûts de bâton, jetez-lui des pierres, défendez-vous avec tout ce que vous avez à votre disposition.

    Si vous apercevez un coyote, signalez-le au personnel de Parcs Canada. Si un coyote s'approche de vous dans le parc, vous devez immédiatement le signaler.

    Pour en savoir plus :

    Fédération canadienne de la faune
    Ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse (en anglais seulement)
    Ministère des richesses naturelles d’Ontario

    Ours noirs

    Opportunistes, les ours noirs recherchent sans cesse des sources de nourriture facilement accessibles. Une fois qu'ils auront goûté à nos aliments ou à nos déchets, les ours devenus familiers voudront s'en procurer davantage, que ce soit dans les sacs à dos, sur les tables à pique-nique, dans les glacières, etc. Ils s'habituent rapidement aux êtres humains, leur crainte naturelle des gens diminue et ils prennent de plus en plus de risques pour faire des trouvailles alimentaires. Imprévisibles, ces ours gâtés peuvent devenir agressifs.

    Il y a malheureusement très peu que l'on puisse faire pour gérer les ours noirs familiers, habitués à notre nourriture. Ces animaux payent souvent de leur propre vie les erreurs commises par les gens. La seule véritable solution consiste en premier lieu à ne pas créer d'ours à problème, en s'assurant de ranger adéquatement notre nourriture, nos déchets et autres objets pouvant les attirer.

    Pour en savoir plus, consltez vous êtes au pays de l'ours noir.