Gros plan d'une tortue musquée se tenant debout sur un coquillage au fond l'eau.
Lorsqu'elle se sent menacée, la tortue musquée émet une odeur musquée, sécrété par ses glandes situées sur le bord de sa carapace.

La tortue musquée est une tortue de nature aquatique et secrète. Son nom fait allusion au fluide musqué sécrété par la tortue en cas de menace. La tortue musquée est très nocturne, se nourrissant de nuit d’escargots, d’insectes aquatiques et de végétation dans les eaux peu profondes. Du entre autre à la perte de son habitat, la tortue musquée figure sur la liste des espèces en péril dites menacées depuis 2002.

Qu’est ce que la tortue musquée ?

Gros plan de la tête d'une tortue musquée.
Les tortues musquées se distinguent des autres tortues par ses deux rayures jaunes de chaque coté de la tête.

La tortue musquée est une petite tortue munie d’une carapace en forme de dôme et d’un très petit plastron ventral (dessous de la carapace). Elle a deux lignes jaunes qui émanent du nez et s’évasent de part et d’autre de chaque oeil. Les tortues mâles se différencient des femelles par deux zones d’écailles rugueuses que l’on trouve du côté interne de chaque patte arrière, et par une queue plus longue et plus épaisse munie d’une large épine au bout.

Où vit la tortue musquée ?

Les tortues musquées sont rarement hors de l’eau. Le seul temps où on les retrouve sur la terre ferme est lors de la nidification, durant laquelle elles pondent leurs œufs sur les rivages. Contrairement à d’autres tortues qui prennent le soleil hors de l’eau, les tortues musquées préfèrent se reposer au soleil quelques pouces en dessous de l’eau durant le jour. Elles sont de piètres nageuses et préfèrent ramper au fond des plans d’eau.

Les tortues musquées requièrent comme habitat des eaux peu profondes, avec un substrat mou et peu ou pas de courant. Au Canada, on trouve la tortue musquée dans le sud de l’Ontario, dans une zone s’étendant vers le nord jusqu’à la Baie Georgienne, dans des milieux humides sur le rivage des lacs et des rivières. Parmi les endroits qui offrent une protection aux populations de tortues musquées, on trouve le Parc national des Îles-du-Saint-Laurent, le Parc national du Canada des Îles-de-la-Baie-Georgienne, le Parc national du Canada de la Pointe-Pelée, le Parc national du Canada Péninsule-Bruce, le Lieu historique national du Canada du Canal-Rideau et le Lieu historique national du Canada de la Voie-Navigable Trent-Severn. La plus grande partie du cycle de vie de la tortue se passe dans l’eau, donc hors de la juridiction de Parcs Canada, bien que les sites de nidification se trouvent sur les terres de Parcs Canada. En protégeant ces sites, Parcs Canada favorise la survie des populations de tortues musquées dans les environs.

Le saviez vous?

Jeune tortue musquée sur une règle afin d'être examinée.
La tortue musquée est la plus petite tortue du Canada. Sa petite taille fait d'elle une proie facile pour ses prédateurs (oiseaux de proie etc.)

Les tortues musquées sont de piètres nageuses et marcheuses ; toutefois, elles sont reconnues très habiles pour grimper les arbres. En de très rares occasions, on les a vus grimper jusqu’à 2 mètres en haut d’un arbre.

Quel est le statut de la tortue musquée?

Au palier fédéral, la tortue musquée figure en tant qu’espèce menacée selon le COSEPAC. L’espèce figure à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, qui assure une protection en vertu de la législation fédérale.

Au palier provincial, la tortue musquée figure également en tant qu’espèce « menacée » selon le Comité de détermination du statut des espèces en péril de l’Ontario (CDSEPO) du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario.

Pourquoi la tortue musquée est-elle en danger?

Les principales causes du déclin des tortues musquées au Canada sont le développement urbain des rivages et l’assèchement des milieux humides.

La végétation des rivages et les plantes aquatiques adjacentes fournissent un habitat propice à la survie des tortues musquées. La perte de végétations aquatiques représente une perte de nourriture pour les tortues musquées. Les tortues musquées recherchent des troncs pourris et des terriers de rat musqué abandonnés le long des rivages pour nidifier. Lorsque le rivage est altéré, l’habitat est moins à même de soutenir les populations de tortues musquées.

L’assèchement des milieux humides a également été un facteur déterminant dans le déclin de l’habitat des tortues musquées. En cas d’assèchement d’un milieu humide, les tortues n’ont pas la capacité de se déplacer sur la terre ferme pour se trouver un autre endroit. Étant très aquatique de nature, elles se déshydratent rapidement et risquent la mort lorsque la source d’eau est insuffisante.

Les tortues musquées ont été éradiquées de certaines zones en raison de la destruction de l’habitat et on estime le déclin de la population générale à 30 à 50 %. Les tortues peuvent disparaître d’un endroit à l’insu de tous en raison de leur nature secrète.

Pourquoi protéger la tortue musquée?

La santé de l’ écosystème peut être étroitement reliée à la santé humaine. La végétation naturelle des rivages permet de minimiser les quantités de bactéries E. coli en provenance des fosses septiques qui se retrouvent dans l’eau et peuvent provoquer la fermeture des plages locales pendant l’été.

Non seulement les rivages naturels fournissent-ils un habitat pour les tortues musquées mais ils aident également à minimiser les quantités de nutriments qui se retrouvent dans l’eau et qui peuvent nuire aux poissons.

En préservant l’habitat en milieu humide pour les tortues musquées, vous assurez également un approvisionnement en eau potable pour votre communauté. Les milieux humides fonctionnent comme une zone de ravitaillement de l’eau souterraine, filtrant les contaminants qui détériorent la qualité de l’eau potable.

Les tortues musquées font partie de notre patrimoine naturel. Elles ont leur importance comme espèce, permettant de maintenir l’équilibre d’écosystèmes fragiles. Il nous incombe d’assurer que les tortues musquées sont protégées de manière à ce que les générations futures puissent les apprécier à leur tour.

Que fait Parcs Canada pour sauver la tortue musquée?

Gros plan de la tête d'une tortue musquée.
Les femelles tortues musquées peuvent pondre jusqu'à une couvée de 2 à 7 œufs par année.

Le Parc national des Îles-du-Saint-Laurent travaille en collaboration avec l’Université d’Ottawa pour effectuer des recherches dans l’écosystème des Mille-Îles. Ces recherches concernent le contrôle de la population, pour déterminer les nombres de tortues musquées habitant une région, et l’étude du domaine vital de la tortue (le type d’habitat qu’elle recherche et la zone qu’elle occupe). Le contrôle de la population se fait en marquant et en recapturant des tortues individuelles. Les recherches sur le domaine vital sont effectuées en pistant les tortues à l’aide de dispositifs de radio télémesure. Des antennes sont attachées à l’arrière de la carapace de la tortue, ce qui permet aux chercheurs de localiser les endroits où les tortues musquées se reposent au soleil, les endroits où l’approvisionnement en nourriture est suffisant, les sites d’hibernation et les aires de nidification. Ces recherches permettent d’établir des priorités pour la préservation des tortues musquées et d’évaluer les besoins des tortues à risque.

Le Parc national des Îles-du-Saint-Laurent travaille également en association avec Travaux publics et services gouvernementaux du Canada sur un projet de restauration d’un rivage au site du Centre des visiteurs de Mallorytown le long du fleuve Saint-Laurent. L’aire de fréquentation diurne sera convertie en une aire de démonstration environnementale où on mettra l’accent sur la restauration du rivage. Les murs de soutènement qui constituaient le rivage auparavant ont été retirés et remplacés par une végétation riveraine. Le site est un outil de démonstration destiné aux résidants locaux et visiteurs du parc portant sur la manière dont un rivage sain peut être bénéfique aux espèces sauvages telles les tortues musquées et visant à faire la promotion d’une meilleure qualité de vie dans la région.

Le Lieu historique national du Canal-Rideau a commencé des travaux pour identifier les zones où des populations de tortues musquées sont présentes. Avec une meilleure compréhension des endroits où elles se perpétuent, le personnel peut identifier où concentrer ses efforts de préservation.

Comment puis-je aider?

Tortue musquée nageant en eau peu profonde
Comme aire de nidification, la tortue musquée à besoin de zones humides et de rivages naturels. Parcs Canada travaille étroitement avec plusieurs partenaires a fin de préserver et de restaurer l'habitat de la tortue musquée.

Il est important que les rivages soient préservés en leur état naturel. Lorsqu’il est question de développer des terrains riverains, réservez un endroit naturel et évitez d’influer sur la végétation aquatique adjacente à votre propriété laquelle fournit un habitat essentiel aux tortues musquées. Si vous êtes propriétaire d’un rivage altéré, il y a toujours moyen de rétablir son état naturel – en tout ou en partie.

Pour des renseignements sur les rivages sains, vous pouvez accéder au site Web L’abc des rivages du ministère des Pêches et des Océans.

Il est aussi primordial que les milieux humides de l’Ontario soient préservés afin de favoriser le rétablissement des tortues musquées. De nombreux milieux humides ont été éliminés en Ontario ; il est donc primordial que les propriétaires mettent en valeur et protègent les écosystèmes en milieu humide qui demeurent. Pour de plus amples renseignements sur les milieux humides, visitez le site Web d’Environnement Canada : Intervenir dans les terres humides : Ce qu’il faut savoir.