Qu'est-ce qu'un massasauga

Le massasauga est l'un des serpents les plus étranges et l'un des plus menacés du Canada. Appelé autrefois massasauga de l'Est, ce serpent à sonnettes solitaire, passif et timide recourt au se camouflage pour éviter d'être repéré, et agite sa queue en guise d'avertissement lorsqu'il se sent menacé.

Gros plan de la tête du massasauga
Les terrains rocheux constituent d'excellents sites d'hibernation.

Préférant la fuite à l'affrontement, il pique rarement (et ne le fait que lorsqu'il est menacé), ne poursuit pas les gens et n'injecte pas toujours du venin lorsqu'il mord.

Pouvant atteindre un mètre de longueur, le massasauga, a un corps massif, gris brunâtre, marqué de taches rondes foncées sur le dos et les côtés. Il possède une tête de forme triangulaire et qui porte des yeux semblables à ceux d'un chat. Sa queue arrondie est munie d'une cascabelle creuse, c'est-à-dire une série composée d'écailles segmentées qui produisent un cliquetis lorsqu'elle bouge. Le massasauga se nourrit principalement de petits mammifères et d'oiseaux chanteurs, mais également de lézards, de grenouilles, de crapauds et d'autres serpents.

Quand le massasauga darde sa langue fourchue, il recueille des molécules odorantes dans l'air, ce qui lui permet de sentir ses prédateurs et sa proie!

Où vit le massasauga?

Autrefois répandu dans presque toute la partie méridionale et centrale de l'Ontario, le massasauga est maintenant confiné à quatre régions de la province : le complexe de prairies Ojibway dans la ville de Windsor; la tourbière Wainfleet sur la côte nord-est du lac Érié, près de Port Colborne; la péninsule Bruce, de Wiarton à Tobermory, et l'est de la baie Georgienne, de Honey Harbour à Killarney. C'est dans l'est de la baie Georgienne que l'on trouve l'aire de répartition la plus vaste de l'espèce et la population la plus importante, à la fois sur la partie continentale et dans plusieurs îles de la baie, dont l'île Manitoulin.

Le massasauga jouit d'une protection particulière, est protégé dans deux parcs nationaux – le parc national du Canada des Îles-de-la-Baie-Georgienne et le parc national du Canada de la Péninsule-Bruce –, dans plusieurs parcs provinciaux et d'autres réserves. À ces endroits, l'espèce trouve des proies en abondance et une grande diversité d'habitats humides et secs, incluant des marécages, des tourbières, des étangs, des forêts de feuillus et des îles rocheuses. Les terrains rocheux lui procurent également d'excellents sites d'hibernation.

Sur les terres privées, une fois informés, les propriétaires de chalet et les propriétaires fonciers de la région qui ont appris à apprécier le massasauga et à vivre en harmonie avec lui protègent également ce crotale.

Carte des aires de répartition du massasauga dans les parcs nationaux de la Baie-Georgienne, de la Péninsule-Bruce et de la Pointe-Pelée
C'est dans l'est de la baie Georgienne que l'on trouve la population la plus importante et l'aire de répartition la plus vaste, à la fois sur la partie continentale et dans les nombreuses îles de la baie, dont l'île Manitoulin.

Quel est le statut du massasauga?

Depuis 1991, le massasauga est considéré comme une espèce menacée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et ce statut a été maintenu en 2002. Son nom est actuellement ajouté à la liste de l'annexe 1 de des espèces en péril et le massasauga est protégé selon la Loi sur les espèces en péril, qui assure une protection en vertu de la législation fédérale.

Le massasauga est un « reptile spécialement protégé » en vertu de selon la Loi sur la protection du poisson et de la faune de l'Ontario. Il est donc illégal de tuer ou de piéger le serpent ou de le garder en captivité, ainsi que de l'acheter ou d'en faire le commerce sans un permis. Le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario a déclaré le massasauga espèce menacée dans la province en 1998, sur la recommandation du Comité de détermination du statut des espèces en péril en Ontario.

En quoi le massasauga est-il si particulier?

Massasauga
Le massasauga est le seul serpent venimeux que l'on trouve encore en Ontario et l'un des trois membres seulement de la famille des crotalidés dans tout le Canada.

Le massasauga, qui est le seul serpent à sonnettes encore présent en Ontario, est aussi et le seul serpent venimeux que l'on trouve encore dans la province en Ontario. Les quelques parcs nationaux de l'Ontario qui le protègent sont les derniers refuges de ce serpent timide sur la planète.

Le massasauga est et l'un des trois seuls membres seulement de la famille des crotalidés dans tout le Canada. Ces vipères possèdent de chaque côté de leur tête des fossettes sensibles à la chaleur, qui leur permettent de déceler des changements infimes dans la température et de localiser leur proie au sang chaud, même dans le noir! Le massasauga peut mordre avec une précision incroyable dans l'obscurité totale. Les quelques parcs nationaux de l'Ontario qui le protègent sont les derniers refuges de ce serpent timide.

Pourquoi le massasauga est-il en danger?

Comme le montrent des études de surveillance menées depuis le début des années 1990, la population de massasaugas diminue dans tout son habitat. La plus grande menace pour ce serpent est la perte et le morcellement de son habitat. L'assèchement des terres humides à des fins agricoles, l'exploitation forestière, l'exploitation de carrières et la construction de logements et de chalets ont fait beaucoup de victimes parmi les serpents. La construction de routes a non seulement réduit l'habitat disponible, mais l'a également fragmenté. Les routes sont aussi synonymes d'augmentation de la circulation routière et de pertes, en particulier au printemps et en été lorsque le serpent migre entre son habitat estival et son habitat hivernal.

Gros plan de la cascabelle du massasauga
Sa cascabelle creuse est composée d'écailles segmentées.

Dans certaines régions, les êtres humains tuent aussi les serpents de manière façon volontaire délibérée, ce qui représente une menace importante pour l'espèce. La peur et les préjugés ont tendance à dicter la réaction des gens face au serpent, de sorte que les rencontres fortuites inattendues entre les êtres humains et le serpent ont souvent une issue fatale pour le serpent. Le massasauga compte plusieurs prédateurs naturels, dont le grand-duc d'Amérique, la buse à queue rousse, le pékan, le renard roux, le coyote et le raton laveur, mais la persécution de l'être humain a grandement contribué au déclin de l'espèce dans toute son aire de répartition.

Le braconnage est également responsable de la disparition du reptile, mais les scientifiques ne connaissent pas son ampleur et ne savent pas non plus combien de serpents sont capturés chaque année en vue d'être pour être revendus.

On estime que la population totale de massasaugas en Ontario se situe entre 18 000 et 32 000 serpents, avec moins d'une centaine d'individus dans chacune des deux populations du sud-ouest. Des populations isolées sont particulièrement susceptibles de disparaître du Canada par suite d'incidents fortuits inattendus comme des maladies. Or, la perte d'un seul adulte géniteur peut être catastrophique dévastatrice pour une petite population isolée comme celle de la tourbière Wainfleet et du complexe de prairies Ojibway.

Que fait Parcs Canada pour aider à sauver le massasauga?

La Loi sur les parcs nationaux du Canada protège le massasauga et son habitat dans les limites de trois parcs nationaux – le parc national des Îles-de-la-Baie-Georgienne, le parc national de la Péninsule-Bruce et le parc marin national du Canada Fathom Five. La pénalité maximale pour avoir tué un massasauga dans un parc national s'élève à 250 000 $ et à cinq années d'emprisonnement. Les partenaires de nombreuses organisations contribuent à des études, à des projets de rétablissement et à des initiatives de sensibilisation du public afin d'aider au rétablissement du massasauga.

Recherche et surveillance

Massasauga
Pouvant atteindre un mètre de longueur, le massasauga a un corps massif d'un gris brunâtre, marqué de taches rondes foncées sur le dos et les côtés.

Un écologiste de Parcs Canada préside l'équipe de rétablissement du massasauga, qui a dressé un plan pour sauver ce reptile menacé. Le plan de rétablissement vise à préserver la répartition actuelle et la structure génétique des populations locales dans les régions de la péninsule Bruce et de la baie Georgienne, et de soutenir les populations en déclin dans les deux  enclaves endroits du sud-ouest de l'Ontario.

La recherche, la surveillance et la gestion sont au nombre des stratégies visant à sauvegarder et à rétablir les populations de crotales en Ontario. Les chercheurs de Parcs Canada étudient le cycle biologique du serpent, sa génétique, sa répartition et ses besoins pour sa survie, ainsi que les effets positifs éventuels de la restauration de l'habitat et des projets de construction routière. L' impact incidence de l'homme sur l'espèce est surveillé e grâce à des études faisant appel à des dispositifs de radiotélémesure, qui prévoient l'insertion de minuscules émetteurs dans les serpents afin de suivre leurs traces. La surveillance des déplacements permet également de mieux comprendre leurs préférences en matière d'habitat.

Mesures de rétablissement

Plusieurs projets sont en cours en vue de préserver un habitat sain pour le serpent et de réduire l' impact incidence des activités humaines. L'un des projets prévoit la construction de ponceaux permettant aux serpents de se déplacer sous les routes fréquentées au lieu de les traverser. Des équipes de travail ont également construit des clôtures et conçu un aménagement paysager spécial pour diriger les serpents vers les ponceaux.

Sensibilisation du public

La réussite de ces efforts de rétablissement dépendra en fin de compte de la tolérance des propriétaires de chalet, des campeurs, des randonneurs, des canoéistes canoteurs et d'autres habitants résidants ou visiteurs des régions abritant ce serpent. C'est pourquoi les membres de l'équipe de rétablissement travaillent à sensibiliser les gens à ce serpent exceptionnel, et à leur faire apprécier les aspects fascinants de sa biologie.

Les efforts déployés pour changer les idées reçues et réduire la peur face aux crotales sont nombreux et variés. On donne des ateliers d'information, on établit des partenariats communautaires et on distribue des affiches d'identification des serpents et de guides de gestion aux propriétaires de chalet, aux propriétaires fonciers de l'endroit, aux visiteurs des parcs, aux ports de plaisance, aux hôpitaux et aux sociétés de protection des animaux. En collaboration avec les partenaires, l'équipe de rétablissement a produit de l'information sur les stratégies de gestion et de conservation, un fascicule sur la sauvegarde du serpent et un programme scolaire d'études sur le crotale.

Collaboration avec les partenaires

L'équipe de rétablissement du massasauga réunit des biologistes, des responsables de zoos, des agents de protection de la nature et des représentants des parcs et du gouvernement. L'équipe collabore avec le gouvernement provincial, les offices de protection de la nature et Parcs Ontario.

Chacun peut jouer un rôle dans la conservation du massasauga en s'informant davantage sur cette espèce exceptionnelle et sur la façon de cohabiter avec elle en toute sécurité.

Comment puis-je aider?

Si vous habitez près d'un endroit où vivent des massasaugas ou si vous possédez un chalet dans un tel habitat :

  • procurez-vous un exemplaire du Eastern Massasauga Rattlesnake Landowner Stewardship Guide (guide sur le massasauga de l'Est à l'intention des propriétaires fonciers) qu'il est possible de consulter en ligne (en anglais seulement ). Ce guide renferme une foule de renseignements utiles sur la façon d'identifier les crotales, et des conseils sur ce qu'il faut faire pour cohabiter avec l'espèce en toute sécurité.
  • soyez de bons gardiens de l'votre environnement, joignez-vous à un comité local de protection de la nature ou envisagez pensez à la possibilité de faire établir une servitude du patrimoine sur votre propriété .

Si vous êtes en visite dans la région :

  • visitez le parc national des Îles-de-la-Baie-Georgienne ou le parc national de la Péninsule-Bruce pour en apprendre davantage sur ce serpent et les autres espèces rares qui vivent dans la région de la baie Georgienne.
     
  • soyez vigilants! Portez des chaussures appropriées lorsque vous faites des randonnées dans la région de la baie Georgienne et regardez où vous posez les pieds. Si jamais vous voyez un massasauga (ils sont très rares), laissez-lui de l'espace pour fuir et poursuivez votre randonnée.
     
  • marchez d'un pas léger. Ne laissez rien derrière vous. Le massasauga vit dans un écosystème fragile, mais si nous faisons l'effort de le protéger, que nous pourrons partager cet environnement avec lui et dont nous pourrons en jouir encore longtemps si nous faisons l'effort de le protéger.

Liens

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le massasauga, visitez les sites Web Internet suivants :