Au parc national des Glaciers, la randonnée pédestre présente un défi de taille, tout en permettant d'explorer en partie la nature sauvage de la chaîne Columbia.

La région qui entoure le col Rogers a d'abord été désignée réserve fédérale en 1886; elle constituait à l'époque un lien essentiel pour le chemin de fer transcontinental. Nouvellement construit, ce dernier marquait l'arrivée d'une ère nouvelle en offrant un accès aisé à la chaîne Columbia. S'ensuivit un âge d'or de l'alpinisme, et c'est à cette époque qu'ont été aménagés la plupart des sentiers encore utilisés aujourd'hui.

La chaîne Columbia se compose de monts escarpés et de vallées étroites; on y trouve donc peu de sentiers de randonnée faciles, mais beaucoup de sentiers difficiles à pratiquer. Vous risquez souvent de vous voir rappeler brutalement qu'un grand nombre de ces sentiers ont été tracés, à l'origine, pour accéder à des sites d'alpinisme et à des glaciers! Dans le secteur d'Illecillewaet, si vous effectuez une randonnée pédestre d'une journée, vous gagnerez environ 1 000 mètres en altitude entre le départ et l'arrivée de la plupart des sentiers. Toutefois, ces derniers sont bien aménagés et marqués, et ils vous porteront vers des crêtes et des points de vues époustouflants qui vous feront tout oublier de votre pénible ascension. Adoptez une vitesse de marche et une attitude appropriées, et vous serez amplement récompensé!

L'hiver, les chutes de neige dans le parc sont abondantes, comme l'indique la présence de nombreux glaciers et couloirs d'avalanches. Le climat y est habituellement froid et propice aux précipitations, mais les étés peuvent être chauds et humides. Il subsiste parfois assez tard des accumulations de neige dans les endroits ombragés le long de certains sentiers. Faites preuve d'énormément de prudence si vous devez traverser des pentes abruptes recouvertes de neige; vous devriez envisager d'utiliser un piolet ou d'éviter de telles pentes lorsqu'elles sont glacées.

Ces secteurs protégés sont administrés en collaboration avec le parc national du Mont-Revelstoke, ce qui permet de préserver les splendeurs et les richesses de notre patrimoine naturel et culturel. Ces parcs abritent une faune et une flore très diversifiées, dont 54 espèces de mammifères, 183 espèces d'oiseaux et 686 espèces de végétaux.

Vous trouverez décrits ci-dessous des sentiers de tous niveaux, allant des courtes promenades en terrain plat aux ascensions périlleuses. Certains d'entre eux offrent une vue spectaculaire sur les montagnes, alors que d'autres serpentent à travers des peuplements de vieux arbres géants ou explorent les secrets du chemin de fer abandonné qui surplombe le col Rogers. Quels que soient vos intérêts et vos capacités physiques, la randonnée pédestre demeure le meilleur moyen de découvrir la chaîne Columbia, une des régions naturelles distinctives du Canada.

Randonnée pédestre
Sentier Type Difficulté Durée approx (aller-retour) Distance (aller-retour) Gain d’altitude Description du sentier
Prucheraie Randonées courtes Facile 15 minutes 350 m loop Minime Promenade d’interprétation traversant une vieille forêt de thuyas et de pruches.
Jardin de rocailles Randonées courtes Facile 30 minutes 428 m loop Minime e Sentier d’interprétation avec escaliers de roche et pas japonais. Tronçons glissants et abrupts.
Ruisseau Loop Randonées courtes Facile 45 minutes 1.7 km 42 m Sentier d’interprétation suivant une ancienne voie ferrée et relatant l’histoire du chemin de fer. Courts tronçons escarpés.
Rencontre des eaux Randonées courtes Facile 30 minutes 1.3 km loop Minime Promenade en forêt près du confluent de l’Asulkan et de l’Illecillewaet.
1885 Randonées courtes Facile 2 heures 7.2 km Minime Sentier d’interprétation le long de la voie ferrée originale du Canadien Pacifique. Sujet aux crues du début de la saison.
Voies abandonnées Randonées courtes Facile 1 heure 2.8 km Minime Sentier d’interprétation le long de la voie ferrée originale du Canadien Pacifique.
Chutes du ruisseau Bear Randonées courtes Facile 1 heure 1 km 62 m Sentier court qui descend abruptement jusqu’aux chutes du ruisseau Bear.
Lac Marion Randonées courtes Modéré 2.5 heures 4.4 km 425 m Première partie du sentier de la Crête-Abbott. Ascension abrupte dans la forêt jusqu’au lac Marion.
Grand Glacier Randonées d'une journée Modéré 3.5 heures 6.4 km 321 m Sentier grimpant sur une pente rocheuse dominée par le glacier Illecillewaet.
Ruisseau Bostock Randonées d'une journée Modéré 7 heures 15.6 km 740 m Randonnée modérée dans la forêt pluviale intérieure et la forêt subalpine.
Crête Avalanche Randonées d'une journée Modéré 5 heures 8.2 km 795 m Sentier abrupt menant à un bassin alpin. La crête donne sur le couloir de la route et de la voie ferrée.
Col Balu Randonées d'une journée Modéré 4 heures 12.8 km 788 m Sentier traversant des couloirs d’avalanche jusqu’à des prés alpins. Vues splendides.
Vallée de l’Asulkan Randonées d'une journée Modéré 6 heures 13.8 km 869 m Glaciers, montagnes et chutes. Le sentier se raidit après 4 km.
Prés Hermit Randonées d'une journée Difficile 4 heures 6.4 km 819 m Montée raide jusqu’aux prés alpins Hermit, qui abritent un camping désigné.
Mont Sir Donald Randonées d'une journée Difficile 5 heures 10.2 km 1008 m Rigoureux parcours d’escalade jusqu’à un bassin alpin en aval du pic.
Crête Glacier Randonées d'une journée Difficile 6 heures 11.4 km 958 m Sentier abrupt menant à une crête d’où les randonneurs ont une vue spectaculaire sur la roche et la glace environnantes.
Roche Perley Randonées d'une journée Difficile 6 heures 10.8 km 1143 m Randonnée ambitieuse sur un sentier escarpé aboutissant à un point de vue élevé sur le champ de glace Illecillewaet.
Crête Abbott Randonées d'une journée Difficile 6.5 heures 13.6 km 1029 m Sentier traversant la toundra alpine pour émerger sur une crête étroite. En début de saison, prenez le raccourci balisé pour éviter une forte pente enneigée.
Vallée de la Beaver Randonées de plusieurs jours Modéré 3 jours (aller seulement) 42 km (aller seulement) 449 m (aller seulement) Sentier traversant de vastes étendues de vieille forêt. On peut l’emprunter pour se rendre aux collines Bald par le col Caribou. Le camping sauvage est autorisé après 5 km. Le secteur 20 Mile abrite un camping désigné, au-delà duquel le niveau de difficulté du sentier augmente : certains tronçons sont envahis par la végétation ou ont été emportés par des inondations.
Collines Bald Randonées de plusieurs jours Difficile Jusqu’à 4 jours 16 – 40 km (varie selon le choix du parcours) 1130 m (varie selon le choix du parcours) Sentier menant aux vastes prés alpins des collines Bald. Il y a des camping désignés dans le secteur 20 Mile et au col Caribou. Le sentier n’est pas balisé entre le camping du Col-Copperstain et le camping du Col-Caribou. Il faut bien maîtriser les techniques d’orientation et avoir sur soi une carte et une boussole pour le cas où la visibilité serait mauvaise dans les collines Bald.

Randonées courtes

Le sentier de la Prucheraie

En 1987, par une froide journée d’avril, Rick Hansen a gravi en fauteuil roulant, sous la neige, les 840 mètres qui composent l’approche ouest du col Rogers, dans le parc national des Glaciers. Il ne lui restait plus qu’un mois avant de terminer son périple de 40 000 kilomètres, la Tournée mondiale Rick Hansen, qui l’avait mené dans 34 pays en deux ans. Il voulait aussi découvrir un traitement pour les traumatismes médullaires, et son objectif est en bonne voie de se réaliser aujourd’hui.

Après la visite de M. Hansen dans les parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers, l’Agence Parcs Canada s’est engagée à créer un héritage en son honneur. Cette installation destinée aux visiteurs ne comporte aucun obstacle, offrant ainsi la chance de visiter une forêt pluviale aux personnes à mobilité réduite, aux malvoyants et aux personnes aux prises avec d’autres obstacles, y compris les aînés et les bébés en poussette.

Le sentier de la Prucheraie
Rockgarden trail

Sur le sentier du Jardin-de-Rocailles, vous découvrirez des champs de rochers couverts de mousse et de lichen datant du dernier âge glaciaire. Le sentier traverse l'habitat de l'ours noir et du grizzly, et monte jusquà un point d'observation doù l'on aperçoit des glaciers et la barrière montagneuse du col Rogers.

Le sentier du Jardin-de-Rocailles, que l'on parcourt en file indienne, offre une expérience rustique et primitive. Il est doté de rochers en guise d'escaliers et de pierres de gué. Il comporte des sections glissantes et à pic, ainsi que des escarpements prononcés. Veuillez porter des chaussures robustes qui conviennent à la randonnée dans l'arrière-pays, regardez où vous posez les pieds et gardez constamment un oeil sur les enfants. Il n'est pas recommandé d'y amener des animaux de compagnie.

Sentier du Jardin-des-rocailles, avec icon interprétive
Le sentier du Ruisseau-Loop
L'histoire du chemin de fer vous est racontée dans ce sentier en boucle de 1,6 km qui commence au belvédère situé à l'est du camping du Ruisseau-Loop. Vous y verrez les piliers de pierre qui supportaient la voie de l'autre côté de la vallée. Ces ouvrages sont parmi les vestiges de construction les plus anciens de l'Ouest de Canada.
Pilier à Ruisseau-Loop
Meeting of the Waters trail

Distance (aller) : 1,3 km
Durée du trajet (montée) : 30 minutes (aller-retour)
Dénivellation : De 1 250 m à 2 393 m (montée de 1143 mètres)
Début du sentier : Camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W 51°15'49"N

Le sentier Rencontre-des-Eaux est l'un des sentiers les plus courts et les plus faciles à pratiquer de tout le parc. Cette boucle d'à peine un kilomètre vous fera quitter le terrain de camping en montant le sentier Asulkan, puis traverser un pont à la jonction du ruisseau Asulkan et de la rivière Illecillewaet, pour finalement retourner au départ par le sentier Roche-Perley. Il s'agit d'un bon endroit où vous familiariser avec les arbres et les plantes de la forêt. La zone intérieure du thuya et de la pruche cède ici la place à la zone de plus haute altitude de l'épinette d'Engelmann et du sapin subalpin. Des pruches occidentales et subalpines, des épinettes d'Engelmann et des sapins subalpins poussent le long du sentier. Vous pourrez également apercevoir des lichens ( cladonia coccifera, ou cladonia à petites crêtes, et Rhizocarpon geographicum ). Lorsque le niveau de l'eau est élevé, soit durant l'écoulement printanier ou en août, alors que les températures chaudes précipitent la fonte des glaciers, vous pourrez entendre les rochers se heurter en grinçant au confluent des ruisseaux, sous la pression des eaux qui les font dévaler vers l'aval.

Sentier de la confluence des eaux
©Parcs Canada - Jeff Bolingbroke
Sentier 1885
Longueur (aller): 3.8 km aller seulement
Durée de trajet : 1 heure, aller seulement
Dénivellation : De 1190 m à 1250 m (pente douce)
Début du sentier : Camping Illecillewaet et Camping Loop Brook

Le sentier des Rails 1885 suit le parcours original de la voie CPR entre le camping Loop Brook et le camping Illecillewaet. Parce qu'il est situé sur l'ancienne voie de chemin de fer, la marche est facile. Le long du sentier, des panneaux d'interprétation vous révèle l'histoire passionnante du chemin de fer à travers le col Rogers. Ne continuez pas dans l'ancienne section du parcours au-dessus du camping Illecillewaet : cette partie est un habitat important pour les ours grizzlis et les parcs ont décidé de leur garder cet endroit où ils ne seront pas dérangés.

Sentier 1885
Le sentier des Voies-Abandonnées

Faites la connaissance de l'histoire du col Rogers en marchant dans la voie abandonnée entre le centre du Col-Rogers et le monument du somment, situé au-delà des ruines des paravalanches. Trajet de 1,2 km, aller seulement. Les visiteurs en fauteuil roulant peuvent rejoindre le sentier juste derrière la station-service.

Le sentier des Voies-Abandonnées
Sentier des Chutes Ruisseau-Bear

Longueur : 580 m (aller seulement)
Durée de trajet : 1 heures (aller-retour)
Dénivellation : De 871 m à 933 m (62m)
Début du sentier : 9 km à l’est du Centre de découverte du Col-Rogers (côté est de la route 1; aucune voie pour virage à gauche pour la circulation en direction ouest; court chemin revêtu menant au point de départ du sentier)
Coordonnées cartographiques :
117°26'7"N 51°21'13"W
 

Cette courte excursion commence d'une façon différente: par une descente!

Cependant, après une promenade très facile jusqu'aux chutes, il vous faudra remonter pour revenir à votre voiture. Les eaux du ruisseau Connaught s'écoulent en cascades pour rejoindre la rivière Beaver un peu plus bas. La rivière Beaver coule ensuite vers le nord, en dehors du parc jusqu'à Beavermouth où elle se jette dans la fleuve Columbia. De là, la Columbia trace un grand arc à travers les monts Columbia et les Rocheuses avant de se diriger vers le sud pour finalement se jeter dans le Pacifique. Suivez les panneaux le long de l'ancienne route. Le sentier lui-même commence au bout d'un stationnement non pavé. Après une descente modérée, vous allez recontrer un pont sur le ruisseau Connaught. Ne le traversez pas. Les chutes Bear sont juste un peu plus loin dans le sentier.

Sentier des Chutes Ruisseau-Bear
Lac Marion

Distance (aller) : 3,6 km
Durée du trajet (montée) : 1 - 1,5 heures
Altitude : De 1 245 m à 1 706 m (montée de 461 m)

Le sentier de la crête Abbott suit le sentier du lac Marion jusqu'à la fourche près du lac. À 1888, le rév. William Spotswood Green et son cousin Henry Swanzy ont fait l'escalade du Mont Bonney, à l'ouest du sommet Abbott. Green a donnè au petit lac le prénom de sa fille Marion.

Racontant ses efforts de pêche dans le lac, Green écrivait : Jai tendance à croire que si le poisson n'a pas mordu, c'est parce qu'il n'y en a pas à cet endroit.' La rigueur du climat, le manque d'éléments nutritifs dans l'eau du lac et l'inaccessibilité de l'endroit ont empêché les poissons de s'y établir.

Près du lac Marion, un court sentier, sur votre droite, conduit à un belvédère d'où l'on voit la vallée de l'Illecillewaet à l'ouest et le col Rogers au nord-est. De ce belvédère, on peut voir les trains issuant du tunnel Connaught, complété en 1916 pour éviter les dangers d'avalanche dans le col Rogers.

Lac Marion
© Parcs Canada - John Woods

Randonées d'une journées

Sentier du Grand Glacier

Distance (aller): 3,2 km
Durée du trajet (montée): De 1.5 à 2 heures
Altitude: De 1 245 m à 1 566 m (montée de 321 m)
Début du sentier : Camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W 51°15'49"N

Le "Grand Glacier", maintenant appelé glacier Illecillewaet, est un point de repère très connu des visiteurs depuis les années 1880. À cette époque une langue de glace géante pénétrait profondément dans la vallée et le pied du glacier était tout proche du chemin de fer. La situation est différente aujourd'hui. Depuis un siècle, la glace s'est retirée d'environ 1,5 km.

Ce sentier est l'un des plus court de la région d'Illecillewaet. Il se termine bien avant le glacier Illecillewaet, et de cet endroit, la pente que forme la roche-mère sous le glacier en cache la vue. Les visiteurs peuvent toutefois y admirer un superbe panorama, soit le mont Sir Donald et le glacier Vaux, à l'est.

Sentier du Grand Glacier
Le glacier Vaux, vue du sentier du Grand-Glacier
© Parcs Canada - John G. Woods
Sentier du Ruisseau-Bostock

Longueur (aller): 7,9 km (aller seulement)
Durée de trajet : 3.5 heures (en montant)
Dénivellation : De 981 m à 1721 m (740m)
Début du sentier : 4 km à l’est de la limite ouest du parc (côté ouest de la route 1; aucune voie pour virage à gauche pour la circulation en direction est)
Coordonnées cartographiques : 117°40'9"O 51°13'50"N

Le caribou passait autrefois en grand nombre dans cette vallée, d'où le nom original de "ruisseau Caribou". Le nom a été changé en 1923 pour honorer Hewitt Bostock, un sénateur Canadien. On ne trouve presque plus de caribou dans le parc.

Le sentier ruisseau Bostock offre une promenade facile à travers la forêt humide de l'intérieur et celle de la zone subalpine supérieure. Au début, on ne voit que le mont Fidelity et le pic Corbin. En regardant attentivement, on peut voir sur la crête à l'est du mont Fidelity la forme étrange de la station Christiana, station de recherche sur la neige. Le sommet du col offre aux excursionnistes la chance de voir un endroit inusité au centre des chaînons Selkirk dans les monts Columbia. Il s'agit d'un des rares endroits du parc où la roche sédimentaire recouvre la métamorphique plus vieille et plus dure qui forme les assises rocheuses de ces montagnes. Le calcaire et le schiste donnent un caractère particulier et une texture différente.

Sentier du Ruisseau-Bostock
Sentier Crête d'Avalanche

Distance (aller): 5 km
Durée de trajet : 3 heures en montant
Altitude: De 1 250 m à 2 239 m (ascension de 989 m)
Début du sentier : Le camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W 51°15'49"N (Début du sentier)

De novembre à mai, cette crête fait naître de nombreuses avalanches qui menacent la Transcanadienne. Les pentes dépourvues d'arbres jusqu'au bas de la montagne donnent aux randonneurs, en été, une idée de ce phénomène d'hiver.

Les excursionnistes peuvent voir le tracé initial du chemin de fer du Canadien Pacifique à l'endroit où il grimpait, en lacets, vers la source de la rivière Illecillewaet. C'est quelque part dans le voisinage de la crête Avalanche que le major Rogers a aperçu pour la première fois, en 1881, le fameux col qui porte son nom.

Gardez lSil ouvert : vous pourriez apercevoir des marmottes des rocheuses, des porcs-épics, des cassenoix d'Amérique ou des pikas, ou remarquer des pic-bois dans les petits brûlis qui longent le sentier. Le sentier débouche sur une cuvette alpine dégagée, nichée entre la crête Avalanche et un éperon du pic Eagle. Par beau temps, un grand nombre de randonneurs choisissent de monter jusqu'à la crête (2 375 m), d'où ils peuvent jouir du panorama. Parmi les oiseaux qu'on rencontre ici en été, citons l'aigle doré, le pipit commun, et le roselin brun. Par ailleurs, on aperçoit souvent des marmottes des Rocheuses sur les tas de pierres.

La vue du crête d'Avalanche
© Danyelle Magnan
Sentier du Col Balu
Longueur (aller): 6.4 km aller seulement
Durée de trajet : 2 heures en montant
Dénivellation : De 1318 m à 2097 m (779m)
Début du sentier : Centre de découverte du Col-Rogers (côté ouest de la route 1; voie pour virage à gauche pour la circulation en direction est)
Coordonnées cartographiques : 117°31'18"O 51°18'6"N (Début du sentier)
>À Noter : Les ponts saisonniers seront supprimés pour l'hiver d'ici à la fin septembre. Traversée du ruisseau peut être nécéssaire après cette date.

"Vous êtes au pays des ours", c'est vrai ici plus qu'ailleurs car le nom dérive du mot indien "Baloo" qui veut dire "ours". Les montagnes sont appellées monts Grizzly, Ursus Major et Ursus Minor. "Ursus" est le mot latin pour "ours". Le sentier lui-même traverse des couloirs d'avalanche et se termine dans des prairies alpines, habitat de choix pour les ours. Faites attention!

Le sentier du col Balu est d'abord une promenade dans une forêt de pruches de Mertens, ponctuée ici et là de grosses épinettes d'Englemann. La piste suit le ruisseau Connaught est un bon endroit pour voir des cincles d'Amérique, petits oiseaux aventureux qui plongent dans les ruisseaux à la recherche d'invertébrés aquatiques.

Après environ une demi-heure, vous quittez la forêt. Le sentier traverse presque continuellement des couloirs d'avalanche. Le sentier devient escarpé à la fin, lorsqu'il atteint le sommet du col Balu. À un endroit, il y a un pont amovible (Qui est enlevé à l’automne pour le protéger des dommages hivernaux) – Si le pont n’y est pas, soyez prudent si vous décidez de traverser quand même le ruisseau!

Vos efforts seront récompensés par le panorama de prés alpins, glaciers, pics et fleurs sauvages (Plus tard, en août). Le sentier se termine au sommet du col. Sur l’autre côté se trouve la vallée du ruisseau Cougar et les cavernes Nakimu – lieux protégés par les parcs. Passé ce point, l’accès est strictement réglementé afin de protéger les cavernes et les ours grizzlis qui utilisent intensivement cette vallée. Vous ne pouvez pas continuer passé ce point à moins de faire partie d’un groupe organisé muni d’un permis spécial qui est requis pour avoir accès à la vallée et les cavernes.

*À noter : les chiens ne sont pas permis sur ce sentier ou dans n'importe quel secteur du bassin versant du ruisseau Connaught.

Sentier du Col Balu
Sentier de la Vallée Asulkan

Distance (aller) : 6,5 km
Durée du trajet (montée) : 3-4 heures
Altitude : De 1 245 m à 2 114 m (montée de 869 m)
Début du sentier : Le camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"O 51°15'49"N

À Noter : ponts saisonniers seront supprimés pour l'hiver début 1er Octobre. Traversée du ruisseau sera nécéssaire après cette date pour accéder le refuge Asulkan.

Le cartographe et explorateur Arthur O. Wheeler écrivait, en 1905, que la vallée de l'Asulkan .tait "un bijou de paysage de montagne. La vallée paraît enchantée. L'atmosphère a quelque chose de magique." La vue des glaciers, les paysages, les chutes d'eau et une agréable promenade dans la vallÉe à travers la forêt et les couloirs d'avalanche, tout concourt à faire de ce sentier une excellente introduction à ce secteur des monts Columbia.

Le terme "Asulkan" a été utilisé pour la première fois par William Spotswood Green, l'un des premiers explorateurs de la région. Il signifie "chévre sauvage", dans l'un des dialectes autochthones des environs et témoigne des innombrables chèvres de montagne que Green aurait vues à l'extrémité de la vallée, sur le col Asulkan.

La première moitié du sentier est relativement facile à pratiquer et comporte une végétation très variée. En restant à l'affût, vous apercevrez peut-être des marmottes des Rocheuses en train de prendre un bain de soleil sur des amas de rochers à découvert. En face du ruisseau, les parois montagneuses constituent une impressionnante toile de fond, mise en valeur par des chutes d'eau. Vous pourrez voir des cincles plongeurs (merles d'eau) pêcher dans les cours d'eau, en plus d'entendre, peut-être, les cris d'avertissement des pikas s'élever des tabliers d'éboulis.

Après 4 km, le sentier se met à monter en pente raide pour se terminer par une marche ardue vers la crête très à pic d'une moraine. Une fois arrivé au bout du sentier, vous serez juste au-dessus de la langue inférieure de du glacier Asulkan. Le refuge Asulkan est situé à cet endroit; vous pouvez y réserver une place en communiquant avec le Club Alpin du Canada. Les randonneurs souhaitant poursuivre leur route par le col Asulkan doivent disposer de matériel d'alpinisme et être rompus à son utilisation.

Sentier de la vallée de l'asulkanl
© Parcs Canada - Sue Lamont<>
Sentier Hermit

Longueur - 3,2 km (aller seulement)
Temps de marche - 2-3 heures en montée
Dénivellation - De 1 293 à 2 112 m (819m)
Début du sentier - À 1,5 km à l'est du Centre de la découverte du Col-Rogers, sur la Transcanadienne
Coordonnées cartographiques - 117°30'46"W 51°18'50"N (Début du sentier)

Ce sentier met à l’épreuve la résistance de l’excursionniste expérimenté : il a la réputation d'être le sentier le plus escarpé dans un parc renommé pour son terrain accidenté!

Depuis plusieurs années, le sentier Hermit a été la voie d'accès pour les alpinistes qui désirent atteindre la petite chaîne Hermit. De là, ils se lancent à l'assaut des monts Tupper, Hermit, Rogers et des pics Swiss.

Cette ascension débute près d'un couloir d'avalanche mais se poursuit tout de suite dans une forêt dense. La forêt est un bon endroit pour observer et entendre les oiseaux comme les piaillements des becs-croisés bifasciés et les grimpereaux bruns.

Le premier point de vue spectaculaire est à environ 1900 m où le sentier quitte la forêt. En restant sur la piste principale, vous parviendrez à la fin du sentier dans des prés alpins ou vous trouverez un emplacement de camping désigné.

Sentier Hermit
Sentier du Mont Sir-Donald

Distance (aller): 5.1 km
Durée du trajet (montée): 2.5 à 4 heurs
Altitude: De 1 250 m à 2 258 m (montée de 1008 m)
Début du sentier : Camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"O 51°15'49"N

Le sentier Sir Donald se termine maintenant à la jonction du sentier Perley Rock.

Des débris de roches provenant d’un éboulement récent couvrent une portion du sentier. Si vous choisissez d’avancer au-delà de la jonction, s.v.p. utilisez une prudence extrême et soyez conscients de la possibilité d’autres éboulements de roches. La section plus haut du sentier Sir Donald est seulement recommendé pour l’escalade.

À Noter : Les ponts saisonniers seront supprimés pour l'hiver d'ici à la fin Septembre. Traversée du ruisseau peut être nécessaire après cette date.

Le mont Sir Donald a été ainsi nommé en l'honneur de Sir Donald A. Smith, le célèbre administrateur du Canadien Pacifique qui a inauguré le dernier tronçon du chemin de fer, à Craigellachie, en 1885. Le sentier, comme la plupart des autres sentiers de la vallée de l'illecillewaet, a d'abord été une voie d'accès que la compagnie ferroviaire avait aménagée pour les alpinistes. L'ascension du mont sir Donald est une escalade classique, et le sentier qui y mène grimpe résolument. Voici l'occasion de mettre à l'épreuve votre condition physique et vos énergies!

Le sentier se termine brusquement sur un étroit col rocheux situé entre le mont Sir Donald et le mont Uto. De cette brèche qui s'ouvre dans la chaîne de Selkirk, les randonneurs pédestres peuvent voir onduler les prés des Collines-Bald, dans la partie est du parc national des Glaciers.

Randonneurs sur la moraine du glacier Vaux, sentier Sir Donald
©Joey Vosburgh
Sentier Crête des Glaciers
Longueur (aller) : 5,7 km
Durée de trajet : 3 heures en montant
Dénivellation : De 1 245 m à 2 203 m (montée de 958 m); altitude de la crête : 2 255 m
Début du sentier : Le camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W
51°15'49"N (Début du sentier)

Comme son nom le suggère, le sentier de la crête du Glacier permet d'observer les deux flancs du glacier : la langue géante de l'Illecillewaet, à l'est, et les parois irrégulières du glacier Asulkan, à l'ouest. La crête proprement dite est une arête ciselée par les glaciers qui descendaient autrefois dans les vallées des deux côtés. Sur cette crête alpine, on a une vue panoramique de la roche et de la glace de la chaîne Columbia.

La vue du Crête des Glaciers
© Parcs Canada - D. Magnan
Sentier du rocher Perley

Distance (aller) : 5,4 km
Durée du trajet (montée) : 3 heures
Dénivellation : De 1 250 m à 2 393 m (montée de 1143 mètres)
Début du sentier : Camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W 51°15'49"N

À Noter : Les ponts saisonniers seront supprimés pour l'hiver d'ici à la fin septembre. Traversée du ruisseau peut être nécéssaire après cette date.

H.A. Perley recommandait volontiers cette excursion à ses clients de Glacier House lorsqu'il dirigeait cet hôtel durant les premières années du parc. Le Canadian Pacifique a fermé l'hôtel en 1929, mais les excursionnistes peuvent en voir les fondations et se rendre jusqu'au roche Perley.

Cette ascension est une entreprise ambitieuse. Le sentier monte en pente modérée jusqu'à ce quil traverse la crique Vaux; il se met alors à grimper abruptement dans la montagne. Après avoir décrit d'innombrables lacets, le sentier aboutit à une pente enneigée très prononcée. Il peut être extrêmement dangereux de traverser une telle étendue de neige : la prudence s'impose. Si vous savez utiliser un piolet, pensez à en apporter un lors de votre excursion; sinon, et si le sentier est glacé, vous devriez peut-être envisager de terminer là votre ascension. Une fois la pente enneigée derrière vous, la laborieuse montée se termine rapidement sur un point de vue en haute altitude donnant sur les vastes étendues du champ de glace Illecillewaet, qui ne semblent pas appartenir à ce monde.

Le sentier roche Perley
© Alice Weber
Sentier Crête Abbott

Distance (aller) : 6,8 km
Durée du trajet (montée) : 3-4 heures
Altitude : De 1 245 m à 2 274 m (1029 m)
Début du sentier : Le camping Illecillewaet
Coordonnées cartographiques : 117°29'31"W
51°15'49"N

Henry Abbott a été l'un des audacieux constructeurs de chemin de fer qui ont osé défier ces montagnes, il y a près d'un siècle. Le sommet de la crête Abbott offre un panorama des Selkirk et l'on y a une vue à vol d'oiseau du chemin de fer à la construction duquel H. Abbott a participé. Les pics de chaînon Sir Donald dominent l'horizon à l'est.

Le sentier vous conduit à une authentique toundra alpine, au-delà de la limite de croissance des arbres. Il se termine par une arête étroite. Pour l'excursionniste vigoureux, peu d'itinéraires combinent de manière aussi parfaite l'expérience de la haute montagne et la sécurité d'un sentier établi.

Crête Abbott
©Parcs Canada - Jacolyn Daniluck

Randonées de plusieurs jours

Les personnes qui campent dans l'arrière-pays, ainsi que les utilisateurs de certains refuges, doivent se procurer un permis d'accès à l'arrière-pays et un laissez-passer pour les parcs. Ceux-ci peuvent être obtenus au Centre de la découverte du Col-Rogers et au bureau des parcs de Revelstoke. Apprenez-en davantage sur le camping dans l’arrière-pays du parc national des Glaciers.

Sentier de la Vallée de la Beaver

Sentier de la Vallée de la Beaver (du départ du sentier à la fin, au ruisseau Grizzly Creek)

Le tronçon inférieur du sentier de la Vallée de la Beaver est ouvert toute l’année, du départ du sentier, situé près de la route transcanadienne, jusqu’au ruisseau Grizzly. Une courte bifurcation de la partie inférieure du sentier Copperstain relie le sentier de la Vallée de la Beaver au ruisseau Grizzly (le pont a été mis hors service). À titre expérimental, Parcs Canada autorise de nouveau la pratique du vélo de montagne en 2014, sur les tronçons inférieurs du sentier de la Vallée de la Beaver et du sentier Copperstain, du départ des sentiers jusqu’au ruisseau Grizzly.

Attention : En hiver, toute la vallée de la Beaver est ouverte aux skieurs, de la route transcanadienne à la limite sud du parc national des Glaciers. Les sentiers ne sont pas entretenus en hiver. Les skieurs doivent connaître les techniques d’autosauvetage et être en mesure de s’orienter.

Sentier de la Vallée de la Beaver (du ruisseau Grizzly au secteur Twenty Mile)

La partie de la vallée de la Beaver située entre le ruisseau Grizzly et le secteur Twenty Mile, au sud, est maintenant désignée corridor faunique prioritaire de la vallée de la Beaver, et le sentier n’y est plus entretenu. Les randonneurs et les skieurs s’y rendent à leurs risques et périls, et il n’est pas recommandé de s’y aventurer en dehors de la période hivernale. Toutes les personnes qui se rendent dans le corridor faunique prioritaire de la vallée de la Beaver doivent être extrêmement prudentes, connaître les mesures à prendre en présence d’ours et les techniques d’autosauvetage, et être totalement autonomes, notamment en matière d’orientation et de passage de ruisseaux à gué.

Le sentier de la Vallée de la Beaver, du sentier de raccordement au col Caribou au secteur Twenty Mile, au nord, est ouvert aux randonneurs et aux skieurs. Ce tronçon du sentier fera l’objet d’un entretien minimal.

Sentier de la Vallée-de-la-Beaver (du sentier de raccordement du col Caribou à la limite sud du parc national des Glaciers)

Le tronçon supérieur du sentier de la Vallée de la Beaver n’est pas entretenu entre le sentier de raccordement du col Caribou (au sud du secteur Twenty Mile) et la limite sud du parc national des Glaciers. Les randonneurs et les skieurs s’y rendent à leurs risques et périls, et il n’est pas recommandé de s’y aventurer en dehors de la période hivernale. Toutes les personnes qui se rendent dans le corridor faunique prioritaire de la vallée de la Beaver doivent être extrêmement prudentes, connaître les mesures à prendre en présence d’ours et les techniques d’autosauvetage, et être totalement autonomes, notamment en matière d’orientation et de passage de ruisseaux à gué.

Sentier Copperstain

Le sentier Copperstain n’est plus entretenu entre le ruisseau Grizzly et le col Copperstain. Le pont du sentier Copperstain est maintenant fermé définitivement et l’accès en est interdit au public. Les visiteurs qui entrent dans la vallée du Copperstain en aval du col Copperstain le font à leurs risques et périls. Ils doivent connaître les mesures à prendre en présence d’ours et doivent être totalement autonomes, notamment en matière d’orientation et de passage de ruisseaux à gué. Il n’est pas recommandé de s’aventurer dans ce secteur en dehors de la période hivernale. En hiver, le secteur du col Copperstain demeurera ouvert aux visiteurs.

Avant de partir en excursion, n’oubliez pas d’aller chercher votre permis de camping au bureau de Parcs Canada à Revelstoke ou au Centre de la découverte du Col-Rogers, dans le parc national des Glaciers. Apprenez-en davantage sur le camping dans l’arrière-pays du parc national des Glaciers.

Bald Hills

Length – 16-40 km (varies with route selection)
Hiking Time – up to 4 days (varies with route selection)
Elevation Gain – up to 1130 m (varies with route selection)

Longueur – 16-40 km (varie selon le choix du parcours)
Temps de marche– jusqu’à 4 jours (varie selon le choix du parcours)
Dénivellation – jusqu’à 1130 m (varie selon le choix du parcours)

Le parcours du Mont Bald traverse les prés subalpins ondulants qui caractérisent la limite est du parc national des Glaciers. Le mont Bald est une partie très reculée du parc où la préparation et l’autonomie des visiteurs sont cruciales. Le parcours de randonnée ne fait l’objet que d’un entretien annuel minime, et les randonneurs doivent être prêts à affronter les rigueurs associées aux déplacements en milieu reculé. La maîtrise des techniques d’orientation est particulièrement importante, compte tenu du nombre de jours où la visibilité est faible sur le mont Bald.

Étant donné que le sentier Copperstain et le sentier de la Vallée-de-la-Beaver ne sont plus entretenus dans ce secteur, l’accès sécuritaire au parcours du Mont-Bald est maintenant possible uniquement par le chemin forestier provincial Spillimacheen et par le secteur de l’auberge Purcell Mountain Lodge. L’auberge est située juste à l’extérieur du parc, près du col Copperstain, et est accessible par hélicoptère ou à pied à partir du bout du chemin forestier.

À partir de l’auberge Purcell Mountain Lodge, un sentier conduit par des terres publiques de la Colombie-Britannique à l’extrémité nord du parcours du Mont-Bald et au sommet du col Copperstain, à la limite du parc. Un sentier secondaire partant du col permet de faire l’ascension du mont Copperstain. Le sentier Copperstain reste accessible aux visiteurs. Par contre, le camping de l’arrière-pays du col Copperstain sera désaffecté.

À partir du secteur du col Copperstain, le parcours du Mont-Bald suit la limite sud du parc jusqu’au col Caribou. Une bonne partie de ce parcours n’est pas balisée, et les visiteurs utilisent des points de repère pour trouver leur chemin. Les excursionnistes qui prévoient camper dans le secteur du col Caribou doivent utiliser le camping désigné de l’arrière-pays afin d’éviter des répercussions généralisées sur la végétation subalpine fragile.

Le sentier de raccordement du col Caribou descend du mont Bald vers le fond de la vallée de la rivière Beaver, au sud du secteur Twenty Mile. Le sentier de raccordement et le tronçon du sentier de la Vallée-de-la-Beaver qui conduit au secteur Twenty Mile demeurent ouverts, mais font l’objet d’un entretien limité. Le camping désigné du secteur Twenty Mile demeure à la disposition des visiteurs.

Le bac à câble de la rivière Beaver, qui assurait l’accès au sentier du Cercle-des-Glaciers, a été fermé officiellement en 2009. Le refuge du Cercle-des-Glaciers, exploité par le Club alpin du Canada, demeure accessible uniquement par le névé de l’Illecillewaet pendant la saison sans neige.

Avant de partir en excursion, n’oubliez pas d’aller chercher votre permis de camping au bureau de Parcs Canada à Revelstoke ou au Centre de la découverte du Col-Rogers, dans le parc national des Glaciers. Apprenez-en davantage sur le camping dans l’arrière-pays du parc national des Glaciers.

Nature sauvage du mont Bald