S’il vous est arrivé de visiter Gwaii Haanas, il y a de bonnes chances que vous ayez vu un cerf de Sitka. Ces cerfs, en apparence inoffensifs, ont été introduits dans l’archipel Haida Gwaii au 19e siècle et constituent une espèce envahissante qui a migré à Gwaii Haanas tout au long du 20e siècle. Ces cerfs broutent en se déplaçant dans les zones intertidales et le sous-étage forestier, et se nourrissent d’espèces végétales, arbustives et d’essences indigènes revêtant une importance culturelle.

L’abondante population de cerfs et leur broutage excessif ont tout particulièrement porté atteinte aux tsuuaay ou cèdres dans de nombreuses îles de Gwai Haanas. Le cèdre remplit une fonction primordiale dans la culture haïda et constitue l’une des espèces importantes reconnues dans la Vision du peuple haïda sur l’utilisation du territoire [pdf, 1,1 mo, anglais] (2005)

Les cèdres sont essentiels à de nombreux autres animaux, petits et grands. Il procure un habitat à des animaux de la forêt, dont certains constituent des éléments importants d’emblèmes et de récits haïdas. Lorsque les Haïdas partent à la recherche d’écorce, construisent un mât héraldique ou un canot, ils approchent les arbres avec respect.
Leurs esprits sont invoqués dans des chants et remerciés par des prières. Le cueilleur d’écorce veille à assurer la survie de l’arbre.
L’expert en plantes traditionnelles Kii’iljuus Barb Wilson examine une jeune pousse de cèdre.
L’expert en plantes traditionnelles Kii’iljuus Barb Wilson examine une jeune pousse de cèdre.
© Andrew S. Wright

À compter du printemps prochain, Parcs Canada et la Haida Nation ainsi que d’autres partenaires s’engageront dans un projet de restauration des écosystèmes à grande échelle à Gwaii Haanas intitulé Llgaay gwii sdiihlda - Rétablir l’équilibre. Le projet a pour objectif le rétablissement d’espèces végétales naturelles et traditionnelles décimées par le broutage de cerfs pendant de nombreuses années. L’éradication du cerf de Sitka est prévue dans six îles : Ramsay, Faraday, Murchison, Hotspring, House ainsi que dans les îles Bischof, afin de favoriser la régénération des plantes et des animaux et leur usage culturel par les Haïdas. Au moyen d’initiatives comme celle-ci, Parcs Canada obtient des résultats à l’appui du Plan de conservation national.

TLe principal associé dans le cadre du projet Llgaa gwii sdiihlda et de la cogestion de Gwaii Haanas est le Conseil de la Nation haïda. Le Conseil de gestion de l’archipel Gwaii Haanas chapeaute le projet et prend toutes les décisions en ce qui a trait à la gestion et aux opérations. Le projet Rétablir l’équilibre sera mis en œuvre en accord avec les futurs objectifs de conservation et de restauration de l’intégrité culturelle à long terme du plan


À gauche : Cerf de Sitka broutant des arbrisseaux. © Andrew S. Wright
À droite : Sol de mousse dénudé dans l’île Ramsay. © C.Gill/Coastal Conservation

La menace

« Les espèces envahissantes introduites constituent la principale menace à l’intégrité culturelle et écologique de Gwaii Haanas », de déclarer Ernie Gladstone, membre du Conseil de gestion de l’archipel Gwaii Haanas et directeur d’unité de gestion. « Éradiquer les cerfs dans le cadre du projet Llgaay gwii sdiihlda Rétablir l’équilibre nous aidera à atteindre nos objectifs de conservation à long terme, soit de renforcer les activités culturelles haïdas et de rétablir les écosystèmes insulaires ».

Les chercheurs ont constaté que la perte d’écosystèmes touchant des plantes, des animaux ou des insectes occasionnée par le broutage excessif et prolongé de cerfs ne peut être stoppée que si les populations de cerfs sont réduites ou éradiquées. En d’autres mots, les dommages occasionnés par les cerfs continueront à augmenter et contribueront à un déclin de la biodiversité dans les zones touchées.

Outre le cèdre, d’autres espèces telles que l’Hldaan (bleuet), le Ts’iihlinjaaw (bois piquant) et le Kayd (épinette de Sitka) constituent toutes une nourriture de prédilection pour les cerfs. Les Haïdas utilisent ces plantes, arbustes et arbres en tant que médicaments, aliments, matériaux de construction ou supports artistiques depuis plusieurs millénaires. En parallèle, plusieurs espèces d’oiseaux et d’invertébrés fuient les fragiles écosystèmes insulaires touchés par le broutage excessif de cerfs. Les cerfs introduits, une espèce envahissante, constituent l’une des plus graves menaces aux écosystèmes forestiers et à la culture haïda à Gwaii Haanas.

© Andrew S. Wright

La restauration pour le bien des futures générations

L’éradication se déroulera entre les mois de mars et juillet 2017. L’initiative Rétablir l’équilibre poursuivra les précieux efforts déployés dans le cadre des projets SGin Xaana Sdiihltl’lxa(Retour des oiseaux nocturnes) et Yahguudang dlljuu (un geste empreint de respect) visant à restaurer la flore et la faune dans certaines îles du détroit de Juan Perez. L’élimination de cerfs se déroulera également le long de la côte méridionale de l’île Lyell avoisinante, afin de réduire la probabilité d’une migration vers des îles visées par des projets.

Llgaay gwii sdiihldaconstitue l’une des initiatives de conservation et de restauration (CoRe) d’Agence Parcs Canada ayant pour objectif de restaurer l’intégrité écologique de zones protégées sur le plan national partout au Canada. Rétablir l’équilibre est un projet d’envergure complexe qui fait à la fois appel au savoir-faire traditionnel haïda, aux compétences locales et à une expertise internationale. Des partenariats entre la Nation haïda, Parcs Canada et un certain nombre d’experts internationaux en matière d’espèces envahissantes seront essentiels à la réussite du projet Rétablir l’équilibre.

Le principal partenaire de cogestion à Gwaii Haanas dans le cadre de tous ces projets est le Conseil de la Nation haïda. Grâce aux orientations fournies tout au long du projet par le Conseil de gestion de l’archipel, le projet Rétablir l’équilibre sera mis en œuvre conformément aux futurs objectifs de conservation et de restauration de l’intégrité culturelle à long terme du plan Terre, mer et gens.

Au nombre des autres partenaires du projet :

© Andrew S. Wright

©C.Gill/Coastal Conservation

Les avantages

L’éradication du cerf de Sitka aura une incidence bénéfique substantielle à la fois pour Gwaii Haanas et dans le cadre d’autres efforts déployés en matière de restauration insulaire à l’échelle internationale. Le projet Rétablir l’équilibre :

  • Permettra la création d’une « armoire à médicaments » traditionnels composés de diverses plantes d’importance culturelle; permettra d’accéder à un plus grand nombre de plantes médicinales traditionnelles au fur et à mesure que le sous-couvert forestier se régénèrera.
  • Contribuera à la Vision du peuple haïda sur l’utilisation du territoire en favorisant la régénération de jeunes cèdres et l’éventuelle croissance de cèdres monumentaux pour le bien de générations futures.
  • Renforcera les processus écologiques et augmentera la résilience des écosystèmes. En éliminant la pression exercée sur les écosystèmes par le broutage excessif des cerfs, le retour de résidents de la forêt pluviale tempérée tels qu’oiseaux, mammifères, amphibiens et invertébrés sera rendu possible.
  • Renforcera la capacité de chasseurs locaux : Les membres de l’équipe de Gwaii Haanas, dont trois Haïdas, recevront une formation en tir de précision de spécialistes en éradication d’espèces envahissantes internationalement reconnus.
  • Remplira les bols de la communauté : Les cerfs chassés seront transformés et offerts aux programmes communautaires de soutien alimentaire (tels que les programmes Local Food to Schools (LF2S) et Meals on Wheels);
  • Augmentez la diversité d’invertébrés, d’oiseaux chanteurs et éventuellement d’oiseaux de proie en leur fournissant l’habitat complexe qui répond à leurs besoins.

 


 
Les plantes d’importance culturelle dont le rétablissement est prévu :
Ts’uu - Cèdre rouge
Kayd - Épinette de Sitka
K’aang - Pruche
Ts’iihlinjaaw – Bois piquant
SGiidllGuu - Gueules noires
Hldaan – Bleuet
Sk’idGan – Salal
K’ay – Pommetier
Sgan sgawan – Chou puant

 
 
Passer la souris :

À gauche : L’enclos à plantes de Kunga en 1998 © RGIS.
À droite : L’enclos à plantes de Kunga en 2016. © Parcs Canada / B. Catto

Prochaines étapes

Au cours du processus visant à Rétablir l’équilibre, la fermeture de certaines zones des îles Murchison, Faraday, Ramsay, Hotspring, House, et Bischof est prévue. Nous tiendrons lesvisiteurs, les voyagistes et les gardiens de Haida Gwaii au courant de toutes les fermetures prévues, car la sécurité des visiteurs est prioritaire tout au long du projet.

Entre temps, les visiteurs de Gwaii Haanas peuvent visiter un enclos de plantes indigènes sur l’île Kunga, près de T’aanuu Llnagaay, pour se faire une idée de la vitesse à laquelle le sous-couvert forestier se régénère. En 1998, une zone clôturée a été établie pour en exclure les cerfs et voir combien de plantes et d’animaux tels que gueules noires, cèdres, épinettes et sureaux réapparaîtraient. Si l’on peut se fier au taux de régénération dans l’enclos de Kunga, les forêts visées par le projet Rétablir l’équilibre prospéreront.

Pour en savoir plus envoyer un courriel au gestionnaire de projet : Robyn Irvine, robyn.irvine@pc.gc.ca

Llgaay gwii sdiihlda / Rétablir l’équilibre zones fermées pour l’éradication de cerfs

Vous souhaitez en savoir plus au sujet de nos projets de restauration d’écosystèmes? Consultez :