Le parc national et lieu historique national Kejimkujik assure la protection de 426 km2 d’habitats diversifiés dans la région de la côte sud de la Nouvelle-Écosse. Il comporte deux régions naturelles distinctes en raison du contexte culturel lié à la longue histoire du patrimoine autochtone.

La région la plus vaste, qui bénéficie du statut de réserve de ciel étoilé, compte 404 km2 d’habitats d’eau douce – lacs, rivières, tourbières et plaines inondables – et de forêt acadienne mixte abritant 178 espèces d’oiseaux, et de nombreux mammifères, reptiles et amphibiens.

À 93 km de là sur la côte atlantique, Kejimkujik Bord de mer constitue la région côtière du parc, s’étendant sur 22 km2. En ce lieu, des landes côtières colorées mènent à des tourbières de sarracénies pourpres et de rossolis, qui font ensuite place à des pointes rocheuses accidentées, à des galets, à des plages de sable blanc et à des îlots rocailleux parsemés de phoques.

Outre ce patrimoine naturel, Kejimkujik est également le témoin d’une histoire humaine. Les traditions mi’kmaq se révèlent à travers les pétroglyphes et les artéfacts patrimoniaux. Les animateurs-guides des Premières Nations donnent aussi vie au paysage terrestre et céleste, en préservant un folklore vieux de quatre millénaires.